Sujet : Presse

18 résultats

INTERPRESS FOTO 1960 herausgegeben vom verband der deutzchen journalisten

Texte en Allemand, Anglais, Français, Russe.* 1960, Berlin, in-Quarto bien relié, dos toilé frais, 156 pages de photos superbes, et un Katalog en 3 grands feuillets dépliant récapitulant 433 photographes, et photographie de l'ouvrage, leur Nationalité, et l'intitulé de la photo, en Quatre langues.

Bel EX-LIBRIS de Jean Jacques LEVY Grand Reporter à l'Associated Press.

JOURNAL DES DEBATS POLITIQUES ET LITTERAIRES (PERIODE RESTAURATION 1815 - 1816)

2 Volumes In-quarto tomés 1 et 2, Tête de Série pour la Restauration sur 4 mois et demi, demi basanes à dos lisses et petits coins, pièces de titre et tomaison tabac, bon état et décoratif malgré petits défauts de coiffes et pièces de titre, quelques feuillets avec atteintes marginales de vers. Chaque quotidien est revêtu du Timbre Royal Rouge de la Seine et les Premiers Feuillets sont souvent notés à l'encre du sujet le plus marquant. Chaque quotidien fait de 4 à 6 pages 1° Volume : parutions du 1er Octobre 1815 au 8 décembre 1815 2nd Volume : du 8 décembre 1815 au 16 février 1816

Journal quotidien paraissant tous les jours même le dimanche informant des nouvelles politiques Françaises et Etrangères, des Variétés, de la Loterie, de cours de bourse, d'annonces, spectacles, du feuilleton du journal des débats, reproduisant les plus importantes ordonnances Royales, donnant des nouvelles judiciaires etc.. Pendant la Restauration et le début de la Monarchie de Juillet , le Journal des débats reste le plus diffusé après Le Constitutionnnel.Au moment de la Première, le journal prend le titre de Journal des débats politiques et littéraires le 1er avril 1814. Redevenu Journal de l'Empire pendant les Cent jours du 21 mars au 7 juillet, il est de nouveau appelé Journal des débats politiques et littéraires de 1815 à 1944. Une mine d'informations historiques au quotidien

BERRYER Fils

DISCOURS SUR LA COMPOSITION DES TRIBUNAUX CORRECTIONNELS A PROPOS DE LA LOI SUR LA PRESSE - DISCOURS DE M. BERRYER sur la SUPPRESSSION DES BREVETS D’IMPRIMEUR - BERRYER à la Chambre sur la « Perpétuité Inconstitutionnelle des Pouvoirs du Président - ASSOCIATION pour la Défense de la RELIGION CATHOLIQUE - DEFENSE DE LA LIBERTE RELIGIEUSE

Ouvrage de la Bibliothèque de Vaufreland avec deux envois à M. Mme le Vicomte de Vaufreland, portant sur la Liberté Religieuses, les Congrégation, la Composition des Tribunaux Correctionnels, les Brevets d’Imprimeur etc.. ENSEMBLE DE NOTICES comportant 1 Ex-libris de la Bibliothèque de Mr le Vicomte de Vaufreland et 2 ENVOIS MANUSCRITS DE BERRYER à Monsieur, et Madame le Vicomte de Vaufreland. In-12, demi percaline rouge granitée, titre aux fers dorés, plats marbrés avec au dos l’Ex-libris Armorié de Vaufreland, jolie garde dominotée violette, 38 p., 1 f., 70 p., 36, 35 p., 62 p., p. 37 à 54. 1- ASSOCIATION pour la Défense de la RELIGION CATHOLIQUE, Rapport Fait au Conseil général, en Date du jeudi 31 juillet 1828, en vente chez Bricon Libraire et imprimé à Paris, Imprimerie de Béthune, 38 p. avec notes. 2- Discours de M. de FALLOUX, avec des Intervention de BERRYER à la Chambre sur la « Perpétuité Inconstitutionnelle des Pouvoirs du Président » (Monarchie Constitutionnelle) 70 p. 3- DEFENSE DE LA LIBERTE RELIGIEUSE, Discours de M. BERRYER sur les Interpellations faites par M. THIERS au sujet des Congrégations Religieuses, 1845 Dentu, au Palais Royal, à Paris aux Bureaux du Journal LA France, avec un ENVOI à Madame de Vaufreland signé de BERRYER, 36 pages. 4- DISCOURS prononcé au CORPS LEGISLATIF le 14 février 1868 par M. BERRYER sur la Composition des TRIBUNAUX CORRECTIONNELS à propos de la LOI SUR LA PRESSE, 1868, Tours, Imprimerie et Librairie Mazereau, avec un très bel ENVOI « A Monsieur le Vte de VAUFRELAND, hommage à l’Ancienne Magistrature, 1868 signé BERRYER 5- DISCOURS DE M. BERRYER sur la SITUATION FINANCIERE , Paris E. DENTU, 1864, petit format in-12 de 62 pages, 6- DISCOURS DE M. BERRYER sur la SUPPRESSSION DES BREVETS D’IMPRIMEUR, Séance du 9 mars 1868 p. 37 à 57, la « seule voix contre est celle Symbolique de Berryer »...

