Sujet : 18e

91 résultats

MANUSCRIT XVIIIe - ORATIONES ANTE ET POST CONFESSIONEM, ET COMMUNIONEM

Vers 1750, manuscrit petit in-quarto, plein veau moucheté, dos orné et plat d'un bel encadrement de roulette et écoinçon. - dos des plat et garde de papier dominoté. - Ex-libris modernes de Bernard Wilson, 1 f., p. de titre avec encadrement bicolore 30 pages manuscrites avec titre écrites en rouge. Encadrement bicolore à toutes pages. Lettrines de début de paragraphe.

Très belle calligraphie 18e s.

ABBE DE VERTOT

REVOLUTIONS DE PORTUGAL

1773, à Paris, Chez les Libraires Associés. - Garde, Gravure frontispice, p. de fx titre, p. de titre, xv p., planche dépliante de l'arbre généalogique royal menant à Emmanuel XIV de Portugal. 382 p. ntées, 24 p. nn. pour la Table. 2 ff. de privileges. pièce de titre manquante.

ABBE FAUCHET Claude François, PREDICATEUR ORDINAIRE DU ROI

ORAISON FUNEBRE DE LOUIS PHILIPPE DUC D'ORLEANS, PREMIER PRINCE DU SANG

1786, A PARIS, Chez LOTTIN, Rue Saint André des Arcs, - Broché in-quarto, 31 p.,

- Abbé FAUCHET Claude François, Vicaire Général de PHELYPEAU, étonnant Evêque de Bourges et PREDICATEUR Ordinaire du Roi, révolutionnaire et Evêque constitutionnel, né à Dornes le 22 septembre 1744 et mort guillotiné le 31 octobre 1793 à Paris. On lui doit cependant de ne pas avoir voté la mort du roi et se prononcera pour l'exil. - 18 novembre 1785: Décès de Louis Philippe de Bourbon-Orléans. Louis-Philippe d'Orléans, dit « le Gros », duc de Chartres (1725-1752) puis duc d'Orléans (1752), de Valois, de Nemours et de Montpensier (1752-1785), premier prince du sang, est né à Versailles le 12 mai 1725 et mort au château de Sainte-Assise à Seine-Port le 18 novembre 1785. Il prend part aux campagnes militaires de 1742, 1743 et 1744. Il est fait lieutenant général. Gouverneur du Dauphiné.

Abbé PREVOT, Enrichi de Cartes géographiques et figures par M. DE LA HARPE

TROISIEME VOYAGE DE COOK - ABREGE DE L'HISTOIRE GENERALE DES VOYAGES

- EDITION ORIGINALE de 1786 tomée 22 et 23/23. Cette édition a été démarée par Panckoucke et terminée par Laporte pour les 3 derniers volumes. - Les gravures et cartes sont de premier tirage et doivent être très recherchées. cf. Boucher de la Richarderie, Bibliothèque universelle des voyages ou Notice complète et raisonnée de tous les voyages anciens et modernes.. - 1786 Chez LAPORTE A PARIS, - 2 Volumes in-huit complets du Texte, des 6 figures et de sa carte septentrionale, plein veau moucheté, toutes tranches rouge. Petit manque de cuir au 2° vol tomé 23.3 - 1er Volume : Tomé 22, 56 p, 558 p., Carte dépliante de la partie septentrionale des mers du sud comprise entre la Californie,les Isles Sandwich, le Japon et le détroit de Béhring, 2 figure h.t. - 2nd Volume : Tomé 23 et dernier, 616 p. 4 planches h.t.

Bel exemplaire, intérieur très frais.

Abbé VALLEROT

JOURNAL DE LA FRANCE

1722, à PARIS, Chez Louis Denis DELATOUR & Pierre SIMON. - In-12 plein veau, dos à caisson et fleurons, pièce de titre, petite fente du cuir au mors droit. - Ex-libris manuscrit ancien de MALOTAU DE VILLERODE et Ex-libris armorié de la bibliothèque du Château de BONNEVAL. - 1 f. p. de titre, 3 ff., 142 p., 6 ff. pour la Table des Matières. - Le Journal sur 56 pages reprend au mois le mois l'histoire de la france jusqu'en 1722, et l'Histoire des Rois sur un tableau en trois colonnes. Quelques notes manuscrites anciennes à l'encre.

Anonyme

COUTUME D'AUVERGNE - MANUSCRIT - COMMENTAIRE DE DROIT COUTUMIER A LA LUMIERE DE LA COUTUME D'AUVERGNE. MANUSCRIT daté 1775. (PROCEDURE, VOIES D'EXECUTION, SURETES).

- 1775, Manuscrit In-Quarto plein maroquin coiffe supérieure élimée servant de portfolio aux 8 cahiers reliés entre eux par deux ficelles de parchemin en une seule couture en coiffe et queue. - COMMENTAIRE TOUCHANT POUR L'ESSENTIEL LA PROCEDURE CIVILE, LES VOIES D'EXECUTION, LES SURETES. - LE TEXTE nous semble excéder le TITRE : CONFERENCE SUR LE DORIT D'ACCROISSEMENT ARTICLE TRENTE UN, TITRE DOUZE DE LA COUTUME D'AUVERGNE Ce Ier 8bre 1775. - 366 pp. dont 352 manuscrites. Ecriture parfaitement lisible. Joint f.152 1 153 dans le document 2 ff. de 4 p. un COMPLIMENT EN VERS de JJ. ROUSSEAU aux CHARTREUX d'.. en SAVOYE près Chamberry ou il est postulant, suit un au Cardinal de BERNIS et au un autre au dos à la REINE DE FRANCE. - Les 15 premières pages sont consacrées à une CONFERENCE SUR LE DROIT D'ACCROISSEMENT ARTICLE 31.12 DE LA COUTUME D'AUVERGNE dont 7 Questions. 1 f. - 8 p. relatives à l'ordre des successions collatérales suivant l'esprit de la coutume d'auvergne avec schéma, 1. 3 ff. vierges. - 1er cahier. DES JUGES SUBALTERNES BASSE, MOYENNE JUSTICE. Des JUSTICES ROYALES ORDINAIRES. Bailly, Sénéchal. Au Criminel. Des Praesidiaux. Criminel. Crimes dont les Prévosts.. Pouvoir des Arbitres.Compromis devant notaire. Acte SSP. Sentence Arbitrale. Instructions pour les Différentes Procédures. Explication de cause instance et procès. Projet de déffense. Incidents. Intervention en procès. Subrogation d'instance. Recours. Appointement. Appellation verbale. Appellation en procès par écrit. Des Sentences. Interlocutoire. Sentence et provision au civil. Sentences définitives. Formalité des ordonnances. Exemples des sentences. A l'Hotel. De ce qui se décide à l'audience et aux instructions. Sur les Remplations. Sur le Pétitoire. Possessoire. Pour former la compte. Sur une revendication de meubles. Demande en compte sur une universalité. Sur des egouts. Au possessoire. Principe en matière de servitude titre 17 cout. Auvergne. diverses servitudes.. Des Dixmes 17 18 cout. d'Auvergne. Dixmes infeodées. Curés. Novalles. QUESTIONS. Preuve d'Infeodation. Déclaration du Roy de 1726 en faveur des curés et vicaires perpétuels. Avis du Conseil sur les dixmes. Sur les fondations. - AVIS DE CONSEIL DONNE PAR DEUX AVOCATS de PARIS en 1741 pour des Cens (12 Demandes et Réponses). - VENTES SUR PLACARD puis SAISIES dont saisie et exécution des meubles, devoirs des huissiers, criées, formule du congé d'adjugée, restitutions, sentence sur le recisoire, action redhibitoire, f. 65 à 97; - RETRAIT FEODAL CONVENTIONNEL ET LIGNAGE. Titre 23 de notre Coutume. 41 Articles commentés. Observations. Notes. Procédure sur le retrait, acte instrumentaire, autre exploit en retrait lignagé en conséquence. Sentence qui donne acdte des offres. Sentence définitive. Autre sentence. Des HYPOTHEQUE QUI SE DIVISENT. - DES HERITIERS. COUTUME D'AUVERGNE TIT. 12 art.4 à 46. L'USUFRUIT... - DICTUM d'une SENTENCE. Déguerpissement. Formes. Bornage. Sur une interdiction d'un prodigue ou d'un fou. - CONFUSION qui existe dans la Coutume d'Auvergne. Des Prescriptions. De celles portées par la Coutume d'Auvergne. Art 1 à 20; - Peremption d'instance. Transactions. Précaire. rentes. Prêt. - Actions des cohéritier et coobligés. - Des TESTAMENT dela Coutume d'Auvergne. Titre 12 Art. 16. Donations. Des Baux. Expulsions. - PRIVILEGES. De la Vente. f. 158& 159 (cf. JJ. ROUSSEAU) - De la Taxe des Dépends titre 31 ord. 1663. Des intérests. Reddition des comptes. - Contraintes. Exemptés de la contrainte par corps.

