Sujet : Empires

18 résultats

BARBE-MARBOIS

COMPTE GENERAUX DU TRESOR PUBLIC AN X - CONSULAT - AN XI - 1803

1803, Pluviôse an XI, A PARIS, DE L'IMPRIMERIE DE LA REPUBLIQUE In-Quarto Broché sous papier d'attente de l'Editeur, décousu. - 101 pages dont le Rapport fait au Gouvernement par le Ministre du Trésor Public adressé au Premier Consul. Multiples tableaux.

En partie décousu.

BEAUCHAMP Alphonse de

HISTOIRE DES CAMPAGNES DE 1814 ET DE 1815 ou Histoire politique et militaire des deux invasions de la France, de l'entreprise de Buonaparte au mois de mars, de la chute totale de sa puissance, et e la double restauration du Trône, jusqu'à la seconde Paix de Paris inclusivement. WATERLOO

Ex-libris de M. Gaucher à l'encre sur les 2 premières pages de titre. AJOUT DE QUATRE DESSINS DONT : DEUX PLANS DE BATAILLE DESSINES A L'ENCRE ET LAVIS, et DE DEUX DESSINS DEPLIANTS DU CHAMPS DE BATAILLE DE WATERLOO (MT SAINT JEAN) Tomes Premier et Second de la Seconde Partie Complète des Evènemnet survenus en France en 1815 1817, Paris, LE NORMANT, 2 Volumes superbes armoriés des Fleurons dorés des Drapeaux de la « POSTERITE » , pièces de Titres et de tomaison basane orangées, plats marbrés. 1° Vol. : Ex-libris au dos du premier plat, 1 f. p. de fx titre, p. de titre, avec ex-libris du même manuscrit, xxxiv p. de Préface, 524 p. dont Table des Matières. 2° Vol. : Ex-libris au dos du premier plat, 1 f. p. de fx titre, p. de titre, avec ex-libris du même manuscrit, 607 p. dont Table des Matières. S’ajoutent : - Une Carte Dépliante du Plan de Bataille de l’Ensemble des Opérations de la Campagne du Mont Saint Jean, 1815. - Un Carte du Plan de la Bataille de MONT SAINT JEAN donnée le 18 juin 1815entre l’Armée Française commandée par BUONAPARTE et l’Armée Anglo Prussienne sous les ordre du Duc de Wellington et du Prince Blucher (Waterloo) - 2 Grands Dessins au Fusain dépliant des vues de Mont Saint Jean avec cotes.

ONT ETE AJOUTES lors de la Reliure : 2 CARTES COLORIEES DES PLANS DE BATAILLE et 2 GRANDS DESSINS AU FUSAIN.

BONAPARTE NAPOLEON EUGENE LOUIS JEAN JOSEPH - DUGUE DE LA FAUCONNERIE HENRI

PHOTOGRAPHIE D'EPOQUE SIGNEE NAPOLEON AVEC ENVOI MANUSCRIT DU PRINCE. Signé comme émissaire du Député Bonapartiste DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- DATABLE c. 1870. - PHOTOGRAPHIE DANS SON ENCADREMENT D'EPOQUE contrecollé sur papier avec entête d'Aigle. - Signée "Napoléon" suivi d'une autre écriture de l'Emissaire DUGUE DE LA FAUCONNERIE "Rapporté de Chislehurst par ordre du prince Impérial pour m." suivi de l'écriture du Prince Impérial "h. David, maire démissionnaire de Nantua". Signé DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- BONAPARTE Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, (16 mars 1856 à Paris - 1er juin 1879), Prince Impérial mort au combat contre les Zoulous au service des forces brittaniques, en pays zoulou. Fils unique de Napoléon III, Empereur des Français, et de son épouse, l’impératrice Eugénie née Montijo. Inhummé à l'Abbaye Saint-Michel, Farnborough, Royaume-Uni. Il sera le dernier espoir dynastique pour le rétablissement de la Maison de Bonaparte sur le trône de France. - DUGUE DE LA FAUCONNERIE Henri-Joseph 1835/1914, Saint-Germain-des-Grois. Député Bonapartiste de l'Orne, Auteur d'une notice "ET SI L'EMPIRE REVENAIT", 1875 LE DENTU. - DAVID Henri, Maire de NANTUA qui démissionne en 1870 par fidélité à l'Empereur,(les élections normales ont lieu en 1871), MERCIER lui succède.

CHASSIRON (Baron Charles de)(Charles Gustave Martin)

NOTES SUR LE JAPON, LA CHINE et L'INDE 1858 - 1859 - 1860 L.A.S. A LA PRINCESSE D'ESSLING et ENVOI

- EDITION ORIGINALE. - EXEMPLAIRE DE LA PRINCESSE D'ESSLING Grande Maîtresse de la Maison de Sa MAJESTE L'IMPERATRICE. - 1861, Paris E. DENTU et CH. REINWALD. - Pleine percaline bleue nuit, dos lisse et pièce de titre maroquin. AVEC MANQUE DE PLANCHES, cf. détails.. - Plats conservés, sur onglet L.A.S. armoriée gaufrée de l'Auteur Baron de CHASSIRON de 4 pages in-quarto à la Princesse d'ESSLING du 4 janvier 1862, p. de fx titre et au dos ENVOI manuscrit de CHASSIRON "à Madame la Princesse d'Essling Grande Maitresse de la Maison de S. M. L'Impératrice, Hommage de tous mes respects Signé CHASSIRON Paris LE 4 Janvier 1862" P. de Titre bicolore, 8 planches de Spécimens des manuels populaires du Japon (Histoire Naturelle) la CARTE DU JAPON p. 20, la CARTE DU NORD DE LA CHINE p. 327. Manquent le Plan japonais de la ville de YEDDO et celui de la ville de NAGHA-SAKI, XI p., 356 pages, 1 f. pour les Tables de Matières et des planches.

