Sujet : 18e

66 résultats

MANUSCRIT XVIIIe - ORATIONES ANTE ET POST CONFESSIONEM, ET COMMUNIONEM

Vers 1750, manuscrit petit in-quarto, plein veau moucheté, dos orné et plat d'un bel encadrement de roulette et écoinçon. - dos des plat et garde de papier dominoté. - Ex-libris modernes de Bernard Wilson, 1 f., p. de titre avec encadrement bicolore 30 pages manuscrites avec titre écrites en rouge. Encadrement bicolore à toutes pages. Lettrines de début de paragraphe.

Très belle calligraphie 18e s.

A.D.L.C. - Richard Steele - ARMAND DE LA CHAPELLE

LE BABILLARD OU LE NOUVELLISTE PHILOSOPHE (TRADUCTION DU TATLER de STEELE)

1724/1725, complet des 2 tomes , à Amsterdam CHANGUION, Edition originale française. - COMPLET des 2 volumes in-12 t. I & t.II. Belle reliure plein veau, dos à cinq nerfs, pièces de titre et tomaisons maroquin aux fers dorés. Monogramme en queue PN pour Pierre de Naville. - t.1, 1 f. p. de titre bicolore, Ex-libris gratté, 3 ff. pour l'épître dédicatoire, 460 p., 19 ff. de Table Alphabétique du tome. - t.2, Ex-libris du Chevalier de Naville, 1 f. p. de titre bicolore, 5 ff. pour l'Avis du Traducteur, 487 p. et fin, 10 ff. pour la Table. - TRADUCTION DU TATLER DE STEELE ; (t. I, Préface, p. 12): «Incertain de l'accueil que le public fera à ma traduction, je ne donne ce volume que comme un essai pour en pressentir le jugement [...] J'ai écarté tout ce qui est tellement particulier à la nation anglaise et à la ville de Londres, qu'il ne peut avoir aucune grâce ailleurs. J'ai aussi retranché les articles de pure gazette, et je n'ai pas négligé de donner des éclaircissements dans les endroits où ils m'ont paru nécessaires» (t. II, Avis, n.p.): «L'ouvrage que je traduis a pour but principal la correction des mœurs et la connaissance de l'homme». Tables à la fin de chaque tome. Ex-libris du Chevalier Pierre de Naville 1714 - 1790. Complet au t.2. Œuvre de Richard Steele traduit par A.D.L.C. (Armand de la Chapelle 1724 & 1735 A AMSTERDAM Chez François CHANGUION, Le premier Volume a paru en 1724 et il fallut attendre 1735 pour le Second. Il est rarement complet des 2 volumes, qui plus est dans une même reliure. 2 Volumes in-12 plein veau glacé, dos à cinq nerfs, pièces de titre maroquin prune aux petits fers joliment décoré de frises, entrenerfs ornés de fleuroNs, monogramme N. P. en queue probablement pour PIERRE NAVILLE. 1714 - 1790 1° Vol. : 1724, Ex-libris des Naville déchiré, garde, page de titre bicolore avec une jolie vignette représentant Desiderius Erasmus, 4 ff. pour l’Epître d’A.D.L.C., 460 p. et 19 ff.nn. pour la Table des Matières. 2nd Vol. – 1735, Bel Ex-libris gravé de la Famille NAVILLE, garde, 1 f. p. de Titre bicolore avec une jolie vignette différente de la première représentant Desiderius Erasmus , 5 ff. pour l’Avis du Traducteur, 487 p. 7 ff. nn. 1 f. garde.

BIEN COMPLET DES DEUX VOLUMES PARUS. Le Babillard », publié par Steele sous le nom de Isaac Bicker-Staff, parut à Londres du 12 avril 1709 au 2 janvier 1711. Ce périodique fut traduit de l’anglais par Armand de la Chapelle qui publia dès 1724 le premier volume de cette traduction et 1925 pour le second et dernier.

ABBE FAUCHET Claude François, PREDICATEUR ORDINAIRE DU ROI

ORAISON FUNEBRE DE LOUIS PHILIPPE DUC D'ORLEANS, PREMIER PRINCE DU SANG

1786, A PARIS, Chez LOTTIN, Rue Saint André des Arcs, - Broché in-quarto, 31 p.,

- Abbé FAUCHET Claude François, Vicaire Général de PHELYPEAU, étonnant Evêque de Bourges et PREDICATEUR Ordinaire du Roi, révolutionnaire et Evêque constitutionnel, né à Dornes le 22 septembre 1744 et mort guillotiné le 31 octobre 1793 à Paris. On lui doit cependant de ne pas avoir voté la mort du roi et se prononcera pour l'exil. - 18 novembre 1785: Décès de Louis Philippe de Bourbon-Orléans. Louis-Philippe d'Orléans, dit « le Gros », duc de Chartres (1725-1752) puis duc d'Orléans (1752), de Valois, de Nemours et de Montpensier (1752-1785), premier prince du sang, est né à Versailles le 12 mai 1725 et mort au château de Sainte-Assise à Seine-Port le 18 novembre 1785. Il prend part aux campagnes militaires de 1742, 1743 et 1744. Il est fait lieutenant général. Gouverneur du Dauphiné.

Abbé PREVOT, Enrichi de Cartes géographiques et figures par M. DE LA HARPE

TROISIEME VOYAGE DE COOK - ABREGE DE L'HISTOIRE GENERALE DES VOYAGES

- EDITION ORIGINALE de 1786 tomée 22 et 23/23. Cette édition a été démarée par Panckoucke et terminée par Laporte pour les 3 derniers volumes. - Les gravures et cartes sont de premier tirage et doivent être très recherchées. cf. Boucher de la Richarderie, Bibliothèque universelle des voyages ou Notice complète et raisonnée de tous les voyages anciens et modernes.. - 1786 Chez LAPORTE A PARIS, - 2 Volumes in-huit complets du Texte, des 6 figures et de sa carte septentrionale, plein veau moucheté, toutes tranches rouge. Petit manque de cuir au 2° vol tomé 23.3 - 1er Volume : Tomé 22, 56 p, 558 p., Carte dépliante de la partie septentrionale des mers du sud comprise entre la Californie,les Isles Sandwich, le Japon et le détroit de Béhring, 2 figure h.t. - 2nd Volume : Tomé 23 et dernier, 616 p. 4 planches h.t.

Bel exemplaire, intérieur très frais.

