Sujet : Empires

6 résultats

BEAUCHAMP Alphonse de

HISTOIRE DES CAMPAGNES DE 1814 ET DE 1815 ou Histoire politique et militaire des deux invasions de la France, de l'entreprise de Buonaparte au mois de mars, de la chute totale de sa puissance, et e la double restauration du Trône, jusqu'à la seconde Paix de Paris inclusivement. WATERLOO

Ex-libris de M. Gaucher à l'encre sur les 2 premières pages de titre. AJOUT DE QUATRE DESSINS DONT : DEUX PLANS DE BATAILLE DESSINES A L'ENCRE ET LAVIS, et DE DEUX DESSINS DEPLIANTS DU CHAMPS DE BATAILLE DE WATERLOO (MT SAINT JEAN) Tomes Premier et Second de la Seconde Partie Complète des Evènemnet survenus en France en 1815 1817, Paris, LE NORMANT, 2 Volumes superbes armoriés des Fleurons dorés des Drapeaux de la « POSTERITE » , pièces de Titres et de tomaison basane orangées, plats marbrés. 1° Vol. : Ex-libris au dos du premier plat, 1 f. p. de fx titre, p. de titre, avec ex-libris du même manuscrit, xxxiv p. de Préface, 524 p. dont Table des Matières. 2° Vol. : Ex-libris au dos du premier plat, 1 f. p. de fx titre, p. de titre, avec ex-libris du même manuscrit, 607 p. dont Table des Matières. S’ajoutent : - Une Carte Dépliante du Plan de Bataille de l’Ensemble des Opérations de la Campagne du Mont Saint Jean, 1815. - Un Carte du Plan de la Bataille de MONT SAINT JEAN donnée le 18 juin 1815entre l’Armée Française commandée par BUONAPARTE et l’Armée Anglo Prussienne sous les ordre du Duc de Wellington et du Prince Blucher (Waterloo) - 2 Grands Dessins au Fusain dépliant des vues de Mont Saint Jean avec cotes.

ONT ETE AJOUTES lors de la Reliure : 2 CARTES COLORIEES DES PLANS DE BATAILLE et 2 GRANDS DESSINS AU FUSAIN.