- BARON GUSTAVE DE CHASSIRON né à Nantes le en 1818 et mort à Tarbes en 1871, diplomate français. Il appartient à l’une des plus célèbres familles de Charente-Maritime. CHASSIRON (Baron Charles Gustave, Martin de) Aperçu pittoresque de la régence de Tunis, Paris, Imprimerie Bénard & Cie, 1849, 33 p. et Notes sur le Japon, la Chine, et l’Inde : 1858-1859-1860, Paris, E. Dentu, 1861, 356 p. - Princesse d'ESSLING, Grande Maîtresse de la Maison de S. M. L'Impératrice. (Duchesse de Rivoli, Princesse d'Essling, Grande Maîtresse de la Maison de l'Impératrice Eugénie, veuve de François Victor Masséna, Duc de Rivoli, Prince d'Essling, le plus jeune des deux fils du Maréchal, décédée le 28 janvier 1887.

COLONEL BATAILLE AIDE DE CAMP DU PRINCE EUGENE DE BEAUHARNAIS VICE-ROI D'ITALIE

L.A.S. ANNONCANT AU GENERAL DUPONT LA MORT DU PRINCE DE LIGNE ET L'AVANCEMENT DU CONGRES DE VIENNE 1814 - EMPIRE

L.A.S. Historique du Colonel BATAILLE (Autun 1750-1827) Aide de Camp du PRINCE EUGENE Vice Roi d'Italie, au Général DUPONT-CHAUMONT. - VIENNE, le 11 ou 13 décembre 1814 (au Congrès de Vienne). A propos du Sort et de l'Avenir du sort du PRINCE EUGENE Vice Roi d'ITALIE et de l'annonce de la mort du Feld Maréchal Prince de LIGNE cf. anecdote de TALLEYRAND légèrement différente.

- TEXTE : "Mon Cher & Aimable Ami, Vous me permettez de joindre aux expressions de la bienveillance et de l'attachement de notre Excellent Prince les nouvelles assurances de ma vive et tendre amitié pour Vous. Je ne saurais laisser échapper une si bonne occasion de me rappeler à votre souvenir & à celui de votre bonne & charmante famille & j'y trouve d'autant plus de plaisir que en vous parlant de tous mes sentiments que vous connaissez si bien, j'ai aussi à vous exprimer les regrets que ma femme se trouve de n'avoir vu Me Dupont .... & vous, que d'une manière si fugitive : Elle ...........de bien tendres compliments & elle espère avec moi, que les occasions se présenteront de nous revoir pour plus longtemps. Elle joint aussi ses prières aux miennes pour que vous me donniez de vos nouvelles & de tout ce qui vous intéresse. -Rien n'est encore décidé sur les grandes questions qui ont réuni ici tant d'augustes personnages : & le sort du Prince se trouve encore aussi dans l'incertitude : on suppose que les oracles vont bientôt se prononcer & qu'ils seront tels qu'ils doivent être pour le repos dont l'Europe a tant besoin. Les Droits du Prince d'obtenir un établissement Souverain et convenable pour lui & pour sa famille ont été unanimement reconnu et en attendant qu'on ait fixé les pays qui lui seront donné, il jouit ici pleinement, ces hommages si flatteurs, qu'il ne doit qu'à la plus belle & à la plus désirable de toutes les réputations. Le Vieux Maréchal Prince de Ligne est mort ce matin : Il disait hier "Je ne suis pas pressé de mourir maintenant ; celà procurera aux Souverains, l'occasion de voir l'enterrement d'un Feld Maréchal". - Heureusement, je ne suis point Maréchal et les obsèques d'un pauvre colonel n'ont rien de curieux, mais je vous avoue que j'ai un grand désir de vivre quand ce ne serait que pour voir comment se terminera la réunion la plus solennelle & la plus auguste qui ait jamais existé, mais qui n'a encore rempli aucune des espérances de notre société...... Adieu, mon Cher Ami je vous embrasse de tout mon coeur. Signé BATAILLE. VIENNE le 11 (2 rayé) xbre 1814. (Lettre probablement du 13 date officielle de la mort du Prince) On dit que La Bedoyère est dans votre canton; si cela est faites lui compliment.". Le PRINCE DE LIGNE va vivre assez pauvrement, ne s'occupant que d'art et de science. Catherine II, pour améliorer sa situation, le fait Feld-maréchal Russe et lui donne une terre en Crimée. Le crépuscule de sa vie se déroule au moment du congrès de Vienne, dont il devient le « maître des plaisirs ». « C'est une chose étrange qu'on voit ici, pour la première fois, le plaisir conquiert la paix », dit-il à son ami et alter ego, le prince de TALLEYRAND Auteur du célèbre « Le congrès danse beaucoup, mais il ne marche pas », il annonça sa propre mort (dans sa 79e année) par : « Il manque encore une chose au Congrès : l'enterrement d'un feldmarschall, je vais m'en occuper. »

