Sujet : Berry

104 résultats

MECENES ET AMATEURS D'ART BERRICHONS DU MOYEN-AGE ET DE LA RENAISSANCE

1956, In-quarto broché agrafé, 63 feuillets numérotés. AU PALAIS JACQUES COEUR ; A PROPOS DE L'exposition organisée par la Bibliothèque Municipale, les Musées de Bourges et le Comité de la Foire-Exposition.

(GEORGE SAND) DEGOUSEE et LAURENT Ingénieurs Civils

L.A.S. à GEORGE SAND signée de DEGOUSEE, CH. LAURENT et Cie en vue d'obtenir par forage des EAUX JAILLISSANTE dans sa Propriété de NOHANT près LA CHATRE, INDRE.

2 ff. dont 2 pp. manuscrites et signés sur papier bleu à Entête de l'Entreprise DEGOUSEE, CH. LAURENT & Cie Ingénieurs Civil, en date du 28 juillet 1870. Très joli croquis dans le texte de la situation géologique du domaine de NOHANT. Après un long descriptif sur la situation géologique de Nohant, l'Ingénieur conclut : "De cette note il résulte que les alternance de marne argileuse et de calcaire qui composent les trois étapes inférieures du lias , ne contenant aucune couche perméable, ne doivent préenter aucune chance de réussite pour une recheerche d'eaux artésiennes. Il n'en est pas de même de la partie supérieure du trias, dont la couche affleurent en des points bien plus élevés que Nohant et contiennent des limes de sables interposés dans des limes d'argiles. Un résultat doit y être là plus que probable. La profondeur à laquelle il faudrait pousser le forage ne peut pas nous être connu d'avance, mais nous estimons que la marne crissée ne pourrait être atteinte à NOHANT AVANT UNE PROFONDEUR DE CENT A CENT VINGT MÊTRES" et termine en indiquant que "le prix du mêtre de forage coûterait entre soixante dix et quatre vingt francs jusqu'à la limete de deux cents mêtres qui ne serait certainement pas mlême approchés."

Belle et longue lettre en réponse à son désir de trouver des EAUX JAILLISSANTES sur le Domaine de Nohant.

ABBE FAUCHET Claude François, PREDICATEUR ORDINAIRE DU ROI

ORAISON FUNEBRE DE LOUIS PHILIPPE DUC D'ORLEANS, PREMIER PRINCE DU SANG

1786, A PARIS, Chez LOTTIN, Rue Saint André des Arcs, - Broché in-quarto, 31 p.,

- Abbé FAUCHET Claude François, Vicaire Général de PHELYPEAU, étonnant Evêque de Bourges et PREDICATEUR Ordinaire du Roi, révolutionnaire et Evêque constitutionnel, né à Dornes le 22 septembre 1744 et mort guillotiné le 31 octobre 1793 à Paris. On lui doit cependant de ne pas avoir voté la mort du roi et se prononcera pour l'exil. - 18 novembre 1785: Décès de Louis Philippe de Bourbon-Orléans. Louis-Philippe d'Orléans, dit « le Gros », duc de Chartres (1725-1752) puis duc d'Orléans (1752), de Valois, de Nemours et de Montpensier (1752-1785), premier prince du sang, est né à Versailles le 12 mai 1725 et mort au château de Sainte-Assise à Seine-Port le 18 novembre 1785. Il prend part aux campagnes militaires de 1742, 1743 et 1744. Il est fait lieutenant général. Gouverneur du Dauphiné.

ANONYME

DICTIONNAIRE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES

Non daté, Vers 1775(+-). DICTIONNAIRE ALPHABETIQUE MANUSCRIT DES PAROISSES ET PRIEURES DU DIOCESE DE BOURGES avec 850 entrées environ. - In-quarto plein vélin, au dos à l'encre brune DIOCESE BOURGES en long et en petit en haut. 1 f. avec titre à l'encre "LE DIOCESE DE BOURGES" - 293 pages manuscrites à l'encre brune comprenant les noms des PAROISSES ou PRIEURES avec en marge gauche et titres les "Noms des Curés avec dates", la dernière est de 1771 et EGALEMENT, références de repères de Cartes pour chaque nom. Les entrées vont d'ABILLY à YSSOUDUN et YVOY LE PRES, une dernière page modeste est réservée aux Archidiaconats du Diocèse de Bourges.

- EXCEPTIONNEL et Enorme Travail d'érudition fin 18° S., p. On compte environ 850 entrées DE PAROISSES ET PRIEURES incluant le CHER, l'INDRE, l'ALLIER, un peu la NIEVRE et du LOIR et CHER. - Il ne semble pas exister d'ouvrage manuscrit ou édité jusqu'à nos jours et qui recense l'ensemble des Paroisses et Prieurés ainsi que leurs description hiérarchique et géographique. (bnf et bibliothèques) et touche de façon aussi étendu et précise à l'Organisation du Diocèse.

ANONYME

LE CANTON DE SAINT MARTIN D'AUXIGNY. MANUSCRIT SUR L'HISTOIRE ILLUSTREE DU CANTON comprenant les Villages de SAINT MARTIN, ALLOGNY, ST GEORGES SUR MOULON, PIGNY, FUSSY, VIGNOUX, SAINT PALAIS, QUANTILLY, MENETOU, SAINT ELOI de GY, VASSELAY

LIVRE MANUSCRIT In-12, vers 1930/40, illustré de 17 DESSINS à l'encre et 41 CARTES POSTALES. - In-12, demi percaline à coins, titre au plat manuscrit "SAINT MARTIN ET LES ENVIRONS". 183 pages, 13 ff. vierges, 2 ff. Pour la TABLE DES MATIERES.

Tous les monuments remarquables de ce canton sont illustrés d'un Historique, de dessins à l'encre et de cartes postales. Les textes nous dit l'auteur sont inspirés des plus importants ouvrages historiques tels que Buhot de Kersers, Vallois et autres historiens régionaux.

ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN - GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ

GOUVERNEMENT DE LA CITADELLE DE METZ - QUITTANCE DE GAGES D'ANTOINE DE LA GRANGE D'ARQUIAN,

7 septembre 1607, Pièces Velin signée ARQUIAN MONTIGNY, in-huit oblongue. Quittance des gages de Lieutenant au Gouvernement de la Citadelle de METZ. (24.5 par 16 cm).

MORERI T.III 1732 - Anthoine de la Grange second fils de Charles de la Grange, Seigneur de Montigny et de Louise e ROCHECHOUART, Seigneur d'Arquian Gouverneur du Berry, et des Villes de METZ, Calais, Sancerre et de Gien, Colonel des Gardes Françoises et Capitaine des Gardes de la Porte. (1560 - 1666).