Abbé VALLEROT

JOURNAL DE LA FRANCE

1722, à PARIS, Chez Louis Denis DELATOUR & Pierre SIMON. - In-12 plein veau, dos à caisson et fleurons, pièce de titre, petite fente du cuir au mors droit. - Ex-libris manuscrit ancien de MALOTAU DE VILLERODE et Ex-libris armorié de la bibliothèque du Château de BONNEVAL. - 1 f. p. de titre, 3 ff., 142 p., 6 ff. pour la Table des Matières. - Le Journal sur 56 pages reprend au mois le mois l'histoire de la france jusqu'en 1722, et l'Histoire des Rois sur un tableau en trois colonnes. Quelques notes manuscrites anciennes à l'encre.

Anonyme

COUTUME D'AUVERGNE - MANUSCRIT - COMMENTAIRE DE DROIT COUTUMIER A LA LUMIERE DE LA COUTUME D'AUVERGNE. MANUSCRIT daté 1775. (PROCEDURE, VOIES D'EXECUTION, SURETES).

- 1775, Manuscrit In-Quarto plein maroquin coiffe supérieure élimée servant de portfolio aux 8 cahiers reliés entre eux par deux ficelles de parchemin en une seule couture en coiffe et queue. - COMMENTAIRE TOUCHANT POUR L'ESSENTIEL LA PROCEDURE CIVILE, LES VOIES D'EXECUTION, LES SURETES. - LE TEXTE nous semble excéder le TITRE : CONFERENCE SUR LE DORIT D'ACCROISSEMENT ARTICLE TRENTE UN, TITRE DOUZE DE LA COUTUME D'AUVERGNE Ce Ier 8bre 1775. - 366 pp. dont 352 manuscrites. Ecriture parfaitement lisible. Joint f.152 1 153 dans le document 2 ff. de 4 p. un COMPLIMENT EN VERS de JJ. ROUSSEAU aux CHARTREUX d'.. en SAVOYE près Chamberry ou il est postulant, suit un au Cardinal de BERNIS et au un autre au dos à la REINE DE FRANCE. - Les 15 premières pages sont consacrées à une CONFERENCE SUR LE DROIT D'ACCROISSEMENT ARTICLE 31.12 DE LA COUTUME D'AUVERGNE dont 7 Questions. 1 f. - 8 p. relatives à l'ordre des successions collatérales suivant l'esprit de la coutume d'auvergne avec schéma, 1. 3 ff. vierges. - 1er cahier. DES JUGES SUBALTERNES BASSE, MOYENNE JUSTICE. Des JUSTICES ROYALES ORDINAIRES. Bailly, Sénéchal. Au Criminel. Des Praesidiaux. Criminel. Crimes dont les Prévosts.. Pouvoir des Arbitres.Compromis devant notaire. Acte SSP. Sentence Arbitrale. Instructions pour les Différentes Procédures. Explication de cause instance et procès. Projet de déffense. Incidents. Intervention en procès. Subrogation d'instance. Recours. Appointement. Appellation verbale. Appellation en procès par écrit. Des Sentences. Interlocutoire. Sentence et provision au civil. Sentences définitives. Formalité des ordonnances. Exemples des sentences. A l'Hotel. De ce qui se décide à l'audience et aux instructions. Sur les Remplations. Sur le Pétitoire. Possessoire. Pour former la compte. Sur une revendication de meubles. Demande en compte sur une universalité. Sur des egouts. Au possessoire. Principe en matière de servitude titre 17 cout. Auvergne. diverses servitudes.. Des Dixmes 17 18 cout. d'Auvergne. Dixmes infeodées. Curés. Novalles. QUESTIONS. Preuve d'Infeodation. Déclaration du Roy de 1726 en faveur des curés et vicaires perpétuels. Avis du Conseil sur les dixmes. Sur les fondations. - AVIS DE CONSEIL DONNE PAR DEUX AVOCATS de PARIS en 1741 pour des Cens (12 Demandes et Réponses). - VENTES SUR PLACARD puis SAISIES dont saisie et exécution des meubles, devoirs des huissiers, criées, formule du congé d'adjugée, restitutions, sentence sur le recisoire, action redhibitoire, f. 65 à 97; - RETRAIT FEODAL CONVENTIONNEL ET LIGNAGE. Titre 23 de notre Coutume. 41 Articles commentés. Observations. Notes. Procédure sur le retrait, acte instrumentaire, autre exploit en retrait lignagé en conséquence. Sentence qui donne acdte des offres. Sentence définitive. Autre sentence. Des HYPOTHEQUE QUI SE DIVISENT. - DES HERITIERS. COUTUME D'AUVERGNE TIT. 12 art.4 à 46. L'USUFRUIT... - DICTUM d'une SENTENCE. Déguerpissement. Formes. Bornage. Sur une interdiction d'un prodigue ou d'un fou. - CONFUSION qui existe dans la Coutume d'Auvergne. Des Prescriptions. De celles portées par la Coutume d'Auvergne. Art 1 à 20; - Peremption d'instance. Transactions. Précaire. rentes. Prêt. - Actions des cohéritier et coobligés. - Des TESTAMENT dela Coutume d'Auvergne. Titre 12 Art. 16. Donations. Des Baux. Expulsions. - PRIVILEGES. De la Vente. f. 158& 159 (cf. JJ. ROUSSEAU) - De la Taxe des Dépends titre 31 ord. 1663. Des intérests. Reddition des comptes. - Contraintes. Exemptés de la contrainte par corps.

ANONYME

DESSIN PAYSAGE ENCRE AQUARELLEE D'UNE CHATELLENIE TERRIER 18e S. vers 1750

- Dessin à l'Encre sur vélin Aquarellé d'un plan de masse en vue perspective et relevé des niveaux, établi manifestement par un Paysagiste du 18e. (Vers 1700/1750). - Dimensions : 37.5 par 24.5 cm.

ANONYME

DICTIONNAIRE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES

Non daté, Vers 1775(+-). DICTIONNAIRE ALPHABETIQUE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES avec 850 entrées environ. - In-quarto plein vélin, au dos à l'encre brune DIOCESE BOURGES en long et en petit en haut. 1 f. avec titre à l'encre "LE DIOCESE DE BOURGES" - 293 pages manuscrites à l'encre brune comprenant les noms des PAROISSES ou PRIEURES avec en marge gauche et titres les "Noms des Curés avec dates", la dernière est de 1771 et EGALEMENT, références de repères de Cartes pour chaque nom. Les entrées vont d'ABILLY à YSSOUDUN et YVOY LE PRES, une dernière page modeste est réservée aux Archidiaconats du Diocèse de Bourges.

