26 résultats

(anonyme) GILLOT Jacques

INSTRUCTIONS ET MISSIVES DES ROYS TRES-CHRESTIENS & de leurs AMBASSADEURS et autres pièces concernant le Concile de TRENTE Pris sur les ORIGINAUX

- 1613, Sans lieux, - In-quarto, plein veau granité, dos à cinq nerfs avec restauration modeste au dos. - Ex-Libris d'André Quirini, Bibliothécaire du Vatican. - P. de titre, 371 p., 3 ff. pour la Table des Documents et lettres. Menues traces de vers aux premiers feuillets sans atteinte au texte.

- JACQUES GILOT (1550/1619), Conseiller Clerc au Parlement de Paris, Doyen de la Cathédrale de LANGRES, on lui doit divers ouvrages historiques et diplomatiques dont un Traité des droits & libertés de l'Eglise Gallicane, une Relations de la Régence -sous Marie de Médicis, les Actes du Concile de Trente etc.. - ANDRE QUIRINI, noble vénitien, R.B. de la Congrégation du Mont Casin, Abbé de Sainte Marie de Florence, Evêque de Brescia en 1726, Cardinal en 1727 & Bibliothécaire du Vatican.

ABBE PAUL RIGAGNON V/ PASTEUR AUGUSTE DOUESNEL

MANUSCRIT SUR LA FOI CATHOLIQUE EN REPONSE AUX DIVERSES LETTRES DE M. Aug. DOÜESNEL PASTEUR - CONTROVERSE PROTESTANTE DANS LE BORDEAUX DU 19e Siècle. Quartier des CHARTRONS;

JANVIER 1839, Bordeaux, MANUSCRIT, In-12 plein maroquin glacé en une précieuse reliure rouge, dos orné de fleurons à froid noir et de pièces de titre et de date noires et fers dorés. Plats orné d'un grand fleuron central à froid et d'un encadrement de filets et écoinçons relevé d'une roulette dorée. Garde, 1 f., p. de fx titre, p. de titre, 374 pages manuscrite recto verso numérotées d'une écriture très régulière et parfaitement lisible, 38 ff. vierges, garde. ON JOINT : LETTRES A M. LE CURE par Aug.te Doüesnel S.Cre de M.ne, à Valence, Marc Aurel, 1838 en 2nd édition auquelles sont jointes divers ouvrages. ON JOINT : ELOGE FUNEBRE de l'ABBE PAUL RIGAGNON Curé de St Martial Chanoine honoraire de Bordeaux. 1871 Bordeaux, Chez Couderc. Brochure 46 pages. JOINTE une Photo du Chanoine RIGAGNON rapportée et collée au premier feuillet.