Bel exemplaire de l'assemblage d'Interventions de Berryer

BISSETTE Cyrille Charles Auguste (Député de la Martinique)

PETITION CONTRE UNE SAISIE DE LIVRES ET BROCHURES EN MARTINIQUE ET QUI ONT TRAIT A L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE. 1846

1846, Paris, Imprimerie Poussielgue. - In-8 Bradel moderne, titre au dos. 27 p. - Contient la pétition à la Chambre des Députés, ainsi que les courriers et documents de Pièces Justificatives de 1844 à 1845, avec les intitulés des brochures confisquées en 1844 et 1845 et qui ont toutes trait à l'abolition de l'esclavage et au projet de loi Mackau.

Cyrille Charles Auguste BISSETTE, homme politique Martiniquais, né le 9 juillet 1795 à Fort-Royal et mort le 22 janvier 1858 à Paris. Grands artisans de l'abolition de l'esclavage en France. Antiesclavagiste dès 1823 en Martinique, il a été élu député de la Martinique en 1848 et de 1849 à 1851.

CALMETTE Gaston

L. A. S. de GASTON CALMETTE A M. PONROY

Lettre sur feuillet double in-12 à ENTETE du FIGARO 26 rue Drouot, vers 1910 : « Cher Ami, C’est convenu. Voulez vous assister avec Mme Ponroy à une séance de l’Académie samedi à 2 heures , Si oui un mot et je vous enverrai les billets ou bien je vous les remettrait samedi à onze heures A vous, Gaston Calmette C’est une belle séance ; les 5 académies dans leur réunion annuelle »

Gaston Calmette, Journaliste, Directeur du FIGARO de 1903 à 1914 est né à Montpellier le 30 juillet 1858 et mort ASSASSINE à Paris le 16 mars 1914. Il lance en janvier 1914 à l’instigation de Barthou et Poincaré une Campagne diffamatoire contre Joseph Caillaux, ministre des Finances du gouvernement Doumergue. "Dans laquelle il l’invite à une Réunion Plénière Annuelle des 5 Académies réunies."

Charles de MONTALEMBERT

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE de MONTALEMBERT à propos d’une dispute avec le Président DUPIN