- EXCEPTIONNEL et Enorme Travail d'érudition fin 18° S., p. On compte environ 850 entrées DE PAROISSES ET PRIEURES incluant le CHER, l'INDRE, l'ALLIER, un peu la NIEVRE et du LOIR et CHER. - Il ne semble pas exister d'ouvrage manuscrit ou édité jusqu'à nos jours et qui recense l'ensemble des Paroisses et Prieurés ainsi que leurs description hiérarchique et géographique. (bnf et bibliothèques) et touche de façon aussi étendu et précise à l'Organisation du Diocèse.

ANONYME

DOMAINE DE VILBOIN (VILLEBOIN PRESLY), CAHIER DES VENTES ET ACHATS DE BESTIAUX, BLED & LOYERS, PERIODE 1769/1790

Portfolio in-folio à lacets velin parchemin manuscrit. 1769/1790, 64 pages manuscrites avec manques interfoliaires intéressant le Domaine de Vilboin près de PRESLY dans le Cher.

ANONYME

GNOMONIQUE - MANUSCRIT - TRAITE DE CADRAN SOLAIRE DE BOURGES RAPPORTE A BOURGES ET AU CADRAN SOLAIRE DE LA REPUBLIQUE CALCULE POUR LA LATITUDE DE BOURGES.

15 ventôse an VII. - MANUSCRIT RELIE AVEC DESSINS ENCRE ET TABLEAUX. - In-12 plein veau, dos lisse avec pièce de titre "CADR. DE BOURGES", fleurons. Petite fissure de cuir au mors droit haut. 1 f. découpé, 1 f. d'ex-libris d'appartenance à Charles JOUBERT commune d'Allogny datée du 4 juillet 1840. Textes soulignés d'un encadrement bleu. Tableaux et dessins de gnomonique - 20 pages avec un dessin en double page à l'encre de grande précision d'un cadran solaire. Ecrit en la forme d'une méthode pour établir un cadran solaire. - p. 21, SUITE DE 12 TABLEAUX "CADRAN HORIZONTAL DE BOURGES" surmonté d'une méthode à l'encre rouge. Suivi d'un tableau et d'un texte sur 1 page. - p. 35, CONSTRUCTION DU CADRAN HORIZONTAL PAR LES TANGENTES. - p. 41, CALCUL DES CADRANS VERTICAUX. - p. 50, LE CALCUL DU CADRAN SOLAIRE DE LA REPUBLIQUE..... CE CADRAN A ETE CALCULE POUR LA LATITUDE DE BOURGES 47°5'; FAIT A BOURGES LE 15 VENTOSE L'AN SEPT DE LA REPUBLIQUE. Suivent 10 TABLEAUX DU CADRAN SOLAIRE HORIZONTAL DE LA REPUBLIQUE DIVISES EN 20 HEURES - JOINT UNE REFLEXION DE 4 PAGES SUR CE DOCUMENTS ET NOTAMMENT SUR SON AUTEUR INCONNU.

TRES ETONNANT MANUSCRIT DE GNOMONIQUE se rapportant à Bourges qu'on pourrait peut-être rapprocher du Petit traité de Gnomonique ou l'art de tracer les cadrans solaires, 1788 de POLONCEAU Curé de Lucé.. Le dessin 2 pourrait ressembler à notre dessin à l'encre du cadran solaire.

ARNAULD ANTOINE

DE LA FREQUENTE COMMUNION OU LES SENTIMENS DES PERES, DES PAPES et DES CONCILES,..

- 1713, A Bruxelles, chez François Foppens. - In-8 plein veau d'époque, dos à cinq nerfs, pièce de titre maroquin fauve, ornés de fleuron, coiffe supérieure frottée. Toutes tranches rouges. - TEXTE EN EX-LIBRIS FAMILIAL et Généalogique. "Appartiens à Daniel Claude Fouet notaire ce 1er janvier 1749 marié à Marie Anne Lambroi ce jeudy 6 9bre 1749" suivent les dates et heures de naissances des enfants et de leurs parrains respectifs avec à la fin de la seconde page manuscrite une autre écriture très fine "Ds la nuit du 5 au 6 may 1773 mon père est décédé et inhumé à côté de son épouse dans l'église..". P. de titre, 848 p., 26 ff., 33 p., 1 feuillet avec la note manuscrite de la confirmation d'un des enfants précité confirmé mar Monseigneur de GRIMALDY Evesque Diocésain, dans le Cloitre des Révérend pères Augustains de MONTOIRE. - Feuillet suivant note manuscrite "Du 6 juillet 1742... à onze heure du matin les Paroisses de Saint Laurent, SaintOustrille de Montoire ont été greslées, les bleds et les vignes entièrement perdûes, la plupart des basdtiments étaient .. par la couverture et les vitres toutes cassées, les grazins de cette gresle étaient en forme de Craquelins et trouvé qui pesaient trois onces". Autres notes moins lisibles sur la page de garde.

AUGUSTE DANICAN - FRANCOIS MAURIAC

NOTICE SUR LE 13 VENDEMIAIRE OU LES PARISIENS VENGES dédié aux veuves et orphelins de français assassinés par la convention, et à tous les ennemis du crime et de l'anarchie (1796). Ex-dono de François MAURIAC 1943.

1796 s.l. - Ex-dono de François Mauriac. - In-huit bradel demi percaline, dos avec pièce de titre maroquin aux petits fers dorés. - 2 ff. dont Ex dono en forme de clin d'oeil de François Mauriac : "Donné en Vendemiaire 1943 par le vigneron François Mauriac à l'historien de Carnot Gaston Dul....". - P. de titre, 112 p.

Cf. Biographie des Hommes Vivants de Michaud : DANICAN (Auguste), 1763/1848, colonel d'un régiment de hussards, puis général de brigade, fut employé contre les royalistes de la Vendée en 1793 et 1794 : il se conduisit toujours avec humanité, et pressa même plusieurs fois la Convention de faire punir les auteurs des noyades de Nantes et des autres excès commis. Envoyé en décembre à Laval pour combattre les premiers rassemblements de chouans, il fut contraint de s'enfermer dans Angers pour défendre cette place contre les royalistes, qui l'assiégeaient sans succès. Le général Danican fut publiquement accusé d’avoir voulu leur livrer cette ville. Destitué à cette époque, il parvint à se faire remettre en activité. Il commandait en 1795 à Rouen, d’où il adressa des dénonciations à la Convention contre les généraux Tureau, Grignon, Huchet et autres, avec lesquels il avait servi dans la Vendée, et qui y avaient commis des horreurs inouïes. A l'époque du 13 vendémiaire an IV (1795), le général Danican vint à Paris, embrassa le parti des sections, commanda un instant leur force armée ; mais, n’étant pas secondé, et n'ayant pas eu le temps de préparer ses moyens, il ne put obtenir l'avantage, et s'éloigna quand il vit les troupes conventionnelles prendre le dessus. On lui fit son procès par contumace ; et le conseil militaire séant au Théâtre-Français le condamna à mort.