CONTROVERSE THEOLOGIQUE DANS LE BORDEAUX du 19° S. Quartier des CHARTRONS. Réponse manuscrite reliée et non publiée après la Publication d'un livre par le Pasteur Doüesnel. Mr P. R. (PAUL RIGAGNON) PAUL RIGAGNON : Né à Bordeaux quartier des Chartrons en 1792. Fils de négociant. subira la terreur. Grand Séminaire. Ordonné en 1816, Vicaire de Saint LOUIS 17 ans jusqu'en 1834 puis Curé de Saint MARTIAL. Professeur de Théologie Il devra faire face à l'implantation Protestante dans sa Paroisse, d'ou l'érection du Temple des Chartrons. Cf. son Eloge Funèbre p. 17, "il aura des Conférences avec les Protestants", il s'occupe activement de l'Oeuvre de la propagation de la Foi ; cf p. 26, "des contradicteurs.. se dressèrent devant lui, tout près de lui. Il supporta leurs contradictions.." Voir la Construction du TEMPLE des CHARTRONS de l'Eglise Réformée en 1832/35. D'ailleurs la Vie Protestante dans ce quartier est toujours très active. Prêtre pauvre, il ne pourra publier ses lettres en réponse à cette controverse. Versus AUGUSTE DOÜESNEL Pasteur Protestant à Bordeaux, Commissaire de Marine, Auteur d'un Ouvrage de Controverse : "LETTRES A Mr LE CURE", 1837 Valence, chez Marc Aurel, puis en 1838 "LETTRES A DIFFERENTES PERSONNES, SUITE ET COMPLEMENT A CELLES DE M. LE CURE", chez Marc Aurèle Valence". Doüesnel Auguste / De la Rémission des péchés, par Auguste Doüesnel / Toulouse / Librairie protestante / 1851 Installé à Bordeaux il co-fonde après une fraîche conversion l'Eglise Indépendante Bordelaise, Comité présidé par Louis ESCHENAUER qui y représente le Consistoire Calviniste et qui comprenait un Danois et Auguste Douesnel Commissaire de Marine, Comité qui organise des cultes qui se tiennent rue Notre Dame dans les Salles annexes du Temple des Chartrons cf. Présence de l'Allemagne à Bordeaux par Alain Ruiz Presse Univ. de Bordeaux. Son action militante fut certainement efficace. voir plus tard. une vie Protestante toujours active. Les deux hommes deviennent amis et se livrent par lettres interposées à une oeuvre mutuelle de conversion, et à une controverse théologique passionnante. Le Pasteur DOÜESNEL est fraîchement converti alors même que l'Abbé Paul RIGAGNON est prêtre curé vicaire de St Louis puis arrivé à St MARTIAL en 1834. Professeur de Théologie très confirmé. Les deux hommes semblent avoir une grande estime et une évidente amitié, et leur querelle quoique courtoise est sans complaisance, parfois agressive. Les LETTRES du Pasteur DOÜESNEL sont publiées en 1837, sans que celles de l'Abbé en réponse ne le soient. L'abbé en sera vexé, mais faute de moyens, sa pauvreté est de notoriété, il ne pourra publier les siennes. Notre MANUSCRIT précieusement relié de l'époque est un projet EN REPONSE intégralement écrit de la main du Prêtre RIGAGNON. Il ne sera jamais publié. Il serait donc intéressante de mettre en parallèle les éléments de controverse mis en exergue par les deux hommes. Nous joignons l'ouvrage du Pasteur édition 1838.La mise en parallèle des lettres est saisissante d'érudition théologique. Bâti en forme de livre, il consiste en l'introduction explicative de ces lettres en réponse et de l'annonce d'un projet d'ouvrage Théologique dont il développe le plan. N'oublions pas qu'il est Professeur de Théologie. L'ouvrage lui-même est construit sur la même structure que celle du Pasteur. Réponse pour Réponse. DIALOGUE de controverse de 8* Lettres s'articulant en réponse aux 7 lettres du Pasteur dont nous joindrons l'ouvrage que nous avons pu nous procurer (édition de 1838). *Lettre d'humeur intermédiaire du Père Rigagnon. L'introduction est intitulée "Occasion des lettres suivantes". Nous citons à titre d'illustration : Introduction : Une respectable belle soeur de Mr Douesnel habitante de la paroisse avait demandé mes soins dans une grave maladie à laquelle nous la vîmes malheureusement succomber. Pendant les visites que je le ferais, elle m'entretenait souvent de la peine que lui procurait le changement de religion de son beau frère, M. D. que de funestes influences avaient éloigné récemment de la croyance Catholique dans laquelle il avait pris naissance. Un jour cette dame me demanda le 1er volume de l'Indifférence de M. de Lamennais avec