ARTHUR PONROY

OEUVRES D'ARTHUR PONROY ET JOINTE UNE L.A.S. d'H. DE VERNAY adressée à ARTHUR PONROY Homme de Lettres- LA CHASSE AUX ECUS - LE TRESOR DE VAUMORIN - UNE FILLE DE MONK Etude sur la restauration en Angleterre -LA RICHESSE DU PAUVRE Souvenirs de 1848

- Reliure in-huit demi toile passée sans date mais vers 1857 accompagnée d'une Lettre autographe signée de H. de VERNAY Ancien Rédacteur de l'Etoile du Midi. - Oeuvres disparates (extraites probablement de la Gazette) reliées par Arthur Ponroy vraisemblablement, composée de LA CHASSE AUX ECUS, complet, de la page 245 à 338, gravures dans le texte ; LE TRESOR DE VAUMORIN p. 291 à 284 avec 2 belles gravures signées hors texte et gravures dans le texte, complet ; UNE FILLE DE MONK Etude sur la restauration en Angleterre p. 1 à 138 sans gravure, complet ; LA RICHESSE DU PAUVRE Souvenirs de 1848, p. 139 à 260, complet . - JOINTE une Lettre Autographe Signée de 2 ff. 3 pp. manuscrites, adressée à M. Arthur PONROY Homme de Lettre : "Monsieur, Bien que je n'ai pas l'honneur de vous connaître, permettez moi de vous féliciter des derniers chapitres du Roman (Une Fille de Monck) que vous donnez à la Gazette. A la bonne heure, voilà de la belle et bonne littérature. C'est bien écrit, c'est encore mieux pensé et jamais Romancier n'a fait comprendre aussi bien que vous el faîtes la grandeur et la générosité d'une Restauration vraiment nationale, telle que le désirent tous les sages légitimistes et telle soyez en sûr qu'elle se fera avec HENRI DE FRANCE. Je considère votre livre intitulé le Roi comme le magnifique abrégé , que dis-je comme la mise en action du chef d'oeuvre que vient de publier Charles Müller sous ce titre la Légitimité. Après cela je ne puis croire que vous ne soyez vous-même légitimiste du Droit National. Ce serait un grand malheur si pensant et écrivant de si belles pages vous n'étiez pas un des nôtres. Quoiqu'il en soit vous êtes bien au dessus de la tourbe littéraire qui nous inonde tous les matins d'une .. de romans écrits dans une langue dont on a perdu la clef. Sincères Compliments. Signé H. DE VERNAY Ancien Rédacteur de l'Etoile du Midi. 14 août 1857."

AUBE CH. Curé Doyen DE ST PIERRE LE MOÛTIER DUROISEL Curé Doyen de SANCOINS

INVITATION ET LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE 1909 ; PROGRAMME DES FETES SOLENNELLES DE JEANNE D'ARC A ST PIERRE LE MOÛTIER POUR LA CLÔTURE DU TRIDUUM DE LA BIENHEUREUSE JEANNE D'ARC SOUS LA PRESIDENCE DE L'EVEQUE DE NEVERS.

PROGRAMME INVITATION daté de Saint Pierre le Moûtier le 25 septembre 1909, 4 pages, la première étant une lettre adressée au Père DUROISEL ; - L.A.S in-12 de 4 pages manuscrite Toujours adressée au Chanoine DUROISEL DOYEN de N.D. de Lorette, datée de St Pierre, " Cher Monsieur le Doyen, J'ai été désolé dimanche que nous n'ayons pas pu vous garder plus longtemps à St Pierre et je viens à vous dire combien je vous suis reconnaissant de tout l'intérêt que vous prenez à notre pèlerinage de la B. Jeanne d'Arc ! Unis dans le passé, Sancoins et St Pierre le sont bien maintenant encore ! Je vous ai envoyé un exemplaire de la semaine Religieuse de Nevers qui vous aura donné le comte-rendu complet de nos fêtes. C'est l'oeuvre du nouveau rédacteur en chef M. Lemoine précédemment Doyen de Dun. Monseigneur de Nevers que j'ai vu hier approuve de plus en plus ce pèlerinage et veut que l'an prochain il soit encore plus solennel si possible. C'est là grande entreprise pour un doyen si peu .. que moi. Aidez moi don par vos prières et par vos conseil; Je pars demain prendre quelques jours de repos et fais ma retraite mais à mon retour j'espère que vous me ferez l'honneur et la joie de venir passer quelques heures à Saint Pierre. Je vous prie d'agréer, Cher Monsieur le Doyen mes très respectueux et très dévoués hommages en N.S. SIGNE Ch. AUBE c de St P. le M.

Une très belle lettre entre le Curé doyen de Saint Pierre le Moûtier et celui de Sancoins à l'occasion de ces fêtes de Jeanne d'arc de 1909.

AUXENFANS Solange

COSTUMES RURAUX EN BERRY (1800 - 1870)

Sans Date, Vers 1945/50. In-folio, MANUSCRIT ORIGINAL AQUARELLES, LAVIS ET REHAUTS DE GOUACHE d'un ouvrage jamais édité par Solange Auxenfants. Premier et second plats rempliés Gouachés, 10 pages de texte calligraphiées à la main, signées Solange AUXENFANS, 2 ff.nn. pour la TABLE DES ILLUSTRATIONS, 3 Cahiers séparés avec titres manuscrits or pour les Costumes féminins, Coiffes et fichus, et Costumes masculins pour les 28 pages d'illustrations.

Un magnifique ouvrage berrichon qui nous emmène dans tout le berry, de Châtillon sur Indre à Allogny, du haut au bas berry, du Métayer au berger et de la Coiffe à oreillons de Sancerre au fond de bonnet.

BABOU JEHAN

FOI ET HOMMAGE DE JEHAN COTIN AU SEIGNEUR DE BOIS SIR AYMET (BOIS SIR AME)(BOIS SIR AIME) , DOCUMENT SUR VELIN DATE DU 21 février 1483.