GENERAL BARON ALEXANDRE DE VILLATE (Premier Empire)

L.A.S. DE DEMANDE DE RETRAITE du GENERAL DE VILLATTE SUITE AUX SOUFFRANCES ET BLESSURES DE LA CAMPAGNE DE RUSSIE - 1813 EMPIRE

18 avril 1813, Paris - L.A.S. du CHEF D'ESCADRON de HUSSARDS de VILLATTE (probablement au Colonel Général des Hussards JUNOT). - 2 ff. folio, 1 p. manuscrite. - TEXTE : "Monseigneur, J'ai l'honneur de vous adresseer le congé de convalescnece que m'a accordé S. A. I(mpériale) le Vice Roi. Je supplie votre Excellence, de vouloir bien ordonner que je passe à la visite des Officiers de Santé. L'état de souffrance dans lequel je me trouve continuellement par suite d'anciennes blessures et de fatigue que j'ai éprouvé dans la Campagne de Russie m'oblige à solliciter ma retraite. Je vous prie Monseigneur de vouloir bien me l'accorder. J'ai l'honneur d'être avec le plus profond respect de Votre Excellence, Monseigneur le très humble et très obéissant serviteur SIGNE : Chef d'Escadron VILLATTE au 6e Régiment d'Hussards, Hôtel du Dannemarck rue Helvetius. En marge, à classer à la .. du 1er 7bre 1813

- MARECHAL DE CAMP BARON DE VILLATE 10 déc. 1780/ Décède le 8 octobre 1858. Cette démission sera refusée. Soldat dans l'Armée d'Observation il passe en 1800 au 6e Hussard. Il suit son frère ainé le Général Baron de Villatte attaché à l'Etat Major de Bernadotte. Lieutenant et adjoint à l'E.M. de Bernadotte. Puis Aide de Camps en 1801 du même. Capitaine par Bernadotte au 5e Hussard. Légion d'honneur en 41806. Redevient Aide de Camps de BernadotTe et fait partie de la Grand Armée de 1805 à 1807. Chef d'Escadron au même E. M., Aide de Camp. Blessé à Crewts. Campagne d'espagne, d'allemagne. Russie en 1812. Démission en 1813. Colonel de Dragons en 1817 et Maréchal de Camp en 1825. . - Les titres de MONSEIGNEUR et VOTRE EXCELLENCE sont accordés aux 9 Colonels Généraux dont des Hussards à l'époque du 6 juillet 1804 au 29 juillet 1813 : Jean Andoche JUNOT.

GENERAL BARON DE VILLATTE D'OULTREMONT Eugène Casimir - PREMIER EMPIRE -

L.A.S. DU GENERAL DE VILLATTE CODEE A UN AUTRE GENERAL DU Ier avril 1813 - MOSELLE - BOURBONNAIS - 1er EMPIRE

2 ff. in-folio, 2 p. manuscrites. Lettre autographe signée datée en clair de Ste... le 1er avril 1813 "Mon Cher Général" continue en langue codée et terminée par "Agréez Mon Cher Général Mes Salutation Affectueuses Ste ... le 1er avril 1813 Le Général de Division VILLATTE".

- BARON GENERAL DE VILLATTE COMTE D'OULTREMONT. (14 avril 1770 à Longwy- 14 mai 1834 à Nancy). Général de la République puis de l'Empire. Il refuse le Bâton de Maréchal. Suit la restauration comme Inspecteur Général. Biographie complète : Biographie de la Moselle, ou histoire par ordre alphabétique de BEGIN Nicolas Jules Metz chez Verronais.

GENERAL BARON DE VILLATTE D'OULTREMONT Eugène Casimir - PREMIER EMPIRE

L.A.S. DU GENERAL DE VILLATTE AU ROI D'ESPAGNE JOSEPH BONAPARTE CONCERNANT LE SIEGE DE CADIX. 1812 - PREMIER EMPIRE

STE MARIE, le 13 février 1812. - 2 ff. folio et 3 pages manuscrites. - LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE adressée par le Général de Division VILLATTE à Monseigneur (Roi d'Espagne Joseph Bonaparte) - Monseigneur, J'ai reçu la nouvelle Organisation de l'Armée, elle sera de suite mise à exécution en ce qui concerne le corps des troupes devant CADIX. Je suis, Monseigneur aussi honoré que flatté et reconnaissant de la haute confiance que votre Excellence daigne avoir en moi ; je ferai tout ce qui dépendra de moi pour y répondre en lui prouvant que je ne suis pas indigne. Mon dévouement, Monseigneur est connu de votre Excellence et je n'ai rien plus à coeur que de lui donner des preuves certaines. Mon bonheur sera de voir votre Excellence recevoir de la part des Troupes devant CADIX le tribut de respect, de vénération, d'attachement et d'entier abandon, que depuis longtemps ces mêmes troupes lui ont consacrés. Puissai-je, Monseigneur, mériter toujours l'estime et les bontés de votre Excellence, c'est ce qu'en mon particulier j'ambitionne le plus. Daignez Monseigneur Agréer le profond respect avec lequl je suis de votre Excellence le très humble et très obéissant serviteur. SIGNE LE GENERAL DE DIVISION VILLATTE.".