ANONYME

DESSIN PAYSAGE ENCRE AQUARELLEE D'UNE CHATELLENIE TERRIER 18e S. vers 1750

- Dessin à l'Encre sur vélin Aquarellé d'un plan de masse en vue perspective et relevé des niveaux, établi manifestement par un Paysagiste du 18e. (Vers 1700/1750). - Dimensions : 37.5 par 24.5 cm.

ANONYME

DICTIONNAIRE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES

Non daté, Vers 1775(+-). DICTIONNAIRE ALPHABETIQUE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES avec 850 entrées environ. - In-quarto plein vélin, au dos à l'encre brune DIOCESE BOURGES en long et en petit en haut. 1 f. avec titre à l'encre "LE DIOCESE DE BOURGES" - 293 pages manuscrites à l'encre brune comprenant les noms des PAROISSES ou PRIEURES avec en marge gauche et titres les "Noms des Curés avec dates", la dernière est de 1771 et EGALEMENT, références de repères de Cartes pour chaque nom. Les entrées vont d'ABILLY à YSSOUDUN et YVOY LE PRES, une dernière page modeste est réservée aux Archidiaconats du Diocèse de Bourges.

- EXCEPTIONNEL et Enorme Travail d'érudition fin 18° S., p. On compte environ 850 entrées DE PAROISSES ET PRIEURES incluant le CHER, l'INDRE, l'ALLIER, un peu la NIEVRE et du LOIR et CHER. - Il ne semble pas exister d'ouvrage manuscrit ou édité jusqu'à nos jours et qui recense l'ensemble des Paroisses et Prieurés ainsi que leurs description hiérarchique et géographique. (bnf et bibliothèques) et touche de façon aussi étendu et précise à l'Organisation du Diocèse.

ANONYME

DOMAINE DE VILBOIN (VILLEBOIN PRESLY), CAHIER DES VENTES ET ACHATS DE BESTIAUX, BLED & LOYERS, PERIODE 1769/1790

Portfolio in-folio à lacets velin parchemin manuscrit. 1769/1790, 64 pages manuscrites avec manques interfoliaires intéressant le Domaine de Vilboin près de PRESLY dans le Cher.

ANONYME

GNOMONIQUE - MANUSCRIT - TRAITE DE CADRAN SOLAIRE DE BOURGES RAPPORTE A BOURGES ET AU CADRAN SOLAIRE DE LA REPUBLIQUE CALCULE POUR LA LATITUDE DE BOURGES.

15 ventôse an VII. - MANUSCRIT RELIE AVEC DESSINS ENCRE ET TABLEAUX. - In-12 plein veau, dos lisse avec pièce de titre "CADR. DE BOURGES", fleurons. Petite fissure de cuir au mors droit haut. 1 f. découpé, 1 f. d'ex-libris d'appartenance à Charles JOUBERT commune d'Allogny datée du 4 juillet 1840. Textes soulignés d'un encadrement bleu. Tableaux et dessins de gnomonique - 20 pages avec un dessin en double page à l'encre de grande précision d'un cadran solaire. Ecrit en la forme d'une méthode pour établir un cadran solaire. - p. 21, SUITE DE 12 TABLEAUX "CADRAN HORIZONTAL DE BOURGES" surmonté d'une méthode à l'encre rouge. Suivi d'un tableau et d'un texte sur 1 page. - p. 35, CONSTRUCTION DU CADRAN HORIZONTAL PAR LES TANGENTES. - p. 41, CALCUL DES CADRANS VERTICAUX. - p. 50, LE CALCUL DU CADRAN SOLAIRE DE LA REPUBLIQUE..... CE CADRAN A ETE CALCULE POUR LA LATITUDE DE BOURGES 47°5'; FAIT A BOURGES LE 15 VENTOSE L'AN SEPT DE LA REPUBLIQUE. Suivent 10 TABLEAUX DU CADRAN SOLAIRE HORIZONTAL DE LA REPUBLIQUE DIVISES EN 20 HEURES - JOINT UNE REFLEXION DE 4 PAGES SUR CE DOCUMENTS ET NOTAMMENT SUR SON AUTEUR INCONNU.

TRES ETONNANT MANUSCRIT DE GNOMONIQUE se rapportant à Bourges qu'on pourrait peut-être rapprocher du Petit traité de Gnomonique ou l'art de tracer les cadrans solaires, 1788 de POLONCEAU Curé de Lucé.. Le dessin 2 pourrait ressembler à notre dessin à l'encre du cadran solaire.

AUGUSTE DANICAN - FRANCOIS MAURIAC

NOTICE SUR LE 13 VENDEMIAIRE OU LES PARISIENS VENGES dédié aux veuves et orphelins de français assassinés par la convention, et à tous les ennemis du crime et de l'anarchie (1796). Ex-dono de François MAURIAC 1943.

1796 s.l. - Ex-dono de François Mauriac. - In-huit bradel demi percaline, dos avec pièce de titre maroquin aux petits fers dorés. - 2 ff. dont Ex dono en forme de clin d'oeil de François Mauriac : "Donné en Vendemiaire 1943 par le vigneron François Mauriac à l'historien de Carnot Gaston Dul....". - P. de titre, 112 p.

Cf. Biographie des Hommes Vivants de Michaud : DANICAN (Auguste), 1763/1848, colonel d'un régiment de hussards, puis général de brigade, fut employé contre les royalistes de la Vendée en 1793 et 1794 : il se conduisit toujours avec humanité, et pressa même plusieurs fois la Convention de faire punir les auteurs des noyades de Nantes et des autres excès commis. Envoyé en décembre à Laval pour combattre les premiers rassemblements de chouans, il fut contraint de s'enfermer dans Angers pour défendre cette place contre les royalistes, qui l'assiégeaient sans succès. Le général Danican fut publiquement accusé d’avoir voulu leur livrer cette ville. Destitué à cette époque, il parvint à se faire remettre en activité. Il commandait en 1795 à Rouen, d’où il adressa des dénonciations à la Convention contre les généraux Tureau, Grignon, Huchet et autres, avec lesquels il avait servi dans la Vendée, et qui y avaient commis des horreurs inouïes. A l'époque du 13 vendémiaire an IV (1795), le général Danican vint à Paris, embrassa le parti des sections, commanda un instant leur force armée ; mais, n’étant pas secondé, et n'ayant pas eu le temps de préparer ses moyens, il ne put obtenir l'avantage, et s'éloigna quand il vit les troupes conventionnelles prendre le dessus. On lui fit son procès par contumace ; et le conseil militaire séant au Théâtre-Français le condamna à mort.