le 1er de l'Histoire Ecclésiastique de Fleury. Quelque répugnance que j'eusse de consentir aux désirs de cette dame parce que je croyais bien connaître les dispositions actuelles de Mr Douesnel, je ne pu enfin me réfugier à ce qu'on me demandait et j'envoyai les livres qu'on était venu réclamer pour la 3e ou 4e fois. Ces livres étant lus on me fit demander la suite et comme je ne me trouvais pas chez moi lorsqu'on se présenta pour les demander, j'allai les porter moi-même. Mr Douesnel qui était absent m'adressa alors la 1ere lettre que j'aurai dû retenir sans réponse, mais la charité pour cette âme et le désir de l'éclairer me forcèrent à prendre la plume, c'est ce qui commença une correspondance assez longue entre ce Mr et moi-même. M. D. annonça au mois d'août 1837 qu'il allait livrer à l'impression mes lettres. Je le priai d'y joindre mes réponses après m'avoir permis d'y faire quelques corrections. Ces réponses ne furent pas imprimée des amis m'ayant engagé à ne pas les publiée je me décidai à composer un ouvrage dans lequel, sans nommer M. Douesnel, je vengerai la Religion Romaine des diverses inculpations que lui font les Protestants.; Cet ouvrage aurait résumé les objections de mr Douesnel et rassemblé dans faisceau de preuves la série des arguments qui servent à expliquer notre doctrine catholique. Cet ouvrage devant avoir le titre suivant : L'Orthodoxe, ou Explication Motivée de la Foi Catholique, paraîtra bientôt je l'espère, mais en attendant, j'ai voulu mettre dans une suite régulière toutes les lettres que j'ai écrites à Mr Douesnel afin que plus tard on fasse ce qu'on jugera à propos de ces lettres, et que, tans tous les cas, il soit constant que je n'ai pas été un chien muet et que j'ai défendu comme je le devais les vérités que je prêche. D'un autre côté pendant le Carême de la présente année, j'ai fait donner par Mr l'Abbé DUPUCH actuellement Evêque d'Alger dans mon Eglise des Conférences dont j'étais l'interlocuteur sur les principales questions controversées. ........ l'ouvrage que je prépare aura cinq parties.... p. 15 - 1ere LETTRE DE M. DOUESNEL Lorsqu'on me remit hier soir la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'écrire, il était trop tard pour y faire une réponse. .. En me présentant chez vous Mr, c'était bien moins pour vous remettre les ouvrage que vous désirer achever de lire que pour me procurer l'avantage d'établir avec vous des relations amicales, Voulant être l'ami de tous mes voisins, je voudrais qu'ils fussent bien convaincus de mon sentiment de bienveillance et de sincère dévouement. Je fais quelque fois abstraction des croyances qu'ils professent dans mes rapports sociaux... p. 28 2e LETTRE DE M. DOUESNEL p. 39 3e LETTRE DE M. DOUESNEL P.129 4e LETTRE p. 237 5e LETTRE p. 245 6e LETTRE Monsieur, Quelque répugnance que j'éprouve à continuer une correspondance dont le but n'a aucune utilité, puisque depuis longtemps, votre parti est prix dites vous, et irrévocablement et qu'ainsi toute tentative et ma part infructueuse, serait sensible. coups frappés dans l'air, que d'ailleurs aveuglé par vos sentiments anti-catholiques, vous torturez les passages sacrés les plus clairs pour demeurer dans vos opinions, éludant ainsi toutes les questions je neveux pas cependant laisser sans réponse la lettre que vous me fites l'honneur de m'adresser hier soir.... p. 301 7e LETTRE (Lettre de transition de 2 p.). Monsieur, il a pu se glisser dans la lettre que je viens de vous adresser.. quelques agressions qui auront pu vous paraître malveillantes. Entièrement éloigné de tout esprit de haine comme de contestations, je me fais un devoir de vous dire que si je plains vos erreurs et cherche à les corriger je n'en voulus ni voudrai jamais à votre personne. ..... J'ai cru entrer dans cette explication afin que vous n'imputiez pas à de mauvais sentiments les paroles un peu amères qui auraient échappé de ma plus dans son indignation.. p. 303 L'abbé termine sa longue tentative de conversion : Reviens donc à ton Dieu & dans l'amour qui t'oppresse répète avec un prophète Eglise sainte ô ma patrie ! ... Tel est Monsieur le voeux que forme pour vous le plus sincèrement dévoué au Salut de votre âme, Signé d'une griffe.

