Sujet : AUTOGRAPHES

41 résultats

EMILE THIVIER - MARGUERITE PAING & Joint DESSIN D'ETUDE de M. CENDRE PAR E. THIVIER

1977, Imprimerie de l'Indre, Chambre de Commerce de l'Indre. - In-quarto en belle reliure de toile carbonnée titrée aux fers dorés, avec sa chemise rempliée. 110 p. sur papier couché. - Exemplaire Nté 177, un des 200 numérotés sur les 310 dont 100 Hors Série et hors commerce. - Joint une étude pour le portrait de Monsieur CENDRE portant le cachet d'atelier, dim. 150/200 mm. L'ouvrage comporte sur deux pages le portrait de M. CENDRE ainsi qu'une étude et une reproduction p. 36 et 37.

TRES BEL EXEMPLAIRE EN ETAT DE NEUF.

(GEORGE SAND) DEGOUSEE et LAURENT Ingénieurs Civils

L.A.S. à GEORGE SAND signée de DEGOUSEE, CH. LAURENT et Cie en vue d'obtenir par forage des EAUX JAILLISSANTE dans sa Propriété de NOHANT près LA CHATRE, INDRE.

2 ff. dont 2 pp. manuscrites et signés sur papier bleu à Entête de l'Entreprise DEGOUSEE, CH. LAURENT & Cie Ingénieurs Civil, en date du 28 juillet 1870. Très joli croquis dans le texte de la situation géologique du domaine de NOHANT. Après un long descriptif sur la situation géologique de Nohant, l'Ingénieur conclut : "De cette note il résulte que les alternance de marne argileuse et de calcaire qui composent les trois étapes inférieures du lias , ne contenant aucune couche perméable, ne doivent préenter aucune chance de réussite pour une recheerche d'eaux artésiennes. Il n'en est pas de même de la partie supérieure du trias, dont la couche affleurent en des points bien plus élevés que Nohant et contiennent des limes de sables interposés dans des limes d'argiles. Un résultat doit y être là plus que probable. La profondeur à laquelle il faudrait pousser le forage ne peut pas nous être connu d'avance, mais nous estimons que la marne crissée ne pourrait être atteinte à NOHANT AVANT UNE PROFONDEUR DE CENT A CENT VINGT MÊTRES" et termine en indiquant que "le prix du mêtre de forage coûterait entre soixante dix et quatre vingt francs jusqu'à la limete de deux cents mêtres qui ne serait certainement pas mlême approchés."

Belle et longue lettre en réponse à son désir de trouver des EAUX JAILLISSANTES sur le Domaine de Nohant.

ANATOLE FRANCE - (VIGOUREUX) (KIEFFER)

PIERRE NOZIERE. Eaux Fortes de VIGOUREUX couleurs). Jointe LETTRE AUTOGRAPHE MANUSCRITE D'ANATOLE FRANCE A ENTETE DU CHATEAU DE PIERREFONDS à son Ami DEWEZ. vigoureux

- Sans Date, mais 1925, René KIEFFER Relieur Editeur. - In-quarto, reliure signée aux petits fers dorés "A. Guégant" (relieure d'art), demi maroquin à coins, dos à cinq nerfs - Garde, 2 ff., premier plat conservé, 1 f., p. de fx titre, p. de Justification du tirage nté 184 sur un tirage de 500 (un des 400 su vélin blanc à la forme). Lettre d'Anatole France jointe sur une fenêtre, P. de titre, 284 p. 4 ff. nn. dont table, 20 eaux fortes délicatement soulignées de couleurs. - JOINTE la LETTRE AUTOGRAPHE MANUSCRITE SIGNEE d'Anatole France, 1 f. double in-12 à Entête du CHATEAU DE PIERREFONDS LES BAINS (gravure) adressée à son Ami DEWEZ vers 1898. "Pierrefonds, 27 sept. Mon Cher Dewez, Croyez bien que je prends une grande part à votre douleur. J'irai, dès mon retour à Paris vous serrer la main cordialement. Signé Anatole France."

- ENRICHI D'UNE TRES BELLE LETTRE D'ANATOLE FRANCE A ENTETE DU CHATEAU DE PIERREFONDS écrite probablement à l'époque ou il rédigeait son Chapitre "PIERREFONDS" des Promenades de Pierre NOZIERE EN FRANCE. Petit Tirage à 500 Exemplaires, un des 400 sur vélin blanc nté 184. - Le titre du premier de ces ouvrages laisse entendre que Pierre Nozière est un ami d'Anatole France : en réalité il s'agit d'un double de l'écrivain qui lui permet d'évoquer plus facilement ses souvenirs. Cet ouvrage raconte l'enfance de Pierre/Anatole France à travers différentes scènes de vie et les premières conquêtes amoureuses. L'ouvrage de 1899 intitulé Pierre Nozière est en trois parties.. La troisième s'intitule Promenades de Pierre Nozière en France, avec des descriptions de Pierrefonds dans l'Oise, ..

ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN - GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ

GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ - QUITTANCE DE GAGES D'ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN,

7 septembre 1607, Pièces Velin signée ARQUIAN MONTIGNY, in-huit oblongue. Quittance des gages de Lieutenant au Gouvernement de la Citadelle de METZ. (24.5 par 16 cm).

MORERI T.III 1732 - Anthoine de la Grange second fils de Charles de la Grange, Seigneur de Montigny et de Louise e ROCHECHOUART, Seigneur d'Arquian Gouverneur du Berry, et des Villes de METZ, Calais, Sancerre et de Gien, Colonel des Gardes Françoises et Capitaine des Gardes de la Porte. (1560 - 1666).

AUGUSTE DANICAN

NOTICE SUR LE 13 VENDEMIAIRE OU LES PARISIENS VENGES dédié aux veuves et orphelins de français assassinés par la convention, et à tous les ennemis du crime et de l'anarchie (1796). Ex-dono de François MAURIAC 1943.

1796 s.l. - Ex-dono de François Mauriac. - In-huit bradel demi percaline, dos avec pièce de titre maroquin aux petits fers dorés. - 2 ff. dont Ex dono en forme de clin d'oeil de François Mauriac : "Donné en Vendemiaire 1943 par le vigneron François Mauriac à l'historien de Carnot Gaston Dul....". - P. de titre, 112 p.

Cf. Biographie des Hommes Vivants de Michaud : DANICAN (Auguste), 1763/1848, colonel d'un régiment de hussards, puis général de brigade, fut employé contre les royalistes de la Vendée en 1793 et 1794 : il se conduisit toujours avec humanité, et pressa même plusieurs fois la Convention de faire punir les auteurs des noyades de Nantes et des autres excès commis. Envoyé en décembre à Laval pour combattre les premiers rassemblements de chouans, il fut contraint de s'enfermer dans Angers pour défendre cette place contre les royalistes, qui l'assiégeaient sans succès. Le général Danican fut publiquement accusé d’avoir voulu leur livrer cette ville. Destitué à cette époque, il parvint à se faire remettre en activité. Il commandait en 1795 à Rouen, d’où il adressa des dénonciations à la Convention contre les généraux Tureau, Grignon, Huchet et autres, avec lesquels il avait servi dans la Vendée, et qui y avaient commis des horreurs inouïes. A l'époque du 13 vendémiaire an IV (1795), le général Danican vint à Paris, embrassa le parti des sections, commanda un instant leur force armée ; mais, n’étant pas secondé, et n'ayant pas eu le temps de préparer ses moyens, il ne put obtenir l'avantage, et s'éloigna quand il vit les troupes conventionnelles prendre le dessus. On lui fit son procès par contumace ; et le conseil militaire séant au Théâtre-Français le condamna à mort.