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE, 2 ff. in-12. - MONTALEMBERT est en querelle avec le Président de la Chambre des Députés DUPIN. Articles de presse et lettres orageuses sont échangées. Voir deux lettres du 6 février 1854 adressées par Dupin à Montalembert, la Réponse du 10 mars 1854 répertoriées à la BNF et visible sur Gallica. NOTRE LETTRE EST L'ABOUTISSEMENT VERS UNE RECONCILIATION ENTRE LES DEUX HOMMES Et fait suite à un article de Dupin dans le SIECLE Journal Républicain modéré, mais anticlérical.. Voir sur Gallica ces fameuses Lettres. Dupin Accuse Montalembert d’avoir publié dans le journal de Liège une lettre et des propos reproduisant des conversations privées à domicile en réaction à un Discours prononcé Par Dupin au Comice Agricole de Corbigny (Nièvre). - Au Rédacteur du Journal LE SIECLE à propos d’une dispute avec le Président DUPIN (ancien Président de la Chambre des Députés). - "TEXTE : Paris ce 12 mars 1854 Monsieur, Je lis avec une pénible surprise les deux lignes que contient le Siècle de ce matin au sujet de ma réponse à l’attaque que vous avez insérée contre moi. Vous ne pouvez croire, Monsieur que je regarderais cette mention insignifiante comme une réparation suffisante au tort que vous m’avez fait en prêtant le secours de votre immense publicité aux imputations calomnieuses de M. DUPIN. Le droit de réponse n’a point été que je sache abrogé par la nouvelle législation sur la presse. Et quand la loi ne l’aurait pas consacré, il n’en serait pas moins écrit dans la conscience de tout homme d’honneur. Je crois n’avoir rien mis dans ma seconde lettre à M. Dupin qui puisse vous exposer aux sévérités du décret du 17 février 1852 : mais je suis prêt à m’entendre avec vous sur les passages dont la suppression à ce point de vue vous paraîtrait nécessaire. Veuillez m’indiquer à cet effet l’heure ou je pourrais vous voir dans le cours de la journée. Vous devez comprendre l’impatience que j’éprouve de pouvoir démentir devant vos lecteurs les allégations de M. Dupin. J’ai l’honneur d’être Monsieur, avec ma parfaite considération, votre très humble serviteur Signé Ch. De Montalembert 40 rue du bac"

Charles Forbes, Comte de Montalembert, né le 15 avril 1810 à Londres, décédé le 13 mars 1870 à Paris, était un journaliste, historien et homme politique français. Pair de France en 1831, parlementaire des assemblées constituante et législative de la Deuxième République après la révolution de 1848, membre du Corps législatif du Second Empire, il était favorable à une monarchie constitutionnelle et libérale. L'un des principaux théoriciens en France du catholicisme libéral, il défendit la liberté de la presse et la liberté d'association, soutint constamment les droits des nationalités opprimées et fut l'un des auteurs de la loi de 1850 sur la liberté de l'enseignement (loi Falloux).

Comte BACHASSON de MONTALIVET Marthe, Camille

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE DU COMTE DE MONTALIVET EN VUE DE LA DEFAITE DU GOUVERNEMENT PERIER. 1831/32

- 4 août (1827) - 2 ff. in-8. 1 p. manuscrite. Petites déchirures. Etat moyen. TEXTE IMPORTANT. - TEXTE : "Mon Cher Collègue, Je viens de voir Mr Salverte qui nous demande notre appui et qui doit aller vous chercher demain matin. Je crois devoir vous dire dans quels termes je me suis mis avec lui afin que vous les adoptiez s'ils vous conviennent. Ce que nous cherchons avant tout, c'est la défaite de M. Périer Chef d'un des comités de la Coalition ; si pur y parvenir la candidature de MR de Salvandy est la plus favorable, il veut bien y consentir et nous le porterons. Il en parait fort effrayé ce qui confirme mes espérance. J'ai ajouté que d'ailleurs vous examiniez encore, ce vous attendiez quelques lettres, et que le Conseil en déciderait. Retranchez, ajoutez mon Cher Collègue dans ce langage et faites m'en part au Conseil de demain dans lequel nous aurons à prendre un parti définitif. Mille amitiés, Signé MONTALIVET.". SALVERTE et MONTALIVET siègent à gauche, pour le retour de la famille Bonaparte, les Ordonnances de Saint Cloud et la Libération de la duchesse de Berry.