- Siège de Cadix (1810-1812). Le Général de Villatte s'illustrera avec vaillance notamment contre Wellington en mars et mai 1812 à la Bataille de Chiclana et près de Salamanque. Il ne pourra éviter la défaite française aux Arapiles remportée par Wellesley, contribuant ainsi de façon décisive à la fin de l'occupation militaire française et amorcera le début de la libération de l'Espagne. Réalisant que son armée menace d'être coupée, Soult ordonne un repli général. Le départ des forces stationnées devant Cadix est fixé au 24 août. Après avoir bombardé la ville toute la nuit, les Français détruisent leurs canons et se retirent, poursuivis par les Espagnols. - BARON GENERAL DE VILLATTE COMTE D'OULTREMONT. (14 avril 1770 à Longwy- 14 mai 1834 à Nancy). Général de la République puis de l'Empire. Il refuse le Bâton de Maréchal. Suit la restauration comme Inspecteur Général. Biographie complète : Biographie de la Moselle, ou histoire par ordre alphabétique de BEGIN Nicolas Jules Metz chez Verronais.

GENERAL COMTE VILLATTE Inspecteur Général - GENERAL BRENIER DE MONTMORAND POUR LE MINISTRE DE LA GUERRE.

CONGE DE REFORME DE GARDE ROYALE DE LA VILLE DE PARIS - 1815

Paris 31 août 1815 - 1 f. folio recto verso. (42/27 cm). - Document de Réforme du Garde à Pied Jouglard natif de Marseill agé de 33 ans, GARDE ROYAL depuis le 11 9bre 1814 jusqu'au 31 aout 1815. - Au dos, PRONONCE DE LA REFORME par le Baron Général BRENIER (DE MONTMORAND)

Joli document signé de Deux Généraux de l'Empire tous deux gravé sur l'Arc de Triomphe.

GENERAL JUBE Auguste, BARON DE LA PERELLE, COMMANDANT DE LA GARDE DU DIRECTOIRE-EXECUTIF, puis CONSULAIRE (IMPERIALE)

MANUSCRIT INEDIT DU GENERAL JUBE DE LA PERELLE SUR SES ACTIONS LORS DES EVENEMENTS DU XVIII FRUCTIDOR AN V ET SUR LE XVIII BRUMAIRE en tant que COMMANDANT DE LA GARDE DU DIRECTOIRE & RECTIFICATIONS DES MEMOIRES DU GENERAL GOURGAUD POUR SERVIR A L'HISTOIRE DE FRANCE SOUS NAPOLEON. 1823

- MANUSCRIT HISTORIQUE INEDIT daté mars 1823. Le Général JUBE de la PERELLE, irrité par la relation des événements faîte par le Général GOURGAUD dans le Ier Volume de ses MEMOIRES parues en 1823 décide d'écrire sa version des évènements du 18 fructidor an V et du coup d'état du 18 BRUMAIRE en particulier et dont il fut un des hommes clé par sa relation privilégiée avec SIEYES et BONAPARTE en particulier et les Directeurs. - In-quarto relié et monté sur onglets . - Demi veau glacés d'époque, dos à cinq nerfs, pièces de titre vert empire aux fers dorés, feuillets vélin non rognés. - 1 f. p. de titre datant l'ouvrage de MARS 1823. Note d'une autre écriture indiquant que Mr le Général Jubé est mort à Dourdan le 1er juillet 1824. - 180 feuillets montés sur onglets manuscrits sur une page. - Nombreuses notes en marges, feuillets ajoutés, relativement peu de ratures. TEXTE PARFAITEMENT LISIBLE. - ON JOINT LES 2 PREMIERS VOLUMES des MEMOIRES DU GENERAL GOURGAUD dont le Premier Volume fait l'objet de nombreux renvois précis et contestations par le Général JUBE DE LA PERELLE et sur lesquels il apporte sa version historique, Firmin Didot, 1823, demi basanes, 7 Cartes dépl. 1 fac-similé et 2 Tableaux des forces militaires.

