Sujet : AUTOGRAPHES

120 résultats

EMILE THIVIER - MARGUERITE PAING & Joint DESSIN D'ETUDE de M. CENDRE PAR E. THIVIER

1977, Imprimerie de l'Indre, Chambre de Commerce de l'Indre. - In-quarto en belle reliure de toile carbonnée titrée aux fers dorés, avec sa chemise rempliée. 110 p. sur papier couché. - Exemplaire Nté 177, un des 200 numérotés sur les 310 dont 100 Hors Série et hors commerce. - Joint une étude pour le portrait de Monsieur CENDRE portant le cachet d'atelier, dim. 150/200 mm. L'ouvrage comporte sur deux pages le portrait de M. CENDRE ainsi qu'une étude et une reproduction p. 36 et 37.

TRES BEL EXEMPLAIRE EN ETAT DE NEUF.

MAILLAUD Fernand - FEUILLET Maurice

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE DE F. MAILLAUD à M. FEUILLET dans laquelle IL FELICITE SON AMI POUR SES ARTICLES DANS LE GAULOIS ET MILITE LA CULTURE DE LA GRACE SANS LAQUELLE LE PEINTRE NE PEUT RIEN ET SA HANTISE DE MOURIR SANS VOIR ETRANGLER LA BESTE.

1 f. double in-huit manuscrit sur 4 pages. Date de réception au crayon rouge R. 5.4.39. - "Val Cros à LA VALETTE (Var)' - TEXTE : " Cher Ami, Le dernier n° du Gaulois que vous avez bien voulu m'envoyer est du 8 février, il est fort beau et votre texte est formidable, il est véritablement ce qu'enseignent les critiques voués aux crimes ! il est l'évidence même de l'illustration qui vient souligner et faire sa preuve !!! Comment donc ne réussiriez vous pas par cette voie et par votre voix : .. vous avez une revue puissante qu'il faudrait répandre à profusion ;; je fais tout ce que je peux, je n'écris pas une lettre, je n'aborde personne sans le mettre au courant et sans parler des articles de Maurice Feuillet .. Je m'endors et me réveille avec cette pensée "Etrangler la Beste", j'en suis plein à ... c'est une hantise, une pensée fixe, une mission ; et je ne voudrais pas mourir sans savoir qu'enfin la "beste est morte". Son poison, son venin sont terribles ; je sais des êtres sains contaminés jusqu'à la moelle. C'est le crime des crimes, c'est la destruction de toute société, de toute vie sur terre. C'est la chute irrémédiable vers une barbarie féroce cent fois pire que celle des Temps Cannibales (si jamais ils ont existé) Car celle-là aura pour aide la science sinistre du mal. En Art comme en tout science sociologique, il y a deux principes.. le bien et le mal, la vertu et le vice, or personne ne peut soutenir que la vue de laideurs ne soient pas des encouragements au mal et au vice. Scènes de bordels rendues avec le cynisme commun à ceux qui ne savent que barbouiller, qui n'ont aucune culture, comme les polissoneries qui recouvrent les murs des tinettes.. de lieux d'aisance, de sorties de bordels des ruelles mal fréquentées etc. lieux où le bas peuple vit .. C'est cela L'ART DE MORT, l'art de vie. commence à l'ordre et sa route vers la beauté et la bonté.. et ce qui domine dans toute la grandeur de son rayonnement bienfaisante, c'est l'oeuvre faite avec son propre coeur, avec l'amour, l'adoration du Divin de toute beauté d'âme, de tendresse et de grâce ; je place tous ceux qui ont avant tout aimé la grâce et la tendresse et l'ont exprimé au dessus de tous les autres, ils les dépassent en profondeur en grandeur et vérité, ils sont les archanges bienfaisants de l'humanité, Ce sont REMBRAND, CHARDIN, qq HOLLANDAIS familiers et fraternels, MILLET plus près de nous CAZIN L'HERMITTE, mais dans toutes ces âmes et y ont des degrés de tendresse et de grâce... pour moi une oeuvre ou manque ce signe ne peut être belle, elle n'EMEUT PAS LE COEUR et n'apporte qu'une récréation passagère à l'humanité. Je place COROT et MILLET très au dessus de DELACROIX que je trouve sans grâce et sans tendresse et sans émotion ; Ah que je suis peu en accord avec l'ensemble de la bonne critique. Combien peu sont pénétrés de la grâce, de sentir l'émotion fraternelle venue du coeur. Voilà ceu que j'aimerais voir défendre ; car ceux-là sont avant tout nécessaire à la VIE intérieure des hommes à l'HARMONIE DE LA VIE, pour moi toute oeuvre qui n'est pas pleine de charme et de GRACE NATURELLES est secondaire malgré le talent du peintre. Mais Cher Ami, je ne veux pas vous faire un cours. Je me laisse aller près de vous que je sens compréhensif DE BELLE RACE ; avec CAMILLE MAUCLAIR que j'aime infiniment je ne suis pas toujours d'accord, et il est cérébral, plus qu'il ne veut le dire, son coeur ne parle pas si haut que son dilettantisme d'artiste et c'est dangereux et n'a pas cette étincelle qui vient du coeur. Il soutient surtout chez les modernes des CEREBRAUX, c'est un affreux mal à mon sens, il cite des gens sans conviction sans âme parce qu'ils sont des malins qui ont su le capter.. J'aimerais Cher Ami recevoir jusqu'à la fin ces n° ou votre campagne paraît. Voulez-vous m'abonner pour 6 mois ou un an. Je suis loin de la Poste. Je n'envoie pas de mandats aujourd'hui voudrez vous demander à ce qu'on fasse .. par la poste... je suis ici jusqu'au 10 mai, dans un lieu adorable, la grâce même. je ne connais rien de plus beau sur toute la côte : c'est dans les pins au pied du Caudon divin. J'ai acheté une petite propriété ou travaille à la maison que je fais réparer il y a une chambre pour vous quand vous voudrez me faire le grand plaisir de venir. Vous errez un beau pays. Au revoir et bien Cordialement à vous Cher ami (Hommages à Madame) SIGNE F. MAILLAUD".

- Très belle lettre critique et plaidoirie emphatique dans laquelle Maillaud félicite son ami pour ses articles dans le Gaulois, sur l'esprit du beau, sur sa hantise de voir mourir, ETRANGLER LA BESTE. Il développe deux principes le Bien et le Mal, l'Art de la Mort et de la Vie, milite pour la grâce et la tendresse tels que REMBRANDT, CHARDIN et quelques hollandais. Place COROT et MILLET AU DESSUS DE DELACROIX et exprime son désaccord avec MAUCLAIR qu'il aime et traite de cérébral. Il évoque son midi et sa maison qu'il rénove. - FEUILLET Maurice 1873/1968 Paris, peintre, dessinateur, illustrateur et journaliste. Fondateur du FIGARO ARTISTIQUE, critique d'art majeur. Directeur du Gaulois artistique. Membre de la Société des amis de l'Art japonais, fondée par Siegfried Bing. - MAILLAUD Fernand, 12 décembre 1862 à Mouhet (Indre) 30 août 1948, peintre et illustrateur. Il fait partie du groupe d'artistes post-impressionnistes et symbolistes qui s'est formé en 1891 autour de Paul Gauguin. Salon des artistes français de 1896. Il présente régulièrement une œuvre au Salon chaque année jusqu'à sa mort et en sera médaillé d'or. Fresselines, près de Crozant. Il se lie avec Maurice Rollinat et rencontre Osterlind, Geffroy, Dayot, Descaves et le jeune Naudin. Il fréquente Gabriel Nigond, l'abbé Émile Jacob et aussi Hugues Lapaire, Joseph Ageorges, René Pradère, Raymond Christoflour, Gabrielle Sand. En 1928, il commence la construction d'une maison isolée près de Toulon appelée « La Florentine », sur les pentes du Mont Coudon, près de Toulon, tout en poursuivant l'aménagement du « Renabec ».

