Sujet : Mathematique

3 résultats

CHASLE Michel Mathématicien

COURS D'ASTRONOMIE ET DE GEODESIE - 1847

- Ouvrage rarissime car jamais édité de ce grand savant à qui l'on doit le Théorème de CHASLE entre autres. - 1947, cours Ronéotypé manuscrit, Ecole Polytechnique. - In-quarto demi chagrin, dos à cinq nerfs ornés de filets dorés, titre et auteur aux fers dorés. - 664 pages (dont Analyse des 27 Leçons p. 639) ornées de nombreuses illustrations, dessins et figures, dans le texte.

Michel Chasles, né le 15 novembre 1793 à Épernon, mort le 18 décembre 1880 à Paris, est un mathématicien français. On lui doit d'importants travaux en géométrie projective, où il montra toute la richesse de la notion de rapport anharmonique, ainsi qu'en analyse harmonique, avec la représentation de certains potentiels. Michel Chasles est l'un des 72 savants dont le nom est inscrit sur le premier étage de la tour Eiffel. Il est le 11e, sur la face tournée vers le Nord. Il entra en 1812 à l'Ecole polytechnique et en sortit en 1811. Successivement ingénieur, agent de change, professeur, il ne cesse de cultiver les sciences mathématiques et surtout la géométrie, qu'il a enrichie d'une foule de théorèmes nouveaux et importants. D'abord on le voit s'occuper de la transformation du cercle et de la sphère en ellipse et en ellipsoïde, par la réduction, en un rapport constant, de leurs ordonnées comptées à partir d'un diamètre ou d'un plan diamétral. Il arrive, par cette méthode, à étendre les résultats acquis par ses devanciers, sur l'enveloppe de la sphère tangente à trois autres, au cas où il s'agirait d'ellipsoïdes semblables seulement placés. Il se consacre ensuite à des recherches sur les sections coniques confocales, sur les perspectives stéréographiques. A partir de 1830, il collabore activement à la Correspondance mathématique et physique de Belgique. En 1837 paraît, sous les auspices de l'Académie royale des Sciences de Bruxelles, son Aperçu historique sur l'origine et le développement des méthodes en géométrie, suivi de deux mémoires sur la dualité et l'homographie. Jusqu'en 1852, il ne cesse de produire des travaux originaux sur les courbes et les surfaces, les lignes géodésiques. Alors il compose sa géométrie supérieure. Elle met le comble à sa renommée et le place au nombre des mathématiciens originaux des temps modernes. En 1865, la Société royale de Londres lui décerne la médaille de Copley, la plus haute récompense honorifique que l'Angleterre puisse donner au savant le plus méritant de l'univers. On lui doit aussi le THEOREME DE CHASLE, qui établit que toute fonction harmonique, c'est-à-dire toute fonction qui est une solution de l'équation de Laplace, peut se représenter par un potentiel de simple couche sur l'une quelconque de ses surfaces équipotentielles.

GAUTRUCHE PIERRE - GALTRUCHE - GAULTRUCHE

PHILOSOPHIAE AC MATHEMATICAE TOTIUS clara, brevis, et accurata Institution Cum Introductione ad alias Facultates (Traité comprenant) l’Arithmeticae, l’Elementale Geometriae, la Geometriae Practica, la Sphera Mundi, la Chronologia, la Gnomonica, la Sphaera Terrestris, l’Optica, la Musica. P. PETRI GALTRUCHII Aurelianus Societ. Iesu)

1665, CADOMI Apud Ioannem Cavelier In-16 plein vélin, étiquette au dos. 2 ff., Gravure frontispice pour la Mathematica, p. de titre, 2 ff. de texte, 356 pages, 2 ff. pour la Table des Matières, 20 Gravures Hors Texte.

BIEN COMPLET DE SES 20 PLANCHES. MICHAUD NOUS INDIQUE DANS BIOGRAPHIE UNIVERSELLE tome 16 p. 60 que Pierre GAUTRUCHE (Gaultruche, Galtruche) est né à Orléans en 1602, il rentre dans la Société des Jésuites et y reste 57 ans. Il professe successivement les humanités, la philosophie, la théologie, les Mathématiques dans lesquelles il fit pour son époque des progrès assez remarquables. Il se consacre à l’élaboration de livres élémentaires nécessaires aux colèges de l’ordre. Il meurt prévet des classe du Collège de Caen le 30 mai 1681. L’édition originale de cet ouvrage est de 1633 sous le titre Mathematicoe totius institutio chez Cavelier en 1633. Elle sera sans cesse complétée de matières nouvelles).

OZANAM Professeur en Mathématique

METHODE GENERALE POUR TRACER DES CADRANS SUR TOUTE SORTE DE PLANS (TRAITE DE GNOMONIQUE).

Deuxième Edition mais Première Edition augmentée sous le Titre de "METHODE..", la première originale l'étant sous le Titre de "TRAITE DE GNOMONIQUE OU DE LA CONSTRUCTION DES CADRANS...de 1673". Voir MICHAUD T.XXXI p.536. - 1685, A Paris chez ESTIENNE MICHALLET. - In-12 plein veau avec manque en haut du dos. Sinon bon exemplaire avec mouillures pâles en fin d'ouvrage. - 1 f. p. de Titre avec Ex-libris à l'encre brune. 1 f. pour l'Avis au Lecteur. 161 pages dont 12 pages de Tableaux portant leur propre numérotation p.76, un Tableau des Angles brisez, et 2 pages pour la table des verticaux du soleil. - Une PLANCHE DEPLIANTE rajoutée en fin. Cette édition ne comporte pas de planches, elle le sera dans l'édition de 1697.

Quelques mouillures claires notamment en fin d'ouvrage. Petit manque de cuir en haut du dos.