BARBES ARMAND

BARBES - LETTRE AUTOGRAPHE AU GENERAL DE COURTAIS SIGNEE DE SA PRISON DE BELLE-ISLE EN 1854. REVOLUTION DE 1848

- 2 pp. in-8 manuscrites de sa Prison de Belle-Isle (Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile): TEXTE :"Le 24 juillet 1854, Je vous remercie, mon pauvre ami, d'avoir pensé à nous au milieu de votre désolation. Jamais père n'a été plus affligé que vous, mais jamais aussi cris de douleur n'ont plus vivement impressionné d'autres coeurs. Fayolle me laisse aujourd'hui le soin de vous écrire, parce qu'il est pris depuis quelque temps d'un rhumatisme qui l'empêche de tenir la plume, mais sa 1ere lettre sera pour vous. Quand à Albert (MARTIN) que l'on a été obligé de transférer à Tours pour arrêter les ravages d'une maladie pareille à celle qui a enlevé votre bien aimée Sara, je vous réponds que son chagrin sera aussi bien grand. Les détails que vous nous donnez sur la mort chère enfant bien loin de nous paraître trop longs ont augmenté notre affection pour vous. Ah ! c'est bien ainsi qu'après un coup qui la frappe dans la meilleure partie de son existence et dans le fond même de ses entrailles, un père doit parler à ceux qu'il croit capable de comprendre son désespoir ! Je ne connaissais pas cette noble fille que dieu vous avait donnée, mais d'après ce que j'en ai appris, je n'exagère rien en vous disant que j'en porterai toujours le deuil dans mon coeur. Sa bonté, son courage pendant la longue maladie, son héroïsme à ses derniers moments en font pour moi un de ces anges auxquels on doit un culte même dans les avoir vus. Sa foi ne sera pas trompeuse car tant de sublimes qualités ne sauraient appartenir à ce corps qui s'est refroidi dans vos bras et que l'on porte aujourd'hui en terre. non ! soyez en sûr il est chez l'homme un autre principe qui ne peut pas ! Cet être véritable vous le retrouverez toujours aussi bon, aussi chaste, aussi dévoué et perfectionné encore dans ce que l'enfant nommait avec raison un meilleur monde. là elle vous appellera encore son petit père. Prenez donc ce qui vient de vous arriver pour une séparation momentanée et non pas pour une destruction. Les méchants peuvent avoir intérêt à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intérêts à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intér$ets, mais elle qui n'avait jamais fait que du bien aux autres vous voyez qu'elle ne doutait ni de l'existence de dieu ni de son âme. Je partage mois-même depuis longtemps cette foi et voilà pourquoi je vous en parle d'abondance de coeur et avec la conviction intime que je n'ai pas besoin de vous demander pardon pour des idées qui sont je le crois aussi les vôtres. Ma Soeur a vu cette pauvre enfant à Bourges, elle aura aussi des larmes pour cette jeune fleur fauchée si vite, car je lui apprendrai ce malheur. M..., Daniel & & - se joignent à Fayolle et à moi pour vous serrer la main. Adieu, présentez mes douloureux hommages et mes respects à Madame et Mademoiselle de Courtais. Votre Dévoué et affectionné. SIGNE A. BARBES- Prison de Belle Isle 24 juillet 1854

- BARBES Armand, (Pointe-à-Pitre, 18 septembre 1809 - La Haye, 26 juin 1870), républicain farouche, éternel opposant à la monarchie de Juillet, restera dans l'Histoire comme l’homme de deux journées du 12 mai 1839 insurrection, par laquelle les républicains des Saisons tentent de renverser Louis-Philippe, et pour laquelle il sera condamné à la détention perpétuelle, puis libéré par la révolution de 1848 ; celle du 15 mai 1848, par laquelle les militants des clubs tentent d’imposer leur loi au gouvernement provisoire. Incarcéré puis amnistié en 1854, il choisira de s'exiler. Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile. - COURTAIS (Général Vicomte Amable Gaspard Henri de) né le 10 janvier 1790 à Montluçon et mort le 10 juin 1877 (à 87 ans) à Doyet, est une personnalité de la Deuxième République et du département de l’Allier.

BERTHIER, BONAPARTE, MARET

BREVET DE CAPITAINE DE CAVALERIE - JOSEPH ANNE PAQUE natif de GACILLY du MORBIHAN - 1803

- 1 f. folio vélin à entête du Département de la Guerre 9e Régiment de Cavalerie et Cartouche du Consul de la République Bonaparte. - Brevet de Capitaine de Cavalerie donné à Saint Cloud le 30 floréal an XI (20 mai 1803) à Joseph Anne PAQUE. - Document signé du Ministre de la Guerre Louis Alexandre BERTHIER futur Maréchal de l'Empire, du Secrétaire d'Etat Hugues Bernard MARET et signature de BONAPARTE (secrétaire). Cachet de Marianne à frappé à froid "Au nom du peuple français Bonaparte Consul". - Les détails du Service nous apprennent qu'il est natif de sic Gardilly (lire Gacilly) du département du Morbihan né le 5 avril 1750, Cavalier au Régiment le 4 janvier 1770 etc.. - Les Etats de Service indiquent qu'il a fait les campagnes de 1792, 1793, an 2, 3, 4, 6, 7, 8 et 9 et n'a pus faire celle de l'An 5 parcequ'il était prisonnier de guerre. Blessé à la jambe droite à l'affaire du 21 thermidor an 4 et fut fait prisonnier de guerre.

Document qui était conservé sous verre. Sera livré séparément.

BETHUNE (COMTE LOUIS DE)

L.A.S. de Louis de BETHUNE à l'intention de MICHEL BEGON INTENDANT DE LA ROCHELLE (AMIRAL D'ESTREE)

Rochefort, le 25 septembre 1705, - 1 f. d'une page manuscrite signée du Comte de Béthune à Michel BEGON lui demandant de rendre compte de l'état du port de La Rochelle. - TEXTE : "Je vous envoye monsieur copie de la lettre que je viens de recevoir de Monsieur le Marechal d'Estrées par la quelle vous verrez qu'il mordonne de consert avec vous de luy rendre compte du détail et de lestat de ce port. Je vous supplie de me mettre le plutot qu'il se pourra en estat d'y satisfaire afin que le service n'en souffre pont et sy vbous n'y pouvez venir .. faites moy l'honneur de me mander sy je travailleroy avec Monsieur de Montelon, et faites moy aussy celuy de ..... bien sincèrement. Votre très humble et très obéissant serviteru, le Comte de Bethune. A Rochefort ce 25 septembre 1705".

- MICHEL BEGON, dit le "Grand Bégon" né à Blois en 1638, mort à Rochefort en 1710 est admiistrateur et officier de plume de la marine royale. Il est intendant de la marine au port de Rochefort, Intendant de la Généralité de la Rochelle puis Intendant de l'Ile de Saint Domingue. - COMTE LOUIS DE BETHUNE. (1663 - 1734), Marine royale. Enseigne de vaisseau en 1680. En 1682, son oncle François-Annibal petit-neveu de Sully, est promu chef d'escadre de Guyenne. Brevet de capitaine de vaisseau en 1689, En 1690, il hérite de la seigneurie berrichonne. Il sert à nouveau pendant la guerre de Succession d'Espagne. Lors de la bataille navale de Vélez-Málaga, le 24 août 1704, il commande le vaisseau Le Vermandois, 60 canons, dans le corps de bataille commandé par le comte de Toulouse, Amiral de France. Il obtient au mois de septembre 1705 une pension de 1 000 livres sur le budget la Marine, et est mis au mois de novembre 1705 sur la liste des capitaines de vaisseau à la haute paye. Il est promu au rang de chef d'escadre de Picardie lors de la promotion du 28 octobre 1720. Il est fait Commandeur de l'Ordre de Saint-Louis le 17 mars 1728, et promu lieutenant-général des Armées navales ad honores. Il meurt à Rochefort.