. AVANT PROPOS (p. 1 à 6) par lequel il se sent obligé d'intervenir par écrit devant des relations si peu fidèles, les méprises échappées aux écrivains et de proclamer la vérité sur ce grand drame. Il évoque les Mémoires du Général GOURGAUD qui viennent de paraître et qui l'obligent notamment le long du Tome I de rétablir les fait et "l'admirable discipline de ce Corps qu j'ai organisé" et commandé et qui sera le noyau de la Garde des Consuls et ensuite de cette Garde Impériale..". Il explique qu'on présume bien que "Napoléon n'a pas tout corrigé et que les faits expliqués par lui, il a fallu les lier par des narrations." Signé Le Général Auguste Jubé Baron de la Perrelle. . NOTICE SUR XVII FRUCTIDOR AN V et SUR LE XVIII BRUMAIRE AN VIII. (p.7 à 56). PASSIONNANT RECIT HISTORIQUE dans lequel le Général Jubé relate toutes les actions des uns et des autres, de Napoléon à SIEYES, des Directeurs BARRAS, ROGER DUCOS, MOULINS, GOHIER, des hommes tels que CHENIER, TALLEYRAND, LEFEBVRE, de LACEPEDE, etc... des Anecdotes, des portraits notamment de SIEYES et de BONAPARTE. Il ne cache pas son admiration et sa fidélité pour le futur Consul et Empereur, et des siennes. Il sera la cheville ouvrière du 18 Brumaire mais ne cache pas son trouble cependant. C'est sa Garde qui fera balançer les Institutions et l'Armée : "Bonaparte et Sieyes me reçoivent dans la bibliothèque de ce dernier. Le Général, le Directeur et moi, nous nous asseyons ayant nos genoux auprès les uns des autres, et Bonaparte prenant aussitôt la parole, et me frappant sur la cuisse ; "Eh, bien ! Général, puis-je compter sur vous ?....17 brumaire p. 41). . C'EST POURQUOI IL SEMBLE ENRAGER DE LIRE LE 1ER TOME DES MEMOIRES DE GOURGAUD ET QUI CONCERNE CETTE PERIODE OU COMMANDANT DE LA GARDE IL ASSISTA ET PRIT PART AU PREMIER RANG DES EVENEMENTS DES DEUX COUPS D'ETAT. Celui du 18 brumaire en particulier. Napoléon lui en sera gré et le maintiendra à la Garde Consulaire sous les ordres de Murat. C'est pourquoi nous joignons les deux premiers tomes E.O. des mémoires (exemplaire prestigieux du Baron Seillière). . RECTIFICATIONS ET ECLAIRCISSEMENTS NECESSAIRES SUR QUELQUES DETAILS CONTENUS DANS LE T. PREMIER DES MEMOIRES ECRITES PAR LE GENERAL GOURGAUD, (p. 57 à 121 dont p. 120 à 120 quater). . APPENDICE CONTENANT XIII PIECES RELATIVE 0 LA NOTICE SUR LE 18 FRUCTIDOR de la Page 121 à la page 176 et dernière. Importants documents pour certains, pas ou peu connus. ........... GENERAL JUBE DE LA PERELLE : Né le 12 mai 1765 à Vert-le-Petit, Décèdé le 1er juillet 1824 à Dourdan. MARECHAL DE CAMP. - Adjudant-général de la garde nationale de la Manche en 1792, premier député suppléant de la Manche à la Convention nationale en 1792. Employé en janvier 1793, à l'état-major de l'armée de l'Ouest, exerce en 1794, les fonctions d'inspecteur général des côtes de la Manche, et en frimaine an III, celles d'inspecteur général des côtes. Adjudant-général à l'armée de terre le 6 pluviôse an IV, Chef d'état-major de HOCHE en fructidor, COMMANDANT de la GARDE DU DIRECTOIRE de vendémiaire an V au 18 brumaire an VIII, il mérite, dans cette dernière journée la faveur du général Bonaparte, qui le nomme, trois jours après, chef d'état-major de la nouvelle garde consulaire, sous les ordres de Murat, avec la charge d'en assurer l'organisation. Le 4 nivôse de la même année, il est appelé au Tribunat, à sa création, et y siège jusqu'à sa suppression en 1807, Commandeur de la Légion d'Honneur, nommé préfet de la Doire le 30 mai 1808, créé baron de l'Empire le 14 avril 1810, et appelé à la préfecture du Gers le 12 mars 1813.

GENERAUX D'EMPIRE DE VILLATTE Alexandre & DE VILLATTE D'OULTREMONT Eugène Casimir

BIOGRAPHIES & DOCUMENTS MANUSCRITS des GENERAUX ALEXANDRE Baron de VILLATTE & Baron DE VILLATTE Comte d'OULTREMONT EUGENE CASIMIR