BERRYER Père, Avocat

EXPOSE JUSTIFICATIF POUR LE MARECHAL NEY & ANNOTE DE LA MAIN du TEMOIN MARQUIS DE VAULCHIEZ du DESCHAUX

Sans date, mais nov. Décembre 1815, de l’Imprimerie d’Ant. Bailleul, Dans un Portfolio demi maroquin à coins rouge à lacets, Titre aux fers dorés. In-quarto non relié cousu comportant 20 pages imprimées numérotées, très largement annotées de la main du Marquis de VAULCHIEZ du DESCHAUX, Préfet du Jura qui témoigna à charge au procès du Maréchal NEY sur son comportement lors des journées décisives des 13, 14 et 15 mars 1815 et qui devait aboutir à l’Appel de Ney. - Une VINGTAINE D’ANNOTATIONS EN MARGES et MANUSCRITES ne sont pas signées, mais une recherches dans les Procès Verbaux des Témoignages du Procès NEY corroborées au texte manuscrit permettent d’affirmer qu’il s’agit bien du Marquis de Vaulchiez auteur des notes, et témoin de la "trahison". - Les commentaires en marge du document sont postérieures à son témoignage devant le Tribunal et ont vraisemblablement été écrit dans sa propriété du Dechaux. On apprend ainsi que refusant de répondre à l’ordre du Maréchal pour ne pas trahir le roi, il ne sera de fait plus Préfet à la date du 14. Jean Marc DOAZAN ne sera nommé que le 22 mars 1815. - Pour Tous Renseignements, Vous pouvez me joindre par Mail : bernardrolin@orange.fr ou au Téléphone à votre convenance au 06 09 82 43 86 - Merci. Un Document Historique témoignant du Comportement du Maréchal NEY et de sa personnalité. Témoignage direct de la journée du 14 mars 1815 EXPOSE JUSTIFICATIF POUR LE MARECHAL NEY Par BERRYER Père, son Avocat ANNOTE DE LA MAIN du MARQUIS DE VAULCHIEZ du Deschaux Témoin à Charge au Procès de Ney» Sans date, mais nov. Décembre 1815, de l’Imprimerie d’Ant. Bailleul, Dans un Portfolio demi maroquin à coins rouge à lacets, Titre aux fers dorés. In-quarto non relié cousu comportant 20 pages imprimées numérotées, très largement annotées de la main du Marquis de VAULCHIEZ du DESCHAUX, Préfet du Jura qui témoigna à charge au procès du Maréchal NEY sur son comportement lors des journées décisives des 13, 14 et 15 mars 1815 et qui devait aboutir à l’Appel de Ney. Document édité vers novembre décembre 1815, lors du Procès du Maréchal NEY. Une VINGTAINE D’ANNOTATIONS EN MARGES et MANUSCRITES ne sont pas signées, mais une recherches dans les Procès Verbaux des Témoignages du Procès NEY corroborées au texte manuscrit nous permettent d’affirmer qu’il s’agit bien du Marquis de Vaulchiez auteur des notes et témoin de la "trahison". Les commentaires en marge du document sont postérieures à son témoignage devant le Tribunal et ont vraisemblablement été écrit dans sa propriété du Dechaux. On apprend ainsi que refusant de répondre à l’ordre du Maréchal pour ne pas trahir le roi, il ne sera de fait plus Préfet à la date du 14. Jean Marc DOAZAN ne sera nommé que le 22 mars 1815. JUSTIFICATION : - Voir « Procès du Maréchal NEY ou Recueil Complet des Interrogatoires, Paris Chez Michaud 1815. L’interrogatoire du Comte de GRIVEL Maréchal de Camp des Armées du Roi, inspecteur des Gardes nationales nous dit : « Un de mes AMIS vint me dire que le Mal Ney allait trahir en proclamant Buonaparte. Je ne voulais pas croire ce parjure. Au long de ce discours, saisi d’indignation je me retirai. Je vis Mr de Vaulchier Préfet du Jura qui s’était retiré à Lons chez lui ou je couchais : il me montra l’ordre de NEY d’administrer le Département ; sur son refus le Maréchal LUI DIT QU’IL FAISAIT UNE BETISE » cf. p.81, 82, 83, et du Marquis de Vaulquiez p. 39 2° partie des Témoignages n° VI. Le Commentaire Manuscrit en marge du document BERRYER en page 17 écrit : « ..il m’a dit - les Bourbons sont étrangers à la nation, il n’appartiennent qu’à une classe peu nombreuse. Lorsque je me rendis chez M. NEY au reçu d’une Lettre que j’ai conservée et par laquelle il m’ordonnait d’administrer au nom de l’Empereur. Sur ce que je lui que mes d.. et mes s.. ne me le permettaient pas il me répondit « Vous faites une bêtise(souligné) » quelques instants après il me dit vous croyez que les Bourbons reviendront… - TRADUCTION DES ANNOTATIONS EN MARGE : p. 2 – Quelle force majeure peut obliger un honnête homme à servir contre sa volonté et ses sermens . Fais ce que doit … p. 3 – Les Vœux sans doute des ennemis de la France… Et qu’importent la valeur, la Force, les Talens si tout cela est employé à ruiner (à propos de Brave des Braves) p. 5 - Cette passion a été bien malheureuse pour nous. Cet amour aurait bien du se grandir davantage… p. 6 – Il m’avait affirmé le 14 mars 1815 qu’il en avait d’habituelles et fréquentes avec l’Ile d’Elbe (Correspondances). Il n’y avait pas d’homme qui bavardait davantage sur la