BERMILLER WOLFGANG L’Abbé Ci-devant Professeur

MUNICH - ABREGE DE TOUT CE QU’IL Y A DE REMARQUABLE A VOIR A MUNICH TANT A LA COUR QU’AUX EGLISES ET A LA GALERIE ELECTORALE A L’USAGE DES ETRANGERS

1789, A Munich chez Antoine François Imprimeur de la Cour & des Etats, Petit in-huit (11/18 cm), dos à cinq nerfs, titre à froid (pièce de titre dorée enlevée « Abrégé »). Toutes tranches rouges. Garde, 1 f. p. de Titre, 110 pages pour l’abrégé, 1 f., 15 p. pour le Supplément pour servir de suite. 1 f. garde.

OUVRAGE ABREGE EXTRAIT de l’Original de Mons. De RITTERSHAUFEN à l’usage des étrangers qui ne savent point l’allemand.

BERRYER Père, Avocat / MARQUIS DE VAULCHIEZ du DESCHAUX Préfet.

EXPOSE JUSTIFICATIF POUR LE MARECHAL NEY & ANNOTE DE LA MAIN du TEMOIN le PREFET DE VAULCHIEZ du DESCHAUX

EXPOSE JUSTIFICATIF POUR LE MARECHAL NEY Par BERRYER Père, son Avocat ANNOTE DE LA MAIN du MARQUIS DE VAULCHIEZ du Deschaux Témoin à Charge au Procès de Ney» Sans date, mais nov. Décembre 1815, de l’Imprimerie d’Ant. Bailleul, Dans un Portfolio demi maroquin à coins rouge à lacets, Titre aux fers dorés. In-quarto non relié cousu comportant 20 pages imprimées numérotées, très largement annotées de la main du Marquis de VAULCHIEZ du DESCHAUX, Préfet du Jura qui témoigna à charge au procès du Maréchal NEY sur son comportement lors des journées décisives des 13, 14 et 15 mars 1815 et qui devait aboutir à l’Appel de Ney. Document édité vers novembre décembre 1815, lors du Procès du Maréchal NEY. Une VINGTAINE D’ANNOTATIONS EN MARGES et MANUSCRITES ne sont pas signées, mais une recherches dans les Procès Verbaux des Témoignages du Procès NEY corroborées au texte manuscrit nous permettent d’affirmer qu’il s’agit bien du Marquis de Vaulchiez auteur des notes et témoin de la "trahison". Les commentaires en marge du document sont postérieures à son témoignage devant le Tribunal et ont vraisemblablement été écrit dans sa propriété du Dechaux. On apprend ainsi que refusant de répondre à l’ordre du Maréchal pour ne pas trahir le roi, il ne sera de fait plus Préfet à la date du 14. Jean Marc DOAZAN ne sera nommé que le 22 mars 1815. JUSTIFICATION : - Voir « Procès du Maréchal NEY ou Recueil Complet des Interrogatoires, Paris Chez Michaud 1815. L’interrogatoire du Comte de GRIVEL Maréchal de Camp des Armées du Roi, inspecteur des Gardes nationales nous dit : « Un de mes AMIS vint me dire que le Mal Ney allait trahir en proclamant Buonaparte. Je ne voulais pas croire ce parjure. Au long de ce discours, saisi d’indignation je me retirai. Je vis Mr de Vaulchier Préfet du Jura qui s’était retiré à Lons chez lui ou je couchais : il me montra l’ordre de NEY d’administrer le Département ; sur son refus le Maréchal LUI DIT QU’IL FAISAIT UNE BETISE » cf. p.81, 82, 83, et du Marquis de Vaulquiez p. 39 2° partie des Témoignages n° VI. Le Commentaire Manuscrit en marge du document BERRYER en page 17 écrit : « ..il m’a dit - les Bourbons sont étrangers à la nation, il n’appartiennent qu’à une classe peu nombreuse. Lorsque je me rendis chez M. NEY au reçu d’une Lettre que j’ai conservée et par laquelle il m’ordonnait d’administrer au nom de l’Empereur. Sur ce que je lui que mes d.. et mes s.. ne me le permettaient pas il me répondit « Vous faites une bêtise(souligné) » quelques instants après il me dit vous croyez que les Bourbons reviendront… - TRADUCTION DES ANNOTATIONS EN MARGE : p. 2 – Quelle force majeure peut obliger un honnête homme à servir contre sa volonté et ses sermens . Fais ce que doit … p. 3 – Les Vœux sans doute des ennemis de la France… Et qu’importent la valeur, la Force, les Talens si tout cela est employé à ruiner (à propos de Brave des Braves) p. 5 - Cette passion a été bien malheureuse pour nous. Cet amour aurait bien du se grandir davantage… p. 6 – Il m’avait affirmé le 14 mars 1815 qu’il en avait d’habituelles et fréquentes avec l’Ile d’Elbe (Correspondances). Il n’y avait pas d’homme qui bavardait davantage sur la politique. p.8 - Il m’a dit le 14 mars s’être concerté avec le Mal Suchet… son … tromper pour Strasbourg. p.10 – C’est du moins ce qu’il disait (Organisation des troupes à Lons. - En effet des caissons arrivèrent mais ils étaient vides. Ce fut à son insu et malgré… que je fis venir de la poudre de Poligny et confectionner des cartouches pour les volontaires Royaux de la Garde Nationale. - Je fis en effet partir trois dépêches, l’une pour le Comité de la Guerre et les deux autres pour Oudinot é Suchet. p.11 – Il est vrai qu’il n’a pas accusé Oudinot d’intelligence comme Suchet. – ce fut le 13 au soir que par ordre je fis partir un gendarme déguisé avec en homme de la Ville pour reconnaître le nombre et la force de Buonaparte. Le Maréchal me faisait sentir l’importance de cette mission… p. 12 – J’appris le 13 au soir par M. de Soran que le Mal avait la Proclamation de Buonaparte. Je les priai de me les communiquer : il hésita et me montrant M. de Soran, je m’adressai à celui-cy qui me montra celles des officiers de Buonaparte à leurs camarades de l’Armée. p. 13 – Le 13 il était si bien décidé qu’un instant après m’avoir donné l’ordre de faire partir les 2 espions il déclarait ses projet et leur si abominable motif aux Gaux Lecourbe et de Bourmont -Le préfet de l’Ain n’arrive qu’à deux heures du matin le 147 -Le Gal Gauthier s’était rangé d’après.. sous les drapeaux du Buonaparte. p. 14 – Le Mal Ney connaissait mieux les dispositions de cette troupe que son avocat. -Cette circonstance est fausse. p. 15 – Tout cela est contr… - Toutes ces réflexions n’étaient pas mauvaises pour le décider parcqu’il l’était. Cette lettre a pu finalement déterminer le moment de sa Déclaration ( à propos et suite à la lettre du Gal Bertrand). p. 16 – Et qu’importaient ces différentes circonstances ? Changeait-elles les obligations du Mal ? Il pouvait au moins se retirer comme l’ont fait plusieurs de ses collègues… et son nom, son influence personnelle, son esprit de l’Armée lui imposait doublement ce devoir. - Il aurait du au moins la dater du 147 afin qu’on ne put pas dire qu’il l’avait coàmposé la veille, ce qui détruit tout le système de défense de l’Avocat (à propose de la Déclaration de Ney) p. 17 – En effet, il rappelait à son Aide de Camps Clouet, l’histoire du Bas empire pour *** devait faire les empereurs – Du reste le Maréchal Ney n’avait fait… Il m’a dit « Les Bourbons sont étrangers à la nation, il n’appartiennent qu’à une Classe peu nombreuse. Il nous faut notre dynastie ajoute-t-il avec force, cela se comprend aisément. Lorsque je me rendis chez M. Ney au reçu d’une lettre que j’ai conservé par laquelle il m’ordonnait d’administrer au nom de l’Empereur. Sur ce que je luis que mes … et Mes … ne me le permettait pas il me répondit ; Vous faîtes une Bêtise. Quelques instant après il me dit ; Vous croyez que les Bourbons reviendront. On…… dans ces deux propos tout l’évangile du Mal NEY ; Mais (il) ne supposait pas que je puisse avoir autre chose en vue que mont intérêt. Me trompai-je un instant que son idée était du nombre de celles qu’on nomme libérales (sans doute) parce qu’elles vous mettent tout à votre aise. Quoiqu’il en soit je ne suis qu’un honnête homme……. p. 18 – Je crois bien que m. Ney s’était laissé troper sur les facilités du succès. Quand il s’en aperçut il jugea avec raison que le sacrifice de son honneur n’était pas payé, que son arithmétique était en défaut : qu’il avait fait une bêtise (souligné dans le texte). Sa déclaration est celle d’homme de mauvaise humeur. p. 19 – Je ne pense que le Service et la chose Publique puissent engager à trahir son devoir ; car la chose publique n’est stable qu’autant que l’honneur et la vertu les soutiennent. Le Maréchal Ney le 14 mars et plus tard n’a cessé de dire à des personnes que j’ai déjà désignées plus haut, ensuite à moi que son Plan existait depuis longtemps. Non seulement il convenais mais sse … Avec une cynique impudence de la préméditatiion. Quand le monde en a été témoin à Lons le Saulnier et à Dôle. Dans cette dernière ville il … M. Garnier de ce qu’il était allé à Auxonne à la tête d’une cinquantaine de serviteur fidèles par suite … Sedan de … Et de ce qu’on l’avait honteusement renvoyé. M. Garnier ancien et loyal militaire laissa éclater toute son indignation… Plaisanterie. M. le Maréchal l’en vengea encore plus lâchement en donnatn l’ordre d’arrêter m. Garnier qui fut obligé d’errer longtemps dans une forêt et qui du reste n’aurait jamais dû être arrêté que par surprise… p. 20 – Voilà Précisément ou gît l’erreur, c’est tout à fait une faute authentique. -Pourquoi donc a-t-il publié le contraire. -Je pense pourtant qu’il n’était là que pour se cacher.