CARRIERES DES DEUX FRERES, GENERAUX de la REPUBLIQUE, DE L'EMPIRE ET DE LA RESTAURATION ETABLIS PAR LE COMTE D'OULTREMONT SUR UN ENSEMBLE DE DOCUMENTS ORIGINAUX d'époque dont certains joints. - NOTICE MANUSCRITE sur le Général ALEXANDRE VILLATTE, (LONGWY 1780 - 1858 à Bains-les-Vosges) 4 pp. 21/27 & 2 ff. tapuscrits. - BIOGRAPHIE TAPUSCRITE DE 5 ff. du LIEUTENANT GENERAL Comte d'OULTREMONT (1770 à LONGWY - 1834 à Nancy). tapuscrit 21/27 avec envoi de l'Auteur Comte d'OUTREMONT à G. IMBAULT vers 1950. - ENTETE de l'ARMEE DU DANUBE, feuillet in-8 bleuté, Birsmendorf 29 prairial an 7 (17 juin 1799) nomination de son frère comme Ordonnance "Je Soussigné Adjudant Général employé à l'Armée du Danube et Commandant la Seconde Brigade de la Division aux ordres du Général SOULT, certifie qu'ALEXANDRE VILLATTE sert près de lui comme Ordonnance depuis la suppression de l'Armée d'OBSERVATION, époque à laquelle il a quitté la dite armée pour le rejoindre et qu'en ce moment il est en pleine activité de service : pourquoi lui ai délivré le présent pour lui servir et valoir à ce que de raison. SIGNE VILLATTE". - 1 f. in-folio avec un très beau cachet de cire rouge d'ADJUDANT GENERAL de la REPUBLIQUE FRANCAISE, cachet à froid Secrétariat Général. 2 textes en colonne à droite et à gauche ; à Gauche : ALEXANDRE VILLATTE né le 10 décembre 1780 à LONGWY MOZELLE Hussard au 6e Régiment de HUSSARD, Maréchal des Logis dans la Compagnie des gardes du Général en Chef de l'Armée de l'ouest, le 5 prairial an huit nommé Sous Lieutenant par arrêté du Général en Chef de l'Armée de l'Ouest dans la Légion à Cheval de la Loire Inférieure. Le 1er Messidor an 8 passé avec le même grade dans le 14e Régiment de Dragons par ordre du Général BERNADOTTE Commandant en chef l'Armée de l'Ouest en date du premier Thermidor an huit. Signé ALEXANDRE VILLATTE" ; en colonne de gauche Certifié sincère et véritable le présent état de service par moi Adjudant Général employé par le Général en Chef de l'Armée de l'Ouest, RENNES, le 1er Thermidor an huit de la République francaise. SIGNE VILLATTE. NOTE en filigranne bien centrée, très rare coquille St Jacques. - Deux Documents à entête de BERNADOTTE Général en Chef de l'Armée de l'Ouest l'une adressée à ALEXANDRE VILLATTE l'autre au Citoyen VILLATTE Adjudant Général mais signées toutes deux du Général EUGENE VILLATTE Pour copie de l'Ordre du Général BERNADOTTE selon lequel le SOUS LIEUTENANT ALEXANDRE VILLATTE prendra la fonction d'Adjoint de l'Adjudant Général VILLATTE. - L.A.S. EMOUVANTE & BELLE LETTRE du 15 août 1830 du Général Eugène Casimir VILLATTE d'OULTREMONT, feuillet double manuscrit sur 3 pages in-quarto adressée au GENERAL Marquis de la CHASSE de VERIGNY : TEXTE : " Mon Cher Général, J'ai pris congé du Général GERARD et je quitte ce matin Paris. Si votre lettre m'étais parvenue plus tôt j'aurais certainement une autre détermination, j'aurais retardé mon départ car j'aurais mis beaucoup d'empressement à aller présenter mes hommages respectueux à Madame la Mise de la Chasse de Vérigny et à revoir cet excellent et respectable M. le Bon Faucheux dont j'ai eu l'honneur e faire la connaissance dans des temps plus prospères, plus glorieux et plus heureux. Soyez mon interprète près d'eux.... Vous connaissez le coup qui m'a frappé ... on a ôté mon sabre de mon côté et on l'a planté à un clou. Soldat de Cincinnatus, je me résigne, et sans observation, sans réclamation aucune, je vais regagner une chaumière que depuis de trop longues années j'ai négligé. Là dans la journée je travaillerai à la terre, je tâcherai de diriger la charrue, le soir je me délasserai au milieu de mes enfants, où dans mon cabinet mes souvenirs, mes livres et mes rêveries. Voilà les projets d'un vieux soldat, qui a toujours bien et loyalement servi son pays. Si c'est là conspirer, c'est au moins une conspiration bien innocente. J'ignore ce que me réserve l'avenir, je ne solliciterai pas d'activité, mais si la PATRIE ETAIT MENACEE, JE MARCHERAI AU RANG DES GRENADIERS. J'avoue que si j'avais eu 1000 francs de rente, je serai plus à mon aise. Et si comme certains hommes j'avais été comblé de biens, de grâces et d'honneur par les Bourbons .. je ne me conduirai point en ingrat, mais heureusement cette révolution me trouve ce que m'avait trouvé celle de 1814 aussi je me retire sans ... et sans être tourmenté de ces sentiments pénibles qui doivent affliger le coeur d'un parjure .... SIGNE COMTE DE VILLATTE". - L.A.S. de NANCY le 26 décembre 1833, du Baron VILLATTE, 1 f. 2 p. manuscrites "Mon Cher Colonel, La division de Cuirassiers dont je commandais une brigade se trouvant dissoute, je rentre sans doute en disponibilité. Mr Hantz, mon aide de Camps subira le même sort, mais il ne peut lui convenir de s'y soumettre longtemps et d'ailleurs la pénurie d'Officiers d'Etat-Major lui donnerait promptement une destination.Vous vous rappelez la demande que j'ai faite en sa faveur à Mr le Lieutenant Général PAJOL et l'engagement qui en a été la suite. Vous m'avez promis formellement tout ce qui dépendrait de vous pour en assurer la réalisation, j'ose donc y compter avec d'autant plus de certitude que je connais vos sentiments pour moi. Il ne saurait tarder de se présenter une vacance, veuillez alors reproduire sous les yeux du Général Pajol la demande faite en avril dernier et solliciter qu'il y donne une suite favorable. Mon neveu est un officier spécialement apte aux divers services de votre division et vous le connaissez assez pour qu'il ne soit pas nécessaire de s'étendre à son sujet. Croyez... Signé Bon VILLATTE". - 4 COURRIERS TAPUSCRITs de M. d'OUTREMONT vers 1933/34, diverses notes manuscrites et 4 catalogues des Libraires PICARD, SAFFROY, ARNA, de 1936 à 42.