- VELIN DE 30 par 21 cm avec repli, déchirure sans manque à gauche. - 10 fevrier 1483, VELIN MANUSCRIT EN FRANCAIS concernant l'acte de FOI ET HOMMAGE de Jehan COTIN pour les terres dites de BOIS SIR AYMET". (Commune de VORLY près de DUN LE ROY) - Texte de FOI ET HOMMAGE de MESSIRE JEHAN COTIN ENVERS NOBLE HOMME MAISTRE JACQUES TROUSSEAU SEIGNEUR DU BOYS SIR AYMET (Bois Sir Ame, Demeure Royale construite par TROUSSEAU et dans laquelle le Roi Charles VII se rendait visiter Agnès Sorel dans les années précédentes 1447). On sait que Jacquelin Trousseau, fils d'Artault Trousseau, vicomte de Bourges, prit pour épouse, en juin 1447, Perrette unique fille de Jacques Cœur, grand argentier du roi Charles VII, en présence de celui-ci. La forte dot de Perrette servit en partie à améliorer et embellir le château. "A tous ceux que ces présentes lettres verront Gilles (SPANG ?) Bachelier en Loys Garde du Scel Royal établi aux ... de la Prévôté de Bourge Salut ..... que ............. de JEHAN BABOU.......... DE noble Homme JACQUES TROUSSEAU Seigneur du Bois Sir Aymet chanoine et grand archidiacre............en foi et hommage.............. Maistre Jéhan delaberthomerie ...........de son cheptel du Boy Sir Aymé .... etc...

DOCUMENT

BARBES ARMAND

BARBES - LETTRE AUTOGRAPHE AU GENERAL DE COURTAIS SIGNEE DE SA PRISON DE BELLE-ISLE EN 1854. REVOLUTION DE 1848

- 2 pp. in-8 manuscrites de sa Prison de Belle-Isle (Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile): TEXTE :"Le 24 juillet 1854, Je vous remercie, mon pauvre ami, d'avoir pensé à nous au milieu de votre désolation. Jamais père n'a été plus affligé que vous, mais jamais aussi cris de douleur n'ont plus vivement impressionné d'autres coeurs. Fayolle me laisse aujourd'hui le soin de vous écrire, parce qu'il est pris depuis quelque temps d'un rhumatisme qui l'empêche de tenir la plume, mais sa 1ere lettre sera pour vous. Quand à Albert (MARTIN) que l'on a été obligé de transférer à Tours pour arrêter les ravages d'une maladie pareille à celle qui a enlevé votre bien aimée Sara, je vous réponds que son chagrin sera aussi bien grand. Les détails que vous nous donnez sur la mort chère enfant bien loin de nous paraître trop longs ont augmenté notre affection pour vous. Ah ! c'est bien ainsi qu'après un coup qui la frappe dans la meilleure partie de son existence et dans le fond même de ses entrailles, un père doit parler à ceux qu'il croit capable de comprendre son désespoir ! Je ne connaissais pas cette noble fille que dieu vous avait donnée, mais d'après ce que j'en ai appris, je n'exagère rien en vous disant que j'en porterai toujours le deuil dans mon coeur. Sa bonté, son courage pendant la longue maladie, son héroïsme à ses derniers moments en font pour moi un de ces anges auxquels on doit un culte même dans les avoir vus. Sa foi ne sera pas trompeuse car tant de sublimes qualités ne sauraient appartenir à ce corps qui s'est refroidi dans vos bras et que l'on porte aujourd'hui en terre. non ! soyez en sûr il est chez l'homme un autre principe qui ne peut pas ! Cet être véritable vous le retrouverez toujours aussi bon, aussi chaste, aussi dévoué et perfectionné encore dans ce que l'enfant nommait avec raison un meilleur monde. là elle vous appellera encore son petit père. Prenez donc ce qui vient de vous arriver pour une séparation momentanée et non pas pour une destruction. Les méchants peuvent avoir intérêt à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intérêts à ce que tout finisse avec cette vie et par suite ils s'efforcent de se faire une croyance concordante avec leurs intér$ets, mais elle qui n'avait jamais fait que du bien aux autres vous voyez qu'elle ne doutait ni de l'existence de dieu ni de son âme. Je partage mois-même depuis longtemps cette foi et voilà pourquoi je vous en parle d'abondance de coeur et avec la conviction intime que je n'ai pas besoin de vous demander pardon pour des idées qui sont je le crois aussi les vôtres. Ma Soeur a vu cette pauvre enfant à Bourges, elle aura aussi des larmes pour cette jeune fleur fauchée si vite, car je lui apprendrai ce malheur. M..., Daniel & & - se joignent à Fayolle et à moi pour vous serrer la main. Adieu, présentez mes douloureux hommages et mes respects à Madame et Mademoiselle de Courtais. Votre Dévoué et affectionné. SIGNE A. BARBES- Prison de Belle Isle 24 juillet 1854

- BARBES Armand, (Pointe-à-Pitre, 18 septembre 1809 - La Haye, 26 juin 1870), républicain farouche, éternel opposant à la monarchie de Juillet, restera dans l'Histoire comme l’homme de deux journées du 12 mai 1839 insurrection, par laquelle les républicains des Saisons tentent de renverser Louis-Philippe, et pour laquelle il sera condamné à la détention perpétuelle, puis libéré par la révolution de 1848 ; celle du 15 mai 1848, par laquelle les militants des clubs tentent d’imposer leur loi au gouvernement provisoire. Incarcéré puis amnistié en 1854, il choisira de s'exiler. Il fut condamné à la déportation, en avril 1849, par la HAUTE COUR DE JUSTICE DE BOURGES, jugé coupable d’un double attentat ayant eu pour but de renverser le gouvernement et d’exciter à la guerre civile. - COURTAIS (Général Vicomte Amable Gaspard Henri de) né le 10 janvier 1790 à Montluçon et mort le 10 juin 1877 (à 87 ans) à Doyet, est une personnalité de la Deuxième République et du département de l’Allier.

BARON FREDERIC DE REIFFENBERG

NOTICE SUR ARMAND JOSEPH DE BETHUNE DUC DE CHAROST

- Tirage à Cent Exemplaires. Edition Originale. - Envoi de l'Auteur, - 1877, Versailles, Imprimerie CERF et fils. - Notice historique et Biographique. 36 pages. Brochure

Très rare brochure éditée à l'occasion du CONGRES SCIENTIFIQUE DE FRANCE tenu au Palais de Versailles des 17 au 27 mai 1877.

BERRYER - FAYOL

PROCES DE M. BERRYER Cour d’Assises de Loir et Cher Suivi DES EXTRAITS DU PROCES DE M. BERRYER, Plaidoyer de Me FAYOL

1832, Paris, Louis Janet, Edition originale. In-huit, demi reliure, pièce de titre veau, 1 f. p. de fx titre avec ex-libris illisible d’un avocat, p. de titre, 215 p. comprenant les Pièces de Procédure et les Débats devant la Cour d’Assises de loir et cher, SUIVI du Tome 2 : EXTRAIT DU PROCES DE M. BERRYER Playdoyer de Me FAYOL, p. de titre, 40 p.