BETHUNE SULLY (EUGENE CHARLES PHILIPPE MARIE Comte de)

CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE - DOSSIERS DE COMMISSION DE GARDES CHASSE & DE PROCEDURES POUR CHASSE PROHIBEE & BRACONNAGE & MENACES COMMIS SUR LES TERREs et FORETS DU CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE. Dossiers de l'AVOCAT/AVOUE Me LEJARDINIER.

- ENSEMBLE DE 26 DOSSIERS DE DELITS DE CHASSE ET BRACONNAGE SUR LES TERRES ET FORETS DU CHATEAU DE SULLY SUR LOIRE dont 3 COMMISSIONS de Gardes Chasse signées et nommés par le Comte de BETHUNE SULLY. - 17 L.A.S et pièces signées du Comte Eugène de Béthune-Sully. - Les différents dossiers sont classés dans des chemises d'avocat au nom de Me LeJardinier avocat/avoué à Gien. La plupart des prévenus sont domiciliés à Sully sur loire. -1 - Chemise de Commission du garde chasse DELAGNEAU (2 exemplaires de Commission timbre humide et gaufré à froid en date du 2 février 1869) signés à Sully du Cte Eugène de Béthune Sully. LAS. -2 - 1868. Chemise de Commission du garde chasse LENGLET COMPOSE d'une liasse cousue comprenant 1 bulletin de casier judiciaire, LAS de Béthune Sully adressée à l'avocat lui demandant de faire le nécessaire, L.A.S du garde MAGNIER à propos de la prestation de serment de LENGLET, 2 exempl. signée de Béthune Sully de Commission de Garde pour LENGLET. Un extrait de casier judiciaire. -3 - 1869. Chemise de commission du garde AUNAY. L.A.S. du Cte accompagnant un extrait de casier et note. -4 - Dossier de procédure à propos d'une affaire de bois coupé aux Agots. L.A.S. de deuil du Comte datée du 26 juin 1868 donnant des renseignement demandés par l'avocat sur ces coupes et la propriété d'un fossé. Témoignage de constat timbré du garde Magnier constatant que deux trognards avaient été coupé.. et timbre du juge de paix. -5 - Aff. Comte de Béthune c/ LEGRAND. 1 L.A.S. monogramme et couronne bleue du Comte datée datée du 17 octob. 1868 informant de l'envoi des pièces à conviction. 1 Constat signé du Garde AUNAY de Sully qui constate avoir trouvé des Collets en fils de laiton.. et du Juge de Paix de Gien ; Citation à comparaître de l'huissier BERTNAUDIN de Sully s/ Loire. Note de l'huissier et frais. -6 - Aff. Comte de Béthune c/ FAISEAU. 1 L.A.S. in-huit encre bleutée et enveloppe adressée à Me LeJardinier se plaignant que la nouvelle mode des braconnier et de donner de faux noms aux Gardes. Note à Me LeJardinier in-huit du parquet Impérial demandant le jugement de condamnation pour l'exécuter, le délinquant étant chez son beau-frère à Gien. Copie manuscrite d'une lettre de LeJardinier à l'huissier. Procès verbal de constat du Garde MAGNIER qui a surpris le braconnier avec 1 lapin et 10 collets qu'il a saisi. Contresignature du Juge de Paix de SULLY. Note de frais. Note de frais. -7 - Aff. Comte de Béthune c/ PELLERIN et MAHIN , Procès verbal de constat du Garde MAGNIER qui a surpris l'individu débarassant un chat du collet et a trouvé 6 collets. Contresigné du Juge de Paix de SULLY et cachet humide. Assignation à comparaître. -8 - Aff. Comte de Béthune c/ DESBOIS et BEAUDOIN, 3 L.A.S. du Comte de Béthune des 17 et 18bre 1866 auprès de l'Avocat. 4 L.A.S. de confrère à confrère. Procès Verbal du Garde CALMET constatant qu'il avait rencontré deux individus avec des fusils double chassant illégalement sur les terres du Comte.. 2 assignations à comparaître des Huissiers d'Orléans et de Gien. Lettre d'excuses du nommé Desbois auprès du Comte ne sachant pas qu'il chassait sur ses terres. -9 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS ET PARFAIT. 1 L.A.S. in-huit encre bleutée du Comte adressée à l'Avocat, Procès Verbal du Garde MAGNIER en forêt de Sully, a surpis deux individus furetant des lapins et s'esquivant... Signature et cachet humide du Juge de Paix de Sully. 2 assignations à comparaître par huissier et cachet de mairie de Sully sur Loire. Grosse du JUGEMENT de 4 ff., de Dommages intérêt et de contrainte par corps. -10 - Aff. Comte de Béthune c/ NOUBLANCHE 1 L.A.S. in-huit encre bleutée du Comte adressée à l'Avocat "On dit cet individu assez malade, heureuseemnt que mes gens ne l'ont pas touché". Lettre de l'avoué Destable à l'Avocat sur l'estime du château à son endroit. Procès verbal du Garde MAGNIER qui lors d'une tournée à entendu tirer au fusil au lieudit lacaille,.. nous sortimes de notre embuscade et l'individu armé d'un fusil double nous coucha en joue, nous voyant deux il chercha à s'esquiver..mais je l'arrêtai l'instant en disant coquin vous nous avez couché en joue, je tirai un coup de fusil en l'ai signal de raliement... 3 Assignations à comparaître de l'huissier, Grosse du Jugement condamnation aux D.I. et contrainte par corps. Note de frais. -11 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS, Procès Verbal du Garde MAGNIER surprenant DAGOT braconnier de profession dans une taille déclara qu'il faisait ce qu'il pouvait pour vivre et trouva sur lui après l'avoir fouillé plusieurs colliers en laiton. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. 2 significations à comparaître d'huissier. Jugement du tribunal civil de première instance avec condamnation aux intérêts et contrainte par corps de dix jour pour s'en acquitter. Note de frais. -12 - Aff. Comte de Béthune c/ DAGOS ET PARFAIT. 1 L.A.S. in-16 du Comte adressée à l'Avocat et lui recommandant particulièrement de le poursuivre, Procès Verbal du Garde MAGNIER pour avoir laisser son chien de berger chasser sur ses terres. L.A.S. de LeJardinier non envoyée à entête et brouillard correspondant lui explique diplomatiquement qu'il n'y a pas délit de chasse. Note de frais. -13 - Aff. Comte de Béthune c/ BASSOT Robert. 2 Procès verbaux du garde AUNAY pour avoir surpris le contrevenant posant des collet, mais a disparu de l'auberge ou il demeurait en laissant des dettes. Signature et timbre du juge de paix du canton de Sully. le second pour un délit identique. Assignation à comparaître par huissier de Gien. Grosse du Jugement du Tribunal Civil de 4 pp. cousu le condamnant aux dommages et intérêts en faveur du Comte et à la contrainte par corps. -14 - Aff. Comte de Béthune c/ MALU ET SEQUIN, Procès Verbal du Garde MAGNIER pour s'être sauvé alors qu'il portaient un panier, qu'il furent rattrapés et menés chez le juge de paix ou dans le panier ils trouvèrent un furet et les engins nécessaire à prendre les lapins. Signification à comparaître, 3 L.A.S. de l'Avocat DESTABLE Note de frais. -15 - Aff. Comte de Béthune c/ NOUBLANCHE, Procès Verbal du Garde LANGLET pour avoir tendu un collet. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. signification à comparaître d'huissier. -16 - Aff. Comte de Béthune c/ DESSERT, 2 Procès Verbaux du Garde LANGLET pour avoir pêché dans la rivière et l'autre pour avoir laisser son chien chasser un lièvre pendant qu'il pêchait.. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. signification à comparaître d'huissier. Grosse du Jugement du Tribunal civil de Gien 4 pp. Demi placard de saisie mobilière de Renaudin huissier. -17 - Aff. Comte de Béthune c/ MARECHAL, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir trouvé plusieur collets tendu dont un lièvre pris et 12 collets sur lui.. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. Assignation à Comparaître. -18 - Aff. Comte de Béthune c/ BEAUMARIE, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir été surpris en train de chasser sans autorisation mais titulaire d'un permis. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. L.A.S. du Garde indiquant que l'individu est garde probablement non assermenté. Assignation à Comparaître. -19 - Aff. Comte de Béthune c/ REMILLY, Procès VerbaL du Garde AUNAY pour avoir été surpris en train de chasser sur la terre de la Chatière sans autorisation mais titulaire d'un permis. Signature et tampon du juge de paix de Sully sur Loire. 3 Assignations à Comparaître au garde et à Remilly. Taxe de témoin du Tribunal de Gien signée du Président du Tribunal. 1 L.A.S. du Garde MAGNIE et 1 L.A.S. de l'huissier Renaudin. -20 - Aff. Comte de Béthune c/ CHAPEAU, Procès VerbaL du Garde LENGLET constatant la coupe de 6 pins sans autorisation. Tampon et signature du Juge de Paix Gonneau de Sully. Assignation à comparaître et lettre du garde MAGNIER demandant d'en faire un exemple. -21 - Aff. Comte de Béthune c/FAISEAU, Procès VerbaL des Gardes DELAGNEAU ET LANGLET que constatant la présence de collets ils se sont mis en embuscade retendant les collets à leur arrivée et les surprirent, ledit FAISEAU le menaça de passer six mois dans la forêt mais qu'il fallait qu'ils passassent entre leurs mains. Il constatent 23 collets. Assignation à comparaître et copie simple de jugement. -22 - Aff. Comte de Béthune c/BLONDEAU, Procès VerbaL du garde AUNAY qui ont surpris chassant au furet à l'aide de bourses, s'enfuit, les poursuit et trouvèrent trois lapins, douze bourses et le furet près du lapin. -23 - Aff. Comte de Béthune c/AGOYER, Procès VerbaL du garde MAGNIET qui le surprend à ramasser un sac en toile avec un lapin chaud, refusa de décliner ses prénom et menaça le garde d'une pelle puis d'un fusil. Assignation à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. -24 - Aff. Comte de Béthune c/DAGOZ, Procès VerbaL du garde AUNAY qui le surprend à ramasser des collets et pris il déclara je fais mon métier, faites le vôtre. 2 Assignations à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. Grosse du Jugement de 6 p., condamnation à des D.I. et contrainte par corps. -25 - Aff. Comte de Béthune c/THION, Procès VerbaL du garde MAGNIER qui le surprend à chasser au fusil qu'il cacha, refusa de me donner son nom et trouais sur lui plombs, poudrière et amorce et trouvais un fusil double à piston dans la rivière. 2 Assignations à comparaître en au Tribunal correctionnel de Gien. Jugement de 6 p., condamnation à des D.I. et contrainte par corps. 3 assignations à comparaître et Grosse du Jugement du Tribunal Civil de 6 pp. -26 - Aff. Comte de Béthune c/PELLERIN ET SELINGANT, L.A.S. DU COMTE de Béthune Sully envoyant 2 PV et soulignant celui de PELLERIN. 2 Procès Verbaux du garde MAGNIER qui le surprend à chasser au furet à l'aide d'une dizaine de bourses et déclara que son comparse était son épouse et trouva l'autre avec quatre vingt collet et conduit en gendarmerie. 3 Assignations à comparaître en au Tribunal civil et correctionnel de Gien. 2 Jugements de 6 p. grosse pour l'un et copie timbrée pour l'autre, condamnation à des D.I. et contrainte par corps.