BENJAMIN DE L'ISLE DUGAST EVEQUE DE LIMOGES - HERAULT René LIEUTENANT GENERAL DE POLICE

14 L.A.S. SUR LA CONTROVERSE DU MIRACLE DE MARIE ANNE DALMAIX DE SOLIGNAC. CONVULSIONNAIRES. JANSENISME. LIMOGES

- 1 Gravure in-huit de HERAULT et 14 LETTRES dont 12 de l'Evêque de Limoges adressées à HERAULT et 2 copies de la main de HERAULT en réponse à l'Evêque et une au Cardinal de FLEURY. - L'Affaire du miracle de Marie Anne DALMAIX s'inscrit dans le contexte convulsionnaire né des miracles de M. de Pâris étendu à toute la france par la fermeture du cimetière ou il était enterré, de luttes locales avec les Bénédictins de Solignac, de la lutte contre le Jansénisme. - Marie Anne DALMAIX agée de 15 ans native de Solignac près Limoges était affligée d'écrouelles et avait pour seul remède de se faire couper la jambe à Limoges. S'y rendant, sa mère pria devant une image de François de Pâris et obtint cette guérison. S'ensuit une querelle autour d'une rétractation du miracles, de faux en écriture, de querelle janseniste ou la probité de l'Evêque de L'ISLE DU GAST est mise en cause. RENE HERAULT est nommé pour enquêter à travers un tribunal spécial. NOS QUATORZE LETTRE SONT L'ECHANGE EPISTOLAIRE DURANT CETTE PROCEDURE ENTRE L'EVEQUE DE LIMOGES DE L'ISLE DU GAST ET RENE HERAULT L'ENQUETEUR.. - Benjamin de L'ISLE DU GAST (né le 27 juin 1675 à Isle-du-Gast et mort à Limoges le 5 septembre 1739) Evêque de Limoges de 1729 à 1739, fut une dizaine d'année Jésuite. - RENE HERAULT (1691-1740) usa de sévérités envers les Jansénistes, persécutés à cette époque, ce qui lui valut de ne pas être ménagé dans les Nouvelles Ecclésiastiques, organe du parti janséniste fondé en 1728 et dirigé contre les Jésuites. Il prit des mesures rigoureuses contre les convulsionnaires du cimetière de Saint-Médard (1732).