(GEORGE SAND) DEGOUSEE et LAURENT Ingénieurs Civils

L.A.S. à GEORGE SAND signée de DEGOUSEE, CH. LAURENT et Cie en vue d'obtenir par forage des EAUX JAILLISSANTE dans sa Propriété de NOHANT près LA CHATRE, INDRE.

2 ff. dont 2 pp. manuscrites et signés sur papier bleu à Entête de l'Entreprise DEGOUSEE, CH. LAURENT & Cie Ingénieurs Civil, en date du 28 juillet 1870. Très joli croquis dans le texte de la situation géologique du domaine de NOHANT. Après un long descriptif sur la situation géologique de Nohant, l'Ingénieur conclut : "De cette note il résulte que les alternance de marne argileuse et de calcaire qui composent les trois étapes inférieures du lias , ne contenant aucune couche perméable, ne doivent préenter aucune chance de réussite pour une recheerche d'eaux artésiennes. Il n'en est pas de même de la partie supérieure du trias, dont la couche affleurent en des points bien plus élevés que Nohant et contiennent des limes de sables interposés dans des limes d'argiles. Un résultat doit y être là plus que probable. La profondeur à laquelle il faudrait pousser le forage ne peut pas nous être connu d'avance, mais nous estimons que la marne crissée ne pourrait être atteinte à NOHANT AVANT UNE PROFONDEUR DE CENT A CENT VINGT MÊTRES" et termine en indiquant que "le prix du mêtre de forage coûterait entre soixante dix et quatre vingt francs jusqu'à la limete de deux cents mêtres qui ne serait certainement pas mlême approchés."

Belle et longue lettre en réponse à son désir de trouver des EAUX JAILLISSANTES sur le Domaine de Nohant.

A. ESCOFFIER (Sous le patronage)

AERONAUTIQUE - LIVRE D'OR RESTAURANT D'EPINAL "AUBERGE D'ELOYES", CHEF RENAUDIN 1931 FREQUENTE PAR LES AVIATEURS DE L'AEROPOSTALE FONCK.. ET CELEBRITES DE L'EPOQUE DONT LE MARECHAL PETAIN..

- Environ une centaine d'appréciations signées et dessins sur 25 pages depuis 1930. - In-quarto relié édité spécialement pour l'Auberge d'Eloyes à EPINAL par le Club des Sans-Club des Auberges de Frances. - Exemplaire numéroté 4 à la date manuscrite du 9 juillet 1930. - 6 ff. de photos et croquis par DESAISN et texte de Paul POULGY.

- Un beau dessin SIGNE D'ANDRE JACQUEMAIN (d'Epinal)intitulé Allah si darboué. - Un dessin pleine page aux deux crayons Père Noêl signé Fr. B. - Pour l'Aéonautique, on relève un long mot contrecollé signé et concernant la première liaison aéropostale France-Madagascar-La Réunion par le Capitaine GOULETTE et BOUTILLIER DU 13 juin 1930. - La Signature du Célèbre RENE FONCK du 17 sept 31. La Signature Mal PETAIN. - Illustration du Président de l'Aéro-club VOSGIEN fondé par René FONCK en 1921. - Un dessin représentant un avion désigné par l'avion du raid Epinal/Golbey (Distance 1 km 500) avec un texte intitulé En l'Air, En l'air ! P. ROUMET (?) ESCADRILLE VRZ 29 - Un autre envoi "Nous referons un nouveau raid signé GOULETTE Marcel. - Une signature Lt COLONEL Aérostier Epinal. Le Président du Groupe GOULETTE "Voler à 50 cm du sol sur planeur Avia est une jouissance inégalée qui dure 14 secondes... - AUTRES : Dessin d'André JACQUEMIN, Marcel PICOT, 2 signatures avec envoi de CLAUDE FARRERE à la veille de son départ pour son RAID SINO-JAPONAIS le 16 déc. 37. - MARCEL THIL Champion de France de Boxe, le MARECHAL PETAIN du 24 juillet 32, Suzanne KAUFFMANN Reine d'Alsace, REINE KLINIG Reine des Halles de Paris en 34, l'Ecrivain MAURICE GENEVOIX, MARGUERITE MORENO, PIERRE RICHARD WILLIN Acteur, Théâtre du Peuple de Bussang, dans les Vosges. - HENRI CHAUMET Préfet des Vosges, 1930. - Marcel GOULETTE Fondateur de l'"Arc en Ciel" avec lequel Mermoz s'illustra. - GABY MORLAY Actrice. - Yves LACOMBE Pilote, Coupe DEUTZCH 1936 - MARIE THERESE LASPARUS Ecrivain et héroîne de la Bibliothèque rose, PRINCESSE RADZIWILL belle fille de l'Empereur de Prusse, LAGARDERE des Genie de France, une homonyme MADELEINE RENAUDIN, ill. un SENATEUR DE DORDOGNE, Camille RICARD, un poême de A. GEIGER,

AGENOR BARDOUX

LETTRES DE PROVINCE - MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNE - PUY DE DOME

Manuscrit composé de plusieurs feuillets contrecollées sur 7 feuillets in-huit. JOINT C.A.Signée à entête du Sénat d'Agénor Bardoux à son ami Frank qui le félicite - Intéressante Etude de Sociologie politique sur la vie politique en province et contre le Boulangisme et les extrêmes. - Rédaction probable lors des élections de 1889 (Elu au Sénat) auxquelles participe le Général BOULANGER. Il s'agit d'une analyse sociologique de la pensée politique provinciale rapportée à celle de Paris. Il évoque la volatilité de la pensée politique en Province et son sens critique. Il évoque également le déluge de propagande et d'images (du Gal Boulanger) et engage une attaque en règle contre le Boulangisme comme représentant de l'ordre, du césarisme et de la dictature comme substitut à la loi. Il insiste sur l'incidence marquée du renvoi des congrégations des écoles de filles, et la laïcisation, le retour des soldats et leurs récits, le bon sens, comme causes de l'essor des modérés. Si plus personne ne pense à contester les révolutions et la république "Malheureusement, en Province les exaltés par conviction ou par tempérament.. Presque seuls ils lisent au café les journaux et quels journaux ? les plus déraisonnables, ils n'ont plus de contradicteurs.... Il est à remarquer dans les conversations habituelles que le sens de la liberté ne pénètre pas aisément les intelligences dans les solutions.. Il conclut qu'instinctivement la grande masse appelle la modération et que ce qui manquent ce sont les hommes politiques dans les départements et que les Barreaux qui fournissaient le personnel politique hésite à couvrir de front deux carrières devant l'instabilité des ministères et la division des républicains.

- AGENOR BARDOUX : (1829 à Bourges-1897 à Paris), avocat, écrivain et homme politique (il fut ministre de l'Instruction publique 1877/79), arrière grand-père du président Valéry Giscard d'Estaing. Ami de FLAUBERT et MAUPASSANT, s'inscrit au barreau de CLERMONT FERRAND et a pour parrain MICHEL DE BOURGES. Maire de CLERMONT FERRAND, il est attaché à la petite commune de SAINT SATURNIN. Sa vie politique est fournie. Il sera Bonapartiste puis modéré. Député puis Sénateur, il terminera vice-président du Sénat.

ALPHONSE DE LAMARTINE

ALPHONSE DE LAMARTINE désabusé au GENERAL de COURTAIS à propos de ses rhumatismes et de sa déception de la politique.

- Sans date, vers 1858. - 1 f. double in-8 à entête gauffré d'une couronne et de son monogramme, 3 p. manuscrites. Sans date, probablement vers 1844. - Il évoque ses rhumatismes, la perfidie sournoise de l'homme qui lui doit tout, et ses abonnements.