EUGENE CHARLES PHILIPPE MARIE Comte de BETHUNE SULLY Administrateur de la succession Légataire Universel de son oncle Maximilien Léonard marie Louis Joseph Comte de Béthune Sully des titres et du Château de Sully sur Loire.

BONAPARTE NAPOLEON EUGENE LOUIS JEAN JOSEPH - DUGUE DE LA FAUCONNERIE HENRI

PHOTOGRAPHIE D'EPOQUE SIGNEE NAPOLEON AVEC ENVOI MANUSCRIT DU PRINCE. Signé comme émissaire du Député Bonapartiste DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- DATABLE c. 1870. - PHOTOGRAPHIE DANS SON ENCADREMENT D'EPOQUE contrecollé sur papier avec entête d'Aigle. - Signée "Napoléon" suivi d'une autre écriture de l'Emissaire DUGUE DE LA FAUCONNERIE "Rapporté de Chislehurst par ordre du prince Impérial pour m." suivi de l'écriture du Prince Impérial "h. David, maire démissionnaire de Nantua". Signé DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- BONAPARTE Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, (16 mars 1856 à Paris - 1er juin 1879), Prince Impérial mort au combat contre les Zoulous au service des forces brittaniques, en pays zoulou. Fils unique de Napoléon III, Empereur des Français, et de son épouse, l’impératrice Eugénie née Montijo. Inhummé à l'Abbaye Saint-Michel, Farnborough, Royaume-Uni. Il sera le dernier espoir dynastique pour le rétablissement de la Maison de Bonaparte sur le trône de France. - DUGUE DE LA FAUCONNERIE Henri-Joseph 1835/1914, Saint-Germain-des-Grois. Député Bonapartiste de l'Orne, Auteur d'une notice "ET SI L'EMPIRE REVENAIT", 1875 LE DENTU. - DAVID Henri, Maire de NANTUA qui démissionne en 1870 par fidélité à l'Empereur,(les élections normales ont lieu en 1871), MERCIER lui succède.

BUGATTI & AUTOMOBILES BUGATTI - BUGATTI ETTORE et ROLAND - G. CLAVEL

30 LETTRES SIGNEES A ENTÊTE DE BUGATTI ou DES AUTOMOBILES BUGATTI DE 1947 à 1960

- 30 Lettres signées à l'attention de l'Argus de la Presse, les premières de 1947 d'Ettoré BUGATTI (toutes en P/O) PAR G. CLAVEL à entête Gauffré et monogrammé EB BUGATTI rue Boissière. Les 2 datées du 21 mars et 30 août sont les dernières puisqu'Ettoré meurt le 21 août 47. Les suivantes sont signées par procuration de Roland Bugatti par le même G. Clavel. - Les vicissitudes de l'Entreprise voient s'appauvrir la qualité du papier et des cachets qui deviennent des Cachets humides Automobiles ETTORE BUGATTI à Levallois Perret puis PUTEAUX au 115 rue de la République pour les deux dernières de octobre 59 et juillet 1960. La marque est vendue en 1963 à Hispano Suiza.