1- 13 octobre (34) 2 ff. in-4 & 1 pp manuscrites. L.A.S. par laquelle l'Evêque adresse la lettre de la Dle DALMAIX l'informant du vol de lettres envoyées par l'Evêque pour lui marquer les ordres de HERAULT. Qu'il ne s'agit plus du fond de l'affaire dont le miracle ne peut être mis en doute, et qu'elle est en butte à tout le monde. Evoque la plainte de Mme TOURNE et le remercie de sa protection envers cette "pauvre fille". 2- 28 xbre 1734 2 ff. in-8 & 3 pp manuscrites COPIE AUTOGRAPHE D'HERAULT de sa lettre à l'EVEQUE. Il lui confirme avoir "fait faire une vérification d'écriture par 3 experts tant de la lettre que la Dalmaix vous a écrite que de la signature au bas de la procuration ... avec la lettre qu'on prétendait être de l'écriture de la Dle Dalmaix et qu'on avait déposé chez Raymond Notaire. Ces 3 experts du nombre desquels j'avais choisi ont unanimement déclaré qu'il était évident qu'il n'y avait aucune ressemblance entre les écritures de comparaison et la lettre déposée par la Dame Tourné...... J'estime encore nécessaire de faire venir la Dle DALMAIX elle même afin de la faire écrire en présence des Notaires et d'experts... et fermer la bouche pour jamais à l'intrigue ..la plus honteuse.. que j'ai vue. ...". 3- Limoges 4 Janv. (1735) 2 f. in-quarto, 2 p. manuscrites. L'Evêque informe Hérault du mauvais état de santé de la Marguerite DALMAIX et que si le voyage est absolument nécessaire, sa soeur pourrait la loger à Paris, car "enfin la Dalmaix est une fille et quelque bien intentionnée qu'elle soit et qu'elle paraisse on peut aisément ...la suborner...". 4- A LIMOGES, ce 14e janvier 35 : PROBABLE COPIE de la main de l'Evêque de LIMOGES d'une lettre adressée au Cardinal de FLEURY et envoyée à RENE HERAULT. pour information. (Le Cardinal de Fleury mènera une politique active contre le Jansénisme durant cette période comme Principal Ministre d'Etat. Il s'adresse à MONSEIGNEUR et à VOTRE EMINENCE ou V.E. : "Je suis très reconnaissant de la part que V. E. veut bien prendre à ce qui me regarde et de la bonté avec laquelle elle m'avertit des coups qu'on veut porter à mon honneur et à ma réputation. Celui cy si je ne me trompe m'est portée par l'auteur des Nouvelles Ecclesiastiques qui dans sa Gazette du 8e novembre dernier en avait prévenu le public à l'occasion d'un faux fuyant qu'il ... avait trouvé pour se laver de la fourberie dont on l'accuse et pour soutenir le prétendu miracle de Solignac et se voyant absolument confondu par la confrontation des écriture que Mr Hérault a fait faire par trois Maitres Ecrivains jurés, il veut s'en venger sur moi en me préstant d'avoir trempé dans .. Jusqu'ici, je n'ai pas répondu aux calomnies.... V.E. a entendu parler du miracle prétendu arrivé à Solignac en faveur d'une Marie Anne Dalmaix. J'en parlai moi-même l'hiver dernier à votre Eminence.. Elle se souviendra que les Prieures des Bénédictins de Solignac ... VOUS NOMMATES Mr HERAULT A QUI JE DONNAI LES PREUVES LITTERALES que j'avais en main. Il se contenta de faire réfuter le miracle par l'auteur du supplément des nouvelles Ecclesiastiques. Sachant que V.E. s'en tenait là... De retour de Paris je trouvai le Père Vernette plus animé que jamais et le Gazetier aussi. Mr Hérault s'adressa à moi pour avoir des nouvelles. Je lui en ai fourni de si convaincantes que le Gazettier ne peut plus rien répliquer. Pour avoir ces preuves, j'ai eu recours à la mère, à la soeur ainée de la miraculée et à la Miraculée elle-même qui se préterent de bonne grâce à dire la vérité et à la soutenir. Cette famille de Dalmaix est de Solignac même. Le Conseil de leurs familles était Dom Brunier Bénédictin de l'Abbaye de Solignac qui les guida fort bien Le Prieur s'en aperçut et dès lors lui déclara la guerre et lui fit du pire qu'il put. Les intrigues du Prieur en faveur du miracle continuant toujours je demandai à son Général de me l'ôter, il le fit à la Diette du mois de Juillet dernier, mais pour adoucir le coup porté à D. Vernette, on lui sacrifia Dom Prunier qui m'avait aidé à prouver la fausseté du Miracle et on le destina à une abbaïe éloignée apparemment aussi pour me mortifier, car on lui reprochait de m'être trop attaché Dom Prunier... Le succcesseur de D. Vernette dans le Prieuré de Solignac lui signifia son obédience, D. Brunier l'accepta et tomba grièvement malade. A peine se lève-t-il , le Prieur le pressa d'exécuter l'Obedience, D. Brunier part de Solignac pour vendre au lieu de son exil en passant par Limoges, il vient pour prendre congé de moi. J'étais alors à ma maison de campagne, il comptait en repartir le soir pour son abbaie. Sur les onze heures on vient m'avertir d'un bagarre arrivée à Limoges au sujet de D. Brunier. J'écrivis alors à V.E. et lui en fit un fidèle récit, lui demandant une sauvegarde et qu'en l'attendant je le garderai chez moi sachant que la vengeance d'un moine sur tout Bénédictin est à craindre et il y en des exemples facheux............ n'ayant plus à espérer de paix dans sa congrégation Dom Brunier demande à Rome un bref de translation qu'il a obtenu... 5- Limoges 15 mars (1735) 2 f. in-quarto, 3 p. manuscrites. Copie de la Lettre de M. HERAULT à Mgr l'Evêque de Limoges. Mgr, L'affaire de la Dlle Dalmaix mérite de plus en plus d'être approfondie. La dame Tourné soutient hautement que vous et moi sommes trompés, que Marguerite Dalmaix est véritablement celle qui a écrit la lettre en faveur du prétendu miracle. Cette dame Tourné vient même de déposer encore une nouvelle Lettre de la même écriture que la Iere par laquelle la Dle DALMAIX luy demande de l'onguent. Vous verrez par la feuille jointe des Nouvelles Ecclésiastiques jusqu'ou la Parti porte ou sa confiance ou sa démence. Il faut donc une fois pour toutes savoir à quoi s'en tenir afin de punir sans ménagement ou la Dalmaix si elle nous trompe ou la Dame Tourné si elle veut continuer à nous tromper. Dans cette vue Je vous prie Mgr, 1re D'exécuter la parole que vous m'avez donné en envoyant à Paris le Dlle Dalmaix afin qu'en présence de la Dame Tourné et d'un Notaire avec des Experts, on puisse vérifier son écriture ; 2e Il serait nécessaire qu'aussitôt que vous aurez reçu ma lettre vous soyez agréable de m'envoyer de l'Ecriture et même des lettres, s'il se peux signées d'un certain particulier demeurant à SOLIGNAC appellé si je ne me trompe LESSAIN et dont la DALMAIX s'est plainte à vous comme d'un fripon qui avait déjà contrefait plusieurs fois son écriture et notamment dans une ocasion ou led. particulier écrivit à la Dame Tourné à Paris pour luy demander de l'ongent comme si c'eut été elle même qui eût écrit à cet effet à la dame Tourné. Il n'est pas possible que la D. Dalmaix ne puisse avoir de l'Ecriture par quelqu'un de connaissance ou de ses amis ... Mgr vous pourrez parvenir à en avoir soit par confiance ou négociation particulière ou même en employant votre autorité. Je vous demande surtout cela Mgr .. pour la recherche de la vérité".. 6- Limoges 29 mars, 2 f. in-quarto, 3 p. manuscrites. "Note en 1re page de HERAULT, x .. a été chargé d'aller au devant de la Dalmaix pour la conduire aux filles de.. ce 5 avril 1735". Lettre avisant du départ de Marguerite Dalmaix dans une littière, elle ne se porte pas trop bien... elle a quitté sa soeur la miraculée à qui on a fait une incision à la jambe qu'on voulait que M. Pâris eut guérie elle-même ne se portant pas trop bien. Il lui rappelle que le Cardinal de Fleury voulait bien faire la dépense du voyage et qu'elle logera rue de Vaugirard dans la Communauté de Ste Thècle... Elle a TOUT A CRAINDRE du parti qui est envoyé contre elle ; les Bénédictins sont déchainés contre elle. Elle et sa famille méritent qu'on lui procure "quelqu'avantage". Il le prévient contre le fanatique LESENNE et que la seconde lettre à la Dame Tourné convainc qu'il en est l'auteur de toute l'intrigue. Et il l'avise que son frère le CURE DE VIGEN (affaire qui prendra corps dans la presse écclésiastique) est l'auteur de libelles contre lui... Il lui tient compte de sommes payées.. 7- Limoges toujours du 29 mars, 2 f. in-quarto, 1 p. manuscrite. Lettre avec adresse et cachet armorié de l'Evêque, devant servir de lettre de créance et l'avise du départ ainsi que des bonnes dispositions qu'elle est de faire ce qu'il lui ordonnera pour confondre les fourberies et les mensonges. Le nombre de ses ennemis va encore augmenter.. 8- Limoges 22 avril (1735) 2 f. in-quarto, 3 p. manuscrites. "Dieu veuille vous récompenser... la fille ne s'est point démentie, elle doit s'attendre à être bien persécutée". Lui tient compte de ses dépenses. Hérault lui annonçant engager une autre affaire (probablement liée à Lessene affaire dite du Curé de VIGEN), il le met en garde et s'étend sur cette affaire à propos de mauvais livres qu'il aurait chez lui. 9- Limoges 6 may (1735) 2 f. in-quarto, 2 p. manuscrites. Nouvelle querelle à propos d'écriture fausses de LESSENE. Décomptes faits du voyage en haut de la lettre. 10- Limoges 11 juin (1735) 2 f. in-quarto, 1 p. manuscrites plus 1 f. de note de la main de Hérault "J'ai envoyé au même les justifications de la Dalmaix et procurations d'elle pour déposer chez le Notaire à Paris". Il assure avoir réparé sa bévue et joint la procuration demandée. 11- Limoges 5 juillet (1735) 2 f. in-quarto, 2 p. manuscrites."Les Bénédictins s'intriguent à justifier LESSENE, voici deux lettres qui feront voir qu'un de leurs visiteurs n'en pensait pas bien cy devant et quoique son nom soit raturé dans une on voit bien que celà a été fait après coup... La mère de la Delle Dalmaix est bien malade et demande instamment sa fille qui lui fait certainement besoin.. elle a fait son devoir par rapport au miracle.." 12- Limoges 6 novembre (1735) 2 f. in-quarto, 1 p. manuscrites. "Elle nie aussi avoir jamais proféré les extravagances que l'autheur des Nouvelles Ecclesiastiques lui preste ; elle m'a ajouté que d'autres que cet auteur la faisaient souvent parler presqu'aussi mal à propos. Ainsi je ne crois pas qu'il faille relever ces pauvretés qui tomberont d'elles mêmes. D'ailleurs la fille est vive et babillarde, je ne répondrais pas qu'il ne lui fut échappé parfois quelques forfanteries.. 13- Limoges 20 novembre (1735) 1 f. in-quarto, 1 p. manuscrites. "Votre lettre m'a fait un plaisir extrême en apprenant l'innocence enfin reconnüe et le mensonge enfin découvert. Je suis venu pour visiter une Abbaye "ou il y a une division extrême entre les moines". Elle part à Paris en partant de Poitiers pour prendre le carosse de voiture. La famille Lessene lui a fait signifier un ajournement personnel dont on lui a conseillé en partant d'en faire signifier un appel à Paris.. 14- A CHAMNIER en Cours de visite ce 29e Mai 1737 : "Monsieur, Je suis en vérité très sensible à la bonté avec laquelle vous m'informez de l'HEUREUX ET FINAL SUCCES DE L'AFFAIRE de LA Delle DALMAIX. Il fallait un Magistrat aussi zélé et aussi éclairé que vous pour la tirer des pattes de ses ennemis. Le Seigneur dont vous prenez en main les itérets sera votre récompense et je le prie du meilleur d mon coeur de protéger et conserver longtemps un Défenseur et un Protecteur qui a rendu de si bons services à son Eglise. En mon particulier Monsieur, je vous demande pour moi la continuation de votre précieuse bienveillance...

BERMILLER WOLFGANG L’Abbé Ci-devant Professeur

MUNICH - ABREGE DE TOUT CE QU’IL Y A DE REMARQUABLE A VOIR A MUNICH TANT A LA COUR QU’AUX EGLISES ET A LA GALERIE ELECTORALE A L’USAGE DES ETRANGERS

1789, A Munich chez Antoine François Imprimeur de la Cour & des Etats, Petit in-huit (11/18 cm), dos à cinq nerfs, titre à froid (pièce de titre dorée enlevée « Abrégé »). Toutes tranches rouges. Garde, 1 f. p. de Titre, 110 pages pour l’abrégé, 1 f., 15 p. pour le Supplément pour servir de suite. 1 f. garde.

OUVRAGE ABREGE EXTRAIT de l’Original de Mons. De RITTERSHAUFEN à l’usage des étrangers qui ne savent point l’allemand.