- TEXTE : Mon Cher Général, Je suis bien sensible à votre obligeance, à votre intérêt, à vos bons avis. Recevez mes remerciements. Vous les "auriez en photos si je n'étais depuis un mois aux prises avec un Rhumatisme qui ... la plume mais non les ... Je me souviens bien de ce (Poujol ?), mais je ne puis croire à une perfidie sournoise de l'homme qui nous devait tout ; je crois plutôt à sa faiblesse sous sa rudesse. En tout cas n'y pensons plus, nous avons fait tous honnêtement (.) pour sauver notre patrie. Notre seul seigneur à présent c'est Dieu. Vivez dans votre paix comme moi dans mon labeur. Il sera bien temps de payer les abonnements quand vous viendrez à Paris. J'y gagnerai le plaisir de vous voir. Mille affectueux souvenirs. Signé : LAMARTINE PS. Si vous voyez M. Thevenet votre voisin parlez lui de ma fidèle estime. (Griffe de Lamartine). - Jacques-Marie-Adolphe POUJOL dit Poujol fils, né à Paris, 1811-1898, auteur dramatique, écrivain et chansonnier français. - GENERAL DE COURTAIS Amable. vicomte 10 janvier 1790 à Montluçon et mort le 10 juin 1877 (à 87 ans) à Doyet, est une personnalité de la 2e République et de l’Allier. Député sous la Monarchie de Juillet (élu en 1842 et 1846), il siège parmi les républicains radicaux. Il est nommé général, commandant de la Garde nationale après la Révolution française de 1848. Elu de la Constituante en avril 1848. Son indécision face aux manifestants parisiens du 15 mai 1848, lui vaut d'être mis en accusation, démis de ses fonctions (le 26 mai), arrêté, et traduit devant la Haute Cour de Bourges pendant l'hiver 1849. Il est finalement acquitté et reprend son siège à l’Assemblée. Il se retire ensuite à Montfermeil . En 1871, Conseiller général de l’Allier il devient président. Il meurt le 10 juin 1877 à la Chassignole. - Jacques-Marie-Adolphe PPOUJOL dit Poujol fils, 1811-1898, un auteur dramatique, écrivain et chansonnier français.

ANATOLE FRANCE - (VIGOUREUX) (KIEFFER)

PIERRE NOZIERE. L.A.S. D'ANATOLE FRANCE A ENTETE DU CHATEAU DE PIERREFONDS à son Ami DEWEZ. Eaux Fortes de VIGOUREUX couleurs).

- Sans Date, mais 1925, René KIEFFER Relieur Editeur. - In-quarto, reliure signée aux petits fers dorés "A. Guégant", demi maroquin à coins, dos à cinq nerfs - Garde, 2 ff., premier plat conservé, 1 f., p. de fx titre, p. de Justification du tirage nté 184 sur un tirage de 500 (un des 400 sur vélin blanc à la forme). Lettre d'Anatole France jointe sur une fenêtre, P. de titre, 284 p. 4 ff. nn. dont table, 20 eaux fortes délicatement soulignées de couleurs. - JOINTE la LETTRE AUTOGRAPHE MANUSCRITE SIGNEE d'Anatole France, 1 f. double in-12 à Entête du CHATEAU DE PIERREFONDS LES BAINS (gravure) adressée à son Ami DEWEZ vers 1898.

TEXTE : "Pierrefonds, 27 sept. Mon Cher Dewez, Croyez bien que je prends une grande part à votre douleur. J'irai, dès mon retour à Paris vous serrer la main cordialement. Signé Anatole France." - Le titre du premierlaisse entendre que Pierre Nozière est un ami d'Anatole France : en réalité il s'agit d'un double de l'écrivain qui lui permet d'évoquer plus facilement ses souvenirs. Cet ouvrage raconte l'enfance de Pierre/Anatole France à travers différentes scènes de vie et les premières conquêtes amoureuses. L'ouvrage de 1899 intitulé Pierre Nozière est en trois parties.. La troisième s'intitule Promenades de Pierre Nozière en France, avec des descriptions de Pierrefonds dans l'Oise, ..

ANDRE THEURIET - LAURENT-DESROUSSEAUX - FREDERIC MASSON

THEURIET André - REINE DES BOIS - EX. de l'AUTEUR sur JAPON AVEC AQUARELLE ORIGINALE DE LAURENT-DESROUSSEAUX & 2 SUITES AVANT LA LETTRE. LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE DE L'EDITEUR FREDERIC MASSON.

- DANS UNE BOITE LIVRE DEMI MAROQUIN A BANDE ET DOS AUX TITRES ET AUTEURS fers dorés signé GUEGANT. (livre relié, lettre jointe, aquarelle, 2 suites japon et watman. - 1890, Paris, Boussod, Valadon et Cie. - EXEMPLAIRE RELIE de L'AUTEUR ANDRE THEURIET demi maroquin à bandes accompagné d'une lettre importante de l'éditeur Frédéric MASSON contrecollée et d'une SUBLIME AQUARELLE ORIGINAL signée de Laurent-Desrousseaux. P. de fx titre illustrée d'une magnifique aquarelle signée au crayon et justification au dos, p. de titre bicolore, 187 p., 2 p. pour l'36 illustrations. - EDITION ORIGINALE illustrée sur JAPON, exemplaire Offert avec jointes 2 suites libres avant la lettre sur Japon bistre et Watman bleuté. - 2 Volumes in-quarto comportant pour le premier Tome sous chemise rempliée l'exemplaire japon avec son Aquarelle Originale signée au crayon et ses 36 gravures N/B par LAURENT-DESROUSSEAUX, exemplaire non coupé. -Second tome sous Chemise carton fort rempliée pour les 2 suites sur Japon bistre et Watman bleuté avant la lettre.

- LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE datée de Frédéric MASSON à Entête de BOUSSOD et VALADON, datée suggérant à l'Auteur de réduire le Roman de 15 à 10 chapitres et qu'à défaut il conviendrait de supprimer les Culs de lampe. - L'ouvrage en fera 9 pour 36 Illustrations. - André Theuriet, né à Marly-le-Roi 1833 et mort à Bourg-la-Reine en 1907, romancier et auteur dramatique français. Primé par l'Académie Française, il sera élu Académicien au fauteuil d'Alexandre DUMAS Fils.

ANONYME

PHOTO SIGNEE DATEE LECLERC 18 JUIN 1945, AVEC DE GAULLE, LECLERC et KOENIG REMONTANT LES CHAMPS ELYSEES

Sous encadrement, photographie argentique originale signée et datée à l'encre bleue en bas à droite "LECLERC, le 18/6/45" représentant les trois généraux remontant les Champs Elysées. - Dimensions 17.5 par 23.7 cm.

ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN - GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ

GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ - GAGES du LIEUTENANT ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN, Gouverneur du Berry et des villes de Meetz, Calais, Sancerre et de Gien..

7 septembre 1607, Pièces Velin signée ARQUIAN MONTIGNY, in-huit oblongue. Quittance des gages de Lieutenant au Gouvernement de la Citadelle de METZ. (24.5 par 16 cm).

MORERI T.III 1732 - Anthoine de la Grange second fils de Charles de la Grange, Seigneur de Montigny et de Louise e ROCHECHOUART, Seigneur d'Arquian Gouverneur du Berry, et des Villes de METZ, Calais, Sancerre et de Gien, Colonel des Gardes Françoises et Capitaine des Gardes de la Porte. (1560 - 1666).

ARMAND DE BETHUNE Seigneur du PUY, Comte de VELAY

PERMISSION par ARMAND DE BETHUNE SEIGNEUR DU PUY, COMTE DE VELAY, POUR M. DE MAZEL DE FAIRE DIRE LA MESSE DANS LA CHAPELLE DEJA MAISON DU MAZEL

- 15 may 1670 Vélin imprimé signé d'ARMAND DE BETHUNE, EVESQUE SEIGNEUR DU PUY COMTE DE VELAY, avec son SCEAU AUX ARMES DE BETHUNE. Jolie lettrine. Dimensions de 27 par 16 cm. - TEXTE : "Nous avons pour bonens & justes causes permis à Monsieur du Mazel de faire celebrer par Prestres approuvés dans la Chapelle déjà maison du mazel, paroisse de Sance......