Document édité vers novembre décembre 1815, lors du Procès du Maréchal NEY.

BETHUNE (COMTE LOUIS DE)

L.A.S. de Louis de BETHUNE à l'intention de MICHEL BEGON INTENDANT DE LA ROCHELLE à PROPOS DE l'ETAT DU PORT DE LA ROCHELLE

Rochefort, le 25 septembre 1705, - 1 f. d'une page manuscrite signée du Comte de Béthune à Michel BEGON Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue, lui demandant de rendre compte de l'état du port de La Rochelle. - TEXTE : "Je vous envoye Monsieur copie de la lettre que je viens de recevoir de Monsieur le Marechal d'Estrées par la quelle vous verrez qu'il m'ordonne de consert avec vous de luy rendre compte du détail et de lestat de ce port. Je vous supplie de me mettre le plutot qu'il se pourra en estat d'y satisfaire afin que le service n'en souffre pont et sy vbous n'y pouvez venir .. faites moy l'honneur de me mander sy je travailleroy avec Monsieur de Montelon, et faites moy aussy celuy de ..... bien sincèrement. Votre très humble et très obéissant serviteur, Signé, le Comte de Bethune. A Rochefort ce 25 septembre 1705".

- MICHEL BEGON, dit le "Grand Bégon" né à Blois en 1638, mort à Rochefort en 1710 est admistrateur et officier de plume de la marine royale. Il est intendant de la marine au port de Rochefort, Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue. - COMTE LOUIS DE BETHUNE. (1663 - 1734), Marine royale. Enseigne de vaisseau en 1680. En 1682, son oncle François-Annibal petit-neveu de Sully, est promu chef d'escadre de Guyenne. Brevet de capitaine de vaisseau en 1689, En 1690, il hérite de la seigneurie berrichonne. Il sert à nouveau pendant la guerre de Succession d'Espagne. Lors de la bataille navale de Vélez-Málaga, le 24 août 1704, il commande le vaisseau Le Vermandois, 60 canons, dans le corps de bataille commandé par le comte de Toulouse, Amiral de France. Il obtient au mois de septembre 1705 une pension de 1 000 livres sur le budget la Marine, et est mis au mois de novembre 1705 sur la liste des capitaines de vaisseau à la haute paye. Il est promu au rang de chef d'escadre de Picardie lors de la promotion du 28 octobre 1720. Il est fait Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis le 17 mars 1728, et promu lieutenant-général des Armées navales ad honores. Il meurt à Rochefort.