BETHUNE (COMTE LOUIS DE)

L.A.S. de Louis de BETHUNE à l'intention de MICHEL BEGON INTENDANT DE LA ROCHELLE à PROPOS DE l'ETAT DU PORT DE LA ROCHELLE

Rochefort, le 25 septembre 1705, - 1 f. d'une page manuscrite signée du Comte de Béthune à Michel BEGON Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue, lui demandant de rendre compte de l'état du port de La Rochelle. - TEXTE : "Je vous envoye Monsieur copie de la lettre que je viens de recevoir de Monsieur le Marechal d'Estrées par la quelle vous verrez qu'il m'ordonne de consert avec vous de luy rendre compte du détail et de lestat de ce port. Je vous supplie de me mettre le plutot qu'il se pourra en estat d'y satisfaire afin que le service n'en souffre pont et sy vbous n'y pouvez venir .. faites moy l'honneur de me mander sy je travailleroy avec Monsieur de Montelon, et faites moy aussy celuy de ..... bien sincèrement. Votre très humble et très obéissant serviteur, Signé, le Comte de Bethune. A Rochefort ce 25 septembre 1705".

- MICHEL BEGON, dit le "Grand Bégon" né à Blois en 1638, mort à Rochefort en 1710 est admistrateur et officier de plume de la marine royale. Il est intendant de la marine au port de Rochefort, Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue. - COMTE LOUIS DE BETHUNE. (1663 - 1734), Marine royale. Enseigne de vaisseau en 1680. En 1682, son oncle François-Annibal petit-neveu de Sully, est promu chef d'escadre de Guyenne. Brevet de capitaine de vaisseau en 1689, En 1690, il hérite de la seigneurie berrichonne. Il sert à nouveau pendant la guerre de Succession d'Espagne. Lors de la bataille navale de Vélez-Málaga, le 24 août 1704, il commande le vaisseau Le Vermandois, 60 canons, dans le corps de bataille commandé par le comte de Toulouse, Amiral de France. Il obtient au mois de septembre 1705 une pension de 1 000 livres sur le budget la Marine, et est mis au mois de novembre 1705 sur la liste des capitaines de vaisseau à la haute paye. Il est promu au rang de chef d'escadre de Picardie lors de la promotion du 28 octobre 1720. Il est fait Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis le 17 mars 1728, et promu lieutenant-général des Armées navales ad honores. Il meurt à Rochefort.

BOUDIER DE VILLEMERT ou (VILLEMERT)ou (VILLERMET)

PENSEES PHILOSOPHIQUES SUR LA NATURE, L'HOMME ET LA RELIGION

- 1784 - 1786, A PARIS Chez Royez, - Exemplaire bien complet des 3 volumes de 1784 et du SUPPLEMENT de 1786, - 4 Vol. in-16 pleine basane, 2 coiffes légèrement éraflées. - Quatrième Volume orné d'un joli cachet de cire rouge avec la mention "La Douceur m'attire", un petit noeud bleu collé sur une paquerette.

- Ex-libris à chaque ouvrage. - Corps de texte en bel état malgré quelques rousseurs aux premiers feuillets. - BOUDIER DE VILLEMERMET (cf Biographie Universelle de Michaud 1850t V p. 188) est avocat au Parlement de Paris. Né en 1716 mort ?, on lui doit diverses oeuvres dont une APLOGIE DE LA FRIVOLITE, L'ANDROMETRIE OU EXAMEN PHILOSOPHIQUE DE L'HOMME", le NOUVEL AMI DES FEMMES, ou l'IRRELIGION DEVOILEE.

BOXBART JOHANN

ARCHITECTURA CIVILIS, Oder Beschreibung und Vorreissung einiger Vornehmer Dach-Werck.....

- GRAVURE de l'Edition de 1704 ou de 1725 (seules éditions) de l'ARCHITECTURA CIVILIS, - Gravure frontispice à petite marges signée en bas à droite Iohann Boxbart Sculpsit et dont l'auteur serait Caspar Walter cf. Worldcat identities. Dimensions: 19.5 par 30.7 cm.

BOXBART Iohann 1617-1727. Graveur allemand d'architecture.

BRUZEN DE LA MARTINIERE

L'ART DE CONSERVER SA SANTE COMPOSE PAR L'ECOLE DE SALERNE Avec la Traduction en vers François par Mr. B. L. M.

1749, A PARIS Chez Pierre-Alexandre LE PRIEUR. - In-12, 1 f. p. de titre, xxxij p. dont le Discours sur l'Ecole de Salerne, 77 p., 5 ff. Pièce de titre manquante, deux ex-libris manuscrits à l'encre. Coiffe supérieure frottée.

- Première Edition. - Du moyen de se passer des médecins.

CALMET Révérend Père

L’ECCLESIASTIQUE - COMMENTAIRE LITTERAL SUR TOUS LES LIVRES DE L’ANCIEN ET DU NOUVEAU TESTAMENT

Ex-libris manuscrit de Mgr de BEAUVAU, Successeur de Mgr Le GOUX de la BERCHERE, Archevêque de Narbonne, recouvert par celui de M. SOUVILLE Archidiacre. AUX ARMES de MGR Charles Le GOUX de la BERCHERE, Archevêque de Narbonne Aumonier de Louis XIV et son protégé. - 1714, A Paris chez Pierre EMERY In-Quarto plein veau, dos à cinq nerfs, pièces de titre et auteur et entrenerfs aux fers dorés. Roulettes aux coupes. Tranches mouchetées. Bon exemplaire en bel état, Fers très frais. Accroc aux deux coiffes. Les Deux Plats aux Armes Cardinalices et Nobiliaires de Monseigneur Charles Le GOUX de la BERCHERE cf. supra nos références biographiques et armoriales. Texte en Deux Colonnes pour le latin à gauche et le français à droite et Commentaire en dessous. Bandeaux Gravé de Scotin.. 1 f., Ex-libris collé devait contenir la marque de M. SOUVILLE (reporté sous la date) Archidiacre et chanoine, et superposant celles de Monseigneur de Beauvau Archevêque de Narbonne 1 f. nn. xcvj pour la Préface et les Dissertation sur le Système du Monde, l’Ecclesiastique et les funérailles, 658 p. dont Table des Matières. 1 f. pour le catalogue.

NOTRE EDITION est l’édition Originale. Voltaire s’en servira pour rédiger son Dictionnaire Philosophique. - Petit fils de Jean Baptiste LE GOUX de la BERCHERE Premier Président du Parlement de Bourgogne et fils de Pierre Le Goux de la Berchère et de Louise Joly de Blaisy également Premier Président au Parlement de Bourgogne. (cf. Amateurs Particuliers du Nouvel Armorial de GUIGNARD, t2 p. 307, ses Armoiries familiales sont d’Argent, à une tête de More de sable bandée d’argent, accompagnée de trois molettes de gueules), Charles est né à VIF en 1647 et mort à Narbonne en 1719. Collège d’Harcourt, docteur en Sorbonne, Séminaire de Saint Sulpice. Aumonier de Louis XIV, il suivit dans la Campagne des Flandres.. Eveque de Lavaur, il publie les statuts synodaux de son diocèse. Archevêque d’Aix puis Archevêque d’Albi sans la provision du Pape fâché avec Louis XIV et dont il est le protégé et qui lui offre l’Archevêché de Narbonne avec enfin la Bulle de Rome.. Grand érudit sa bibliothèque est prestigieuse et monumentale. Elle fut dispersée à la mort de François de Beauvau son successeur qui figure en ex-libris manuscrit. - Le père CALMET est né en 1672 en Lorraine à Ménil la Horgne. Il entre au Prieuré Bénédictin de Breuil, puis à l’université de PONT A MOUSSON. Il entrera enfin chez le Bénédictins de la Congrégation de Saint Vanne . Il sera ordonné prêtre en 1696 et dit sa première Messe à Munster. PRIEUR à Lay Saint Christophe puis abbé de Saint Léopold de NANCY . Il meurt comme abbé de Senones en Principauté de Salm. Il rédigera son Commentaire Littéral qui nous occupe à partir de 1607.