- En 1831, Louis Philippe charge Casimir Perier de former un nouveau ministère dans lequel Montalivet prend le portefeuille de l'Instruction publique et des Cultes. Il y marque surtout son passage par des mesures en faveur de l'instruction primaire. - Redoutant l'habileté manœuvrière de Louis-Philippe, et soucieux d'exercer la plénitude du pouvoir, PERIER exigea du roi, en préalable à son acceptation, de pouvoir réunir chez LUI DES CONSEILS DE CABINET hors de la présence du souverain et obtint que le duc d'Orléans, qui professait des idées libérales avancées, cessât de participer au Conseil des ministres. - Dans la fameuse séance où le comte de MONTALIVET fut pris à partie par l'opposition pour avoir fait usage du terme de sujets pour désigner les Français, PERIER exprima son indignation en disant : « Montalivet, tenez bon ! et le premier qui vous insulte, f… votre verre d'eau sucrée à la figure ! » - COMTE de MONTALIVET : 1801 à Valence (Drôme) 4 janvier 1880 à Saint-Bouize (Cher), au château de Montalivet-Lagrange, plusieurs fois ministre de l'Intérieur et de l'Instruction Publique et des Cultes, Pair de France, ami de Louis-Philippe dont il a été l'exécuteur testamentaire, il ne siége à la chambre haute qu'en 1826, et se montre défenseur ardent des idées constitutionnelles et fait paraître en 1827 la "Lettre d’un jeune pair de France aux français de son âge". - REFERENCES LITTERAIRES ET HISTORIQUES : - MONTALIVET, M.C. BACHASSON DE. - MANUEL DU JURE, (plus probablement Aide-toi, le ciel t'aidera. - Manuel de l'électeur-juré... Aux électeurs des différents départements, Paris : Cesson, 1827, texte imprimé 14 p., in-8).

DELAUNAY de VILLEMESSANT Hippolyte

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE à PONROY d'HENRI DE VILLEMESSANT Directeur du Figaro, Rédacteur en Chef de L'EVENEMENT

Vers 1870, 1 f. in-12 à entête du journal L'EVENEMENT, H. de Villemessant, lettre autographe signée adressée à Arthur Ponroy Romancier, "Cher et grand artiste, Notre petite partie de campagne est remis à l'autre dimanche. Je vous tiendrai au courant. Tout à Vous, H. de Villemessant"

Inventeur de la Presse Moderne, Hyppolyte DELAUNAY de VILLEMESSANT est né à Rouen le 22 avril 1810 et décède à Monaco ou il avait sa propriété le 12 avril 1879 à 65 ans Hyppolite de Villemessant fondateur du Figaro, en fit le premier journal français. "L'EVENEMENT" CREE EN NOVEMBRE 1865 EST CONSIDERE COMME LE GRAND FRERE LITTERAIRE DU FIGARO EN 1866, il adressera à tout nouvel abonné une douzaine de mandarine dans un corbeille de carton enjolivée.

EMILE DE GIRARDIN

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE D'EMILE DE GIRARDIN

L.A.S. 2 ff. in-12, probablement à Ph. Gille (même source et origine). Entête Paris 27 rue LA PEROUSE Champs-Elysées. - TEXTE : "Monsieur, Le Budget de la france ne lui permet pas d'augmenter le nombre de ses rédacteurs. Regrets et Cordialité. Signé E. de GIRARDIN"

EMILE DE GIRARDIN, (1806 -1881) Journaliste et Hommme politique. Député de la Creuse, du Tarn et Garonne, du Bas-Rhin et de la Seine. Conservateur libéral.Combat pour la liberté de la Presse, s'ippose à toute censure. Fondateur de "LA PRESSE" ; il réduira le prix du journal pour augmenter le tirage et multiplier les insertions publicitaires. Il initie le roman feuilleton.

HATIN EUGENE

HISTOIRE DU JOURNAL EN FRANCE, 1631-1853

1853, PARIS, P. JANNET, In-12, demi chagrin, Dos à 4 nerfs soulignés de filets dorés, Fleurons dorés. Garde, 1 f., p. de fx titre, p. de titre, 1 f. nn. Pour la Préface, 318 pages. (Avant la Révolution, Pendant la Révolution, Sous l’Empire, la Restauration, Monarchie de Juillet, en 1848). Table en photo in fine.

