Sujet : Pharmacie

3 résultats

BUC'HOZ J. P. Médecin Naturaliste

FEUILLES D'ORANGER - TRAITEMENT EFFICACE DES CONVULSIONS ET AFFECTIONS VAPOREUSES PAR LA DECOCTION ET LA POUDRE de ; du SCORBUT et autres maladies de pareille nature, par les bourgeons de sapins, de pins, l'eau de gaudron et le trèfle aquatique ; des maladies vénériennnes par différentes espèces de végétaux ; de la rage par le vinaigre ordinaire, et de la Manie par le vinaigre distillé ; des Hémorragies et des chutes par l'arnica, l'herbe à Robert ou le géranium à squinancie ; de l'Hydropisie par une clairette purgative ; de la Gale par la dentelaire; et des croûtes laiteuses par la dentelaire ; et des croûtes laiteuses et autres, par la violette-pensée.

- An XIII (1805) A Paris Aux frais de la dame Buc'hoz épouse de l'Auteur, , - In-8 broché sans couverture, 64 pages.

TRES RARE OPUSCULE du Docteur BUC'HOZ

CRETE L.

Le NETE et quelques autres PARKIAS DE L’AFRIQUE OCCIDENTALE

Travail du Laboratoire des Recherches sur les Matières premières de l’Ecole Supérieure de Pharmacie de Paris - 1910, LONS LE SAUNIER, Imprimerie Declume, - In-8 broché sous cristal non coup, 167 p. , Table des matières, 1 f. dont 33 figures et dessins, nombreux tableaux dans le texte..

-PARKIA BIGLOBSA ou NERE en BAMBARA biglobosa, ou néré en bambara, est une espèce d'arbre de la famille des Mimosaceae, ou des Fabaceae, sous-famille des Mimosoideae selon la classification phylogénétique originaire des zones sahéliennes et soudaniennes. - Synonymes : arbre à farine, arbre à fauve, caroubier africain (en raison de la ressemblance de sa gousse avec celle du caroubier), mimosa pourpre (en raison de la ressemblance de sa fe Cet arbre nourricier apporte de nombreux nutriments (protides, lipides, glucides, iode, vitamines diverses) de très haute qualité. Il constitue donc pour l'Afrique une source très importante en termes d'alimentation et de nutrition de qualité. La farine de Néré apporte la totalité des acides aminés essentiels à l'organisme, du fer (de l'ordre de 15,5 mg/100 g), mais aussi de la vitamine C pour limiter les risques de scorbut. - Le néré produit des fruits pédonculés avec une poudre jaune à forte odeur qui est consommée en pâtes. - Les graines sont bouillies, fermentées, et utilisées, mélangées avec du gombo (Hibiscus esculentus) pour préparer une sauce appréciée appelée « soumbala » au Mali, et au Burkina Faso. Au Sénégal, les graines fermentées de néré, ainsi que le condiment qui est fabriqué en les pilant et les cuisant avec du sel et du piment s'appellent "nététou" (iru ou dadawa au Nigéria). En zones haoussaphones, un condiment semblable est appelé "dawa dawa". Le nététou accompagne principalement au Sénégal les plats à base de riz et de poisson, ainsi que le "soupkandia", un plat à base de gombo et d'huile de palme. - En Guinée, la poudre produite à partir des graines fermentées de néré est appelée par les Soussous Kenda, Soumbara par les Malinkés et Oddji par les Peulhs. Une sauce (appelée "Lafidi" par les Malinkés, "Marakhoulèngni" par les Soussous, "Fouttii" par les Peulhs) est faite avec cette poudre, du gombo et parfois du piment. Cette sauce accompagne le riz et est souvent recouverte de quelques cuillerées d'huile de palme ou de beurre traditionnel appelé "Foulaya". - L'écorce est utilisée en ostéopathie. La pulpe peut servir de laxatif. Les cosses peuvent servir d'engrais, de poison pour la pêche ou encore comme crépi pour enduire les murs des cases.

NICANDRE

NICANDRI THERIACA ET ALEXIPHARMACA Ioannes Gorrhaeus Latinis versibus reddidit Italicis Vero. EN GREC et en LATIN

- 1763, FLORENTIAE ex Officina Moückiana - In-8 plein vélin rigide propre et corps de texte impeccable. Dos à cinq nerfs et pièce de titre dorée. - P. de Titre bicolore, 376 pages Contenant une vie de Nicandre, ses deux Oeuvres Majeures sur les serpents et les anti-venins. Gloses et métaphrases de divers auteurs de médecine dont Gorrheus, Vanswieten en grec etc.. - Annotations en marge à l'encre et anciennes en Grec.

Nicandre (en grec ancien Νίκανδρος / Nikandros) grammairien, poète et médecin grec, du 2e siècle av. J.-C., né à Claros près de Colophon en Ionie. Il est l'auteur de nombreuses œuvres, mais seulement deux, traitant de médecine et de pharmacie, ont été conservées. La première est Thèriaka (Θηριακά), longue de 958 hexamètres. Elle traite principalement de la question des blessures causés par les animaux venimeux ainsi que de leur traitement. Il décrit douze espèces de serpents dont certaines sont parfaitement reconnaissables. Il décrit aussi des salamandres, des cantharides, des araignées, des scorpions, des papillons (dont il est le premier à signaler le pouvoir urticant de certaines espèces). Sa seconde œuvre sont les Alexipharmaka (Αλεξιφάρμακα) de 630 vers hexamètre. Elle évoque les poisons et leurs antidotes. Ces écrits renferment une grande quantité d'erreurs ou de superstitions. De nombreuses espèces végétales, mais aussi animales, sont décrites. Il suit le travail du médecin Apollodorus.