politique. p.8 - Il m’a dit le 14 mars s’être concerté avec le Mal Suchet… son … tromper pour Strasbourg. p.10 – C’est du moins ce qu’il disait (Organisation des troupes à Lons. - En effet des caissons arrivèrent mais ils étaient vides. Ce fut à son insu et malgré… que je fis venir de la poudre de Poligny et confectionner des cartouches pour les volontaires Royaux de la Garde Nationale. - Je fis en effet partir trois dépêches, l’une pour le Comité de la Guerre et les deux autres pour Oudinot é Suchet. p.11 – Il est vrai qu’il n’a pas accusé Oudinot d’intelligence comme Suchet. – ce fut le 13 au soir que par ordre je fis partir un gendarme déguisé avec en homme de la Ville pour reconnaître le nombre et la force de Buonaparte. Le Maréchal me faisait sentir l’importance de cette mission… p. 12 – J’appris le 13 au soir par M. de Soran que le Mal avait la Proclamation de Buonaparte. Je les priai de me les communiquer : il hésita et me montrant M. de Soran, je m’adressai à celui-cy qui me montra celles des officiers de Buonaparte à leurs camarades de l’Armée. p. 13 – Le 13 il était si bien décidé qu’un instant après m’avoir donné l’ordre de faire partir les 2 espions il déclarait ses projet et leur si abominable motif aux Gaux Lecourbe et de Bourmont -Le préfet de l’Ain n’arrive qu’à deux heures du matin le 147 -Le Gal Gauthier s’était rangé d’après.. sous les drapeaux du Buonaparte. p. 14 – Le Mal Ney connaissait mieux les dispositions de cette troupe que son avocat. -Cette circonstance est fausse. p. 15 – Tout cela est contr… - Toutes ces réflexions n’étaient pas mauvaises pour le décider parcqu’il l’était. Cette lettre a pu finalement déterminer le moment de sa Déclaration ( à propos et suite à la lettre du Gal Bertrand). p. 16 – Et qu’importaient ces différentes circonstances ? Changeait-elles les obligations du Mal ? Il pouvait au moins se retirer comme l’ont fait plusieurs de ses collègues… et son nom, son influence personnelle, son esprit de l’Armée lui imposait doublement ce devoir. - Il aurait du au moins la dater du 147 afin qu’on ne put pas dire qu’il l’avait coàmposé la veille, ce qui détruit tout le système de défense de l’Avocat (à propose de la Déclaration de Ney) p. 17 – En effet, il rappelait à son Aide de Camps Clouet, l’histoire du Bas empire pour *** devait faire les empereurs – Du reste le Maréchal Ney n’avait fait… Il m’a dit « Les Bourbons sont étrangers à la nation, il n’appartiennent qu’à une Classe peu nombreuse. Il nous faut notre dynastie ajoute-t-il avec force, cela se comprend aisément. Lorsque je me rendis chez M. Ney au reçu d’une lettre que j’ai conservé par laquelle il m’ordonnait d’administrer au nom de l’Empereur. Sur ce que je luis que mes … et Mes … ne me le permettait pas il me répondit ; Vous faîtes une Bêtise. Quelques instant après il me dit ; Vous croyez que les Bourbons reviendront. On…… dans ces deux propos tout l’évangile du Mal NEY ; Mais (il) ne supposait pas que je puisse avoir autre chose en vue que mont intérêt. Me trompai-je un instant que son idée était du nombre de celles qu’on nomme libérales (sans doute) parce qu’elles vous mettent tout à votre aise. Quoiqu’il en soit je ne suis qu’un honnête homme……. p. 18 – Je crois bien que m. Ney s’était laissé troper sur les facilités du succès. Quand il s’en aperçut il jugea avec raison que le sacrifice de son honneur n’était pas payé, que son arithmétique était en défaut : qu’il avait fait une bêtise (souligné dans le texte). Sa déclaration est celle d’homme de mauvaise humeur. p. 19 – Je ne pense que le Service et la chose Publique puissent engager à trahir son devoir ; car la chose publique n’est stable qu’autant que l’honneur et la vertu les soutiennent. Le Maréchal Ney le 14 mars et plus tard n’a cessé de dire à des personnes que j’ai déjà désignées plus haut, ensuite à moi que son Plan existait depuis longtemps. Non seulement il convenais mais sse … Avec une cynique impudence de la préméditatiion. Quand le monde en a été témoin à Lons le Saulnier et à Dôle. Dans cette dernière ville il … M. Garnier de ce qu’il était allé à Auxonne à la tête d’une cinquantaine de serviteur fidèles par suite … Sedan de … Et de ce qu’on l’avait honteusement renvoyé. M. Garnier ancien et loyal militaire laissa éclater toute son indignation… Plaisanterie. M. le Maréchal l’en vengea encore plus lâchement en donnatn l’ordre d’arrêter m. Garnier qui fut obligé d’errer longtemps dans une forêt et qui du reste n’aurait jamais dû être arrêté que par surprise… p. 20 – Voilà Précisément ou gît l’erreur, c’est tout à fait une faute authentique. -Pourquoi donc a-t-il publié le contraire. -Je pense pourtant qu’il n’était là que pour se cacher.