Histoire du Journalisme Français. Bel exemplaire.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... par C. J. 1721 Tome IX - (suite du JOURNAL DE VERDUN) (suite de la clef du cabinet des souverains).

Premier Semestre 1721, tome IX. - A Paris chez Etienne GANEAU - In-12 plein veau coiffes élimées, corps de texte impeccable cf. photos. - Garde, 1 f. premier plat avec la vignette de Verdun, 454 p., 14 p. n.c. - Contient les nouvelles concernant 7 articles, littérature, Italie, allemagne, pays bas, angleterre, France et Lorraine & potins des princes.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... par C. J. 1726 Tome XIX - (suite du JOURNAL DE VERDUN) (suite de la clef du cabinet des souverains).

SECOND Semestre 1726, tome XIX. - A Paris chez Etienne GANEAU. - In-12 plein veau, corps de texte impeccable cf. photos. - Garde, 1 f. premier plat avec la vignette de Verdun, 454 p., 16 p. n.c. pour la Table Générale alphabétique des matières. - Contient les nouvelles concernant 7 articles, littérature, Italie, Allemagne, Pays bas, Angleterre, France et Lorraine & "potins" des princes.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... par C. J. 1730 Tome XXVIII - (suite du JOURNAL DE VERDUN) (suite de la clef du cabinet des souverains).

SECOND Semestre 1730, tome XXVIII. - A Paris chez Etienne GANEAU. - In-12 plein veau, corps de texte impeccable cf. photos. - Garde, 1 f. premier plat avec la vignette de Verdun, 458 p., 12 p. n.c. pour la Table Générale alphabétique des matières. - Contient les nouvelles concernant 7 articles, littérature, Italie, Allemagne, Pays bas, Angleterre, France et Lorraine & "potins" des princes.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... par C. J. 1731 Tome XXX - (suite du JOURNAL DE VERDUN) (suite de la clef du cabinet des souverains).

SECOND Semestre 1731 tome XXX. - A Paris chez Etienne GANEAU. - In-12 plein veau avec manques de cuirs, élimé, corps de texte impeccable cf. photos. - Garde, 1 f. premier plat avec la vignette de Verdun, 458 p., 13 p. n.c. pour la Table Générale alphabétique des matières. - Contient les nouvelles concernant 7 articles, littérature, Italie, Allemagne, Pays bas, Angleterre, France et Lorraine & "potins" des princes.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... par C. J. 1732 Tome XXXI - (suite du JOURNAL DE VERDUN) (suite de la clef du cabinet des souverains).

PREMIER Semestre 1732 tome XXXI. - A Paris chez Etienne GANEAU. - In-12 plein veau avec manques de cuirs, élimé, corps de texte impeccable cf. photos. - Garde, 1 f. premier plat avec la vignette de Verdun, 458 p., 10 p. n.c. pour la Table Générale alphabétique des matières. - Contient les nouvelles concernant 7 articles, littérature, Italie, Allemagne, Pays bas, Angleterre, France et Lorraine & "potins" des princes.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... 14 VOLUMES COUVRANT LA PERIODE 1738 à 1747 ; tomes 43 à 61 manquant les seuls tomes 50 et 51 56 à 58

- 14 Volumes correspondant à 14 semestres couvrant la période 1738 à 1747. (tomes 43 à 61 manquant les tomes 50 et 51 et 56 à 58) SOIT : 1738 t.1 (43) & 2 (44) ; 1739 T.1 (45) & 2 (46) ; 1740 t.1 (47) & 2 (48) ; 1741 t.1 (49) ; 1742 t.2 (52) ; 1743 t.1 (53) & 2 (54) ; 1744 t.1 (55) ; 1746 t.1 (59) & 2 (60) ; 1747 t.1 (61). - Etat des Reliures ecclecltique de mauvais à correct, corps de texte en genéral très bon, un ex-libris de la bibliothèque de Francisci SCHEPPERS aux 3 volumes 48, 53, 59

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

JORDAN CLAUDE

SUITE DE LA CLEF, OU JOURNAL HISTORIQUE SUR LES MATIERES DU TEMS, CONTENANT QUELQUES NOUVELLES DE LITTERATURE & AUTRES REMARQUES CURIEUSES... 7 VOLUMES COUVRANT LA PERIODE 1755 à 1759 ; tomes 77 à 86. manquant les tomes 81 et 84 & 85.