- En 1945, Ettore Bugatti se bat et gagne en justice pour récupérer son usine de Molsheim saisie par l'administration française à la libération. Il tente de redémarrer malgré les dettes et les manques de moyen. Les études des Bugatti Type 73 et Type 78 n'aboutissent pas et l'entreprise vivote. - En 1947, Ettore Bugatti meurt à l'âge de 66 ans après avoir déposé 1 000 brevets et fabriqué en 37 ans près de 7 500 voitures de grand luxe et de course. - ROLAND BUGATTI (23 août 1922 - 29 mars 1977) héritier en 1947 de la marque automobile Bugatti fondée par son père Ettore Bugatti en 1909 et poursuivie par son frère Jean Bugatti entre 1936 et 1939. Il est le plus jeune des 4 enfant d'Ettore. Après la disparition accidentelle de son frère, Jean Bugatti, en 1939 à l'âge de 17 ans hérite de l'entreprise Bugatti. Son père, qui s'était totalement retiré en 1936, revient à Molsheim pour le former. À la disparition de celui-ci en 1947, Roland Bugatti (âgé de 25 ans) et Pierre Marco (ancien pilote et fidèle collaborateur, promu directeur général de Bugatti) tentent de poursuivre l'aventure Bugatti sans succès. En 1956, une dernière tentative de come-back en Grand Prix automobile Formule 1 échoue avec la Bugatti Type 251 pilotée par Maurice Trintignant dans l'ultime course Bugatti au Grand Prix automobile de Reims. La Bugatti Type 252 suivante restera au stade de prototype. En 1963 Roland Bugatti vend l'usine et la marque au constructeur Hispano-Suiza,

CHRISTOFLOUR RAYMOND

FERNAND MAILLAUD Peintre de la Vie Profonde - ENVOI SIGNE & AQUARELLE GOUACHE Dédiée à ANDRE LUNEAU- Préfaces de Camille Mauclair et Henri Focillon.

16 mai 1942, En vente à la Librairie Roumanille en Avignon, Nouvelle Edition ornée de 12 reproductions hors texte, 215 p. et 2 ff. pour les Tables. - In-8 carré conservé en son état, sous protection d'une reliure signée aux petits fers de A. GUEGAN Relieure d'art en forme de boitier livre demi maroquin à coins, Titre aux petits fers dorés. - ENVOI ILLUSTRE d'une aquarelle gouache signée deux fois aux crayon et à l'encre avec une date ebd 1943, envoi "à Monsieur André Luneau en souvenir de notre attachement pour notre veille ville d'Issoudun et du Berry Natal. Signé F. MAILLAUD". - Joint un article de presse paru probablement dans le journal d'Issoudun fin 1943 "Fernand Maillaud à Issoudun" de Raymond Christoflour. Voir au dos pour la datation.

COCTEAU JEAN

COCTEAU - LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE A ORLOV

1 f. in-8 à entête de SUVRETTA HOUSE ST MORITZ, datée du 6 mars 1960 et adressée à son Cher Orlov, TEXTE : Si ce n'est pas un spectacle parisien -aucun obstacle ne s'oppose à votre projet- pourvu que le travail (très difficile) ne soit pas fait à la hâte. Je compte sur vous (souligné). Lettre aux auteurs jointe. Votre. Signé Jean COCTEAU"

COUBERTIN (Baron Charles Louis de)

L.A.S. DE COUBERTIN AU MARCHAND D'ESTAMPES GOUPIL POUR LUI INDIQUER LE PRIX D'UNE PEINTURE.

L.A.S. 1 p. in-12 au monogramme chiffre C.C. & Couronne de Baron adressée à GOUPIL le grand marchand d'art. TEXTE : "Ce 7 juin 1869, Monsieur, Je vous envoie le tableau dont nous avons parlé le confiant à vos bons soins pour lui trouver un amoureux si (..) le peut pendant mon absence au minimum de 2000 fr. Recevez toujours Cher Monsieur l'expression de mes sentiments distingués. SIGNE Br. CL de Coubertin".

- COUBERTIN (Baron Charles Louis de), né en 1822, mort en 1908, peintre français. Père de Pierre de COUBERTIN. - - GOUPIL Jean-Baptiste Michel Adolphe (1806-1893) est un capitaine d'industrie français, l'un des plus importants Editeur et Marchands D'ESTAMPES et éditeurs d'art du xixe siècle. la Maison Goupil. De 1850 à 1884, la société prend le nom de « Goupil et Cie », les associés étant alors Alfred Mainguet (1850-1856), Léon Goupil (1854-1855), Léon Boussod (1856-1884), "Cent" van Gogh (1820-1888)2 qui sera de 1872 à 1878 commanditaire de la société, son fils Albert Goupil (1872-1884) et René Valadon (1878-1884). Voir MAISON Boussod, Valadon & Cie, éditeurs-imprimeurs, successeurs de Goupil & Cie", octobre 1892..

de BERTRAND de MOLLEVILLE

LETTRE MANUSCRITE SIGNEE DE FRANCOIS DE BERTRAND DE MOLLEVILLE, MINISTRE DE LA MARINE et DES COLONIES à DU PORTAIL MINISTRE DE LA GUERRE DE LOUIS XVI, ACCUSANT RECEPTION DU BREVET DE RAPPEL DES GALERES EN FAVEUR D'ANTOINE GROSS SOLDAT DU REGIMENT DE BESANCON.

- Feuillet in-quarto manuscrit signé du Ministre de la MARINE Comte THEVENARD, - Entête manuscrit PORT ET ARSENAUX - CHIOURME - GROSS - A Paris le 28 8BRE 1791, J'ai reçu Monsieur avec la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire le 16 de ce mois le brevet de rappel des galères que vous m'avez fait expédier en faveur du .é Antoine Gross ci-devant Soldat du Régiment de Bezançon au Corps Royal d'Artillerie condamné à Fougères par jugmeent du Conseil de Guerre le 19mars 1781 aux galères perpétuelles pour vol de chambrée. J'envoye aujorud'hui ce brevet aux Administrateurs de la Marine à avec un ordre du Roi pour faire mettre cet homme en liberté. Le Ministre de la Marine ./. Signé THEVENARD En bas à gauche . Duportail.

- Antoine François de Bertrand de Molleville, né à Montesquieu-Volvestre le 28 mars 1741 et mort à Paris le 19 octobre 18182, conseiller au Parlement de Toulouse en 1766, puis Intendant de Bretagne, en 1784 qu'il sera chargé de dissoudre. Favorable à la réunion des États généraux de 1789, il conseille au roi la dissolution de l’Assemblée. NOMME MINISTRE DE LA MARINE ET DES COLONIES, il organise l’émigration des officiers en masse. Il démissionneet devient le chef de la police secrète royaliste. Avant et après la journée du 10 août 1792, il essaie de faire évader le roi, mais il doit se résoudre à fuir en Angleterre. L'EXPEDITION DE SAINT DOMINGUE lui vaut bien des critiques. On reproche au ministre de s'opposer secrètement à l'émancipation des noirs. Bertrand de Molleville, dans un discours mieux accueilli que les autres par l'Assemblée législative, attribue les maux de Saint-Domingue à Société des amis des Noirs. LA PERTE DE SAINT DOMINGUE lui est attribuée, même si l'Assemblée législative use d'équité peut-être autant que d'indulgence en refusant de donner suite à l'accusation proposée à ce sujet contre le ministre de la marine. --- Du PORTAIL (Louis Antoine Jean Le Bègue de Presle) Ministre de la GUERRE (16 novembre 1790 - 7 décembre 1791) né à Pithiviers, le 14 mai 1743 et mort en 1801, Conseiller tactique de George Washington, il a fondé le corps du génie américain et fut ministre de la Guerre. La protection de La Fayette lui vaut d'être nommé ministre de la Guerre, le 10 octobre 1790. Les royalistes lui font grief de tolérer l'indiscipline dans l'armée, d'avoir laissé les clubs et sociétés patriotiques s'installer dans les casernes, d'avoir produit des circulaires contre l'émigration. Les révolutionnaires lui reprochent d'avoir laissé les frontières sans garnisons et sans défenses suffisantes. Il aura marqué son passage, par une ordonnance du ministre de la Guerre, en date du 1er janvier 1791, abolissant les noms d’Ancien Régime des régiments.* ---- CHIOURME : Rameur des Galères.