En 1832 lorsque la Duchesse de Berry vint en France pour organiser une Insurrection Royaliste en Vendée, les chefs du parti légitimiste envoyèrent Berryer auprès d'elle pour tenter de l'en dissuader. Il la rencontra dans une ferme isolée et eut avec elle un long entretien dans lequel il usa vainement de son éloquence. La duchesse persista dans ses projets qui se soldèrent par une déroute complète. Berryer lui-même fut arrêté, conduit à Nantes de brigade en brigade et mis au secret. Il allait être traduit devant une commission militaire quand la protestation de l'ordre des avocats, par la voix de son bâtonnier, le fit renvoyer devant les assises de Loir et Cher qui l'acquittèrent après une délibération d'une minute. Des bravos accueillirent la lecture du verdict. Quand l'accusé était entré dans la salle d'audience, les avocats avaient ôté leurs toques et les jurés s'étaient inclinés devant lui.

BOYER HIPPOLYTE

ALBUM MANUSCRIT ET DESSINS AQUARELLES DE POEMES POUR CHARLES SAINT JAMES par HIPPOLYTE BOYER

5 PAGES D'ALBUM daté de 1848 dont les 2 dessins sont signés de Charles SAINT JAMES et les Textes page de titre et la miniature représentant une Bacchante en Camée, 3 Poèmes signés d'H. BOYER pour Ch. Saint James: "A mon ami Charles Saint James, Sur une Coquille gravée en camée représentant une Bacchante et les derniers beaux jours.

- HIPPOLYTE BOYER né à Bourges le 28-09-1822 décédé en 1897 Archiviste et Historien. Grand érudit. - Charles Saint James, écrivain berrichon quasi inconnu sinon des érudits, auteur de trois ouvrages de Fables.

BRIMONT (M. LE VICOMTE DE)

M. DE PUYSEGUR ET L'EGLISE DE BOURGES PENDANT LA REVOLUTION 1792 - 1802

EDITION ORIGINALE. Une édition résumée sera éditée en 1897 chez Haton. - 1896, BOURGES, Imprimerie TARDY-PIGELET. - Fort in-8 broché, Portrait frontispice par Voyer de Jan Aug. de CHASTENET DE PUY-SEGUR aux Etats Généraux de 1789. Armoiries. 439 pages. Texte manuscrit au dernier feuillet. Manque au dos, annotations d'érudition au long du texte.

Ouvrage extraordinairement bien documenté.

BUHOT DE KERSERS (M. A.)

ESSAI SUR L'ARCHITECTURE RELIGIEUSE EN BERRY Avec PLANS

1870, Bourges, E. PIGELET In-8 broché, 1 f. p. de fx titre, p. de titre, 69 pages, 13 planches de plans signées de Buhot de Kersers Monogramme BK, 4 p. pour le sommaire et la Table des Planches. Rousseurs éparses.

EXEMPLAIRE TRES BIEN ILLUSTRE AVEC QUELQUES ANNOTATIONS ET BIEN COMPLET DE SES 13 PLANCHES

BUSSIERE G.

JACQUES CŒUR - IACQUES CŒUR

Avec un bel Envoi manuscrit à son Collègue Simon LAVALETTE 1899, Chez M. H. SIRE Imprimeur, près du Palais de Jacques Cœur, Broché in-quarto, Premier plat gravé de la tour, d’un Bandeaux aux symbole de Cœur et de St Jacques et de feuilles d’acantes, le bandeau du bas représentant des scénettes, le tout signé d’un monogramme ( HP. ) 1 f., p. de fx titre avec l’envoi manuscrit signé « A mon collègue Simon Lavalette, Cordial Souvenir, signé G. BUSSIERE), page de titre, 1 f. pour le poême d’envoi au Docteur S. POZZI en hommage de veille amitié. 29 pages papier couché numérotées pour les Trois poêmes (La Tour du Trésor, Le Tournoi, La Cour du May, signés de Bourges, le 16 octobre 1898.

AVEC UN BEL ENVOI MANUSCRIT A SON COLLEGUE SIMON LAVALETTE

CARTIER DE SAINT RENE L.

LA SEIGNEURIE ET L'ANCIEN CANTON DE SAINT FLORENT SUR CHER & CIVRAY

- 1911, Bourges, Librairie AUXENFANTS et SAINT FLORENT Librairie Bègue. - 2 Volumes in-8 dont un plan. . 1er Volume : Première partie, Chronique Générale, le Canton de Saint Florent pendant la Révolution, anciennes coutumes, croyances et légendes, 69 p. . 2me Volume : Seconde Partie, SAINT FLORENT, CIVRAY, 75 pp.

CHAMPAGNE DE BERMOND PROCUREUR C/ LES PRETRES DE LA DOCTRINE CHRETIENNE DE BOURGES

MEMOIRES DU PROCUREUR CHAMPAGNE DE BERMOND POUR LE CONSEIL DE L'UNIVERSITE DE BOURGES CONTRE LES DOCTRINAIRES QUI REFUSENT DE RECONNAÎTRE SA JURIDICTION ET DEMANDE LEUR EXCLUSION DE LA FACULTE DES ARTS

1788 ET 1789, a BOURGES de l'IMPRIMERIE B. CRISTO, In-quarto brochés tels que parus, 1 f; 80 pp., 4 pp., pour le premier mémoire et 1 f. 40 pp. Les Doctrinaires ont été mis en possession du Collège de Bourges en vertu de l'Edit d'août 1786 à la suite des Jésuites. L'Université leur reproche de refuser de se soumettre à leur Juridiction.

LES PRETRES DE LA DOCTRINE CHRETIENNE ou doctrinaires constituent une congrégation cléricale de droit pontifical. Ne pas les confondre avec la congrégation des Frères de la doctrine chrétienne. Après la suppression de la Compagnie de Jésus, ils reprennent un certain nombre de leurs établissements dont le collège des jésuites de Bourges. Les prêtres de la doctrine chrétienne sont dispersés en 1792, beaucoup d'entre eux quittent la France ou sont tués (Eustache Félix, Claude Bochot, Joseph Raoulx) avant de se reformer plus tard après la Révolution française Voir Tome Trois de l'HISTOIRE DU BERRY de LOUIS RAYNAL.

CHARLE D'HOZIER Conseiller du roi, Garde de l'Armorial Général de France

BREVET D'ARMOIRIES de RENE HEURTAULT Sr de REGNI Cap.ne au Régiment de Bourgogne (Seigneur de BOISBUARD). BERRY. Bourges. N° 7. 11 septembre 1697.