ANGELO CUPETIOLI

THEOLOGIA MORALIS ET CONTEMPLATIVA S. AURELII S. AUGUSTINI

VENETIIS Apud Josephum Corona, 1737, 1739, 1741 3 Tomes in-folio en deux Volumes, demi velin, dos lisses, pièce de titre aux fers dorés. Frais. 2 Colonnes par page. 1° Vol. : 1° Tome, 1737, garde p. de fx titre, p. de titre bicolore, Tome comprenant les lettres A.B.C. 6 ff. nc. Dont Table alphabétique des matières, 883 colonnes, 1 f. ; 2nd Tome, 1739, p. de titre bicolore, tome comprenant les lettre D à L., 836 colonnes. 2 ff. nn. 2nd Vol. : 3° tome, 1741, 1 f. p. de Titre, des Lettres M à Z, 1233 colonnes. 1 f. nn.

Edition Originale, bien complète des 3 parties parues de 1737 à 1741. Par (GUALDO Gabriele 1659 – 1743)

Anonyme

TRACTATUS DE SACRAMENTIS IN GENERE - TRACTATUS DE POENITENTIA - MANUSCRIT

Vers 1600, manuscrit, en In-8 reliure plein veau moucheté, dos à cinq nerfs et fleurons ornés, coiffe supérieure et mors droit haut légèrement fendu sur 2 cm. - 1 f. avec ex libris manuscrit "HUJUS LIBRI VERUS EST POSESSOR EL. FR. RUFFIER DE GENDREY 1723" - "TRACTATUS DE SACRAMENTIS IN GENERE" entièrement manuscrit sur 138 pages suivi de 2 ff. bl., du "TRACTATUS DE POENITENTIA" p. 143 à 337. 3 ff. et une page musicale notée. Auréoles sur une soixantaine de pages environ.

Très Lisible. Complet.

Bergier

APOLOGIE DE LA RELIGION

1770, à Paris chez Humblot - 2 volumes complets plein veau blond, dos à 5 nerfs et entrenerfs dorés, Titre et tomaison. Aux plats mouchetés, triple filet d’encadrement. Toutes tranches agréablement marbrées. - T. 1 - Garde, p. de fx titre, 10 ff. nn. pour les Brefs du Pape et la Table des matières du t. 1, 544 p. - T. 2 - Garde, p. de fx titre, 2 ff. nn. pour la Table des matières du t. 2, 577 p. Petite trace de ver horizontale au dos.

TRES BEL EXEMPLAIRE

BOUDON Henry Marie Grand Archidiacre à Evreux

DIEU INCONNU

1740, A Paris chez Charles Delespine et J. Th. Herissant, Petit in-8 (in16), plein veau, dos à cinq nerfs, queue frottée avec petit manque de cuir, toutes tranches mouchetées. Garde, P. de Titre avec l’ex-libris « Ste Victoire, Melanie Grangier 1815 ». 11 ff. de Textes dédiés : - A UN SEUL DIEU, - A LA TRES SAINTE VIERGE TOUJOURS VIERGE IMMACULEE EN SA TRES PURE CONCEPTION VRAYE MERE DE DIEU, - EXHORTATION A LA CONNAISSANCE DE DIEU. 2 ff. pour la Table des Chapitres, 253 pages, 3 ff.

HENRI MARIE BOUDON est né à La Fère, dans l’Aisne. Il fut baptisé le 18 mai de la même année en l'église collégiale Saint Montain de La Fère et eut pour marraine Madame Henriette de France, fille du roi Henri le Grand et sœur du roi Louis XIII. Le parrain était messire Charles Le Normand, chevalier, sieur de Beaumont, gouverneur de la ville et citadelle de La Fère, et premier maître d'hôtel de sa majestée. Intellectuel, formé en Sorbonne, il a eu comme maître le père Bagot et de Bernière. Thérèse d’Avila, François de Sales, Richelieu et Saint Jean de la Croix (il en sera undes premiers biographes). Ses œuvres eurent un grand retentissement. Il décède en odeur de Sainteté à EVREUX dont il était Archidiacre. Il est enterré en la Chapelle des Saints Anges dans la Cathédrale. Son Procès en béatification fut ouvert en 1883.

DENIS PETAU (D. PETAVII AURELANENSIS E SOCIETATE IESU)

RATIONARIUM TEMPORUM IN PARTES DUAS Libros tredecim distributuum. In quo atatum omnium sacra profan aque historia chronologicis probationibus munita summatim traditur

EDITION ULTIME DE L'ANNEE DE LA MORT DE L'AUTEUR. 1652, Parisiis, Apud Sebastianum CRAMOISY. 2 petits Vol. in-12, plein veau, dos lisse orné de fleurons, plats ornés d'un triple filet. 1er Vol. : garde, 1 f. p. de titre, 9 ff., 526 p., 4 ff. 2nd Vol. : garde, 34 ff. pour l'Index du 1er vol., p. de titre, 241 p., 4 ff.

La première édition est de 1633 et 1634. DENIS PETAU, en latin Dionysius Petavius, théologien et philologue jésuite, né à Orléans le 21 août 1583, mort le 11 décembre 1652 à Paris.