BOXBART JOHANN

ARCHITECTURA CIVILIS, Oder Beschreibung und Vorreissung einiger Vornehmer Dach-Werck.....

- GRAVURE de l'Edition de 1704 ou de 1725 (seules éditions) de l'ARCHITECTURA CIVILIS, - Gravure frontispice à petite marges signée en bas à droite Iohann Boxbart Sculpsit et dont l'auteur serait Caspar Walter cf. Worldcat identities. Dimensions: 19.5 par 30.7 cm.

BOXBART Iohann 1617-1727. Graveur allemand d'architecture.

BRUZEN DE LA MARTINIERE

L'ART DE CONSERVER SA SANTE COMPOSE PAR L'ECOLE DE SALERNE Avec la Traduction en vers François par Mr. B. L. M.

1749, A PARIS Chez Pierre-Alexandre LE PRIEUR. - In-12, 1 f. p. de titre, xxxij p. dont le Discours sur l'Ecole de Salerne, 77 p., 5 ff. Pièce de titre manquante, deux ex-libris manuscrits à l'encre. Coiffe supérieure frottée.

- Première Edition. - Du moyen de se passer des médecins.

CALMET Révérend Père

L’ECCLESIASTIQUE - COMMENTAIRE LITTERAL SUR TOUS LES LIVRES DE L’ANCIEN ET DU NOUVEAU TESTAMENT

Ex-libris manuscrit de Mgr de BEAUVAU, Successeur de Mgr Le GOUX de la BERCHERE, Archevêque de Narbonne, recouvert par celui de M. SOUVILLE Archidiacre. AUX ARMES de MGR Charles Le GOUX de la BERCHERE, Archevêque de Narbonne Aumonier de Louis XIV et son protégé. - 1714, A Paris chez Pierre EMERY In-Quarto plein veau, dos à cinq nerfs, pièces de titre et auteur et entrenerfs aux fers dorés. Roulettes aux coupes. Tranches mouchetées. Bon exemplaire en bel état, Fers très frais. Accroc aux deux coiffes. Les Deux Plats aux Armes Cardinalices et Nobiliaires de Monseigneur Charles Le GOUX de la BERCHERE cf. supra nos références biographiques et armoriales. Texte en Deux Colonnes pour le latin à gauche et le français à droite et Commentaire en dessous. Bandeaux Gravé de Scotin.. 1 f., Ex-libris collé devait contenir la marque de M. SOUVILLE (reporté sous la date) Archidiacre et chanoine, et superposant celles de Monseigneur de Beauvau Archevêque de Narbonne 1 f. nn. xcvj pour la Préface et les Dissertation sur le Système du Monde, l’Ecclesiastique et les funérailles, 658 p. dont Table des Matières. 1 f. pour le catalogue.

NOTRE EDITION est l’édition Originale. Voltaire s’en servira pour rédiger son Dictionnaire Philosophique. - Petit fils de Jean Baptiste LE GOUX de la BERCHERE Premier Président du Parlement de Bourgogne et fils de Pierre Le Goux de la Berchère et de Louise Joly de Blaisy également Premier Président au Parlement de Bourgogne. (cf. Amateurs Particuliers du Nouvel Armorial de GUIGNARD, t2 p. 307, ses Armoiries familiales sont d’Argent, à une tête de More de sable bandée d’argent, accompagnée de trois molettes de gueules), Charles est né à VIF en 1647 et mort à Narbonne en 1719. Collège d’Harcourt, docteur en Sorbonne, Séminaire de Saint Sulpice. Aumonier de Louis XIV, il suivit dans la Campagne des Flandres.. Eveque de Lavaur, il publie les statuts synodaux de son diocèse. Archevêque d’Aix puis Archevêque d’Albi sans la provision du Pape fâché avec Louis XIV et dont il est le protégé et qui lui offre l’Archevêché de Narbonne avec enfin la Bulle de Rome.. Grand érudit sa bibliothèque est prestigieuse et monumentale. Elle fut dispersée à la mort de François de Beauvau son successeur qui figure en ex-libris manuscrit. - Le père CALMET est né en 1672 en Lorraine à Ménil la Horgne. Il entre au Prieuré Bénédictin de Breuil, puis à l’université de PONT A MOUSSON. Il entrera enfin chez le Bénédictins de la Congrégation de Saint Vanne . Il sera ordonné prêtre en 1696 et dit sa première Messe à Munster. PRIEUR à Lay Saint Christophe puis abbé de Saint Léopold de NANCY . Il meurt comme abbé de Senones en Principauté de Salm. Il rédigera son Commentaire Littéral qui nous occupe à partir de 1607.

CASSINI DE THURY César-François et Jacques-Dominique comte de Cassini. JEAN GOUJON Marchand de Cartes Géographiques des Postes Royales.

ETUI DE QUATRE CARTES vers 1790, 4 CARTES EST DE LA FRANCE : DOLE (JURA), LONS LE SAUNIER (JURA), NOZEROY (JURA), BOURG (Ain)

- Bel Etui à Cartes demi veau, double étiquette de titre, filets guillochés dorés. - Comporte 4 cartes en état de neuf toilées 18e, sans dates d'édition numérotées 115, 116, 117, 147). - Deux cartes sont avant 1789/90 puisque dressée en Toises (Bourg et Nozeroy), les deux autres sont en Toises et en mètres vers 1790. - Ces 4 cartes sont les dernières éditées de l'Ancien Régime et les première de la Révolution. (cf. corrélation du régime des département de 1789 et métrique 1790). L'étiquette comporte 8 numéros de cartes mais qui ne pourraient matériellement pas tenir dans l'étui celui ci étant plein avec 4. - Il s'agit des CARTES TOPOGRAPHIQUES DE FRANCE OU DE CASSINI, dressées de 1774 à 1793 par César-François Cassini de Thury et Jacques-Dominique comte de Cassini son fils. (in Gauthier les cartes anciennes et modernes de Franche-Comte: qui donne n°116 Lons-le-Saunier, n°147 148 Genève et la pointe de la terre de Saint-Claude Nozeroy,