- 7 Volumes correspondant à 7 semestres couvrant la période 1755 à 1759. (tomes 77 à 86. manquant les tomes 81 et 84 & 85.) SOIT : 1755 t.1 (77) & 2 (78) ; 1756 t.1 (79) & 2 (80) ; 1757 t.2 (82) ; 1758 t.1 (83) ; 1759 t.2 (86) ; - Etat des Reliures eclectique de mauvais à correct, corps de texte en genéral très bon.

- Journal Mensuel relié par semestrialités. BARBIER IV, col. 574, QUERARD IV p. 244. Il s'agit de la suite donnée à la CLEF DU CABINET DES SOUVERAINS, ou JOURNAL DE VERDUN. Claude JORDAN dit de COLOMBIER (1659?-1727), Imprimeur-libraire et journaliste. - Né à Valence (Drôme) en 1659 ou 1660. De confession calviniste. Réfugié à Leyde en 1681 puis à Amsterdam en 1684. Devenu citoyen de Leyde en janv. 1686, il y est reçu libraire en mars suivant puis imprimeur. Il fonde en 1704 "La Clef du cabinet des princes" ou "Journal de Verdun", dont il est le principal rédacteur (impr. par André Chevalier à Luxembourg) et qu'il distribue à Paris à partir de nov. 1706. Après la rupture avec A. Chevalier et à partir de janv. 1717, il dirige un second "Journal de Verdun" intitulé "Suite de la Clef du cabinet des princes" et publié à Paris. Décédé en 1727 d'après le contenu de ce journal.

Joseph-Alexis WALSH (de SERRANT)

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNEE DU COMTE WALSH AU DEPUTE DUGABE. 1835. PLAIDOYER EN FAVEUR DE LA "GAZETTE DE NORMANDIE" et de sa fusion avec "L'AMI DE LA VERITE"