ERASME - CONRAD LYCOSTHENE

APOPHTHEGMATA EX PROBATIS GRAECAE LATINAE QUE LINGUAE SCRIPTORIBUS suivi de PARABOLARUM SIVE SIMILITUDINUM QUAE ARISTOTELE PLUTARCHO PLINIO AC SENECCA GRAVISSIMIS AUTHORIBUS OLIM AB ERASMU

La première édition de 1555 et la seconde sont introuvable et ne figure ni à la BNF ni dans les autres bibliothèques consultables étrangères sauf pour la seconde dont la Biliothèque de Genève en possède un exemplaire. Cette 3e édition après celle de 1573 est aussi d'une particulière rareté et figure à la bnf. - 1591, Excudbat JACOBUS STOER. - 1 volume relié peau de truie gauffrée d'ornemens d'encadrements et de médaillons. Dos à 4 nerfs. - 1 f., p. de titre restaurée, premiers feuillets fragiles, 7 ff., 799 p. suivi de la p. de titre, 6 ff. nn. 1 f. manquant sans perte apparente de texte numérotation 3 à 136 p., 3 ff. de texte.

- TITRE COMPLET : APOPHTHEGMATA EX PROBATIS GRAECAE LATINAE QUE LINGUAE SCRIPTORIBUS A CONRADO LYCOSTHENE collecta, & per locos communes, juxta Alphabeti seriem, digesta. Postremâ hac editione diligenter recognita, & undecim Apophthegmatum centuriis aucta. Accesserunt Paraboles sive Similitudines, ab Erasmo ex Plutarcho & aliis olim excerpt<0x91>, deinde per Lycosthenem dispositae, ac nunc primùm aliquot centuriis auctiores editae. - LYCOSTHENE Konrad (philologue suisse 1518 - 1561). - ERASME DE ROTTERDAM, (Philosophe, théologien 1467 - 1536) chanoine régulier de saint Augustin, philosophe, humaniste et théologien des Pays-Bas bourguignons. - - Jacob Stoer de GENEVE, en effet, a non seulement développé une intense activité d’imprimeur au cours de sa carrière, mais il s’est également fait auteur et éditeur à l’occasion – surtout à partir de 1590 – dans trois domaines du savoir en particulier : la religion, le droit et les lettres.

ETIENNE GAUCHER CURE DE NEUVY SUR LOIRE ANTIJANSENISTE & DEFENSEUR ACTIF DE LA CONSTITUTION UNIGENITUS DE CLEMENT XI. Prêtre recteur de l'Eglise Paroissiales de SAINT LAURENT de NEUVY SUR LOIRE au Diocèse d'AUXERRE et cy-devant chanoine de l'église canoniale de ST MARTIN de LERE en BERRY. Et pour le Second, Etienne GAUCHER tait Chanoine de Saint CHARTIER de LERE bien que CLERC TONSURE.

2 FORTS MANUSCRITS INCONNUS & JAMAIS PUBLIE ANTIJANSENISTES COMPRENANT UNE CHRONOLOGIE DES HERETIQUES, UN RECUEIL CONSTITUANT UNE HISTOIRE DE L'EGLISE ET DE SON ORGANISATION FAITS A SANCERRE ET UNE FORTE COLLATION DES MANDEMENTS ET AUTRES COMMENTES PAR ECRIT EGALEMENT A SANCERRE ENTRE 1750 ET 1756