- Armand de Béthune, (1635 -1703), Evêque de Saint-Flour (1661) puis Evêque du Puy (1664). Abbé de l'Abbaye de la Vernusse en Berry

ARMAND VALLEE Médecin

LETTRE ORDONNANCE DU MEDECIN VALLEE de CASTELNAU CONCERNANT UNE GANGRENE SUR UNE PLAIE - 1829 - LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE

- 1 feuillet double in-12 manuscrit signé. - Daté de Castelnau le 5 aoûst 1829. - L.A.S. du Docteur Armand VALLEE à Monsieur SOUMARD DE VILLENEUVE en son Château à Villeneuve. Prescription contre une gangrène.

- TEXTE : "Monsieur, Les douleurs que la malade éprouve ne peuvent être occasionnées par une nouvelle gangrène mais bien par l'extrême irritation qui existe à cause de la .. considérable des playes. Je pense que l'on peut mettre par dessus des feuilles qui seront graissées par du beurre un linge trempé dans une .. décoction de racine de ... ou faire venir de Bourges trois ou quatre onces de baume de genièvre, les vésicatoires seront pansé dans le jour avec le r.. .. ... ... ... Il ne faut pas encore sécher les playes mais on peut mélanger la pommade de gar.. avec moitié beurre frais ce qui sera moins irritant. Cy contre mon opinion. S'il survenait quelque nouvelle tache noire Monsieur Soumard aurait la bonté de m'en prévenir. En attendant je vous prie ... Signé Ard VALLEE Médecin.".

AUGUSTE DANICAN - FRANCOIS MAURIAC

NOTICE SUR LE 13 VENDEMIAIRE OU LES PARISIENS VENGES dédié aux veuves et orphelins de français assassinés par la convention, et à tous les ennemis du crime et de l'anarchie (1796). Ex-dono de François MAURIAC 1943.

1796 s.l. - Ex-dono de François Mauriac. - In-huit bradel demi percaline, dos avec pièce de titre maroquin aux petits fers dorés. - 2 ff. dont Ex dono en forme de clin d'oeil de François Mauriac : "Donné en Vendemiaire 1943 par le vigneron François Mauriac à l'historien de Carnot Gaston Dul....". - P. de titre, 112 p.

Cf. Biographie des Hommes Vivants de Michaud : DANICAN (Auguste), 1763/1848, colonel d'un régiment de hussards, puis général de brigade, fut employé contre les royalistes de la Vendée en 1793 et 1794 : il se conduisit toujours avec humanité, et pressa même plusieurs fois la Convention de faire punir les auteurs des noyades de Nantes et des autres excès commis. Envoyé en décembre à Laval pour combattre les premiers rassemblements de chouans, il fut contraint de s'enfermer dans Angers pour défendre cette place contre les royalistes, qui l'assiégeaient sans succès. Le général Danican fut publiquement accusé d’avoir voulu leur livrer cette ville. Destitué à cette époque, il parvint à se faire remettre en activité. Il commandait en 1795 à Rouen, d’où il adressa des dénonciations à la Convention contre les généraux Tureau, Grignon, Huchet et autres, avec lesquels il avait servi dans la Vendée, et qui y avaient commis des horreurs inouïes. A l'époque du 13 vendémiaire an IV (1795), le général Danican vint à Paris, embrassa le parti des sections, commanda un instant leur force armée ; mais, n’étant pas secondé, et n'ayant pas eu le temps de préparer ses moyens, il ne put obtenir l'avantage, et s'éloigna quand il vit les troupes conventionnelles prendre le dessus. On lui fit son procès par contumace ; et le conseil militaire séant au Théâtre-Français le condamna à mort.

AULARD ALPHONSE

ALPHONSE AULARD L.A.S. à J. B. BIENVENU MARTIN, Ministre de l’Instruction Publique, des Beaux arts et des Cultes à propos du PATRIOTISME et des INSTITUTEURS

1 f. in-12 à entête de son adresse du « 26 rue de Versailles à JOUY EN JOSAS (Seine et Oise) En date du 8 août 1905 Monsieur le Ministre, Je prends la liberté de vous envoyer ci-joint, dans la Dépêche (de Toulouse) un article ou vous trouverez quelques idées de la conversation que j’ai eu l’honneur d’avoir avec vous sur les INSTITUTEURS et le PATRIOTISME ; Veuillez agréer, Monsieur le Ministre l’expression de mon respectueux dévouement. Signé Alphonse AULARD »

AURORE SAND - DANIEL HALEVY - Fernand GREGH

ENCARNACION - JOINTES 2 LETTRES AUTOGRAPHES A AURORE SAND DE DANIEL HALEVY ET FERNAND GREGH

EDITION ORIGINALE. 1923, Bernard Grasset. - In-huit broché, nté 28 sur les 40 de tête sur papier vert lumière et les 10 H.C.

- 1 f. p. de fx titre avec au dos la CARTE LETTRE adressé à Mme LAUTH SAND par Daniel HALEVY en date du 10 janvier 1921 cachet de poste par laquelle il "apprend qu'Aurore Sand a terminé un roman et qu'elle serait disposée à lui donner à lire" ; p. de titre, avec au dos la justification du tirage et TRES BELLE Lettre AUTOGRAPHE signée de Fernand GREGH s'adressant à Aurore Sand "29 rue de Boulainvilliers, Madame, J'ai lu Encarnacion et je veux vous dire que ce petit volume m'a enchantée. Je me rappelle comme vous parliez des Alpujaras, avec quelle flamme et quelle nostalgie dans la voix. C'est cet amour et cette nostalgie qui vous ont inspirée et que vous communiquez au lecteur. J'ai revue l'ombre et le soleil, les mules pomponnées,les façades peintes des maisons, j'ai entendu les guitares grésillantes et tristes. Et surtout, et surtout, je me suis dit qu'il y avait encore un pays en Europe ou l'amour était brusque et mortel comme l'éclair. Quel beau livre que celui qui fait ressentir tout cela en quelques heures ! Croyez Madame à mon respectueux et admiratif souvenir. Signé, Fernand GREGH"

BARBES ARMAND

BARBES - PRISON DE BELLE ISLE - LETTRE AUTOGRAPHE AU GENERAL DE COURTAIS SIGNEE DE SA PRISON DE BELLE-ISLE EN 1854. REVOLUTION DE 1848

- 2 pp. in-8 manuscrites de sa Prison de Belle-Isle (Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile): TEXTE :"Le 24 juillet 1854, Je vous remercie, mon pauvre ami, d'avoir pensé à nous au milieu de votre désolation. Jamais père n'a été plus affligé que vous, mais jamais aussi cris de douleur n'ont plus vivement impressionné d'autres coeurs. Fayolle me laisse aujourd'hui le soin de vous écrire, parce qu'il est pris depuis quelque temps d'un rhumatisme qui l'empêche de tenir la plume, mais sa 1ere lettre sera pour vous. Quand à Albert (MARTIN) que l'on a été obligé de transférer à Tours pour arrêter les ravages d'une maladie pareille à celle qui a enlevé votre bien aimée Sara, je vous réponds que son chagrin sera aussi bien grand. Les détails que vous nous donnez sur la mort chère enfant bien loin de nous paraître trop longs ont augmenté notre affection pour vous. Ah ! c'est bien ainsi qu'après un coup qui la frappe dans la meilleure partie de son existence et dans le fond même de ses entrailles, un père doit parler à ceux qu'il croit capable de comprendre son désespoir ! Je ne connaissais pas cette noble fille que dieu vous avait donnée, mais d'après ce que j'en ai appris, je n'exagère rien en vous disant que j'en porterai toujours le deuil dans mon coeur. Sa bonté, son courage pendant la longue maladie, son héroïsme à ses derniers moments en font pour moi un de ces anges auxquels on doit un culte même dans les avoir vus. Sa foi ne sera pas trompeuse car tant de sublimes qualités ne sauraient appartenir à ce corps qui s'est refroidi dans vos bras et que l'on porte aujourd'hui en terre. non ! soyez en sûr il est chez l'homme un autre principe qui ne peut pas ! Cet être véritable vous le retrouverez toujours aussi bon, aussi chaste, aussi dévoué et perfectionné encore dans ce que l'enfant nommait avec raison un meilleur monde. là elle vous appellera encore son petit père. Prenez donc ce qui vient de vous arriver pour une séparation momentanée et non pas pour une destruction. Les méchants peuvent avoir intérêt à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intérêts à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intér$ets, mais elle qui n'avait jamais fait que du bien aux autres vous voyez qu'elle ne doutait ni de l'existence de dieu ni de son âme. Je partage mois-même depuis longtemps cette foi et voilà pourquoi je vous en parle d'abondance de coeur et avec la conviction intime que je n'ai pas besoin de vous demander pardon pour des idées qui sont je le crois aussi les vôtres. Ma Soeur a vu cette pauvre enfant à Bourges, elle aura aussi des larmes pour cette jeune fleur fauchée si vite, car je lui apprendrai ce malheur. M..., Daniel & & - se joignent à Fayolle et à moi pour vous serrer la main. Adieu, présentez mes douloureux hommages et mes respects à Madame et Mademoiselle de Courtais. Votre Dévoué et affectionné. SIGNE A. BARBES- Prison de Belle Isle 24 juillet 1854