DE VILLELE (Monseigneur Guillaume Aubin Comte) ARCHEVEQUE DE BOURGES.

HISTOIRE DE FENELON - Long Ex-dono pour le Diaconat de l'Abbé CHAMBONNET.

- Long et bel Ex-dono de Monseigneur de VILLELE Archevêque de Bourges à l'Abbé Joannis Ludovico CHAMBONNET daté en latin du Palais Episcopal le 18 juillet 1835 pour son diaconat. - 1817, A Versailles De l'Imprimerie de J.A. LEBEL, le second volume est malheureusement remplacé en même reliure par le t.2 des Oeuvres de 1822 chez Tenré. - 4 volumes in-8 pleine basane racinée. Toutes tranches marbrées. Avec le très beau portrait de Fénelon par Desenne. Manque donc le t.2 remplacé par le t.2 des oeuvres.

- Comte de Villèle Guillaume-Aubin, né le 12 février 1770 à Caraman et mort le 27 novembre 1841 à Bourges Archevêque de Bourges. Entra très jeune dans les ordres, émigra, fut ordonné prêtre à Dusseldorf en 1793 et alla s'installer à Vienne. Il fut, sous la Restauration, successivement évêque de Verdun (1817-1820), évêque de Soissons (1820-1824) et archevêque de Bourges Primat d'Aquitaines (1824-1841). Pair de France, et siégea dans la majorité. Vers 1824, un vaste incendie détruit 104 maisons à Menetou-Salon. Alors archevêque de Bourges, il ordonne des quêtes dans son diocèse pour porter secours aux sinistrés. - CHAMBONNET (Jean-Louis) curé de Graçay (1851) curé de Mehun-sur-Yèvre (1862) curé de St-Amand-Mont-Rond (1866).

DESCHAMPS Emile

BARON TAYLOR - INTERVENTION CHARITABLE D'E. DESCHAMPS AUPRES DU BARON TAYLOR POUR FAIRE ENTRER PAULINE DUCHAMBGE A L'ASSOCIATION DES ARTISTES ET SORTIR PAULINE DUCHAMBGE DE LA MISERE.

- L.A.S. du 20 nov. 1844, - 2 ff. in-huit dont 3 pp. autographes et la 4me pour l'Adresse rue de Bondy à Paris. - TEXTE : Cher et très honorable collègue. Je n'ai pas eu le temps hier de vous faire une question et surtout une prière fervente. Une artiste agée, ..et très malheureuse depuis quelques années...dans un genre de composition musicale (Mad. Pauline DUCHAMBGE) est en ce moment dans un état de détresse qui saigne le coeur à tous les amis nous avons épuisé tous nos moyens, est-ce que par votre puissante et douce entremise, elle ne pourrait piont participer aux bienfaits de l'Association des Artistes ! Faut-il une lettre pour celà... ? je l'ignore .....En tout cas jamais Bienfait n'aurait été mieux placé .. en publiant un album à ses frais car le malheur n'a pas d'éditeur et il s'agit de payer son loyer...... je m'adresse à votre coeur et ... Signé Emile Deschamps

- EMILE DESCHAMPS DE SAINT AMAND, dit Émile Deschamps, né à Bourges le 20 février 1791 et mort à Versailles le 23 avril 1871, poète français du xixe siècle. Émile Deschamps était le frère d’Antony Deschamps. Fut l'un des meilleurs représentants du mouvement romantique et fonda en 1824 avec HUGO la MUSE FRANCAISE avec Vigny, Nodier etc... - MONTET-DUCHAMBGE Antoinette-Pauline de, dite Pauline Duchambge, est une chanteuse et parolière française née en Martinique en 1778 et morte en 1858. Elle est l'auteur de nombreuses romances, dont La Ronde. Divorcée, elle vivra toujours dans la gêne. Et l'Association des Artiste ... Élève de Cherubini et compagne d'Auber, elle a également mis en musique des romances, notamment écrites par son amie la poète Marceline Desbordes-Valmore.

DESCHAMPS EMILE

L.A.S. A CHARLES DE LACRETELLE A PROPOS DU SUCCES DU MACBETH DE DESCHAMPS et sur SHAKESPEARE

12 novembre 1848, VERSAILLES. - 8 p. manuscrites in-8 à son entête gaufré. Emile DESCHAMPS vient de publier son MACBETH de Shakespeare - En 5 actes en vers chez Michel LEVY Frères. Charles de LACRETELLE lui a envoyé une lettre de félicitations. Emile DESCHAMPS lui reporte le mérite d'une partie du succès obtenu par Macbeth. "Oui, cher et illustre ami, le public n'a fait qu'obéir à l'impulsion donnée par vote salon et commandée par le sourire de Madame de Lacretelle ! soyez donc béni une fois de plus". Sur sa façon de traduire Shakespeare : "J'ai échenillé le grand chêne, pour ne lui laisser que ses robustes rameaux et son vert feuillage".

- Joint découpe de catalogue de ventes concernant cet autographe. - EMILE DESCHAMPS DE SAINT AMAND, dit Émile Deschamps, né à Bourges le 20 février 1791 et mort à Versailles le 23 avril 1871, poète français du xixe siècle. Émile Deschamps, frère d’Antony Deschamps. Fut l'un des meilleurs représentants du mouvement romantique et fonda en 1824 avec HUGO la MUSE FRANCAISE avec Vigny, Nodier etc... - Charles-Dominique de Lacretelle, dit Lacretelle le jeune (1766 à Metz - 26 mars 1855 à Mâcon), avocat, journaliste et historien français. Membre de l'Académie française. Il commence sa carrière en 1789 en rapportant les débats de l’Assemblée nationale dans le Journal des Débats. Il est mis en prison pour sympathie royaliste de 1797 à 1799. Président de l'Académie de Mâcon, il est élu membre de l’Académie française en 1811. À partir de 1812, il est professeur d’histoire à la Sorbonne. Il est considéré comme l’un des pionniers de l’étude historique de la Révolution française. Il traduira lui-même les vers d'OTHELLO de SHAKESPEARE.

DESCHAMPS Emile

L.A.S. d'Emile DESCHAMPS à DUMERIL de l'ACADEMIE DES SCIENCES, DOCTEUR EN MEDECINE, convoquant son médecin pour cause d'HYPOCONDRIE.

- L.A.S. 2 ff. in-8, une p. manuscrite. Amusante lettre de Deschamps qui convoque le Grand Duméril ami et collègue de CUVIER pour cause d'hypocondrie... TEXTE : - "Paris mardi soir 5 juin 1842. Monsieur, J'ai depuis quelques jours une fièvre souvent assez pénible qui a été déterminée par une violente crise d'hypocondrie déterminée lui-même par une circonstance fortuite. Auriez vous la bonté de venir me voir demain mercredi depuis 4 h du soir jusqu'à la nuit, je suis obligé de sortir le matin et la fièvre ne se montre qu'à 4 h 1/2. Pardon de ce dérangement pour une chose si vague et agréez je vous prie l'expression de mes sentiments les plus distingués SIGNE Emile Deschamps."