- TRES FORT IN-QUARTO Vélin à laçets, 29/19/17.5 Cm coiffes torsadées, reliant 3 Volumes dont 2 manuscrits. Ensemble manuscrit d'un Prêtre combattant le JANSENISME et ne reconnaissant que le Pape, son infaillibilité et surtout la CONSTITUTION UNIGENITUS. - Etienne GAUCHER est né à Sancerre le 5 septembre 1698, prêtre le 28 décembre 1724, mort ?. Il se fait remarquer par sa lutte contre les Jansénistes. Fut écarté pendant 20 ans de sa paroisse par son évêque Janséniste, ou il rédigea probablement ces ouvrages. - CET OUVRAGE EN TROIS PARTIES FUT PROBABLEMENT ECRIT PENDANT SON ABSENCE DE 20 ANS DE SA CURE DE 1735 à 1755. Voir à ce sujet sur internet "LE QUAI DE LOIRE" dont nous reproduisons ci-dessous une grande partie de l'historique. - Le premier volume manuscrit est une chronologie des Hérétiques datée de Sancerre 1750. - Le Second Volume est un fort recueil composite de l'Organisation de l'Eglise dans toutes ses données nationales européennes, avec une très belle histoire des Nombreux Ordres Religieux. Sancerre également. - Le Troisième volume est composé EN PIECES ORIGINALES de 40 mandements et autres lettres relatives à la lutte entre Jansénistes et défenseurs de la Constitution. - L'ensemble constitue un très riche apport fait par le Prêtre Etienne GAUCHER à l'histoire des Schismes et en particulier de la lutte qu'il mena contre les schismatiques Jansénistes, Bayus et Quesnel, de la Bulle Unigenitus. - Au XVIII ième siècle les différends des partisans de Jansénius avec la cour de Rome ne passèrent pas inaperçus à Neuvy : le curé de Neuvy tenait pour la cour de Rome, l’Evêque d’Auxerre de Caylus était janséniste. Or voici ce qui arriva et tel qu’il est rapporté par le curé lui-même à la date du mois d’octobre 1735 : « Que la postérité, dit-il ne soit pas surprise si le sieur CURY paraît en ma place pendant six semaines que j’ai été absent et détenu pendant le dit temps au grand séminaire d’Auxerre, séminaire sans directeurs et sans sujets à l’exception d’un seul prêtre et de deux frères de la Compagnie de la Mission pour conserver leur droit, ce n’a été uniquement que pour obéir à Monseigneur Charles de Crylus évêque, à cause de mon attachement inviolable à la constitution. A la fin des six semaines, sa Majesté m’a fait l’honneur de me gratifier d’une somme de Cinq cents livres, et une partie de mes paroissiens les uns à cheval, les autres à pied, armés et avec tambour en tête, vinrent au-devant de moi, jusqu dans la ville de Bonny et le soir environ les dix heures firent un feu de joie dans le champ Fontarabie. » Signé : « Gaucher, prêtre, curé de Neuvy » Jusqu’au 23 septembre 1738, M Gaucher est encore à Neuvy et signe les actes, mais à cette date il disparaît de nouveau pour ne reparaître qu’en octobre 1755. Or, voici ce qui se passa et ce qui a été raconté par un neveu de M Gaucher : de 1755 1738, Monseigneur de Caylus vint à Neuvy. Le curé fait fermer les portes de l’église et se renferme en sa maison ; l’évêque fait ouvrir les portes de l’église, célèbre la messe et quitte Neuvy. Alors M Gaucher va à l’église, fait sonner les cloches, appelle ses paroissiens pour les faire assister à une cérémonie expiatoire. L’évêque, déjà bien irrité sans doute, apprit le fait et fit de nouveau renfermer M Gaucher qui ne revint à Neuvy qu’après la mort de l’évêque en décembre 1755. M. Gaucher s’exprime ainsi : « Que la postérité sache que j’ai été absent environ 20 ans de ma paroisse pendant l’épiscopat de M Charles de Caylus ce n’a été que parce que j’ai fait paraître mon adhésion aux constitutions des Souverains Pontifes qui condamnent les erreurs de Bayus, Jansènius et Quesnel ; en conséquence de ce que je n’avais aucune communication avec ces réfractaires en ce qui regarde la religion, ce que j’atteste être sincère et véritable ce premier jour de décembre 1755. » Signé : « Gaucher Curé de Neuvy diocèse d’Auxerre »