- Parchemin petit in-folio. - Brevet du 11 septembre 1697 sur l'Ordonnance rendue le 9e du mois d'Août 1697 par les Commissaires Généraux du Conseil députés sur le fait des Armoiries de RENE HEURTAULT Ecuyer Capitaine au Régiment de Bourgogne (depuis Seigneur de BOIBUARD). Enregistré à l'Armorial Général cote BERRY N° 7 signé par d'Hozier (Charles). - Au dos note manuscrite "Unique signé ill. probablement d'Hozier). - ARMOIRIES PEINTES en tête. "d'Azur au Chevron d'Or accompagné de trois croissants montant d'argent celui de la pointe surmonté d'un bras droit revêtu du second, à la main au naturel tenant une gerbe de trois épis de blé de même).

Pièce Unique.

Charles ACHARD

LE SCULPTEUR BERRICHON JEAN BAFFIER

Une rareté tirage de tête sur japon TIRAGE SPECIAL AVEC SA SUITE, Numéroté signé 24, un des 50 Exemplaires sur Japon numéroté. 12 Hors Texte photographiques de ses œuvres dont un Frontispice et une Photo Portrait de Baffier. A la Suite relié fascicule sous couverture rempliée, les 12 Suites couleur (monocouleur) contrecollés. Avec la Nomenclature de ses Œuvres et 12 Planches hors texte Tirage Spécial 1911, Montrouge Tourbier Imprimeur, Paris, Bloud Editeurs, 1 Frontispice représentant la Mariette, p. de fx titre avec au dos la justification du Tirage et la signature de l’auteur, Photo portrait de Baffier, p. de titre, Dédicace imprimée avec au dos un poême et dessin d’Octave Mirbeau, 30 pages sur japon, 10 hors texte photographique sur papier couché et 1 f. pour la Vielle d’Achard. Suit le fascicule des Hors textes.

FRAIS. BIEN COMPLET DE LA SUITE COULEUR.

CHENU Jean

ARCHIEPISCOPORUM ET EPISCOPORUM GALLIAE CHRONOLOGICA HISTORIA QUA ORDO EORUMDEM A TEMPORIBUS APOSTOLORUM Auctore IOANNE CHENU BIRURICO, in Senatu Parissiensi Patrono suivi du Catalogus Decanorum des Evêques de Bourges. -CHRONOLOGIA BITURICENSIUM ARCHIEPISCOPORUM Patriarcharum & Aquiçtaniarum Primatum - NOTITIA ARCHIEPISCOPATUUM Episcopatuum Provinciae BITURICENSIS. "DE L'ORGANISATION ARCHIEPISCOPALE DE L'EGLISE ET DE SES DIOCESES"

3 Volumes en Un. - 1621, Parisiis, Apud Nicolaum BUON Première Edition de l'ARCHIEPISCOPORUM ET EPISCOPORUM GALLIAE.. Suivi de : CHRONOLOGIA BITURICENSIUM ARCHIEPISCOPORUM Patriarcharum & Aquiçtaniarum Primatum Authore Ioanne CHENU Bituricensi I. C. 1621, Id. Parisiis, Apud Nicolaum BUON Suivi de : NOTITIA ARCHIEPISCOPATUUM Episcopatuum Provinciae BITURICENSIS. Relié à la suite sans date - In-quarto plein veau blond roux, dos à 4 nerfs, fleurons dorés aux entrenerfs, Titre à l’encre, Plats ornés d’un Fleuron central entouré d’un filet d’encadrement doré, coiffe supérieure ornés de filets dorés et propres, queue très frottée, petit fissure au mors droit, fleuron du second plat partiellement doré. Corps de Texte très frais. - 1° Volume : 5 ff. dont 1 f. p. de titre bicolore avec superbe vignette centrale, Portrait de IOANNE CHENU BITURICUS avec ses Armoiries en frontispice, gravure de L. Gaultier, 556 pages et 3 ff. dont privilège de 1621. SUIVI DE : - 2nd Volume : CHRONOLOGIA DE 1603 Primo Edita …. Cum Notitia Archiepiscopatuum Epiiscopatuum Provinciae Bituricensis, simul & Abbatiarum, aliorumque Beneficiorum Dioecesis Bituricensis. 4 ff. avec PORTRAIT du même repris en frontispiece, 122 p.n. sur 4 colonnes, 1 f pour l’Index, - suivi de 67 p. numérotées pour la Notitia recensant les Abbayes, 2 ff., 1 nn pour le Catalogus Decanorum des Evêques de Bourges. Garde.

2 OUVRAGES MAJEURS DE JEAN CHENU de BOURGES, établissant l’Organisation Archiépiscopale de l’Eglise ete de ses Diocèses, le second volume s’intéressant plus particulièrement à l’Organisation de l’Evêché de Bourges en toutes ses communes et abbayes etc... RELIES ENSEMBLE IOANNE CHENU est reçu avocat au Parlement de Paris, il exerça toute sa vie cette profession à Bourges, se partageant entre le travail du barreau et la composition de différents ouvrages. Les plus importants sont : Privilèges octroyés à la ville de Bourges, avec les annotations de Jean Chenu; Paris, 1603, in-8°; Stylus ecclesiasticae jurisdictionis archiepiscopi Bituricensis, reformatus in concilia anni 1584, cum notis J. Chenu ; Paris, 1603, in-8°; Archiepiscoporum et episcoporum Gallix chronologica historia ; Paris, 1621, in-4°; Chronologia historica patriarcharum, archiepiscoporum Bituricensium et Aquitaniarum primatum; Paris, 1621 , in-4° : c'est la réimpression d'un ouvrage déjà inséré dans le Stylus ecclesiasticae jurisdictionis. Volume Conforme à la Collation de l'ouvrage figurant à la Bibliothèque Municipale de Bourges. Bel Exemplaire qui semble très rare

CHRISTOFLOUR RAYMOND

FERNAND MAILLAUD Peintre de la Vie Profonde - ENVOI SIGNE & AQUARELLE GOUACHE Dédiée à ANDRE LUNEAU- Préfaces de Camille Mauclair et Henri Focillon.

16 mai 1942, En vente à la Librairie Roumanille en Avignon, Nouvelle Edition ornée de 12 reproductions hors texte, 215 p. et 2 ff. pour les Tables. - In-8 carré conservé en son état, sous protection d'une reliure signée aux petits fers de A. GUEGAN Relieure d'art en forme de boitier livre demi maroquin à coins, Titre aux petits fers dorés. - ENVOI ILLUSTRE d'une aquarelle gouache signée deux fois aux crayon et à l'encre avec une date ebd 1943, envoi "à Monsieur André Luneau en souvenir de notre attachement pour notre veille ville d'Issoudun et du Berry Natal. Signé F. MAILLAUD". - Joint un article de presse paru probablement dans le journal d'Issoudun fin 1943 "Fernand Maillaud à Issoudun" de Raymond Christoflour. Voir au dos pour la datation.