Document édité vers novembre décembre 1815, lors du Procès du Maréchal NEY.

BERTHIER, BONAPARTE, MARET

BREVET DE CAPITAINE DE CAVALERIE - JOSEPH ANNE PAQUE natif de GACILLY du MORBIHAN - 1803

- 1 f. folio vélin à entête du Département de la Guerre 9e Régiment de Cavalerie et Cartouche du Consul de la République Bonaparte. - Brevet de Capitaine de Cavalerie donné à Saint Cloud le 30 floréal an XI (20 mai 1803) à Joseph Anne PAQUE. - Document signé du Ministre de la Guerre Louis Alexandre BERTHIER futur Maréchal de l'Empire, du Secrétaire d'Etat Hugues Bernard MARET et signature de BONAPARTE (secrétaire). Cachet de Marianne à frappé à froid "Au nom du peuple français Bonaparte Consul". - Les détails du Service nous apprennent qu'il est natif de sic Gardilly (lire Gacilly) du département du Morbihan né le 5 avril 1750, Cavalier au Régiment le 4 janvier 1770 etc.. - Les Etats de Service indiquent qu'il a fait les campagnes de 1792, 1793, an 2, 3, 4, 6, 7, 8 et 9 et n'a pus faire celle de l'An 5 parcequ'il était prisonnier de guerre. Blessé à la jambe droite à l'affaire du 21 thermidor an 4 et fut fait prisonnier de guerre.

Document qui était conservé sous verre. Sera livré séparément.

BONAPARTE NAPOLEON EUGENE LOUIS JEAN JOSEPH - DUGUE DE LA FAUCONNERIE HENRI

PHOTOGRAPHIE D'EPOQUE SIGNEE NAPOLEON AVEC ENVOI MANUSCRIT DU PRINCE. Signé comme émissaire du Député Bonapartiste DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- DATABLE c. 1870. - PHOTOGRAPHIE DANS SON ENCADREMENT D'EPOQUE contrecollé sur papier avec entête d'Aigle. - Signée "Napoléon" suivi d'une autre écriture de l'Emissaire DUGUE DE LA FAUCONNERIE "Rapporté de Chislehurst par ordre du prince Impérial pour m." suivi de l'écriture du Prince Impérial "h. David, maire démissionnaire de Nantua". Signé DUGUE DE LA FAUCONNERIE.

- BONAPARTE Napoléon Eugène Louis Jean Joseph, (16 mars 1856 à Paris - 1er juin 1879), Prince Impérial mort au combat contre les Zoulous au service des forces brittaniques, en pays zoulou. Fils unique de Napoléon III, Empereur des Français, et de son épouse, l’impératrice Eugénie née Montijo. Inhummé à l'Abbaye Saint-Michel, Farnborough, Royaume-Uni. Il sera le dernier espoir dynastique pour le rétablissement de la Maison de Bonaparte sur le trône de France. - DUGUE DE LA FAUCONNERIE Henri-Joseph 1835/1914, Saint-Germain-des-Grois. Député Bonapartiste de l'Orne, Auteur d'une notice "ET SI L'EMPIRE REVENAIT", 1875 LE DENTU. - DAVID Henri, Maire de NANTUA qui démissionne en 1870 par fidélité à l'Empereur,(les élections normales ont lieu en 1871), MERCIER lui succède.

GRANDIN G.

VOYAGE DE LL. MM. L'EMPEREUR & L'IMPERATRICE DANS le CENTRE DE LA FRANCE - SEJOUR A BOURGES - (10 & 11 juillet 1862)

1862, In-8, brochure, 28 pages. Propre. Bourges, Juillet 1862 Imprimerie et Lithographie de A. JOLLET Fils

Rarissime brochure relatant le voyage de NAPOLEON III et L'IMPERATRICE A BOURGES en juillet 1862

Napoléon Maret, 2e Duc de Bassano Grand Chambellan de Napoléon III

L.A.S du DUC DE BASSANO Grand Chambellan

- L.A.S. 2 ff. in-8, 1 page manuscrite signée, datée du 26 décembre 1860. Petite déchirure cf. photo. TEXTE : "Monsieur, j'ai reçu la lettre que vous adressez à l'Empereur et que vous m'avez confiée. Je m'empresserai de la mettre sous ses yeux. Recevez Monsieur, mes sincères félicitations et l'expression de ma considération très distinguée"

- Napoléon MARET de BASSANO (1803 - 1898), Secrétaire d'ambassade en Belgique (1832), puis en Espagne, Ministre plénipotentiaire à Cassel, Ministre plénipotentiaire et envoyé extraordinaire près de Léopold Ier, Sénateur du Second Empire (31 décembre 1852), Grand chambellan de Napoléon III, 2e duc de Bassano, 2e comte Maret, Chevalier (1832), puis, Commandeur (7 août 1852), puis, Grand officier de la Légion d'honneur. Son épouse Marie Ghislaine sera Première Dame d'Honneur de l'Impératrice.