Les cartes éditées par GOUJON J. sont d'une grande rareté. SOURCES BNF : JEAN GOUJON Variante(s) de prénom : Laurent-Éloy. (17../18..)- Également colleur de cartes puis éditeur géographe ; marchand des cartes géographiques des Postes royales. - Se qualifie de "distributeur d'ariettes" en 1787, puis de marchand de musique au Palais-Royal, en 1788 et 1789. Exerce dès 1790 "Grande Cour du Palais-Royal" en qualité de "marchand de nouveautés". En mai-juin 1794, reçoit des subventions pour publier des cartes et dictionnaires géographiques. Rachète le fonds de librairie d'Antoine Jeudy Dugour fin 1801 ou début 1802. Travaille à partir de 1801 à l'entoilage des cartes du dépôt de la Guerre. Breveté libraire le 1er oct. 1812 (brevet renouvelé le 15 mars 1817). Encore en activité en 1830. A pu être confondu avec son fils, pratiquant (sans brevet apparemment) le commerce exclusif des cartes et articles de géographie, rue du Bac, n° 6, de 1812 à 1830 au moins D'oct. 1802 à nov. 1803, travaille en association avec le libraire Delaplace

COMITE DE SALUT PUBLIC - CAMBACERES, LACOMBE du TARN, CREUZE-LATOUCHE, BREARD, AUBRY

SUSPENSION PAR LE COMITE de SALUT PUBLIC DU CITOYEN CLEZY CHEF DE BRIGADE D'ARTILLERIE 27 Avril 1795 - REACTION THERMIDORIENNE. ARRETE.

- ARRETE du Comité de Salut Public du 8 floreal an 3 (27 Avril 1795). - 1 f. in-8 intégralement manuscrit de la main de LACOMBE DU TARN. - TEXTE : "Le Comité de Salut Public arrête Que la Suspension du Citoyen Clezy Chef de Brigade d'Artillerie est levée avec faculté de prendre sa retraite. Les Membres du Comité, Signé J. P. LACOMBE du Tarn, AUBRY, AUBIN, J.A. CREUZE LATOUCHE, CAMBACERES, BREARD". Document très intéressant en ce qu'il participe de la Réaction Thermidorienne jusqu'à menacer la carrière de Bonaparte et éliminer les cadres Robespierriste de l'Armée.

- François AUBRY, né le 12 décembre 1747 à Paris et décédé le 17 juillet 1798 à Démérara (Guyane), général de brigade, emprisonné sous Robespierre, participe à la réaction thermidorienne, il entre Le 5 avril 1795 au Comité de salut public et prend en charge les affaires militaires à la suite de Dubois-Crancé. Il effectue une véritable purge, éliminant soixante-quatorze officiers et généraux jacobins comme Bonaparte et Masséna pour les remplacer par des royalistes. Considérant le futur empereur comme un robespierriste, il le nomme chef de brigade d'infanterie en Vendée et, Bonaparte ayant refusé, le raye des cadres. -Jean-Pierre Lacombe-Saint-Michel, né le 5 mars 1753 et mort le 27 janvier 1812. On l'envoie ensuite en Corse, où il débarque le 6 avril 1793 et parvient à vaincre Pascal Paoli à Farinole. Blessé dans la bataille, général de brigade en 1793, deux jours après la victoire. Il est en mission à l’armée du Nord au moment de la chute de Robespierre, et écrit le 13 thermidor an II au Comité de salut public : « C'est en attaquant l'infâme coalition que j'irai chercher les complices de Robespierre ». À son retour, en février 1795, il entre au Comité de salut public. - Jean-Jacques Régis de CAMBACERES, duc de Parme, deuxième consul, puis archichancelier de l'Empire, est un jurisconsulte. rédige de nombreuses lois, dont la loi des suspects, et fut chargé de coordonner la rédaction du Code civil des Français par les Montagnards. Devient en 1794, président de la Convention, puis préside le Comité de salut public. - Jean-Jacques BREARD, dit Bréard-Duplessis, né à Québec le 11 octobre 1751, mort le 2 janvier 1840. Membre du premier Comité de sûreté générale1, il fut également élu au premier Comité de salut public, le 6 avril 1793 où il s'occupa de la marine. Fervent adversaire de Robespierre. - Jacques Antoine CREUZE DE LA TOUCHE, dit Creuzé-Latouche, né à Châtellerault, le 18 septembre 1749, mort à Vaux, le 23 octobre 1800, économiste. Membre du Comité de salut public, et fut un des onze nommés (4 floréal an III) pour réviser la Constitution de 1793.

de BERTRAND de MOLLEVILLE

BREVET DE RAPPEL DES GALERES. LETTRE MANUSCRITE SIGNEE DE FRANCOIS DE BERTRAND DE MOLLEVILLE, MINISTRE DE LA MARINE et DES COLONIES à DU PORTAIL MINISTRE DE LA GUERRE DE LOUIS XVI

- Feuillet in-quarto manuscrit signé du Ministre de la MARINE DE BERTRAND DE MOLLEVILLE, - Entête manuscrit PORT ET ARSENAUX - CHIOURME - GROSS - A Paris le 28 8BRE 1791, J'ai reçu Monsieur avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 16 de ce mois le brevet de rappel des galères que vous m'avez fait expédier en faveur du .é Antoine Gross ci-devant Soldat du Régiment de Bezançon au Corps Royal d'Artillerie condamné à Fougères par jugmeent du Conseil de Guerre le 19 mars 1781 aux galères perpétuelles pour vol de chambrée. J'envoye aujorud'hui ce brevet aux Administrateurs de la Marine à avec un ordre du Roi pour faire mettre cet homme en liberté. Le Ministre de la Marine ./. Signé DE BERTRAND et En bas à gauche . Duportail.

- Antoine François de BERTRAND DE MOLLEVILLE, né à Montesquieu-Volvestre le 28 mars 1741 et mort à Paris le 19 octobre 18182, conseiller au Parlement de Toulouse en 1766, puis Intendant de Bretagne, en 1784 qu'il sera chargé de dissoudre. Favorable à la réunion des États généraux de 1789, il conseille au roi la dissolution de l’Assemblée. NOMME MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES, il organise l’émigration des officiers en masse. Il démissionneet devient le chef de la police secrète royaliste. Avant et après la journée du 10 août 1792, il essaie de faire évader le roi, mais il doit se résoudre à fuir en Angleterre. L'EXPEDITION DE SAINT DOMINGUE lui vaut bien des critiques. On reproche au ministre de s'opposer secrètement à l'émancipation des noirs. Bertrand de Molleville, dans un discours mieux accueilli que les autres par l'Assemblée législative, attribue les maux de Saint-Domingue à Société des amis des Noirs. LA PERTE DE SAINT DOMINGUE lui est attribuée, même si l'Assemblée législative use d'équité peut-être autant que d'indulgence en refusant de donner suite à l'accusation proposée à ce sujet contre le ministre de la marine. --- Du PORTAIL (Louis Antoine Jean Le Bègue de Presle) Ministre de la GUERRE (16 novembre 1790 - 7 décembre 1791) né à Pithiviers, le 14 mai 1743 et mort en 1801, Conseiller tactique de George Washington, il a fondé le corps du génie américain et fut ministre de la Guerre. La protection de La Fayette lui vaut d'être nommé ministre de la Guerre, le 10 octobre 1790. Les royalistes lui font grief de tolérer l'indiscipline dans l'armée, d'avoir laissé les clubs et sociétés patriotiques s'installer dans les casernes, d'avoir produit des circulaires contre l'émigration. Les révolutionnaires lui reprochent d'avoir laissé les frontières sans garnisons et sans défenses suffisantes. Il aura marqué son passage, par une ordonnance du ministre de la Guerre, en date du 1er janvier 1791, abolissant les noms d’Ancien Régime des régiments.* ---- CHIOURME : Rameur des Galères.