- BARBES Armand, (Pointe-à-Pitre, 18 septembre 1809 - La Haye, 26 juin 1870), républicain farouche, éternel opposant à la monarchie de Juillet, restera dans l'Histoire comme l’homme de deux journées du 12 mai 1839 insurrection, par laquelle les républicains des Saisons tentent de renverser Louis-Philippe, et pour laquelle il sera condamné à la détention perpétuelle, puis libéré par la révolution de 1848 ; celle du 15 mai 1848, par laquelle les militants des clubs tentent d’imposer leur loi au gouvernement provisoire. Incarcéré puis amnistié en 1854, il choisira de s'exiler. Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile. - COURTAIS (Général Vicomte Amable Gaspard Henri de) né le 10 janvier 1790 à Montluçon et mort le 10 juin 1877 (à 87 ans) à Doyet, est une personnalité de la Deuxième République et du département de l’Allier.

BETHUNE (COMTE LOUIS DE)

L.A.S. de Louis de BETHUNE à l'intention de MICHEL BEGON INTENDANT DE LA ROCHELLE à PROPOS DE l'ETAT DU PORT DE LA ROCHELLE

Rochefort, le 25 septembre 1705, - 1 f. d'une page manuscrite signée du Comte de Béthune à Michel BEGON Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue, lui demandant de rendre compte de l'état du port de La Rochelle. - TEXTE : "Je vous envoye Monsieur copie de la lettre que je viens de recevoir de Monsieur le Marechal d'Estrées par la quelle vous verrez qu'il m'ordonne de consert avec vous de luy rendre compte du détail et de lestat de ce port. Je vous supplie de me mettre le plutot qu'il se pourra en estat d'y satisfaire afin que le service n'en souffre pont et sy vbous n'y pouvez venir .. faites moy l'honneur de me mander sy je travailleroy avec Monsieur de Montelon, et faites moy aussy celuy de ..... bien sincèrement. Votre très humble et très obéissant serviteur, Signé, le Comte de Bethune. A Rochefort ce 25 septembre 1705".

- MICHEL BEGON, dit le "Grand Bégon" né à Blois en 1638, mort à Rochefort en 1710 est admistrateur et officier de plume de la marine royale. Il est intendant de la marine au port de Rochefort, Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue. - COMTE LOUIS DE BETHUNE. (1663 - 1734), Marine royale. Enseigne de vaisseau en 1680. En 1682, son oncle François-Annibal petit-neveu de Sully, est promu chef d'escadre de Guyenne. Brevet de capitaine de vaisseau en 1689, En 1690, il hérite de la seigneurie berrichonne. Il sert à nouveau pendant la guerre de Succession d'Espagne. Lors de la bataille navale de Vélez-Málaga, le 24 août 1704, il commande le vaisseau Le Vermandois, 60 canons, dans le corps de bataille commandé par le comte de Toulouse, Amiral de France. Il obtient au mois de septembre 1705 une pension de 1 000 livres sur le budget la Marine, et est mis au mois de novembre 1705 sur la liste des capitaines de vaisseau à la haute paye. Il est promu au rang de chef d'escadre de Picardie lors de la promotion du 28 octobre 1720. Il est fait Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis le 17 mars 1728, et promu lieutenant-général des Armées navales ad honores. Il meurt à Rochefort.

BETHUNE SULLY (EUGENE CHARLES PHILIPPE MARIE Comte de)

CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE - DOSSIERS DE COMMISSION DE GARDES CHASSE & DE PROCEDURES POUR CHASSE PROHIBEE & BRACONNAGE & MENACES COMMIS SUR LES TERREs et FORETS DU CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE. Dossiers de l'AVOCAT/AVOUE Me LEJARDINIER.