- DUMERIL André Marie Constant , né le 1er janvier 1774 à Amiens (Somme) et mort le 14 août 1860 à Paris, est un Entomologiste, zoologiste, herpétologiste, médecin français.

DREUX-BREZE (Henri Scipion Charles, Marquis de)

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE ADRESSEE AU DEPUTE DE L'ARIEGE DUGABE - 1834 Aff. de FOLMONT.

- 1 f. double in-8 en forme de plis, cachet de la poste de Bolbec du 12 septembre adressée à M. DUGABE Député de l'Ariège à Toulouse. - Lettre de Félicitations du Marquis de Dreux-Brézé pour l'énergique plaidoyer de l'Avocat Dugabé dans une affaire Judiciaire "de Folmont*". Il évoque la venue du Ministère DUPIN et la bonne fortune de l'opposition - TEXTE : B... Le 12 7bre 1834, Monsieur, Vous aurez déjà reçu de nombreuses félicitations sur votre éloquent et énergique plaidoyer en faveur de M. de Folmont lorsque ce petit mot vous parviendra, toutes fois vous n'en voudrez pas à un ami politique de vous adresser les siennes toutes tardives qu'elles puissent être. Il est impossible de mieux et d'aborder plus franchement la question que vous en l'avez fait en cette circonstance. La sortie du Ministère Public est devenue un heureux incident puisqu'il vous a fourni l'occasion de tracer de la manière la plus claire et la plus positive le programme de votre carrière parlementaire. Adieu Monsieur, Croyez au plaisir de faire votre connaissance ainsi qu'à l'assurance des sentiments de haute considération avec lesquels je suis votre très humble et obéissant serviteur SIGNE : DEUX BREZE. Je ne sais si vous partagez comme moi la conviction que tout nous conduit au ministère DUPIN. Lui et ses amis seront encore plus impuissants que les doctrinaires à satisfaire les exigences et à vaincre les difficultés de la situation. La venue du tiers parti sera donc dans mon opinion une bonne fortune pour l'opposition.".

*Aff. de FOLMONT : Député de 1827 à 1830, né à Montcuq (Lot) le 20 décembre 1784, mort à une date inconnue. Maire de Montcuq, élu, comme candidat du gouvernement, membre de la Chambre des députés, le 17 novembre 1827 Toutefois, des irrégularités commises lors des opérations électorales lui firent présenter sa démission le 16 février 1828. Plus tard il tenta, sans succès, de rentrer au parlement ; il échoua, le 21 juin 1834, dans le 2e collège du Lot, avec 63 voix contre 109 à l'élu, M. de Mosbourg, et, le 9 juillet 1842, avec 107 voix contre 158 à M. Cayx, Conseiller général du Lot. Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny). --Scipion, marquis de Dreux-Brézé, baron de Berry, né au Petit-Andely le 14 frimaire an II (1793), mort au château de Brézé le 21 novembre 1845. Aide de camp du maréchal Soult, entre dans les cuirassiers de la garde de Louis XVII. Pair de France en 1829 hérite de son pèrede la charge de grand maître des cérémonies de France (il en sera le dernier titulaire. Siéger à la Chambre des pairs après la révolution de 1830, et se fit avec éloquence sous Louis-Philippe Ier le défenseur de la cause conservatrice et légitimiste.

DUC DE BERRY - DUC D'ANGOULEME - DUC DE SERENT

L.A.S. des DUC DE BERRY, DUC D'ANGOULEME, ET DUC DE SERENT adressée au "Commandeur" le Chevalier de BUFFEVENT Précepteur des Princes.

- L.A.S. de TURIN, 2 ff. in-quarto dont 2 p. manuscrites. Cachet de cire rouge aux armes du Comte d'Artois. Le 2 janvier (date de l'écriture du Duc de Sérent) (vers 1789, le Duc de Serent quitte Turin en 1789) du Duc de Berry, d'Angoulême et du Duc de Sérent. Les Princes ont 14 et 11 ans. TEXTE : "Ah mon cher Commandeur, qu'il y a de tems que je ne vous ai écrit cependant j'ai fait toujours bien des voeux pour votre bonheur nous espérions que vous reviendriez ici mais nous avons été réduits à prendre de vos nouvelles sans pouvoir vous parler et vous embrasser. Adieu Cher Commandeur souvenez vous toujours de nous et aimez nous bien. SIGNE BERRY.". SUIT de l'écriture du Duc de SERENT "Quant au Père Principal du Collège (Château de Beauregard) , mon cher Commandeur (BUFFEVENT) ne vous attendez pas à des voeux de sa part il vous boude et bien fort pour cause de paresse et négligence de votre part. Tout le collège se plaint également de votre silence nous vous avons tous écrit les uns après les autres, et point de réponse. C'est par trop maltraiter de pauvres ultra-montains qui vous ont gardé tous les sentiments de l'Ancien régimme. Amendes vous, prenes la plume et assures nous que vous nous aimés, je n'en doute pas à vous dire vrai, mais j'ai un grand plaisir à vous l'entendre répéter des malheureux exilés au dela des Alpes ont pls besoin que d'autres des consolations de l'amitié. Recevés mon cher Commandeur l'hommage de toute celle qui m'attache eternellement à vous". NON SIGNE MAIS BIEN DE L'ECRITURE DU DUC DE SERENT. suit de la main du DUC D'ANGOULEME : " Et moi aussi, mon cher Commandeur, je veux une petite place pour vous embrasser et c'est de tout mon coeur. SIGNE D'ANGOULEME"

JEAN FRANCOIS DE BUFFEVANT, Chevalier de malte. Commandeur de Rome-Portocarero 1788-1789. Fréquente la cour et réside chez Voltaire un temps et sera le précepteur du duc de Berry. Dans cette fonction il sera sérieux sans être sévère, car il tient plus aux bonnes manières qu'à la science. A la Révolution le comte d'Artois émigre, il doit fuir à Lausanne en 1791. Lieutenant en second au régiment de Lorraine, capitaine d'infanterie au régiment Royal-Vaisseaux – Il sert aux Indes en 1757, puis en Allemagne en 1761 où il s'illustre et reçoit la croix de Saint-Louis. Il sera en garnison en Alsace. En 1793 après avoir été nommé maréchal de camp par le comte de Provence, à l'invasion de la Suisse, il fuit de nouveau et on le trouve à Ratisbonne en 1798, puis en Galicie. En tant que chevalier de Malte il devra prêter serment à l'empereur de Russie nouveau protecteur de l'Ordre, mais ne se rend pas en Russie. Il est à Vienne en 1801, puis en Suisse en 1803 et 1804, ensuite l'on perd sa trace. - DUC DE SERENT Armand Louis, (1741-1824) Maréchal de camp en 1780 et Louis XVI, à la demande de Mgr le comte d'Artois, le nomma gouverneur de LL. AA. RR. les ducs d'Angoulême et de Berry et en 1789 donna au marquis de Sérent l'ordre de conduire les princes à la cour de Victor-Amédée III, roi de Sardaigne, leur aïeul maternel, sous les yeux duquel leur éducation fut achevée. Devenu grand d'Espagne de la première classe en 1789, il quitta, avec ses «augustes» élèves, la cour de Turin.