GENERAL MARQUIS DE LA CHASSE DE VERIGNY,(Edme-Nicolas-Jean-Baptiste-Marie) (1775-1835), Volontaire de 1792, 5e Bataillon de l’Yonne, ADJUDANT-COMMANDANT, MARECHAL DE CAMP, Commandeur de la Légion d’honneur.

LIGER A. (DE LA SOCIETE ACADEMIQUE DU CENTRE)

SOEUR THERESE - MANUSCRIT - (Nouvelle Romantique sous les Guerres de l'Empire)

- Vers 1900, NOUVELLE manuscrite de 11 pages in-12 en 11 feuillets. - Joint Tiré à part agrafé.

- Nouvelle romantique qui se passe en février 1814 sous les yeux de l'Empereur durant lesquelles quelques jeunes Berrichons Pierre BONDOIRE et HOUZARD s'illustrent tant devant Napoléon que le Maréchal Bertrand mais surtout devant les yeux d'une jeune infirmière Thérèse. On retiendra ce dialogue ; - Ton pays ? - Berrichon Sire. - Ah çà tous les moutons de votre pays sont donc devenus enragés aujourd'hui dit l'Empereur vers un Officier Général qu'on me dit ensuite être le Général BERTRAND. Quant à la jeune Thérèse malgré un amour naissant on la revit à Paris perdue pour les hommes et gagnée par le Seigneur...

MARECHAL DUC DE TREVISE (MORTIER)

LETTRE DE CONDOLEANCES DU MARECHAL DUC DE TREVISE au Général de COURTAIS

- Le 29 avril 1825, feuillet double in-12 établi "Au Plessis La Lande" TEXTE : Monsieur le Vicomte, J'apprends avec autant de peine que de surprise la mort de M. Buhot votre respectable beau père, je vous prie de témoigner à Madame sa Veuve toute la part que je prends à ce malheureusement évènement. Ayant toujours eu our M. Buhot de l'estime et de l'amitié que lui méritaient ses talents administratifs et la manièère honnorable dont il a toujours servi, je m'empresse de vous en donner le témoignage, ainsi que vous le désirez. Recevez Monsieur le Vicomte l'assurance de ma considération distinguée. Signé le Maréchal Duc de Trévise".

- Le titre de duc de Trévise a été inventé à l'intention d'Adolphe Édouard Casimir Joseph MORTIER (1768-1835) en 1808, Fait Maréchal d'Empire en 1804 par Napoléon. Fera partie de la Cour Martiale qui se déclara incompétente pour juger le Maréchal Ney. - M. BUHOT est le beau père du Général de Courtais. (provenance familiale dans une liste de lettre de condoléances).

MOLLIEN MINISTRE DU TRESOR DE L'EMPIRE

COMPTES GENERAUX DU TRESOR PUBLIC IMPERIAL 1807 RECETTES & DEPENSES PENDANT L'AN 1807 - 1808

- A PARIS, DE L'IMPRIMERIE IMPERIALE Novembre 1808 - In-Quarto Broché sous papier d'attente de l'Editeur, couverture muette. - Page de titre avec la Vignette aux Armes Impériales, exemplaire non coupé vi p. dont Rapport fait à l'Empereur par Le Ministre du Trésor Public de Paris, le 15 octobre 1808 signé de Mollien.126 pages dont Table (Exemplaire comprenant les deux Première et Seconde Comptabilités du TRESOR PUBLIC, Dette Publique et Pensions.)

- COMPTABILITE IMPERIALE

Napoléon Maret, 2e Duc de Bassano Grand Chambellan de Napoléon III

L.A.S du DUC DE BASSANO Grand Chambellan

- L.A.S. 2 ff. in-8, 1 page manuscrite signée, datée du 26 décembre 1860. Petite déchirure cf. photo. TEXTE : "Monsieur, j'ai reçu la lettre que vous adressez à l'Empereur et que vous m'avez confiée. Je m'empresserai de la mettre sous ses yeux. Recevez Monsieur, mes sincères félicitations et l'expression de ma considération très distinguée"

- Napoléon MARET de BASSANO (1803 - 1898), Secrétaire d'ambassade en Belgique (1832), puis en Espagne, Ministre plénipotentiaire à Cassel, Ministre plénipotentiaire et envoyé extraordinaire près de Léopold Ier, Sénateur du Second Empire (31 décembre 1852), Grand chambellan de Napoléon III, 2e duc de Bassano, 2e comte Maret, Chevalier (1832), puis, Commandeur (7 août 1852), puis, Grand officier de la Légion d'honneur. Son épouse Marie Ghislaine sera Première Dame d'Honneur de l'Impératrice.