- 1er Vol. "CRONOLOGIE DES PRINCIPAUX HERETIQUES", SANCERRE 1750, 216 p. POUR 291 ENTREES. Extraordinaire travail de recensement des Thèses et Hommes hérétique jusqu'au 18e Siècle. Avec une très intéressante table Alphabétique des PRINCIPAUX HERETIQUES. -2nd Vol. " RECEUIL DE PLUSIEURS CHOSES TANT SACREES QUE PROFANES PAR V. & DP.M.E.G.P.R. D.L'P.D.S.L.D.N.S.L.A.D. D'A. & CY DEVANT C.D.L'E. C.D. S.M.D.L.E.B. EN L'ANNEE 1750. A SANCERRE 1750, 396 p. Une note de mai 1869 nous indique Par vénérable et discrette personne Messire Etienne Gauthier, Prêtre recteur de l'Eglise Paroissiales de SAINT LAURENT de NEUVY SUR LOIRE au Diocèse d'AUXERRE et cy devant chanoine de l'église canoniale de ST MARTIN de LERE en BERRY. Et pour le Second, Etienne GAUCHER était Chanoine de Saint CHARTIER de LERE bien que n'étant alors que CLERC TONSURE. Peut se résumer en une Histoire de l'Eglise Européenne avec sa doctrine. Une note dans le texte nous indique qu'Etienne GAUCHER âgé de 51 ans 10 mois 24 jours né à Sancerre le 5 septembre 1698 et prêtres le 28 décembre 1724. Voir p.252 2 ff. imprimés pour la "Lettre du Roi au Grand Seigneur Empereur des Musulmans de 1685 suivie de la lettre au Grand VIZIR. Composé d'une HISTOIRE GEOGRAPHIQUE : FRANCE, Evêchés et centres de décisions, HISTOIRE DE L'ANGLETERRE, FLANDRE, ECOSSE, INQUISITION ; DOCTRINES majeures ; une IMPORTANTE HISTOIRE DES ORDRES RELIGIEUX - TRES FORT IN-QUARTO Vélin à laçets intacts, coiffes torsadées, reliant 3 Volumes dont 2 manuscrits. Ensemble manuscrit d'un Prêtre combattant le JANSENISME et ne reconnaissant que le Pape et son infaillibilité - 1er Vol. "CRONOLOGIE DES PRINCIPAUX HERETIQUES", SANCERRE 1750, 216 p. POUR 291 ENTREES. Extraordinaire travail de recensement des Thèses et Hommes hérétique jusqu'au 18e Siècle. Avec une très intéressante table Alphabétique des PRINCIPAUX HERETIQUES. -2nd Vol. " RECEUIL DE PLUSIEURS CHOSES TANT SACREES QUE PROFANES PAR V. & DP.M.E.G.P.R. D.L'P.D.S.L.D.N.S.L.A.D. D'A. & CY DEVANT C.D.L'E. C.D. S.M.D.L.E.B. EN L'ANNEE 1750. A SANCERRE 1750, 396 p. Une note de mai 1869 nous indique Par vénérable et discrette personne Messire Etienne Gaucher, Prêtre recteur de l'Eglise Paroissiales de SAINT LAURENT de NEUVY SUR LOIRE au Diocèse d'AUXERRE et cy devant chanoine de l'église canoniale de ST MARTIN de LERE en BERRY. Et pour le Second, Etienne GAUCHER tait Chanoine de Saint CHARTIER de LERE bien que n'étant alors que CLERC TONSURE. Peut se résumer en une Histoire de l'Eglise Européenne avec sa doctrine. Une note dans le texte nous indique qu'Etienne GAUCHER âgé de 51 ans 10 mois 24 jours né à Sancerre le 5 septembre 1698 et prêtres le 28 décembre 1724. Voir p.252 2 ff. imprimés pour la "Lettre du Roi au Grand Seigneur Empereur des Musulmans de 1685 suivie de la lettre au Grand VIZIR. Composé d'une HISTOIRE GEOGRAPHIQUE : FRANCE, Evêchés et centres de décisions, HISTOIRE DE L'ANGLETERRE, FLANDRE, ECOSSE, INQUISITION ; DOCTRINES majeures ; une IMPORTANTE HISTOIRE DES ORDRES RELIGIEUX 3e Vol. RECENSEMENT de tous les MANDEMENTS, ARRETS et autres de l'Evêque d'Auxerre et du Pape à commencer par cette terrifiante affaire DAMIENS par sa description. SOIT : . 1 . Mandement de l'Evêque d'Auxerre remerciant Dieu pour la Guérison de L.XV, 1757 Auxerre, 3 pp. . 2 . ARRET de la Cour de Parlement c. DAMIENS convaincu du crime de Parricide, 26 mars 1757 8p. avec la Relation Exacte du Supplice de DAMIEN lundi de la Passion 1757 2 p. BERRYER. . 