DURAS, Amédée-Bretagne-Malo de DURFORT, (Duc de)

GUYANE FRANCAISE - LETTRE SIGNEE DU DUC DE DURAS AU BARON LAUSSAT LUI ANNONCANT SA PRESTATION DE SERMENT D'ADMINISTRATEUR DE LA GUYANE FRANCAISE

- Feuillet in-quarto, Lettre manuscrite signée du Duc de Duras à entête du PREMIER GENTILHOMME DE LA CHAMBRE DU ROI, Aux Tuileries, ce 14 mai 1819. Au dessus manuscrit : P. M. LAUSSAT. - TEXTE : "Monsieur le Baron, J'ai l'honneur de vous prévenir que M. Laussat, nommé Commandant et administrateur de la Guyane Française sera admis à prêter serment entre les mains du Roi Dimanche prochain après la messe. Recevez, Monsieur le Baron, l'Assurance de ma haute considération. SIGNE Le duc de Duras".

- Baron LAUSSAT ou de LAUSSAT second administrateur de la Guyane. Succède au Comte de SARRAT SAINT CYR. Son administration sera violemment critiquée notamment par Victor HUGUE dans un RAPPORT SUR LA GUYANE FRANCAISE en 1822. - Duc de DURAS, (Amédée-Bretagne-Malo de Durfort, Paris, 1771 – Versailles, 1er août 1838, 6e et dernier duc de Duras (1800-1838). Pair de France : 4 juin 1814 - 20 mars 1815, juillet 1815 - 1832, Duc et pair héréditaire (31 août 1817)17. Grand fidèle de la monarchie, le Duc de Duras reprend son poste de PREMIER GENTILHOMME DE LA CHAMBRE DU ROI en remplit les fonctions dans la séance de la Chambre des pairs assemblée le 9 mars 1815.

FELIX PYAT

L.A.S. à GENTIL POUR L'INFORMER QU'IL PEUT ACHEVER LE TRAVAIL DEMANDE - 1834

L.A.S. in-douze, adressée à M. Gentil rue Tranée 11, cachet de poste du (vendredi) 19 décembre 1834 et cire de deuil datée de jeudi (18). TEXTE : Monsieur, Maintenant que je suis quitte des embarras du déménagement je puis travailler. Est-il encore temps de vous faire ce que vous m'avez demandé et combien de temps pouvez vous m'accorder encore pour achever. Veuillez me faire l'honneur de me répondre à mon adresse, Boulevard St Martin 9 bis. Votre dévoué, Félix Pyat. Jeudi"

- FÉLIX PYAT (1810-1889) Vierzon 1810-St Gratien 1889). Révolutionnaire, Ami de Jules Sandeau d'Henri de Latouche et de George Sand. Compagnon de Lamenais. Juriste de formation, Journaliste, Ecrivain avec ANGO avec LUCHET et Mathilde en collaboration avec E. SUE, Homme politique d'extrême gauche, ami des grandes voix de la gauche de l'époqueil sera LE PLUS CONDAMNE DES HOMMES POLITIQUES à ce jour ; il cumulera les condamnations à la prison (29 ans et 5 mois, à la Déportation, assumera 2 longs exils à Londres dont il reviendra après les lois d'amnistie de 1851 et de 1881, il sera CONDAMNE A MORT en 1873 par le Conseil de Guerre. Il aidera Louis Blanc à s'échapper. Il fondera après avoir été collaborateur du Figaro le journal "LA COMMUNE". Membre de la Première Internationale des Travailleurs à Londres Branche Française. On retiendra entre autre de lui ses luttes de 1848 et de la Commune et son inlassable combat pour la liberté de la presse et celle du Travail.

FRANCIS CARCO

SCENES DE LA VIE DE MONTMARTRE (Exemplaire de l'Editeur LUCIEN TISSERAND FAYARD) enrichi de L.A.S. ET BON A TIRER.

Sous Boîte demi maroquin en encadrement signée du Maître Relieure A. GUEGANT, plats de papier tulipé peint à la main spécialement pour cet ouvrage, et Chemise à rabat assortie et fers dorés, dos plats et auteur, titre, donataire Lucien Tisserand aux fers dorés - EXEMPLAIRE DE L'EDITEUR GRAND PAPIER JAPON. UNIQUE. Il ne sera tiré ensuite en grand papier que 10 sur japon et 15 sur Vergé H.C. - ENVOI DE L'AUTEUR A L'EDITEUR "à Monsieur Tisserand, bien cordialement, F. Carco". 1919, Paris, ARTHEME FAYARD, grand papier non coupé, broché, premier plat 2 ff. p. de fx titre avec envoi de l'auteur, p. de titre avec au dos mention "exemplaire d'éditeur", 255 p. 1 f. Second plat. - SONT JOINTS sous Chemise à rabat avec mention Bon à Tirer et Documents : - L.A.S. signée de Francis Carco et datée de Nice, 31 octobre 18 "Cher Monsieur, Je mettrai demain ou vendredi au plus tard, à la poste le texte définitif de : "SCENES DE LA VIE DE MONTMARTRE" et je vous serai reconnaissant de vouloir bien le donner sans retard à la composition. Je suis ici je ne sais pour combien de temps au juste... à l'hôpital !. Quelle vie . mais j'espère aller vous dire bonjour prochainement. a bientôt, cher Monsieur Je vous serre bien cordialement la main F. Carco. Hopital S8 mais écrivez plutôt : 4 rue du Lycée.". - LE BON A TIRER du 4 février 1919 sur page de faux titre "Bon à tirer, après les quelques corrections indiquées sur ces épreuves, Signé F. Carco". Et 3 FEUILLETS AVEC CORRECTIONS dont la PAGE DE TITRE

- Après l'incendie de la rue St Gothard qui dura trois jours la firme était déjà assez solide pour subir sans broncher un pareil sinistre. Arthème profita du désastre pour faire reconstruire un immeuble moderne où il installa ses bureaux. Au fronton de cet immeuble vint s'inscrire une nouvelle raison sociale : Arthème Fayard et Cie. " Et Cie " DESIGNAIT DEUX PERSONNES : Fernand Brouty, qui allait devenir le gendre de l'éditeur et assurait déjà la direction administrative de l'entreprise ; et LUCIEN TISSERAND, entré à quatorze ans chez Fayard père et qui avait continué à mettre son génie méticuleux, discret et efficace au service du fils dans la gestion quotidienne de son affaire.

GASTON DE FRANCE DUC D'ORLEANS

BREVET DE CHARGE DE CHEF DE FOURRIERS DE GASTON D'ORLEANS en Préparation du Siège de Corbie.

- Très belle pièce manuscrite signée GASTON, sur velin parchemin datée du neuvième jour de septembre 1636 en préparation du Siège de Corbie contre les Espagnols (24 sept. 1636 – 9 nov. 1636). - "De par Monseigneur Fils de France Frère Unique du Roy Duc d'Orléans", pièce adressée aux Contrôleurs Généraux de sa maison et portant brevet de la Charge de Chef de Fourriers. - Texte et signatures des Trésorier et Contrôleur Général. - Dimensions : 43.6/32 cm.

GASTON DE FRANCE, (1608 Fontainebleau- 1608 à Blois) sous le nom de Gaston Duc d'Orléans, duc d'Anjou, Monsieur dès 1611. Troisième fils d'Henri IV et de Marie de Médicis, il est fils de France, de la branche des Bourbons. GASTON D'ORLEANS (1608-1660), Fils de Marie de Médicis et d'Henri IV, frère de Louis XIII. Prince de sang de la branche des Bourbon, le duc d'Orléans. En 1628, il eut le commandement de l'armée du siège de La Rochelle, jusqu'à la venue de Louis XIII, et de celle de Picardie en 1636. À l'automne 1636, il participe au côté du roi au siège de Corbie. Mais en 1638, la naissance inespérée d'un dauphin (le futur Louis XIV) le prive du rang de premier héritier de la couronne..