CARNOT Lazare

RAPPORT DE CARNOT AU NOM DU COMITE DE SALUT PUBLIC SUR LA CAMPAGNE DES FRANÇAIS Depuis le 8 Septembre 1793, PAR ORDRE DE LA CONVENTION NATIONALE - CAMPAGNE DES FRANCAIS DEPUIS LE 8 SEPTEMBRE 1793 - Répondant au 22 fructidor de l’an Ier de la République française Jusqu’au 15 Pluviöse an III, Envoyé aux Armées, aux Corps administratifs et aux Municipalités. PAR ORDRE DE LA CONVENTION NATIONALE.

- A PARIS de l’Imprimerie de la République MESSIDOR AN III - In-8 broché cousu dans sa reliure d’attente avec modeste pièce de titre papier à l’encre. Auréoles. Dernier feuillet garde couverts d'additions anciennes encre. Un très joli Frontispice gravé pleine page aux Drapeaux des Victoires des Armées de l’An III « VICTORIEUSES DES PUISSANCES COALISEES ; on note les drapeaux des Alpes, du rein, de la Moselle, des Ardennes, de Sembre et Meuse, du Nord, des Côtes de Cherbourg, des Côtes de Brest, de l’Ouest, des Pyrennées Orientales, des Pyrennées Occidentales. Gravure signée de Dusaure et Duplat. 103 pages dont p. de titre avec jolie vignette, et Bandeau au début du Rapport Fait à la Convention au nom du Comité de Salut Public, par CARNOT ; Suit sur plus de cent pages un gigantesque tableau de la Campagne des Français par les différentes Armées, les Lieux et Commandants en Chef et Généraux, et les Dates. p. 87 une importante Table Alphabétique des Noms de Lieux. Nb : les derniers feuillets sont auréolés.

Edition Originale de ce document envoyé aux Armées. Campagnes militaires résumées en tableaux.

CELLARIUS CHRISTOPH - JOHANN GEORG WALCH

ORATIONES ACADEMICAE CONLECTAE OPERA IOANNIS GEORGII WALCHII QUI ET PRAEFATIONE DE FATIS ORATORIAE INTER GRAECOS, ROMANOS ET GERMANOS COPIOSE EDISSERVIT.

EDITION ORIGINALE. 1714, LIPSIAE Sumptibus IO. LUD. GLEDITZCHII - In-8 à lacets, dos orné à froid, plats ornéS de plaques à froid mais avec anciennes traces de dorures encore visibles au premier plat. Toutes tranches dorées. Minime trace de vers au bas du dos. - 1 f. p. de titre, 317 p.

Voir Mémoires pour servir a l'histoire des hommes illustres dans la République des Lettres, Volume 5, de J. P. NICERON, 1728 p. 273. Voir également description dans DATA BNF : Description matérielle : In-8° Édition : Lipsiae , 1714 Auteur du texte : Christoph Cellarius (1638-1707) Philologue, voir MICHAUD T.7 p.310. Éditeur scientifique : Johann Georg Walch (1693-1775) Professeur de Philologie et d'Antiquité.

CLAUDE DE BENGY Conseiller du ROI, LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL, HENRI LOUIS DE BARBANCON, ALEXANDRE DESRION SEIGNEUR DE RAIMOND, PIERRE ANTOINE MARIE AGARD MARQUIS DE MAUPAS

ATTESTATION DE NOBLESSE PAR RACE ET EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE

- Fait à Bourges en l'Hôtel (de Bengy) le seize janvier 1778. - 2 ff. Velin (filigrane armorié et devise "PRO PATRIA EJUSQUE LIBERTATE") oblong grand in-quarto revêtu de trois cachets armoriés de cire. - CERTIFICAT DE NOBLESSE ET D'EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE par Claude de BENGY Conseiller du Roy, Lieutenant Général Civil Criminel au Bailliage de Berry siège Présidial de Bourges, Lieutenant Général Conservateur des Privilèges Royaux de l'Université de la même ville (Celui-là même qui convoquera et organisera les Etats Généraux de la Province de Berry). - Figurent trois témoins en tête de document attestant de la noblesse de race et d'extraction par père François Clément GASSOT de la VIENNE Chevallier seigneur de Contre, Soix, Boisbuart, Alloigni, ancien Capitaine au Régiment de Chartres et Chevallier de Saint Louis, et mère (Le Bègue): LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL Seigneur de Bannegon, Marquis de Germigny ; Henri Loouis de BARBANCON Chevallier Seigneur de Marmagne en Sologne et de Fussi en partie avec le Roy ; Alexandre (DESRION) Chevallier Seigneur Comte de Raimond, Lugny, Chanceau ancien Capitaine d'infanterie au Régiment de Limousin ; et Pierre Antoine Marie AGARD Marquis de MAUPAS Chevallier de l'Ordre Royal et militaire de Saint Louis. - DOCUMENT REVETU DES SIGNATURES ET CACHETS de Cire armoriés des témoins de noblesse.