- ENSEMBLE DE 26 DOSSIERS DE DELITS DE CHASSE ET BRACONNAGE SUR LES TERRES ET FORETS DU CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE dont 3 COMMISSIONS de Gardes Chasse signées et nommés par le Comte de BETHUNE SULLY. - 17 L.A.S et pièces signées du Comte Eugène de Béthune-Sully. - Les différents dossiers sont classés dans des chemises d'avocat au nom de Me LeJardinier avocat/avoué à Gien. La plupart des prévenus sont domiciliés à Sully sur loire. -1 - Chemise de Commission du garde chasse DELAGNEAU (2 exemplaires de Commission timbre humide et gaufré à froid en date du 2 février 1869) signés à Sully du Cte Eugène de Béthune Sully. LAS. -2 - 1868. Chemise de Commission du garde chasse LENGLET COMPOSE d'une liasse cousue comprenant 1 bulletin de casier judiciaire, LAS de Béthune Sully adressée à l'avocat lui demandant de faire le nécessaire, L.A.S du garde MAGNIER à propos de la prestation de serment de LENGLET, 2 exempl. signée de Béthune Sully de Commission de Garde pour LENGLET. Un extrait de casier judiciaire. -3 - 1869. Chemise de commission du garde AUNAY. L.A.S. du Cte accompagnant un extrait de casier et note. -4 - Dossier de procédure à propos d'une affaire de bois coupé aux Agots. L.A.S. de deuil du Comte datée du 26 juin 1868 donnant des renseignement demandés par l'avocat sur ces coupes et la propriété d'un fossé. Témoignage de constat timbré du garde Magnier constatant que deux trognards avaient été coupé.. et timbre du juge de paix. -5 - Aff. Comte de Béthune c/ LEGRAND. 1 L.A.S. monogramme et couronne bleue du Comte datée datée du 17 octob. 1868 informant de l'envoi des pièces à conviction. 1 Constat signé du Garde AUNAY de Sully qui constate avoir trouvé des Collets en fils de laiton.. et du Juge de Paix de Gien ; Citation à comparaître de l'huissier BERTNAUDIN de Sully s/ Loire. Note de l'huissier et frais. -6 - Aff. Comte de Béthune c/ FAISEAU. 1 L.A.S. in-huit encre bleutée et enveloppe adressée à Me LeJardinier se plaignant que la nouvelle mode des braconnier et de donner de faux noms aux Gardes. Note à Me LeJardinier in-huit du parquet Impérial demandant le jugement de condamnation pour l'exécuter, le délinquant étant chez son beau-frère à Gien. Copie manuscrite d'une lettre de LeJardinier à l'huissier. Procès verbal de constat du Garde MAGNIER qui a surpris le braconnier avec 1 lapin et 10 collets qu'il a saisi. Contresignature du Juge de Paix de SULLY. Note de frais. Note de frais. -7 - Aff. Comte de Béthune c/ PELLERIN et MAHIN , Procès verbal de constat du Garde MAGNIER qui a surpris l'individu débarassant un chat du collet et a trouvé 6 collets. Contresigné du Juge de Paix de SULLY et cachet humide. Assignation à comparaître. -8 - Aff. Comte de Béthune c/ DESBOIS et BEAUDOIN, 3 L.A.S. du Comte de Béthune des 17 et 18bre 1866 auprès de l'Avocat. 4 L.A.S. de confrère à confrère. Procès Verbal du Garde CALMET constatant qu'il avait rencontré deux individus avec des fusils double chassant illégalement sur les terres du Comte.. 2 assignations à comparaître des Huissiers d'Orléans et de Gien. Lettre d'excuses du nommé Desbois auprès du Comte ne sachant pas qu'il chassait sur ses terres. -9 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS ET PARFAIT. 1 L.A.S. in-huit encre bleutée du Comte adressée à l'Avocat, Procès Verbal du Garde MAGNIER en forêt de Sully, a surpis deux individus furetant des lapins et s'esquivant... Signature et cachet humide du Juge de Paix de Sully. 2 assignations à comparaître par huissier et cachet de mairie de Sully sur Loire. Grosse du JUGEMENT de 4 ff., de Dommages intérêt et de contrainte par corps. -10 - Aff. Comte de Béthune c/ NOUBLANCHE 1 L.A.S. in-huit encre bleutée du Comte adressée à l'Avocat "On dit cet individu assez malade, heureuseemnt que mes gens ne l'ont pas touché". Lettre de l'avoué Destable à l'Avocat sur l'estime du château à son endroit. Procès verbal du Garde MAGNIER qui lors d'une tournée à entendu tirer au fusil au lieudit lacaille,.. nous sortimes de notre embuscade et l'individu armé d'un fusil double nous coucha en joue, nous voyant deux il chercha à s'esquiver..mais je l'arrêtai l'instant en disant coquin vous nous avez couché en joue, je tirai un coup de fusil en l'ai signal de raliement... 3 Assignations à comparaître de l'huissier, Grosse du Jugement condamnation aux D.I. et contrainte par corps. Note de frais. -11 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS, Procès Verbal du Garde MAGNIER surprenant DAGOT braconnier de profession dans une taille déclara qu'il faisait ce qu'il pouvait pour vivre et trouva sur lui après l'avoir fouillé plusieurs colliers en laiton. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. 2 significations à comparaître d'huissier. Jugement du tribunal civil de première instance avec condamnation aux intérêts et contrainte par corps de dix jour pour s'en acquitter. Note de frais. -12 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS ET PARFAIT. 1 L.A.S. in-16 du Comte adressée à l'Avocat et lui recommandant particulièrement de le poursuivre, Procès Verbal du Garde MAGNIER pour avoir laisser son chien de berger chasser sur ses terres. L.A.S. de LeJardinier non envoyée à entête et brouillard correspondant lui explique diplomatiquement qu'il n'y a pas délit de chasse. Note de frais. -13 - Aff. Comte de Béthune c/ BASSOT Robert. 2 Procès verbaux du garde AUNAY pour avoir surpris le contrevenant posant des collet, mais a disparu de l'auberge ou il demeurait en laissant des dettes. Signature et timbre du juge de paix du canton de Sully. le second pour un délit identique. Assignation à comparaître par huissier de Gien. Grosse du Jugement du Tribunal Civil de 4 pp. cousu le condamnant aux dommages et intérêts en faveur du Comte et à la contrainte par corps. -14 - Aff. Comte de Béthune c/ MALU ET SEQUIN, Procès Verbal du Garde MAGNIER pour s'être sauvé alors qu'il portaient un panier, qu'il furent rattrapés et menés chez le juge de paix ou dans le panier ils trouvèrent un furet et les engins nécessaire à prendre les lapins. Signification à comparaître, 3 L.A.S. de l'Avocat DESTABLE Note de frais. -15 - Aff. Comte de Béthune c/ NOUBLANCHE, Procès Verbal du Garde LANGLET pour avoir tendu un collet. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. signification à comparaître d'huissier. -16 - Aff. Comte de Béthune c/ DESSERT, 2 Procès Verbaux du Garde LANGLET pour avoir pêché dans la rivière et l'autre pour avoir laisser son chien chasser un lièvre pendant qu'il pêchait.. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. signification à comparaître d'huissier. Grosse du Jugement du Tribunal civil de Gien 4 pp. Demi placard de saisie mobilière de Renaudin huissier. -17 - Aff. Comte de Béthune c/ MARECHAL, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir trouvé plusieur collets tendu dont un lièvre pris et 12 collets sur lui.. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. Assignation à Comparaître. -18 - Aff. Comte de Béthune c/ BEAUMARIE, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir été surpris en train de chasser sans autorisation mais titulaire d'un permis. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. L.A.S. du Garde indiquant que l'individu est garde probablement non assermenté. Assignation à Comparaître. -19 - Aff. Comte de Béthune c/ REMILLY, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir été surpris en train de chasser sur la terre de la Chatière sans autorisation mais titulaire d'un permis. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. 3 Assignations à Comparaître au garde et à Remilly. Taxe de témoin du Tribunal de Gien signée du Président du Tribunal. 1 L.A.S. du Garde MAGNIE et 1 L.A.S. de l'huissier Renaudin. -20 - Aff. Comte de Béthune c/ CHAPEAU, Procès VerbaL du Garde LENGLET constatant la coupe de 6 pins sans autorisation. Tampon et signature du Juge de Paix Gonneau de Sully. Assignation à comparaître et lettre du garde MAGNIER demandant d'en faire un exemple. -21 - Aff. Comte de Béthune c/FAISEAU, Procès VerbaL des Gardes DELAGNEAU ET LANGLET que constatant la présence de collets ils se sont mis en embuscade retendant les collets à leur arrivée et les surprirent, ledit FAISEAU le menaça de passer six mois dans la forêt mais qu'il fallait qu'ils passassent entre leurs mains. Il constatent 23 collets. Assignation à comparaître et copie simple de jugement. -22 - Aff. Comte de Béthune c/BLONDEAU, Procès VerbaL du garde AUNAY qui ont surpris chassant au furet à l'aide de bourses, s'enfuit, les poursuit et trouvèrent trois lapins, douze bourses et le furet près du lapin. -23 - Aff. Comte de Béthune c/AGOYER, Procès VerbaL du garde MAGNIET qui le surprend à ramasser un sac en toile avec un lapin chaud, refusa de décliner ses prénom et menaça le garde d'une pelle puis d'un fusil. Assignation à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. -24 - Aff. Comte de Béthune c/DAGOZ, Procès VerbaL du garde AUNAY qui le surprend à ramasser des collets et pris il déclara je fais mon métier, faites le vôtre. 2 Assignations à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. Grosse du Jugement de 6 p., condamnation à des D.I. et contrainte par corps. -25 - Aff. Comte de Béthune c/THION, Procès VerbaL du garde MAGNIER qui le surprend à chasser au fusil qu'il cacha, refusa de me donner son nom et trouais sur lui plombs, poudrière et amorce et trouvais un fusil double à piston dans la rivière. 2 Assignations à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. Jugement de 6 p., condamnation à des D.I. et contrainte par corps. 3 assignations à comparaître et Grosse du Jugement du Tribunal Civil de 6 pp. -26 - Aff. Comte de Béthune c/PELLERIN ET SELINGANT, L.A.S. DU COMTE de Béthune Sully envoyant 2 PV et soulignant celui de PELLERIN. 2 Procès Verbaux du garde MAGNIER qui le surprend à chasser au furet à l'aide d'une dizaine de bourses et déclara que son comparse était son épouse et trouva l'autre avec quatre vingt collet et conduit en gendarmerie. 3 Assignations à comparaître en au Tribunal civil et correctionnel de Gien. 2 Jugements de 6 p. grosse pour l'un et copie timbrée pour l'autre, condamnation à des D.I. et contrainte par corps.

EUGENE CHARLES PHILIPPE MARIE Comte de BETHUNE SULLY Administrateur de la succession Légataire Universel de son oncle Maximilien Léonard marie Louis Joseph Comte de Béthune Sully des titres et du Château de Sully sur Loire.

