DERNIERES ACQUISITIONS

FRANCOIS ESTIENNE II - GENEVE - CALVIN

BIBLE QUI EST TOUTE LA SAINCTE ESCRITURE : Contenant le VIEIL & le NOUVEAU TESTAMENT

- 1567, fort in-huit vélin ou peau de truie estampés à froid. Très beaux fermoirs laiton en forme de main. Plats ornés et dos à quatre nerfs, toutes tranches fauves. - IMPRESSION de chez FRANCOIS ESTIENNE. Sans lieu mais GENEVE ou il avait monté un atelier. - 2 ff., p. de titre avec le rarissime emblème de François, 3 ff., 371 p. dont 12 gravures dans le texte, 1 f. double sur la consanguinité, 1 Carte dépliante sur la route des déserts d'Arabie, 1 Carte dépliante sur la terre de Chanaan, 8 Gravures dans le texte (temples), 1 tableau. 91 pp. - SECOND LIVRE, LE NOUVEAU TESTAMENT c'est à dire la nouvelle alliance de notre Seigneur Jésus Christ, 123 p. avec page de Titre joliment enluminée, 1 Carte dépliante de la Terre Sainte, 1 Carte du Livre des Apôtres, 12 ff. de table. - 2 ff. LES PSEAUMES MIS EN RIME PAR CLEMENT MAROT et THEODORE DE BEZE avec jolies lettrines et MUSIQUE NOTEE 51 ff. et Table, 23 ff.* - CALENDRIER HISTORIAL, 7 ff. dont p. de titre et gravures BOIS BICOLORES.

5,800.00 €

FICHE COMPLETE

GRATIEN - GRATIANUS - BARTHOLOMEI BRIXIENSIS - FRERE MARTIN DE TROPPAU

DECRETUM GRATIANI, CUM APPARATU ARTHOLOMAEI BRIXIENSIS ET MARGARITA DECRETI SEU TABULA MARTINIANA EDITA PER FRATREM, ORDINIS PRAEDICATORUM - POSTINCUNABLE 1514

- 1514, IPRESSIT VENETIIS, LEONARDO LAURETANO SERENISSIMO PRINCIPE. - Très Fort in-huit, plein veau, premier plat en ex-libris au nom de M. FRANCOYS DE. MARAFFIN et grand fers doré central, auréoles et mouillures notamment en seconde moitié d'ouvrage. - garde,1 f. 29 ff. nn. (2 à 5.6) cf. Registrum dernier feuillet. Manquent f. 1 à 1.8) - GRAVURE SUR BOIS FRONTISPICE (avec la bannière au croissant musulman) signée du graveur.. - CCCCCCVII p. avec le Bandeau de Gratien Orateur. 128 figures dans le texte essentiellement dans la première partie, Glose à l'entours du Texte sur deux colonnes, graphisme en rouge et noir, innombrables lettrines, notes en marge. Texte bien complet incluant p. CCCCCXCIV & CCCCCCXCV L'ARBOR AFFINITATIS et p. CCCCCCVII le REGISTRUM ET LES CONDITIONS D'EDITION de l'ouvrage. - 58 ff. pour le MARGARITA DECRETI, 2 ff., 1 f. 7 ff. dont dernier feuillet "flosculi seu summariy totius decreti finis.

3,500.00 €

FICHE COMPLETE

MICHEL DE MONTAIGNE, COSTE

LES ESSAIS DE MICHEL SEIGNEUR DE MONTAIGNE

- 1725, à Paris par la SOCIETE, - 3 vol. in-quarto plein veau moucheté. Dos à cinq nerfs, pièces de titre et tomaison maroquin fauve, nerf et entrenerfs ornés. - Ex-libris de la bibliothèque du Château de Valençay à chaque volume et ex-libris au tampon d'Amaury Rogery. Quelques notes d'époque aux pages de titre. - Toutes tranches rouges et coupes ornées de roulettes. - Légère fissure du cuir sans conséquence au mors droit du premier volume (cf. photos).

1,100.00 €

FICHE COMPLETE

SOUBRON Libraire de la Reyne

HEURES NOUVELLES DEDIEES A MADAME LA DAUPHINE

1682, se Vendent à PARIS Chez SOUBRON, LIBRAIRE DE LA REINE, AU PALAIS. Imprimé chez Pierre Lemercier au colophon. - In-8 à grandes marges, plein veau marbré, dos 18e, contreplats et garde de tissus moiré. Toutes tranches dorées d'époque. - 6 pages à encadrements ors dont ex-libris aux Armes de Monseigneur Jean-Baptiste de BELLOY ARCHEVEQUE DE PARIS (1709-1808). - Ensemble de l'ouvrage à toutes pages réglées au rouge, 4 planches aquarellées dont frontispice, Page de Titre à la calligraphie rehaussées d'ors et de bleus. Rehauts de lettrines. - 558 p., 1 f. de Table, 2 ff.nn. à encadrements dorés.