- Superbe Document Historique pour le Berry. - ESTIENNE GASSOT, fils de François GASSOT de la VIENNE et de Jeanne LE BEGUE, de DEFFENS, de ROCHEFORT, de la VIENNE, de FUSSY, de CHAMPIGNY. Armes : d'azur à un chevron d'or accompagné de trois roses d'argent, 2 et 1 boutonnées d'or. – Couronne : de Comte. – Supports : deux lions. – Cimier : un lion tenant une rose avec ce vers pour devise : PROE RELIQUIS FRAGANT SOLI VERTUTIS ODORES. - LA FAMILLE GASSOT appartient à la noblesse du Berry originaire de Bretagne. Elle donnera un Maire de Bourges, Un conseiller au Praesidial, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, receveur général des gabelles en Berry etc.. On trouve dans les Carrés d'Hozier un tableau généalogique de la famille Gassot. On trouvera enfin, dans le même recueil et dans le Nouveau d'Hozier les preuves de noblesse que plusieurs membres de cette famille firent au XVIIème siècle pour être admis à l'École militaire. La famille Gassot paraît avoir été anoblie par la mairie de Bourges. Dans une note, datée du 20 mars 1779 et conservée dans le Nouveau d'Hozier, Chérin fait observer qu'on ne trouve dans les registres de la recherche de la noblesse faite en Berry par MM. Lambert d'Herbigny et Tubeuf ni assignation, ni jugement sur le nom de Gassot ou Gassaud. André Gassot, auquel remonte la filiation, était notaire à Bourges en 1556 et avait épousé Jeanne Rousseau, fille d'un échevin de cette ville. Son fils, Jacques Gassot, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, quand il fut élu maire de Bourges en 1564. Il fut appelé aux mêmes fonctions en 1565, 1567, 1575 et 1576. Il se qualifiait en 1578 maître d'hôtel de S. A. Mgr le duc de Berry, frère unique du Roi. Il laissa plusieurs enfants qui partagèrent sa succession par acte du 15 septemdre 1587. Deux de ses fils, Claude, Sgr de Deffens et François, Sgr de Lizy, furent les auteurs de deux grandes branches. Son fils aîné, Claude Gassot, Sgr de Deffens, épousa Claude Heurtault par contrat du 16 novembre 1597 et fut élu maire de Bourges en 1612 et 1613. Il laissa à son tour deux fils : 1° François, qui continua la lignée et dont il va être parlé ; 2° Étienne, Sgr de Platet-Férolles, conseiller au bailliage de Berry, marié en 1647 à Marie Catherinot, dont la descendance s'éteignit avec René Gassot, Sgr de Férolles, marié en 1744 à Anne-Madeleine Soumard, et avec leurs deux filles, Mmes de François de Boigisson et Doazan. François Gassot, Sgr de Prion, épousa en 1632 Madeleine Girard et fit son testament le 27 septembre 1662. Sa descendance fut maintenue dans sa noblesse le 26 janvier 1675 par jugement de Poncet, intendant de Bourges, puis en 1696, et, enfin, le 22 décembre 1716 par jugement de l'intendant Foullé de Martangis. Elle était représentée au XVIIIème siècle par deux frères : 1° Alexandre-Mathias Gassot, Sgr de Deffens, marié en 1775 à Mlle de Bernard de Montebise, qui n'eut que deux filles, Mmes de Cantineau de Comacre et de Bengy de Puyvallée ; 2° Étienne-Gaspard Gassot, Sgr de Rochefort, marié en 1767 à Mlle Anjorrant, qui fit des preuves de noblesse en 1778 et 1781 pour obtenir l'admission à l'École militaire de ses deux fils, Gabriel, né à Bourges en 1769, et François, né à Bourges en 1772. Gabriel Gassot de Rochefort fut le dernier représentant de sa branche ; il épousa Mlle Busson de Villeneuve et n'en eut que deux filles, Mmes de Goy et Busson de Lavesvre. LA BRANCHE CADETTE SUBSISTE. Son auteur, FRANCOIS GASSOT, Sgr de Lizy, fut secrétaire du Roi, commissaire des guerres et, enfin, conseiller au présidial de Bourges. Il épousa en 1604 sa cousine Catherine Heurtault. Leur fils, Jacques Gassot, Sgr de Lizy, premier président en l'élection de Bourges, fut père de Claude Gassot, Sgr de la Vienne, président en l'élection de Bourges, marié en 1663, qui fit reconnaitre sa noblesse, le 26 juin 1696, par arrêt du Conseil d'État, et grand-père de Pierre Gassot, Sgr de la Vienne, né en 1678, receveur général des gabelles en Berry, décédé en 1757, qui épousa successivement Anne Gassot et Jeanne Bouffet. Celui-ci laissa, entre autres enfants, deux fils : 1°FRANCOIS GASSOT DE LA VIENNE, (LE NOTRE) né du premier lit, chevalier de Saint-Louis, dont la descendance s'éteignit en la personne de sa petite-fille, mariée en 1813 au comte de Narbonne-Pelet ; 2° Gabriel Gassot, Sgr de Galifard et de la vicomté de Fussy, né du second lit en 1717, qui épousa en 1744 Claude-Madeleine Alabat et qui continua la lignée. Deux des fils de ce dernier, Gabriel Gassot, connu sous le titre de vicomte de Fussy, né en 1749, marié à Bourges en 1778 à Marie-Hélène Moreau de Chassy, décédé en 1811 et Jean-Baptiste-Charles Gassot, Sgr de Champigny, né en 1753, marié en 1785 à Mlle de Fermé, décédé à Bourges en 1832, furent les auteurs de deux rameaux. Le premier rameau s'est éteint avec François Gassot, vicomte de Fussy, né en 1811, marié à Mlle de Courvol, qui n'a eu qu'une fille. Le rameau cadet, connu sous le nom de Gassot de Champigny, subsiste. Il n'est pas titré. François Gassot, écuyer, Sgr de Foix ; Étienne Gassot, écuyer, Sgr de Priou ; Claude Després, veuve de Claude Gassot, écuyer ; N… Gassot, chanoine de l'église cathédrale de Bourges ; N. Gassot de Rochefort, chantre du chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges ; Jeanne Gassot, femme de René Heurtault, écuyer, sieur d'Hérigny, capitaine au régiment de Bourgogne ; Mathias Gassot, écuyer, sieur de Deffens ; et N… veuve de N. Gassot, bourgeois de la ville de Bourges, firent enregistrer leur blason à l’Armorial général de 1696. MM. Gassot de Deffens, Gassot de Rochefort, Gassot de Férolles, Gassot de la Vienne, Gassot de Golifard, Gassot de Fussy, Gassot de Champigny, Gassot de Rochefort, Sgr d'Étréchy, Gassot Sgr de Vagnoux, et Mme veuve Gassot de Férolles, dame du Courpoy, prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Bourges. La famille Gassot a fourni des maires et des échevins de Bourges, des secrétaires du Roi des chevaliers de Saint-Louis, des conseillers généraux, etc. Principales alliances : Heurtault, de Bernard de Montebise, de Cantineau de Comacre 1808, de Bengy 1804, 1810, Anjorrant 1767, de Goy, Buisson de Villeneuve et de Lavesvre, Catherinot, Doazan, de François de Boisgisson, de Migieu, de Narbonne-Pelet, de Montsaulnin 1722, de Laurencin, Martin de Marolles 1836, de Courvol, Crublier de Chandaire 1780, de Fermé 1785, de Pommerau, de Chateauneuf-Randon 1890, Thomas des Colombiers de Boismarmin 1834, Imbert de Trémiolles 1841, de la Saigne de Saint-Georges 1837, Bouquet de Chaux 1840, d'Abbadie de Barrau, Baucheron de Boissoudy 1845, de la Tessionnère, etc..

CLAUDE DE BENGY Lieutenant Général du Baillage de Berry Siège Praesidial de Bourges

ACHAT PAR CLAUDE DE BENGY ET CITOYEN BENGY DE DEUX VIGNES, PAROISSE DE SAINT PRIVE AUX HAUTES FORTUNES A BOURGES en 1780 et An I de la République de MARIE MILLET et des EPOUX TOUBEAU.

ACHAT ET REUNION DE DEUX LOTS DE VIGNES PAR CLAUDE DE BENGY EN 1780 ET 1792.

- Un feuillet double in-quarto manuscrit et 1 f. in-quarto pour la Grosse d'un Acte Notarié sur Velin pour un Premier Achat fait le 3 avril 1780 Paroisse de Saint Privé aux Hautes Fortunes d'une Vigne d'environ trois quartiers pour 150 livres. - 3 ff. in-quarto sur papier velin bleuté assemblés par une épingle ; . 1 f. double et grosse d'une vente concédée par Louis TOUBEAU Homme de Loi et son épouse Seguin Toubeau à Claude de Bengy d'une vigne située au QUATRE VENTS PRES LES FORTUNES de la moitié de cinq quartiers sise du côté des Héritiers MILLET, Vente fait au Citoyen BENGY. Document signé des trois. .. Très Belle L.A.S. du 14 janvier 1792 de TOUBEAU avec cachet de cire intacte à ses Armes adressée à Claude de Bengy en sa maison de campagne aux Quatre Vents, TEXTE : Je suis comme vous Monsieur le désagrément de posséder une vigne isolée au milieu de terres labourables et exposées à être endommagée soit par les bestiaux qui paturent soit par les chârues qui labourent ; mais je suis bien persuadée que vous avés chargé les bergers et les laboureurs de votre domaine de veilleur sur leurs bêtes, afin qu'elles ne fassent par le tort que vous ne voudriez pas qu'il vous fut fait si vous étiez à ma place ; quoyque je sois peu disposé à me défaire de mes fonds, néanmoins comme l'acquisition de cette vigne peut vous arranger en me dégageant de toute inquiétude je consens vous la vendre ais aux prix de 300 L. que j'ai proposé à votre domestique qui vint ce mois d'août dernier me faire des offres de votre part. Si ce prix vous convient nous en passerons acte quand vous voudrez, mais je n'en veux rien rabatte, parce que c'est un propre de ma femme qui m'a été donné en dot pour cette somme. Je suis charmé que cet objet me procure l'occasion de vous témoigner la parfait considération avec laquelle j'ai l'honneur d'être Monsieur .. Signé TOUBEAU". SUIT AU DOS BROUILLON DE REPONSE DE BENGY, amusante lettre datée des Quatre vents 21 décembre 1793 : TEXTE - Je vous remercie de ce que vous voulez bien me céder la partie de vigne que vous possédez dans le CLOS DES FORTUNES.... je vous prie de permettre que mon jardinier vous remette en ce moment la somme de 300 livres.. Signé griffe". ... A LA SUITE L.A.S. du 29 décembre 1792 de TOUBEAU avec cachet de cire intacte à ses Armes adressée à Claude de Bengy en sa maison de campagne aux Quatre Vents, TEXTE : "Je vous envoie Monsieur, cy incluys l'acte de vente de la vigne écrit sur du papier timbré (cf.infra) il est double je vous serai obligé de me renvoyer un des deux exemplaire signé de vous. La quittance que vous avez de moi du prix devenant inutile au moyen de la mention du payement qui est faite dans l'act, je vous prie de la déchirer pour éviter l'amende à laquelle nous serions exposé ou nos héritiers si par hasard elle venait à être produite en justice dans l'état illégal ou elle est. Je m'en rapporte la dessus à votre prudene... SIGNE TOUBEAU". REPONSE BROUILLON au dos de Bengy daté du 6 janvier 1793 : Je vous remercie de la peine que vous avez pris de rédiger l'acte de vente de la vigne dont vous m'avez transmis la propriété.... votre fermier est venu me demander permission d'arracher la vigne. Je lui en ai cédé le bois pour le prix de son travail. La vigne n'existe plus. Prévost en a mis le bois en fagots qu'il fera conduire lundi chez lui SIGNE GRIFFE".