NICOLE GUSTAVE - MARIUS FONTANE - E. RIOU

VOYAGE DES SOUVERAINS & VOYAGES PITTORESQUES A TRAVERS L'ISTHME DE SUEZ avec 33 planches par Riou et lithographiées par Cicéri, Morel-Fatio, Gustave Janet, Sirouy, Lafosse et Jules Didier

EDITION ORIGINALE. - Deux ouvrages reliés ensemble. - Sans date, mais 1870. - In-plano, (555 x 390 mm), reliure d'origine et d'époque (cf. photo pour l'état) notamment une fissure de cuir de 4 cm au mors droit peu visible, dos maroquin rouge orné de 2 croissants étoilés, petite tache d'encre ; premier plat granité armorié d'un blason au croissant étoilé couronné et titré "Inauguration du Canal de Suez" et "Voyage des Souverains" ; Second plat agréablement orné à l'identique du premier plat, toutes tranches dorées. - Garde, 2 ff., p. de fx titre, p. de titre "VOYAGE DES SOUVERAINS", 33 p., texte par G. NICOLE, aquarelles d'après nature par RIOU peintre du Khédive, 15 planches/17 lithographiées de Lemercier dont 11 couleurs . CARTE FRONTISPICE et p. de titre des Voyages Pittoresques à Travers l'Isthme de Suez par Marius FONTANE chez DUPONT -LACHAUD, 76 p. et 19 Planches/20 Chromolithographiées (manque pl. 4 non reliée), pl.12 écornée. Les planches 21 à 25 annoncées en p. de titre n'ont jamais été réalisées et tous les ouvrages qui devaient comporter 100 p. en comptent 76.

- E. RIOU, Peintre pré-impressionniste et illustrateur reconnu d’oeuvres de Jules Verne ou Alexandre Dumas, collaborateur de l’hebdomadaire Le Tour du Monde, Edouard Riou (1833-1900) a réalisé en 1870, à la demande de Ferdinand de Lesseps, un album souvenir du voyage organisé pour l’inauguration du canal de Suez en novembre 1869. Destiné à l’Impératrice, ce Voyage pittoresque à travers l’isthme de Suez devait rassemble une série de 25 aquarelles accompagnées de textes de Marius Fontane (1838-1914), historien orientaliste, journaliste et secrétaire de Ferdinand de Lesseps. Il n'en réalisera que 20.

PRINCESSE DE WAGRAM Marie Elisabeth, fille de GUILLAUME DE BAVIERE Epoux de BERTHIER Maréchal d'Empire.

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE DE LA PRINCESSE DE WAGRAM AU VICOMTE GENERAL DE COURTAIS - 1825

- Lettre Autographe signée de la Princesse de Wagram in quarto datée de (avril) 1825 offrant ses condoléances au Vicomte et à la Vicomtesse de COURTAIS et Madame Buhot pour le décès de M. Buhot. Enveloppe avec cachet de deuil aux armes illisible. Ecrite au Chateau de Grosbois, Posté à Boissy Saint Léger. Adresse à MONTFERMEIL près de Paris.

- PRINCESSE DE WAGRAM, épouse du Maréchal BERTHIER. La Duchesse Marie Élisabeth Amélie Françoise de BAVIERE (1784 – 1849) Duchesse de BAVIERE de la lignée Birkenfeld-Gelnhausen de la Maison de Wittelsbach et de par son mariage par la volonté de l'Empereur le 9 mars 1808 avec Louis-Alexandre Berthier elle devient Princesse de Wagram & Princesse de Neuchâtel. Il est nommé général, commandant de la Garde nationale après la Révolution française de 1848. - GENERAL AMABLE DE COURTAIS. Elu député à l’Assemblée nationale constituante en avril 1848. Son indécision ET sa cruauté face aux manifestants parisiens du 15 mai 1848, lui vaudront d'être mis en accusation, démis de ses fonctions (le 26 mai), arrêté, et traduit devant la Haute Cour de Bourges pendant l'hiver 1849. Il est finalement acquitté et reprend son siège à l’Assemblée. Il se retire ensuite à Montfermeil (propriété à l’angle de la rue de Gagny et la rue Victor Hugo). En 1871, il est élu conseiller général de l’Allier et devient président du conseil général. Il meurt le 10 juin 1877 à la Chassignole, à Doyet (Allier)

ROY ANTOINE SERGENT DANS L'ARMEE D'ITALIE 23e Régiment Léger

FEUILLE DE ROUTE de SOUS-OFFICIER DE L'ARMEE D'ITALIE d'ANTOINE ROY, SERGENT, DE AMONE EN ITALIE à CHATEAUROUX (SAUMONT) DANS L'INDRE du 8 mars 1808 aux fins de retraite.

- 1 feuillet double imprimé et manuscrit daté du 8 mars 1808 au départ d'AMONE et 22 avril à son arrivée à CHATEAUROUX. - Avec le détail des sommes d'argent et lieux d'étapes qui lui sont fournies avec timbres et signatures. ANTOINE ROY est SERGENT dans l'ARMEE D'ITALIE dans le 23e Régiment Léger, 3e bataillon et 3e Compagnie.