1,200.00 €

FICHE COMPLETE

FELIX PYAT

CORRESPONDANCE DE 155 LETTRES AUTOGRAPHES LA PLUPART D'EXIL SIGNEES DE FELIX PYAT (1852 à 1880) & 2 DOCUMENTS MAJEURS DONT DE LA PREMIERE INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS BRANCHE FRANCAISE de LONDRES. PHOTO DEDICACEE. ARTICLES DE PRESSE.

- ALBUM RELIE demi chagrin rouge, dos à cinq nerfs, pièce de titre. - ENSEMBLE DE 158 DOCUMENTS dont 155 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNEES soit environ 250 pages manuscrites signées avec ou sans entête personnel les dernière à entête de son journal "LA COMMUNE", la plupart d'Exil à Londres, à EUGENE CHATELAIN, mais aussi à GENTIL, SALLELE, au REDACTEUR DE L'OPINION NATIONALE, au Rédacteur du FIGARO etc... LETTRE DE LA PREMIERE INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS, PHOTO DEDICACEE, LETTRE DU MINISTRE DE L'INTERIEUR A SON ENDROIT, 2 ARTICLES DE PRESSE. - LETTRE DE LA PREMIERE INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS, BRANCHE FRANCAISE LONDRES. Cachet rouge humide. 2 ff. dont 3 p. manuscrites. Signée du Secrétaire (cf. MAITRON Dictionnaire du Mouvement Ouvrier) G. PETRE et Adressée au Citoyen F. PYAT : "La Branche Française de l'Association Internationale des Travailleurs, dont vous êtes membre a résolu unanimement de vous féliciter sur l'attitude vraiment Révolutionnaire que vous avez prise aussitôt votre retour en France après vingt ans d'exil. Votre retour sera marqué dans les pages de l'HISTOIRE pr deux écrits aussi courageux que logiques ; sublimes de modestie et de vérité LE MAL ET LE REMEDE. Le mal : Tyrannie Politique et Religieuse. Le Mal : Union et Révolution. Vous avez nettement posé la question. Au peuple de le résoudre. Qu'il suive donc votre conseil, qu'il le place sur son propre terrain, celui de Souveraineté imprescriptible et inaliénable. Là toutes ses forces vives de la Démocratie radicale pourront s'entendre pour agir et vaincre. Si "la Blouse est l'uniforme de Sa Liberté" que la Plume soit son Sceptre et la Justice son glaive. Que les travailleurs des mains s'unissent au travailleurs de la Pensée, que la formule traditionnelle Liberté Egalité Fraternité soit le mot de ralliement, que la Révolution Politique et Sociale soit le but, que ce but soit bien défini ; point d'équivoque, jamais de compromis. Que le Paysan sache bien que Sa Révolution n'en veut point à son champ ni à sa chaumière, qu'elle veut au contraire le dégrever de toutes Hypothèques, de tout impôt indirect, et lui assurer comme au travailleur des villes le bénéfice intrinsèque de son produit. Que tout le monde sache que le Travail sous toutes ses formes est la source de tout bien et est de toute morale, qu'il doit être la base fondamentale du Pacte Social de la République Française. Que Révolution veut dire Justice, Droit et Liberté, ordre et vie, qu'il est glorieux de la servir. Que Tyrannie veut dire Spoliation, désordre et mort, que c'est crime de la servir et honte de la subir. Qu'il faut qu'elle tombe (disparaisse) pour que le mal disparaisse pour que le bien surgisse, pour que le Progrès s'affirme, pour que le Droit règne, pour que la justice gouverne, pour que la France marche librement dans la voie tracée par nos Pères vers le but fixé par son génie : émancipation intégrale et générale , République démocratique, Sociale Universelle. Pour la Branche Française Salut et Fraternité. De Londres Le Secrétaire L. PETRE" Suit un PS (IMPORTANT) Cher Citoyen, Je joins le montant de la souscription de la Branche Française, 25 francs, pour les victimes d'Aubin, tombés sous les balles Impériales pour la Défense du µDroit au Travail et à l'existence. La Société toute entière vous prie de bien vouloir user de toute votre influence pour donner de la publicité à cette lettre dans les colonnes du Courageux RAPPEL signé L. PETRE. L e Citoyen Berton vous serre chaleureusement la main. Monogramme." - IMPORTANTE ET TRES CONFIDENTIELLE LETTRE SIGNEE de 2 ff., 1 p. manuscrite signée, très Confidentielle en date du 2 août 1849 du Ministre de l'Intérieur DUFAURE adressée au Préfet indiquant qu'"on a quelques raisons de croire que le Sr F. PYAT représentant du Peuple contre lequel l'Assemblée Nationale a autorisé les poursuites est actuellement caché aux Bordes chez M. EUGENE SUE et lui demande de ne pas donner l'éveil au Sr Pyat pour toutes mesures qui seraient propres à amener son arrestation et lui rendre compte des perquitions prescrites". - Une Photo de Félix PYAT avec envoi signé "à une amie inconnue". - 155 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNEES de 1852 à 1880 pour la plupart d'Exil à son ami Eugène Châtelain et autres. Il ressort souvent de ses lettres, l'Homme de LA CHATRE (de LATOUCHE). A l'Opinion Nationale au sujet du journal la France Libre dont il ne compte pas prendre la direction ; au Figaro en 69 "Non Monsieur, je n'ai pas oublié la promenade au quartier-latin avec Delatouche, George Sand et Jules Sandeau.. je n'ai pas oublié surtout un quatrième compagnon dont vous ne parlez pas, le peintre Jules Decaudin mort à Lambessa (de Vierzon) et condamné ; à un ami en 1869 "j'ai tout lieu de croire que j'ai réussi à ne pas être candidat contrairement à ce qu'annonce un journal anglais et évoque les inassermentés dont il propage la thèse contre la constitution et indique qu'un homme de la police le suit" ; à Châtelain " Et bien ! Berrichon ! j'y suis ! en pleine vendange.." ; de retour en france ""le gâchis que je prévoyais a dépassé tous mes calculs, les troupes de tous les côtés, enquêtes et informations publiques et secrètes sur l'état de l'opinion, sur la disposition de la bourgeoisie en cas de second coup d'état.." puis plus tard se félicitant d'être rentré appelle "à la commune révolutionnaire", dénonce la trahison de Ledru, défend une candidature ouvrière, évoque les ouvrier de Charonne "C'était la Commune". Il cite les journaux l'Appel et le Réveil, il dirige lui-même le Journal Combat. Absence de correspondance entre 1870 et 1871. Pyat est installé à Hastings puis à Margate sous le nom de M. HENRY puis GILBERT et correspond avec son ami Parisot en poste restante à Lausanne. En 1874 il évoque ses relations avec Maurice Lachâtre, parle de "l'Ane Gambon..", de Naquet, Gambetta, Thurigny de la Nièvre, Delorme. De Louis Blanc et de Vernouillat. Des relation orageuses entre Thiers et Gambetta. Il évoque la création d'un Journal "Travail", des encouragement de Garibaldi. Il évoque la mort de "notre vénérable berrichonne". Les années suivantes il est toujours préocuppé par la création d'un Journal pour contrebalancer la presse bourgeoise et fait part de ses appréciations sur les journaux existants. Les événement de Septembre , la menace de Mac Mahon, les funérailles de Thiers. Il évoque le vrai peuple celui de Belleville et de Buzançais, le peuple du Combat et du Travail. Reste pour lui le financement de son journal, il lui manque 30 000 fr. Les événements de 1877 avec la défiance de Gambetta à l'Assemblée contre Mac Mahon "..il n'y a pas que leur place en danger, .. je parle de la vie de la France. Le coup d'Etat es prêt.. au premier signal les quatre cent mille esclaves du Président passeront les Thermopyles malgré les trois cents spartiates de Léonidas Gambetta.." "Il faut une voix pour dire la vérité au peuple.". Dès 1878 le montant du cautionnement est trouvé pour fonder "LA COMMUNE AFFRANCHIE". succès, sur un tirage de 20000, 18000 sont vendus. Mais la parution cessera après la première année. Etc... il est impossible de recenser toute la richesse de cette très riche correspondance. - 2 coupures de presse en fin concernant F. PYAT.