CLAUDE DE BENGY Conseiller du ROI, LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL, HENRI LOUIS DE BARBANCON, ALEXANDRE DESRION SEIGNEUR DE RAIMOND, PIERRE ANTOINE MARIE AGARD MARQUIS DE MAUPAS

ATTESTATION DE NOBLESSE PAR RACE ET EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE

- Fait à Bourges en l'Hôtel (de Bengy) le seize janvier 1778. - 2 ff. Velin (filigrane armorié et devise "PRO PATRIA EJUSQUE LIBERTATE") oblong grand in-quarto revêtu de trois cachets armoriés de cire. - CERTIFICAT DE NOBLESSE ET D'EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE par Claude de BENGY Conseiller du Roy, Lieutenant Général Civil Criminel au Bailliage de Berry siège Présidial de Bourges, Lieutenant Général Conservateur des Privilèges Royaux de l'Université de la même ville (Celui-là même qui convoquera et organisera les Etats Généraux de la Province de Berry). - Figurent trois témoins en tête de document attestant de la noblesse de race et d'extraction par père François Clément GASSOT de la VIENNE Chevallier seigneur de Contre, Soix, Boisbuart, Alloigni, ancien Capitaine au Régiment de Chartres et Chevallier de Saint Louis, et mère (Le Bègue): LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL Seigneur de Bannegon, Marquis de Germigny ; Henri Loouis de BARBANCON Chevallier Seigneur de Marmagne en Sologne et de Fussi en partie avec le Roy ; Alexandre (DESRION) Chevallier Seigneur Comte de Raimond, Lugny, Chanceau ancien Capitaine d'infanterie au Régiment de Limousin ; et Pierre Antoine Marie AGARD Marquis de MAUPAS Chevallier de l'Ordre Royal et militaire de Saint Louis. - DOCUMENT REVETU DES SIGNATURES ET CACHETS de Cire armoriés des témoins de noblesse.

- Superbe Document Historique pour le Berry. - ESTIENNE GASSOT, fils de François GASSOT de la VIENNE et de Jeanne LE BEGUE, de DEFFENS, de ROCHEFORT, de la VIENNE, de FUSSY, de CHAMPIGNY. Armes : d'azur à un chevron d'or accompagné de trois roses d'argent, 2 et 1 boutonnées d'or. – Couronne : de Comte. – Supports : deux lions. – Cimier : un lion tenant une rose avec ce vers pour devise : PROE RELIQUIS FRAGANT SOLI VERTUTIS ODORES. - LA FAMILLE GASSOT appartient à la noblesse du Berry originaire de Bretagne. Elle donnera un Maire de Bourges, Un conseiller au Praesidial, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, receveur général des gabelles en Berry etc.. On trouve dans les Carrés d'Hozier un tableau généalogique de la famille Gassot. On trouvera enfin, dans le même recueil et dans le Nouveau d'Hozier les preuves de noblesse que plusieurs membres de cette famille firent au XVIIème siècle pour être admis à l'École militaire. La famille Gassot paraît avoir été anoblie par la mairie de Bourges. Dans une note, datée du 20 mars 1779 et conservée dans le Nouveau d'Hozier, Chérin fait observer qu'on ne trouve dans les registres de la recherche de la noblesse faite en Berry par MM. Lambert d'Herbigny et Tubeuf ni assignation, ni jugement sur le nom de Gassot ou Gassaud. André Gassot, auquel remonte la filiation, était notaire à Bourges en 1556 et avait épousé Jeanne Rousseau, fille d'un échevin de cette ville. Son fils, Jacques Gassot, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, quand il fut élu maire de Bourges en 1564. Il fut appelé aux mêmes fonctions en 1565, 1567, 1575 et 1576. Il se qualifiait en 1578 maître d'hôtel de S. A. Mgr le duc de Berry, frère unique du Roi. Il laissa plusieurs enfants qui partagèrent sa succession par acte du 15 septemdre 1587. Deux de ses fils, Claude, Sgr de Deffens et François, Sgr de Lizy, furent les auteurs de deux grandes branches. Son fils aîné, Claude Gassot, Sgr de Deffens, épousa Claude Heurtault par contrat du 16 novembre 1597 et fut élu maire de Bourges en 1612 et 1613. Il laissa à son tour deux fils : 1° François, qui continua la lignée et dont il va être parlé ; 2° Étienne, Sgr de Platet-Férolles, conseiller au bailliage de Berry, marié en 1647 à Marie Catherinot, dont la descendance s'éteignit avec René Gassot, Sgr de Férolles, marié en 1744 à Anne-Madeleine Soumard, et avec leurs deux filles, Mmes de François de Boigisson et Doazan. François Gassot, Sgr de Prion, épousa en 1632 Madeleine Girard et fit son testament le 27 septembre 1662. Sa descendance fut maintenue dans sa noblesse le 26 janvier 1675 par jugement de Poncet, intendant de Bourges, puis en 1696, et, enfin, le 22 décembre 1716 par jugement de l'intendant Foullé de Martangis. Elle était représentée au XVIIIème siècle par deux frères : 1° Alexandre-Mathias Gassot, Sgr de Deffens, marié en 1775 à Mlle de Bernard de Montebise, qui n'eut que deux filles, Mmes de Cantineau de Comacre et de Bengy de Puyvallée ; 2° Étienne-Gaspard Gassot, Sgr de Rochefort, marié en 1767 à Mlle Anjorrant, qui fit des preuves de noblesse en 1778 et 1781 pour obtenir l'admission à l'École militaire de ses deux fils, Gabriel, né à Bourges en 1769, et François, né à Bourges en 1772. Gabriel Gassot de Rochefort fut le dernier représentant de sa branche ; il épousa Mlle Busson de Villeneuve et n'en eut que deux filles, Mmes de Goy et Busson de Lavesvre. LA BRANCHE CADETTE SUBSISTE. Son auteur, FRANCOIS GASSOT, Sgr de Lizy, fut secrétaire du Roi, commissaire des guerres et, enfin, conseiller au présidial de Bourges. Il épousa en 1604 sa cousine Catherine Heurtault. Leur fils, Jacques Gassot, Sgr de Lizy, premier président en l'élection de Bourges, fut père de Claude Gassot, Sgr de la Vienne, président en l'élection de Bourges, marié en 1663, qui fit reconnaitre sa noblesse, le 26 juin 1696, par arrêt du Conseil d'État, et grand-père de Pierre Gassot, Sgr de la Vienne, né en 1678, receveur général des gabelles en Berry, décédé en 1757, qui épousa successivement Anne Gassot et Jeanne Bouffet. Celui-ci laissa, entre autres enfants, deux fils : 1°FRANCOIS GASSOT DE LA VIENNE, (LE NOTRE) né du premier lit, chevalier de Saint-Louis, dont la descendance s'éteignit en la personne de sa petite-fille, mariée en 1813 au comte de Narbonne-Pelet ; 2° Gabriel Gassot, Sgr de Galifard et de la vicomté de Fussy, né du second lit en 1717, qui épousa en 1744 Claude-Madeleine Alabat et qui continua la lignée. Deux des fils de ce dernier, Gabriel Gassot, connu sous le titre de vicomte de Fussy, né en 1749, marié à Bourges en 1778 à Marie-Hélène Moreau de Chassy, décédé en 1811 et Jean-Baptiste-Charles Gassot, Sgr de Champigny, né en 1753, marié en 1785 à Mlle de Fermé, décédé à Bourges en 1832, furent les auteurs de deux rameaux. Le premier rameau s'est éteint avec François Gassot, vicomte de Fussy, né en 1811, marié à Mlle de Courvol, qui n'a eu qu'une fille. Le rameau cadet, connu sous le nom de Gassot de Champigny, subsiste. Il n'est pas titré. François Gassot, écuyer, Sgr de Foix ; Étienne Gassot, écuyer, Sgr de Priou ; Claude Després, veuve de Claude Gassot, écuyer ; N… Gassot, chanoine de l'église cathédrale de Bourges ; N. Gassot de Rochefort, chantre du chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges ; Jeanne Gassot, femme de René Heurtault, écuyer, sieur d'Hérigny, capitaine au régiment de Bourgogne ; Mathias Gassot, écuyer, sieur de Deffens ; et N… veuve de N. Gassot, bourgeois de la ville de Bourges, firent enregistrer leur blason à l’Armorial général de 1696. MM. Gassot de Deffens, Gassot de Rochefort, Gassot de Férolles, Gassot de la Vienne, Gassot de Golifard, Gassot de Fussy, Gassot de Champigny, Gassot de Rochefort, Sgr d'Étréchy, Gassot Sgr de Vagnoux, et Mme veuve Gassot de Férolles, dame du Courpoy, prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Bourges. La famille Gassot a fourni des maires et des échevins de Bourges, des secrétaires du Roi des chevaliers de Saint-Louis, des conseillers généraux, etc. Principales alliances : Heurtault, de Bernard de Montebise, de Cantineau de Comacre 1808, de Bengy 1804, 1810, Anjorrant 1767, de Goy, Buisson de Villeneuve et de Lavesvre, Catherinot, Doazan, de François de Boisgisson, de Migieu, de Narbonne-Pelet, de Montsaulnin 1722, de Laurencin, Martin de Marolles 1836, de Courvol, Crublier de Chandaire 1780, de Fermé 1785, de Pommerau, de Chateauneuf-Randon 1890, Thomas des Colombiers de Boismarmin 1834, Imbert de Trémiolles 1841, de la Saigne de Saint-Georges 1837, Bouquet de Chaux 1840, d'Abbadie de Barrau, Baucheron de Boissoudy 1845, de la Tessionnère, etc..