BONAPARTE NAPOLEON EUGENE LOUIS JEAN JOSEPH - DUGUE DE LA FAUCONNERIE HENRI

PHOTOGRAPHIE D'EPOQUE SIGNEE NAPOLEON AVEC ENVOI MANUSCRIT DU PRINCE. Signé comme émissaire du Député Bonapartiste DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- DATABLE c. 1870. - PHOTOGRAPHIE DANS SON ENCADREMENT D'EPOQUE contrecollé sur papier avec entête d'Aigle. - Signée "Napoléon" suivi d'une autre écriture de l'Emissaire DUGUE DE LA FAUCONNERIE "Rapporté de Chislehurst par ordre du prince Impérial pour m." suivi de l'écriture du Prince Impérial "h. David, maire démissionnaire de Nantua". Signé DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- BONAPARTE Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, (16 mars 1856 à Paris - 1er juin 1879), Prince Impérial mort au combat contre les Zoulous au service des forces brittaniques, en pays zoulou. Fils unique de Napoléon III, Empereur des Français, et de son épouse, l’impératrice Eugénie née Montijo. Inhummé à l'Abbaye Saint-Michel, Farnborough, Royaume-Uni. Il sera le dernier espoir dynastique pour le rétablissement de la Maison de Bonaparte sur le trône de France. - DUGUE DE LA FAUCONNERIE Henri-Joseph 1835/1914, Saint-Germain-des-Grois. Député Bonapartiste de l'Orne, Auteur d'une notice "ET SI L'EMPIRE REVENAIT", 1875 LE DENTU. - DAVID Henri, Maire de NANTUA qui démissionne en 1870 par fidélité à l'Empereur,(les élections normales ont lieu en 1871), MERCIER lui succède.

CARNOT SADI

SADI CARNOT - L.A.S. AU GENERAL DE COURTAIS DONNANT son opinion sur le Gouvernment MAC MAHON, de GREVY & THIERS

- 26 mai 1873 - 1 f. double in-8 à entête de l'Assemblée Nationale - MAC MAHON vient d'être élu Président de la République le 24 mai. Sadi CARNOT confie son optimisme malgré des élections qui ne sont pas conformes à ses souhaits.

- TEXTE : "Mon Cher Général, Assurément la tristesse nous est permise, mais non le désespoir. Les Conspirateurs contre la République ont réussi non pas à la renverser, mais à la mettre en péril, et ils ont été en outre indignement ingrats envers celui qui les avait sauvé. La situation est cell-ci : MAC MAHON, pas républicain, mais doux et honnête, dit-on, incapable de violences et de trahison, un entourage d'intrigants, unis pour renverses, mais que la rivalité de leurs intérêts génère au point de rendre le gouvernement fort difficile, une opposition composée de la moitié de l'assemblée, ayant à sa tête THIERS et GREVY. Enfin l'engagement de ne point toucher aux lois fondamentales. Il y a dans tout cela de quoi ne pas désespérer. Ma femme remercie Madame de Courtais de son bon Souvenir et me charge de lui envoyer les siens. J'y joint l'hommage de mon respect et pour vous Cher Général, l'assurance de toute mon affection. SIGNE : CARNOT". - CARNOT Sadi né en 1837 à Limoges, mort assasiné par Caserio en 1894, Président de la République française. - GENERAL DE COURTAIS Amable. Vicomte. 10 janvier 1790 à Montluçon et 10 juin 1877à Doyet, personnalité de la 2e République et de l’Allier. Député sous la Monarchie de Juillet (élu en 1842 et 1846), il siège parmi les républicains radicaux. Il est nommé général, commandant de la Garde nationale après la Révolution de 1848. Elu de la Constituante en avril 1848. Son indécision face aux manifestants parisiens du 15 mai 1848, lui vaut d'être mis en accusation, démis de ses fonctions (le 26 mai), arrêté, et traduit devant la Haute Cour de Bourges pendant l'hiver 1849. Il est finalement acquitté et reprend son siège à l’Assemblée. Il se retire ensuite à Montfermeil . En 1871, Conseiller général de l’Allier il devient président. Il meurt le 10 juin 1877 à la Chassignole.

CHAPTAL - BONAPARTE

ISLE D'ELBE - DESTITUTION DU CITOYEN BRIOT ET NOMINATION DU CITOYEN LELIEVRE COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT A L'ISLE D'ELBE. 27 Germinal AN X - 17 avril 1802

Quand Bonaparte dote l'Isle d'Elbe d'une organisation administrative dès avant son arrivée.. 27 Germinal AN X - (17 avril 1802) 1 f. grand in-quarto oblong. - Titre de Destitution du Citoyen BRIOT et nomination par BONAPARTE Premier Consul du Citoyen LELIEVRE sur la présentations du Ministre de l'Intérieur comme COMMISSAIRE GENERAL DE L'ISLE D'ELBE. Signé pour Ampliation par CHAPTAL Ministre de l'Intérieur.

-- Claude Hugue LELIÈVRE, né à Paris le 28 juin 1752, est mort le 18 octobre 1835. Première promotion de l'Ecole des mines en 1783. Chimiste et minéralogiste . Membre de l'Institut. Que fit-il dans cette galère ? --- PIERRE-JOSEPH BRIOT (17 avril 1771 - 18 mars 1827), Jurassien, né Orchamps-Vennes, petit village Jura à une cinquantaine de kilomètres de Besançon, Ami de Lucien Bonaparte, il est nommé, le 5 mai 1800, secrétaire général de la Préfecture du Doubs, et seize mois plus tard, le 29 août 1801, Commissaire du Gouvernement de la France à l'île d'Elbe. L'île d'Elbe, qui appartenait au royaume de Naples, vient, le 28 mars 1801, d'être cédée à la France par le traité de paix de Florence. Elle compte alors environ 10.000 habitants, mais elle n'a pas encore reçu d'organisation administrative semblable à celle de la France. Briot doit attendre que les pourparlers de la paix avec l'Angleterre soient assez avancés pour se mettre en route, et il n'arrive à l'île d'Elbe que le 25 mars 1802. Là, il est subordonné à Miot (le futur comte de Melito), administrateur général de la Corse, à qui il doit adresser des rapports détaillés sur la situation de l'île. Mais le 17 avril 1802, à peine un mois après son arrivée, il est destitué: son ministre lui reproche de n'avoir pas encore ouvert sa correspondance officielle avec Paris et son ministre Chaptal ! Briot, dés l'arrivée de son successeur (un nommé Lelièvre, qui n'arrive qu'à la fin de l'été !) Briot se rend à Paris, à la mi-septembre 1802....où il se voit de nouveau nommer à son poste (le 28 janvier 1803) et prié de retourner à l'île d'Elbe en conservant son titre de commissaire général et... ses gros appointements de 15 000 francs par an. Briot profite de son passage à Paris pour faire approuver, avec l'appui d'une députation d'Elbois, un projet de nouvelle organisation administrative de l'île : elle formait, avec les îlots voisins de Caprara, Pianosa, Palmaiola et Monte-Cristo, une circonscription autonome dans laquelle le commissaire exerçait les fonctions d'un préfet. Le commissaire était assisté d'un conseil d'administration de cinq membres. Les institutions administratives, financières, judiciaires, éducatives, militaires, religieuses de la France étaient introduites dans l'île, mais, à la demande de Briot, l'île est laissée en dehors des barrières douanières françaises. Ce projet est accepté sans modifications par le Conseil d'État et le Premier Consul. Il sera destitué le 26 août 1803. CE QUE PENSA CHAPTAL DE BRIOT : ""Monsieur Briot, ancien Commissaire à l'île d'Elbe a rempli cette fonction d'une manière satisfaisante, et son rappel n'a été à ma connaissance motivé par aucun sujet de mécontentement. Je l'aurais employé avec plaisir si l'avais à ma disposition quelque place vacante dans l'Empire, je ne pense pas qu'aucun doute soit élevé sur son honnêteté; et ses moyens, son activité peuvent le rendre utile au service public. Je crois donc qu'il pourrait être employé avec succès dans le royaume de Naples. Il part pour ce pays, plein de confiance dans les bontés dont sa Majesté le Roi de Naples l'a déjà honore. " (Chaptal à Miot - 21 mai 1806)".