DE BETHUNE SULLY, (Comtesse de l'AUBESPINE Madeleine Henriette, Maximilienne)

FONTENAY LE COMTE - RECU MANUSCRIT SIGNE MARQUISE de BETHUNE SULLY de l'AUBESPINE A CAUSE DU RECOUVREMENT DES GREFFES

- 1767, 1 f. in-huit plié en 4. TEXTE : "Je soussigné reconnois avoir reçu de Monsieur du POIRIER la somme de six cens vint et une livres trois soles quatre deniers provenant de recouvremens fait par monsieur Hersant lieutenant général de Fontenay le Comte de droits dus à cause des gresffes du dit Fontenay le Comte de la quelle somme le dit sieur du Poirier a donné son reçu au dit sieur Hersant dont quitance tant en mon nom que comme héritiere bénéficiaire de feu M. de la Mise de ..briand ma soëur fait a paris ce six juin mille sept cens soixante et sept. SIGNE de Bethune Sully Ctesse de L'Aubespine".

DE BETHUNE SULLY Comtesse de l'AUBESPINE Madeleine Henriette, Maximilienne épouse de François de LAUBESPINE née en 173

DE GUELDRE - OFFICIERS MUNICIPAUX DE REZAY - INDRE

L.A.S. des OFFICIERS MUNICIPAUX DE REZAY AU COMMISSAIRE ORDONNATEUR REFUSANT DE DONNER DU GRAIN DU FAIT DES PILLAGES. 1794

1794, L.A.S., 4 ff. dont 1 p. manuscrite datée du 6 juillet 1794. TEXTE : "Nous officiers municipaux du villages de refsaÿ sousignés certifions et attestons d'avoir fait la visite de notre lieu pur satisfaire à la demande du Citoÿen Commissaire Ordonnateur VAILLANT, laquel visite étant faite, nous n'avons trouvé aucun grain pour ÿ satisfaire comme le prédit villages on a beaucoups souffert et dévasté par les trouppes autrichiennes et hollandoises et ensuitte par les trouppes françaises, ce sujets sont la causes qu'il est de toute impossibilité de fournir à la demande sus mentionnée. Fait a refsaÿ ce 6 juillet 194. Signé du Maire de Gueldre et de 4 citoyens".

Le village de REZAY est situé près de Lignières et dépend de Saint Amand Montrond. Il comptait en 1794 environ 730 habitants.

DE SAINT AUBIN Charles Germain Graveur

PREMIER RECUEIL AQUARELLE DE CHIFFRES (Suivi DU SECOND) INVENTES PAR DE SAINT AUBIN DESSINATEUR DU ROI A.P.D.R. (Avec le Privilège du Roi)

Grand in-folio en magnifique reliure demi veau citron, 41 par 34 cm, pièce de titre à la feuille d'or et filets. Ensemble monté sur onglets cousus ravés par MARILLIER Clément-Pierre, et DROUET pour une part de page de titre, Aquarelliste inconnu. Nd. mais 1760 A Paris chez la Vve CHEREAU rue Saint Jacques aux 2 Pilliers d’Or. 1 + 12 PLANCHES GRAVEES AQUARELLEES NUMEROTEES 1 à 13 sans manque. (Auréoles visibles sur les photos) Numérotées de 1 à 13 composées de deux Recueils. Le premier comporte 7 plaques florales (aquarellées probablement par Saint Aubin) dont la page de titre soit 6 Chiffres monogrammes , le second porte à la planche 8 le titre et le monogramme soit 6 Monogrammes. Soit 1 p. de titre et 12 planches aquarellées. Dimensions des Planches 40,6 cm par 30,6 cm et les Gravures 335 par 240 mm

BIEN COMPLET DES 13 PLANCHES NUMEROTEES QUE DOIT COMPORTER L'EXEMPLAIRE. EXEMPLAIRE AQUARELLE UNIQUE. L'EXEMPLAIRE PRESENT A LA BNF N'EST PAS AQUARELLE Un seul exemplaire complet des 13 eaux fortes aquarellées présent tel qu'à la BNF (non aquarellées). Notre exemplaire est le seul connu par nous qui soit aquarellé. Les exemplaires que nous avons pu voir sont incomplets (Première Série seule, à l'unité, ou en mauvais état et jamais aquarellés). FICHE DE LA B. N. F. de Charles Germain de Saint Aubin : Décorateur, dessinateur et aquarelliste Frère des graveurs-dessinateurs Augustin et Gabriel-Jacques Décorateur, dessinateur et aquarelliste . Naissance : 17-01-1721, Paris Mort : 06-03-1786, Paris

DELARRIERE M.

PRESERVATIF CONTRE LE SCHISME - LIBELLE CONTRE LA CONSTITUTION CIVILE DU CLERGE OU QUESTIONS RELATIVES Au Décret du 27 novembre 1790

1791, Sans Auteur, mais le catalogue nous indique qu’il s’agit de M. DELARRIERE. A PARIS, Chez LE CLERE, - In-8 broché, 1 f. contrecollé au plat, p. de titre avec une étiquette de Bibliothèque de Bruère de Bourgneuf, 254 pages, 1 f. pour la Table des 6 Articles que compte l’ouvrage. Au dos Catalogue des ouvrages du Libraire. 1 f. contrecollé.

3° Edition, la plus complète et la plus rare. La 1° édition et sa réédition font environ 150 pages. Un des ouvrages les plus important contre la Constitution Civile du Clergé.