CLAUDE DE BENGY Conseiller du ROI, LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL, HENRI LOUIS DE BARBANCON, ALEXANDRE DESRION SEIGNEUR DE RAIMOND, PIERRE ANTOINE MARIE AGARD MARQUIS DE MAUPAS

ATTESTATION DE NOBLESSE PAR RACE ET EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE

- Fait à Bourges en l'Hôtel (de Bengy) le seize janvier 1778. - 2 ff. Velin (filigrane armorié et devise "PRO PATRIA EJUSQUE LIBERTATE") oblong grand in-quarto revêtu de trois cachets armoriés de cire. - CERTIFICAT DE NOBLESSE ET D'EXTRACTION de MESSIRE ESTIENNE GASSOT DE LA VIENNE par Claude de BENGY Conseiller du Roy, Lieutenant Général Civil Criminel au Bailliage de Berry siège Présidial de Bourges, Lieutenant Général Conservateur des Privilèges Royaux de l'Université de la même ville (Celui-là même qui convoquera et organisera les Etats Généraux de la Province de Berry). - Figurent trois témoins en tête de document attestant de la noblesse de race et d'extraction par père François Clément GASSOT de la VIENNE Chevallier seigneur de Contre, Soix, Boisbuart, Alloigni, ancien Capitaine au Régiment de Chartres et Chevallier de Saint Louis, et mère (Le Bègue): LOUIS CESAR MARQUIS DE BONNEVAL Seigneur de Bannegon, Marquis de Germigny ; Henri Loouis de BARBANCON Chevallier Seigneur de Marmagne en Sologne et de Fussi en partie avec le Roy ; Alexandre (DESRION) Chevallier Seigneur Comte de Raimond, Lugny, Chanceau ancien Capitaine d'infanterie au Régiment de Limousin ; et Pierre Antoine Marie AGARD Marquis de MAUPAS Chevallier de l'Ordre Royal et militaire de Saint Louis. - DOCUMENT REVETU DES SIGNATURES ET CACHETS de Cire armoriés des témoins de noblesse.

