Référence :5417.03.20

L.A.S. DE GEORGE SAND A EDOUARD VANDAL DIRECTEUR GENERAL DES POSTES CONCERNANT LES PRIVILEGES DE MAITRE DES POSTES POUR LE SERVICE CHATEAUROUX-LA CHATRE.

GEORGE SAND

1 feuillet double 21/27 cm de 3 pages manuscrites. - Tampon humide du Cabinet Particulier (du Directeur Général des Postes) daté du 17 mai. - L.A.S. (signée 2 fois en tête de lettre et en fin) du 16 mai 1870. - G. SAND était très attentive à la régularité des transports de personnes et de courriers entre Châteauroux et La Châtre qui conditionnait toute sa vie sociale à Nohant. Elle intervient délibérément dans la politique des Transports en s'adressant directement du Directeur Général des Postes le Comte VANDAL et dans les problèmes de concurrence qu'elle considère comme faussée par le monopole de Brevet de Maître de Poste et de la nécessité contradictoire d'intervenir pour le maintenir au profit de son candidat. TEXTE : "A Monsieur le Directeur Général des Postes. Signé G. Sand" "Monsieur le Directeur Général, Mr Vincent propriétaire à la Châtre a eu l'honneur de solliciter auprès de vous, l'obtention du brevet de maître des poste en remplacement de Mr Moreau démissionnaire en sa faveur. Bien que les privilèges attachés à la place de Maître de Poste aient le plus souvent pour effet d'empêcher une concurrence de s'établir à l'avantage des gens du pays, je vois que dans la circonstance particulière que j'ai l'honneur de vous signaler la nomination de Mr Vincent peut seule attirer un service régulier e la Châtre à Châteauroux, service qui ne pourra se faire que dans de mauvaises conditions si vous laissez subsister en faveur de Mr Moreau un privilège auquel il consent lui-même à renoncer. En effet, la distance de la Châtre à Châteauroux est d'environ 40 kil.. Si Mr Vincent est obligé de continuer à payer des droits à Mr Moreau titulaire actuel, il sera forcé de supprimer son salaire de La Chapelle, qui est pour lui une source de dépense sans compensation avantageuse. Le service ne s'effectuera donc que dans de mauvaises conditions puisque les voitures publiques iront d'une seule traite avec les mêmes chevaux, ce qui doublera presque le temps du trajet. Notre pauvre localité, si éloignée des chemins de fer et si privée de débouchés, aurait là une nouvelle source de retard commerciale et industriel. Donc, si je me permets d'appuyer auprès de vous la demande de Mr Vincent, c'est pour un motif d'intérêt général. Nous n'avons pas d'autre moyen de communication avec Châteauroux que le service des voitures publiques, et l'importance de nos relations avec cette dernière ville exige que nous puissions compter sur un service régulier que peut seule nous amener l'obtention du brevet que sollicite Mr Vincent. Vous me Pardonnerez, Monsieur le Directeur Général, de venir encore faire appel à votre bienveillante attention en faveur de vos administrés du Berry. Mon excuse est dans le désir de leur être utile et dans la confiance que m'inspirenet vos précédentes bontés. SIGNE George Sand, Nohant 16 mai 1870 La Châtre. Indre" - Annotations générales au crayon "Répondre" et d'une autre main soulignements et remarques en marge sur l'argumentation de G. Sand, "que Mr Moreau y donne donc sa démission pour condition officielle du choix de son successeur" ; suit un petit itinéraire confirmant le kilométrage "Châteauroux, La Chapelle, La Châtre". "Non pas" sur la régularité des voitures publiques, ".. la Suppression du privilège voilà le ce seul remède efficace".

- Comte Édouard VANDAL (1813-1889) Conseiller d’État, Directeur Général des Contributions Indirectes de 1852 à 1861, puis Directeur Général des Postes de 1861 à 1870. Il sera Président de la Compagnie générale transatlantique de 1871 à 1875. - De fait, le Maître de Poste jouit d’une certaine aisance, lui seul à le pouvoir de faire galoper ses chevaux alors que les entrepreneurs de voitures publiques ne peuvent faire aller leurs chevaux qu’au pas ou au trot. Ce privilège de la vitesse est augmenté de privilèges fiscaux. Le maître de poste est exempté du logement des gens de guerre et surtout de l’impôt foncier (la taille) sur un certain nombre d’arpents. Gros fermier et gros propriétaire terrien, ce privilège n’est pas négligeable. Depuis 1786, ce titre de maître de poste s’obtenait par l’achat de la charge qui donnait lieu à un Brevet.

1,350.00 €