CHAPTAL - BONAPARTE

ISLE D'ELBE - NOMINATION DU CITOYEN BRIOT COMMISSAIRE GENERAL DE L'ISLE D'ELBE PAR CHAPTAL 8 Pluviose L'an 11 de la République. 1803

Quand Bonaparte dote l'Isle d'Elbe d'une organisation administrative dès avant son arrivée.. - "8 Pluviose L'an 11 de la République".(28 Janvier 1803) - Titre de Nomination par Bonaparte, Premier Consul de la République sur la Présentation du Ministre de l'Intérieur du Citoyen BRIOT si nommé Commissaire Général de l'Isle d'Elbe. Signé pour ampliation par le Ministre de l'Intérieur CHAPTAL.

-- PIERRE-JOSEPH BRIOT (17 avril 1771 - 18 mars 1827), Jurassien, né Orchamps-Vennes, petit village Jura à une cinquantaine de kilomètres de Besançon, Ami de Lucien Bonaparte, il est nommé, le 5 mai 1800, secrétaire général de la Préfecture du Doubs, et seize mois plus tard, le 29 août 1801, Commissaire du Gouvernement de la France à l'île d'Elbe. L'île d'Elbe, qui appartenait au royaume de Naples, vient, le 28 mars 1801, d'être cédée à la France par le traité de paix de Florence. Elle compte alors environ 10.000 habitants, mais elle n'a pas encore reçu d'organisation administrative semblable à celle de la France. Briot doit attendre que les pourparlers de la paix avec l'Angleterre soient assez avancés pour se mettre en route, et il n'arrive à l'île d'Elbe que le 25 mars 1802. Là, il est subordonné à Miot (le futur comte de Melito), administrateur général de la Corse, à qui il doit adresser des rapports détaillés sur la situation de l'île. Mais le 17 avril 1802, à peine un mois après son arrivée, il est destitué: son ministre lui reproche de n'avoir pas encore ouvert sa correspondance officielle avec Paris et son ministre Chaptal ! Briot, dés l'arrivée de son successeur (un nommé Lelièvre, qui n'arrive qu'à la fin de l'été !) Briot se rend à Paris, à la mi-septembre 1802....où il se voit de nouveau nommer à son poste (le 28 janvier 1803) et prié de retourner à l'île d'Elbe en conservant son titre de commissaire général et... ses gros appointements de 15 000 francs par an. Briot profite de son passage à Paris pour faire approuver, avec l'appui d'une députation d'Elbois, un projet de nouvelle organisation administrative de l'île : elle formait, avec les îlots voisins de Caprara, Pianosa, Palmaiola et Monte-Cristo, une circonscription autonome dans laquelle le commissaire exerçait les fonctions d'un préfet. Le commissaire était assisté d'un conseil d'administration de cinq membres. Les institutions administratives, financières, judiciaires, éducatives, militaires, religieuses de la France étaient introduites dans l'île, mais, à la demande de Briot, l'île est laissée en dehors des barrières douanières françaises. Ce projet est accepté sans modifications par le Conseil d'État et le Premier Consul. Il sera destitué le 26 août 1803. CE QUE PENSA CHAPTAL DE BRIOT : ""Monsieur Briot, ancien Commissaire à l'île d'Elbe a rempli cette fonction d'une manière satisfaisante, et son rappel n'a été à ma connaissance motivé par aucun sujet de mécontentement. Je l'aurais employé avec plaisir si l'avais à ma disposition quelque place vacante dans l'Empire, je ne pense pas qu'aucun doute soit élevé sur son honnêteté; et ses moyens, son activité peuvent le rendre utile au service public. Je crois donc qu'il pourrait être employé avec succès dans le royaume de Naples. Il part pour ce pays, plein de confiance dans les bontés dont sa Majesté le Roi de Naples l'a déjà honore. " (Chaptal à Miot - 21 mai 1806)". -- Claude Hugue LELIÈVRE, né à Paris le 28 juin 1752, est mort le 18 octobre 1835. Première promotion de l'Ecole des mines en 1783. Chimiste et minéralogiste . Membre de l'Institut. Que fit-il dans cette galère ?

CHARLES MAZERON

A MES PETITS ENFANTS HENRI ET JEANNE

1884, Chateau du COUDRAY. - Brochure in-8 rose. - ENVOI important manuscrit à LINA CALAMATTA : "A Madame Maurice SAND, Hommage respectueux de l'Auteur, Signé CH. MAZERON". - Ecrit au Château du Coudray le 7 octobre 1884. 6 pp.

- LINA CALAMATTA épouse de MAURICE SAND fils de George (1842-1901). - Le CHATEAU DU COUDRAY fut le théâtre de la rencontre entre George Sand, alors Aurore Dudevant, et de Jules Sandeau qui allait encourager ses talents d'écrivain. VERNEUIL-SUR-IGNERAIE dans l'Indre.

CHARLES PHILIPPE D'ARTOIS, futur CHARLES X

ORDRE SIGNE A VERSAILLES EN 1784 PAR LE COMTE D'ARTOIS AU TRESORIER GENERAL Antoine BOURBOULON de PAYER au Sr MATHIEU de NIORT une somme de 2870 LIVRES (PYRAMIDE DE LA BRECHE ?)

- Versailles, le 22 août 1784. - 1 f. in-folio (27.5/33.5). - Signature de la main du Comte d'Artois "CHARLES PHILIPPE" futur Charles X. - Ordre donné au Trésorier Général de nos Maison Domaines et Finances de payer comptant au "Sr MATHIEU notre Ingénieur à Niort la somme de deux mille huit cent soixante dix livres pour remboursement de ses avances relativement à différentes opérations dont il a été chargé par notre administration jusqu'au premier juillet 1784... Fait à Versailles le vingt deux août mil sept cent quatre vingt quatre". - Note en marge Vu au Conseil et signature illisible.

- ANTOINE BOURBOULON DE BONNEUIL était Intendant Contrôleur Général des menus plaisir et affaires de la Chambre du Roi, et Membre du Conseil de la Maison du Comte d'ARtois et Trésorier Généra le la Maison de la Comtesse d'Artois. Cf. LEMAIRE GAFFIER Pauline. - On peu s'interroger sur le fait de savoir s'il s'agit du financement de la PYRAMIDE DE LA BRECHE de Niort par le Comte d'Artois. L'ordre de grandeur de la somme allouée est troublante. Le 25 et le 30 mai 1777, le comte d’Artois séjourne à Niort. Le 25 mai, Mathieu Rouget de Gourcez, alors maire de Niort, lui présente ses hommages. Il demande au Comte d’Artois la permission de lui ériger un « Obélisque » pour perpétuer ce souvenir. Bernard d’Agescy fit un dessin, modèle réduit, que le Comte d’Artois accueillit. En 1780, cette pyramide fut réalisée et placée, place de la Brèche, à l’entrée de la rue du Minage, aujourd’hui, rue Ricard.

CHRISTOFLOUR RAYMOND

FERNAND MAILLAUD Peintre de la Vie Profonde - ENVOI SIGNE & AQUARELLE GOUACHE Dédiée à ANDRE LUNEAU- Préfaces de Camille Mauclair et Henri Focillon.

16 mai 1942, En vente à la Librairie Roumanille en Avignon, Nouvelle Edition ornée de 12 reproductions hors texte, 215 p. et 2 ff. pour les Tables. - In-8 carré conservé en son état, sous protection d'une reliure signée aux petits fers de A. GUEGAN Relieure d'art en forme de boitier livre demi maroquin à coins, Titre aux petits fers dorés. - ENVOI ILLUSTRE d'une aquarelle gouache signée deux fois aux crayon et à l'encre avec une date ebd 1943, envoi "à Monsieur André Luneau en souvenir de notre attachement pour notre veille ville d'Issoudun et du Berry Natal. Signé F. MAILLAUD". - Joint un article de presse paru probablement dans le journal d'Issoudun fin 1943 "Fernand Maillaud à Issoudun" de Raymond Christoflour. Voir au dos pour la datation.