9,800.00 €

FICHE COMPLETE

Anonyme

METZ - MANUSCRIT INEDIT - ABREGE DES PLUS MEMORABES ACTIONS DE DEFFUNT HAUT & PUISSANT SEIGNEUR Mre CHARLES DE SCHONBERG DUC D'HALUIN PAIR ET MARESCHAL DE FRANCE POUR SERVIR A L'HISTOIRE DE SA VIE pour HAUTE ET PUISSANTE DAME MARIE D'HAUTFORT SA VEUVE.

- Manuscrit in-folio sans reliure, couture, 23 pages manuscrites d'une écriture régulière et sans rature. Dernière page déchirée. - Document inédit ne figurant en impression dans aucune bibliothèque. - INTITULE AU PREMIER FEUILLET avec une signature illisible. Document complet. - Pour Haute et puissante dame Madame Marie d'Hautefort veuve de feu Messire Charles de SCHONBERG Duc d'HALUIN Pair et Maréchal de France, Comte de Nanthueil et Durestal, Chevalier des Ordres du Roy. Gouverneur de Ville et Citadelle de METZ PAYSMessin. Eveschez de Metz et Verdun Collonnel General des Suisses et Grisons, Collonnel des troupes Allemandes et Estrangeres, Capitaine Lieutenant de sa compagnie des deux cent Chevaux legers de la Garde ordinaire du Roy &c

1,500.00 €

FICHE COMPLETE