COLBERT, DE BROSSES, LA CURNE DE SAINTE PALAIS, BOUGAINVILLE, D'ANVILLE, D'ARGENSON, DE CAYLUS, ROCHEFORT, DE GUIGNES, ZURLAUBEN, SYLVESTRE DE SACY etc..

HISTOIRE DE L'ACADEMIE ROYALE DES INSCRIPTIONS ET BELLES LETTRES Depuis son Establissement jusqu'à présent

- 30 VOLUMES In-quarto, plein veau uniforme. Tête de Collection complète des T.1 à T.30 de 1736 à 1764. (A partir de t2, Mémoire de littérature tirez des Registres de l'Académie Royale des Inscriptions et belles lettres..).

- Illustré de 223 planches gravées dépliantes ou non, cartes, plans et figures diverses Hors Texte et 32 Gravures dans le texte. - A Paris de l'Imprimerie Royale, Veau blond, Très belle façade, dos avec pièce de titre maroquin rouge et de tomaison verte. Deux volumes ont un petit défaut cf. photos. Plats avec épidermures plus ou moins importantes avec parfois manque de cuir cf. photos représentatives. Une dizaine sont intactes. Un plat totalement épidermé en surface. - Ensemble du corps de texte de grande fraîcheur. - 2 Volumes de Tables.

COMITE DE SALUT PUBLIC - CAMBACERES, LACOMBE du TARN, CREUZE-LATOUCHE, BREARD, AUBRY

SUSPENSION PAR LE COMITE de SALUT PUBLIC DU CITOYEN CLEZY CHEF DE BRIGADE D'ARTILLERIE 27 Avril 1795 - REACTION THERMIDORIENNE. ARRETE.

- ARRETE du Comité de Salut Public du 8 floreal an 3 (27 Avril 1795). - 1 f. in-8 intégralement manuscrit de la main de LACOMBE DU TARN. - TEXTE : "Le Comité de Salut Public arrête Que la Suspension du Citoyen Clezy Chef de Brigade d'Artillerie est levée avec faculté de prendre sa retraite. Les Membres du Comité, Signé J. P. LACOMBE du Tarn, AUBRY, AUBIN, J.A. CREUZE LATOUCHE, CAMBACERES, BREARD". Document très intéressant en ce qu'il participe de la Réaction Thermidorienne jusqu'à menacer la carrière de Bonaparte et éliminer les cadres Robespierriste de l'Armée.

- François AUBRY, né le 12 décembre 1747 à Paris et décédé le 17 juillet 1798 à Démérara (Guyane), général de brigade, emprisonné sous Robespierre, participe à la réaction thermidorienne, il entre Le 5 avril 1795 au Comité de salut public et prend en charge les affaires militaires à la suite de Dubois-Crancé. Il effectue une véritable purge, éliminant soixante-quatorze officiers et généraux jacobins comme Bonaparte et Masséna pour les remplacer par des royalistes. Considérant le futur empereur comme un robespierriste, il le nomme chef de brigade d'infanterie en Vendée et, Bonaparte ayant refusé, le raye des cadres. -Jean-Pierre Lacombe-Saint-Michel, né le 5 mars 1753 et mort le 27 janvier 1812. On l'envoie ensuite en Corse, où il débarque le 6 avril 1793 et parvient à vaincre Pascal Paoli à Farinole. Blessé dans la bataille, général de brigade en 1793, deux jours après la victoire. Il est en mission à l’armée du Nord au moment de la chute de Robespierre, et écrit le 13 thermidor an II au Comité de salut public : « C'est en attaquant l'infâme coalition que j'irai chercher les complices de Robespierre ». À son retour, en février 1795, il entre au Comité de salut public. - Jean-Jacques Régis de CAMBACERES, duc de Parme, deuxième consul, puis archichancelier de l'Empire, est un jurisconsulte. rédige de nombreuses lois, dont la loi des suspects, et fut chargé de coordonner la rédaction du Code civil des Français par les Montagnards. Devient en 1794, président de la Convention, puis préside le Comité de salut public. - Jean-Jacques BREARD, dit Bréard-Duplessis, né à Québec le 11 octobre 1751, mort le 2 janvier 1840. Membre du premier Comité de sûreté générale1, il fut également élu au premier Comité de salut public, le 6 avril 1793 où il s'occupa de la marine. Fervent adversaire de Robespierre. - Jacques Antoine CREUZE DE LA TOUCHE, dit Creuzé-Latouche, né à Châtellerault, le 18 septembre 1749, mort à Vaux, le 23 octobre 1800, économiste. Membre du Comité de salut public, et fut un des onze nommés (4 floréal an III) pour réviser la Constitution de 1793.

D'AGUESSEAU (CHANCELIER Henri François)

CODE LOUIS XV (Ainay le Château)

Première Edition. Complet. - Tous Volumes revêtus de l'EX-LIBRIS de 1766 par BERTHOMIER Jacobi Lieutenant Général d'AINAY LE CHATEAU. - UN SEUL EXEMPLAIRE COMPLET recensé au CCFR à Châteauroux. - 1758 pour les 10 premiers volumes et 1759 & 60 pour les vol. 11 et 12, A PARIS AU PALAIS, Chez Claude GIRARD. - 12 Volumes in-12 tomés un à douze bien complets en douze volumes. - Plein veau moucheté, dos ornés et tranches marbrées bleues, filet aux coupes, Corps de texte impeccable avec menus défauts de reliure, cf. photos. - RECUEIL des Principaux Edits, Déclarations, Ordonnances, Arrêts, Sentences & Règlemens, concernant la Justice, Police & Finance depuis le 29 septembre 1722 jusqu'à y compris le mois d'octobre 1740.

- Sous l’autorité du chancelier Daguesseau sont promulgués des textes remarquables par leurs qualités et qui ont grandement influencé les rédacteurs du Code de 1804. cf. LES ORIGINES DU CODE CIVIL Par Jean Hilaire Montpellier 2004. Ce code Louis XV n'est certainement pas indifférent aux rédacteurs du code qui y trouveront la matière juridique la plus récente. - On y retrouve notamment le Code Noir de 1724 t.1 p. 81. - Il s'agit à travers toute la politique législative et jurisprudentielle d'un miroir sociologique de la Société sous Louis XV. - LIEUTENANT GENERAL BERTHOMIER D'AINAY LE CHATEAU: de bailliage ou de sénéchaussée était le nom donné au juge-mage, chargé de suppléer au bailli ou au sénéchal dans les questions juridiques.