L.A.S. 6 pages manuscrites signée, dont adresse, in-quarto datée du 9 janvier 1835. Armoiries gaufrées en entête de chaque feuillet. - TEXTE : "Je vous remercie Monsieur de vos remerciements car je leur dois l'honneur d'entrer en relation avec vous et, c'est, je vous l'assure chose que j'apprécie fort, notre parti pêche par l'isolement de ceux qui le composent, se connaître, se tenir, se défendre, s'entraider voilà ce qu'il faut à tout parti qui veut triompher et malheureusement jusqu'à ce jour ce n'a pas été cet esprit la qui nous a guidés. Vous sentez bien Monsieur que tous les discours que vous prononcerez à la Chambre, la GAZETTE DE NORMANDIE se hâtera de les reproduire, un Député à la tribune, c'est la voix, un journal c'est l'Echo ! Le devoir de l'Echo, c'est de redire.... mettez nous à même de redire souvent de vos paroles.. je ne puis trop vous assurer combien le début de de nos amis dans cette belle et grande question d'amnistie a relevé les têtes abattus les coeurs découragé des Royalistes, du pays ou je suis .. ils sont devenus frères et maintenant disent aux Justes milieux et aux gens du mouvement .. vous des voix éloquetes comme celles de nos amis ? L'élection du DUC DE FITZ-JAMES va aussi donner du coeur à nos laches... mais nous vous en supplions parlez parlez souvent, il y a des gens qui pour savoir qu'ils existent ont besoin qu'on le leur dise. La tribune a besoin de la Presse, et bien des royalistes des Provinces ne sont point assez convaincus de cette vérité, la GAZETTE DE NORMANDIE, appartenant à une des plus riches provinces de France n'a que 800 abonnés, il nous en faudrait 1200 pour voler de nos propres ailes, nous n'existons que par des secours qui nous viennent (pas de Prague, c'st le Bridoison ou la France que soutient le Duc de BLACAS) mais ceux des légitimistes qui ont pensé qu'ils devaient donner au SOUVERAIN DE DROIT un vingtième de ce qu'ils paient au souverain de fait . Avec ces fonds on nous soutient mais je puis vous le dire on le fait en se plaignant de la charge imposée, on paie en rechignant... dans le pays de ..... comme on appelle la NORMANDIE on est froid et l'on calcule beaucoups. Une chose bien désirable ce serait que quelques secours nous vinssent d'ailleurs que de chez nous, et que l'on peut dire à ceux qui depuis plusieurs années font des sacrifices, vous voyez votre charge devient moins lourde ! Nous n'en sommes pas là, pour ... la GAZETTE est obligée de recevoir chaque année un vingtaine de mille francs, et ces vingt mille francs sont produits par la Normandie. Ce serait un grand encouragement si l'on avait pris quelques actions ailleurs c'est à Bridoison que l'on pense Oh Pitié ! Pitié ! Lors de la naissance des Gazettez de Provinces on en fit trop paraître, le royalisme n'a pu faire viser tous ses enfants, Voilà aussi qu'il en meurt beaucoup, l'Ouest n'a plus ni son Vendéen, ni sa Gazette. La Bretagne n'a plus son organe... l'hermine à NANTES se soutient à grand peine... il ne faudrait qu'une gazette pour toute la Bretagne, une seule pour le Poitou, une autre pour l'Anjou, une pour toute la Normandie. Si en Normandie il y avait quelque chose de plus en vogue que nous, je conseillerais à nous de nous joindre à ce qui aurait plus d'abonnés que notre Gazette, mais toute vanité de Rédacteur mise de côté, je dois vous dire Monsieur que notre collègue de Caën L'Ami de la Vérité ennuie tous ceux qui le soutiennent et que les notabilités Légitimistes de la Basse Normandie seraient enchantés de voir le Journal qui leur coûte beaucoup et qui les amuse peu se fondre avec la Gazette que j'ai l'honneur de rédiger.. Dans les calmes plats de la politique, il faut sauver l'ennui à ses abonnés par la littérature et l'Ami de la Vérité ne traite jamais une questions littéraire.. Eh mon Dieu, on peut servir la cause avec la littérature presqu'autant qu'avec une question politique... moi je m'évertue à mêler de notre politique, faire de la politique et de la raison. J'en emplis les feuilletons et mes comptes rendus d'ouvrages... oh si l'on n'amuse pas les grands enfants, ils iront bouder dans leur coin, il faut tacher de les relaxer.. ayez de bonnes et nobles séances et en les redisant nous plairons à nos abonnés. Je ne parlerai que lorsque la noblesse fera silence. Un des actionnaires de la Gazette de Normandie Mr du Roux ancien Sous-Préfet de Nantes aura Monsieur l'honneur de vous voir bientôt et vous parlera à fond de nos affaires. Il sera à Paris le 25 janvier. La grande chose pour le succès et la durée de la Gazette de Normandie serait la fusion de l'AMI DE LA VERITE avec elle. Agréez mes excuses d'une si longue lettre, mais l'instant de la question m'a entraîné. Veuillez Monsieur Agrée... SIGNE Vte WALSH"

- Joseph-Alexis WALSH (1782-1860) Vicomte, directeur des postes à Nantes et homme de lettres, directeur de L'Écho de la Jeune France, de la GAZETTE DE NORMANDIE, de La Mode, de l'Encyclopédie Catholique, propriétaire du CHATEAU DE CHAUMONT SUR LOIRE. - Charles Casimir DUGABE né le 27 février 1799 au Mas-d'Azil (Ariège) et décédé le 14 avril 1874 à Toulouse (Haute-Garonne). Avocat à Toulouse, il est DEPUTE LEGITIMISTE de l'Ariège de 1834 à 1848, siégeant dans l'opposition de droite, avec les légitimistes, puis basculant dans la majorité soutenant les ministères de la Monarchie de Juillet à partir de 1839.