- Superbe Document Historique pour le Berry. - ESTIENNE GASSOT, fils de François GASSOT de la VIENNE et de Jeanne LE BEGUE, de DEFFENS, de ROCHEFORT, de la VIENNE, de FUSSY, de CHAMPIGNY. Armes : d'azur à un chevron d'or accompagné de trois roses d'argent, 2 et 1 boutonnées d'or. – Couronne : de Comte. – Supports : deux lions. – Cimier : un lion tenant une rose avec ce vers pour devise : PROE RELIQUIS FRAGANT SOLI VERTUTIS ODORES. - LA FAMILLE GASSOT appartient à la noblesse du Berry originaire de Bretagne. Elle donnera un Maire de Bourges, Un conseiller au Praesidial, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, receveur général des gabelles en Berry etc.. On trouve dans les Carrés d'Hozier un tableau généalogique de la famille Gassot. On trouvera enfin, dans le même recueil et dans le Nouveau d'Hozier les preuves de noblesse que plusieurs membres de cette famille firent au XVIIème siècle pour être admis à l'École militaire. La famille Gassot paraît avoir été anoblie par la mairie de Bourges. Dans une note, datée du 20 mars 1779 et conservée dans le Nouveau d'Hozier, Chérin fait observer qu'on ne trouve dans les registres de la recherche de la noblesse faite en Berry par MM. Lambert d'Herbigny et Tubeuf ni assignation, ni jugement sur le nom de Gassot ou Gassaud. André Gassot, auquel remonte la filiation, était notaire à Bourges en 1556 et avait épousé Jeanne Rousseau, fille d'un échevin de cette ville. Son fils, Jacques Gassot, commissaire des guerres en 1551, se qualifiait sieur de Deffens, secrétaire de la chambre du Roi, receveur des décimes en Berry, quand il fut élu maire de Bourges en 1564. Il fut appelé aux mêmes fonctions en 1565, 1567, 1575 et 1576. Il se qualifiait en 1578 maître d'hôtel de S. A. Mgr le duc de Berry, frère unique du Roi. Il laissa plusieurs enfants qui partagèrent sa succession par acte du 15 septemdre 1587. Deux de ses fils, Claude, Sgr de Deffens et François, Sgr de Lizy, furent les auteurs de deux grandes branches. Son fils aîné, Claude Gassot, Sgr de Deffens, épousa Claude Heurtault par contrat du 16 novembre 1597 et fut élu maire de Bourges en 1612 et 1613. Il laissa à son tour deux fils : 1° François, qui continua la lignée et dont il va être parlé ; 2° Étienne, Sgr de Platet-Férolles, conseiller au bailliage de Berry, marié en 1647 à Marie Catherinot, dont la descendance s'éteignit avec René Gassot, Sgr de Férolles, marié en 1744 à Anne-Madeleine Soumard, et avec leurs deux filles, Mmes de François de Boigisson et Doazan. François Gassot, Sgr de Prion, épousa en 1632 Madeleine Girard et fit son testament le 27 septembre 1662. Sa descendance fut maintenue dans sa noblesse le 26 janvier 1675 par jugement de Poncet, intendant de Bourges, puis en 1696, et, enfin, le 22 décembre 1716 par jugement de l'intendant Foullé de Martangis. Elle était représentée au XVIIIème siècle par deux frères : 1° Alexandre-Mathias Gassot, Sgr de Deffens, marié en 1775 à Mlle de Bernard de Montebise, qui n'eut que deux filles, Mmes de Cantineau de Comacre et de Bengy de Puyvallée ; 2° Étienne-Gaspard Gassot, Sgr de Rochefort, marié en 1767 à Mlle Anjorrant, qui fit des preuves de noblesse en 1778 et 1781 pour obtenir l'admission à l'École militaire de ses deux fils, Gabriel, né à Bourges en 1769, et François, né à Bourges en 1772. Gabriel Gassot de Rochefort fut le dernier représentant de sa branche ; il épousa Mlle Busson de Villeneuve et n'en eut que deux filles, Mmes de Goy et Busson de Lavesvre. LA BRANCHE CADETTE SUBSISTE. Son auteur, FRANCOIS GASSOT, Sgr de Lizy, fut secrétaire du Roi, commissaire des guerres et, enfin, conseiller au présidial de Bourges. Il épousa en 1604 sa cousine Catherine Heurtault. Leur fils, Jacques Gassot, Sgr de Lizy, premier président en l'élection de Bourges, fut père de Claude Gassot, Sgr de la Vienne, président en l'élection de Bourges, marié en 1663, qui fit reconnaitre sa noblesse, le 26 juin 1696, par arrêt du Conseil d'État, et grand-père de Pierre Gassot, Sgr de la Vienne, né en 1678, receveur général des gabelles en Berry, décédé en 1757, qui épousa successivement Anne Gassot et Jeanne Bouffet. Celui-ci laissa, entre autres enfants, deux fils : 1°FRANCOIS GASSOT DE LA VIENNE, (LE NOTRE) né du premier lit, chevalier de Saint-Louis, dont la descendance s'éteignit en la personne de sa petite-fille, mariée en 1813 au comte de Narbonne-Pelet ; 2° Gabriel Gassot, Sgr de Galifard et de la vicomté de Fussy, né du second lit en 1717, qui épousa en 1744 Claude-Madeleine Alabat et qui continua la lignée. Deux des fils de ce dernier, Gabriel Gassot, connu sous le titre de vicomte de Fussy, né en 1749, marié à Bourges en 1778 à Marie-Hélène Moreau de Chassy, décédé en 1811 et Jean-Baptiste-Charles Gassot, Sgr de Champigny, né en 1753, marié en 1785 à Mlle de Fermé, décédé à Bourges en 1832, furent les auteurs de deux rameaux. Le premier rameau s'est éteint avec François Gassot, vicomte de Fussy, né en 1811, marié à Mlle de Courvol, qui n'a eu qu'une fille. Le rameau cadet, connu sous le nom de Gassot de Champigny, subsiste. Il n'est pas titré. François Gassot, écuyer, Sgr de Foix ; Étienne Gassot, écuyer, Sgr de Priou ; Claude Després, veuve de Claude Gassot, écuyer ; N… Gassot, chanoine de l'église cathédrale de Bourges ; N. Gassot de Rochefort, chantre du chapitre de la Sainte-Chapelle de Bourges ; Jeanne Gassot, femme de René Heurtault, écuyer, sieur d'Hérigny, capitaine au régiment de Bourgogne ; Mathias Gassot, écuyer, sieur de Deffens ; et N… veuve de N. Gassot, bourgeois de la ville de Bourges, firent enregistrer leur blason à l’Armorial général de 1696. MM. Gassot de Deffens, Gassot de Rochefort, Gassot de Férolles, Gassot de la Vienne, Gassot de Golifard, Gassot de Fussy, Gassot de Champigny, Gassot de Rochefort, Sgr d'Étréchy, Gassot Sgr de Vagnoux, et Mme veuve Gassot de Férolles, dame du Courpoy, prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse tenues à Bourges. La famille Gassot a fourni des maires et des échevins de Bourges, des secrétaires du Roi des chevaliers de Saint-Louis, des conseillers généraux, etc. Principales alliances : Heurtault, de Bernard de Montebise, de Cantineau de Comacre 1808, de Bengy 1804, 1810, Anjorrant 1767, de Goy, Buisson de Villeneuve et de Lavesvre, Catherinot, Doazan, de François de Boisgisson, de Migieu, de Narbonne-Pelet, de Montsaulnin 1722, de Laurencin, Martin de Marolles 1836, de Courvol, Crublier de Chandaire 1780, de Fermé 1785, de Pommerau, de Chateauneuf-Randon 1890, Thomas des Colombiers de Boismarmin 1834, Imbert de Trémiolles 1841, de la Saigne de Saint-Georges 1837, Bouquet de Chaux 1840, d'Abbadie de Barrau, Baucheron de Boissoudy 1845, de la Tessionnère, etc..