3 . ARREST de la Cour de PARLEMENT contre la famille DAMIENS, 2 p. . 4 . Extrait du Sermon sur la Religion par le Père BERNARD le jour des Rois, 2 p., BERRYER. . 5 . 2 Gravure en mauvais état du Sacré Coeur de Jésus et de Marie. . 6 . Arrêt de Parlement obligeant les propriétaires, adeptes de la religion réformée, de se défaire de leur charge. 1680. . 7 . DECLARATION DU ROY ORDONNANT L'EXECUTION DE L'EDIT DE REVOCATION DE CELUY DE NANTES, 12 p., Bourges, Toubeau 13 déc.1698. . 8 . DELIBERATION DE L'ASSEMBLEE DES CARDINAUX PROHIBANT certaines propositions d'un livre intitulé Le Nouveau Testament.., Joint l''instruction Pastorale. MANUSCRIT : Etienne Gaucher Soumis de Coeur et d'Esprit à cette présente Constitution. Les opposant sont dans un manifeste danger de salut à moins..." A Bourges, j. Boyer, 1714. 26 p sur 2 colonnes en français et en latin. Notes en fin sur l'unité des Eglises Nationales, et de la condamnation des proposition IN GLOBO et condamnant Luther à ne considérer qu'il ne s'agit que loi de Police et Discipline. SUIT p. 27 l'Instruction Pastorale de l'Archevêque de Bourges p. 27 et LETTRES PATENTES DU ROY sur la condamnation par Clément XI du livre en forme de Bulle...p. 65, note importante en fin de texte sur la bulle Unigenitus Dei Filius de Clément XI. Plus note sur sa situation de Clerc Tonsuré Chanoine de Saint Martin de LERE sous SANCERRE. . 9 . INSTRUCTION PASTORALE DE MONSEIGNEUR L'EVESQUE D'AUXERRE TOUCHANT LA PUBLICATION DE LA CONSTITUTION DE NOTRE TSP CLEMENT XI,p. 35 à 66 avec un propos sur les hors salut et en fin sur les Eglises Nationales unies à celles de France, Auxerre chez TROCHE 1714. . 10 .INSTRUCTION PASTORALE DE MONSEIGNEUR L'EVESQUE D'AUXERRE TOUCHANT LA PUBLICATION DE LA CONSTITUTION ET PORTANT CONDAMNATION DU NOUVEAU TESTAMENT AVEC DES REFLEXIONS MORALES& ET D'UN ABREGE DE LA MORALE DE L'EVANGILE... AUXERRE, chez TROCHE 1714. . 11 . DECRETUM SACRAE FACULTATIS THEOLOGIAE PARISIENSIS SUPER CONSTITUTIONE CLEMENTIS XI, Paris, Guérin, 1714, 21 pp. Notes en bas de pages, Duc de Coislin Evesque de Metz. . 12 . ORDONNANCE de MGR l'Arch. Duc de Reims Portant CONDAMNATION d'un livre intitulé "Le Témoignage de la Vérité dans l'Eglise", anonyme. 43 p. 1716, A Reims Chez Multeau. . 13 . MANDEMENT DE MGR L'Evesque d'Auxerre pour suspendre l'effet del'acceptation et publication dela Constitution UNIGENITUS.. A Auxerre, chez TROCHE, 1718, 6 p. . 14 . INSERE 4 ff. manuscrits "BULLE PASTORALIS OFFFICII". . 15 . MANDEMENT de Mgr l'Evesque d'Auxerre pour la publication de l'Appel qu'il a interjetté le 14 mai 1717 au Pape mieux conseillé. A Paris chez J.B. DELESPINE 1718, note en marge, cet appel est frivole et schismatique. Daté du 28 aoust 1750 constituant un Appel à l'adhésion de la Bulle Unegenitus. . 16 . Copie d'une lettre par lui envoyée à Mgr de CAYLUS MORT dans son appel schismatique. 1 f. par le travers. . 17 . TRES HUMBLES REMONTRANCES de quelques Curés du Diocèse d'Auxerre à Mgr l'Evêque d'Auxerre au sujet de la doctrine du catéchisme, supprimé le 18 décembre 1735. 6 curés, 4 pp., 1735. . 18 . ACTE D'APPEL de son Eminence Mgr le Cardinal de Noailles Archevesque de Paris. (Note : acte d'appel frivole et schysmatique).notes en marge. (Acte d'Appel révoqué en 1728 par acte publique SUIVI de l'ACTE D'APPEL au futur Concile 16 p., 26 pp. en tout. . 19 . REVOCATION DE L'APPEL de Mgr de Noailles 2 ff. abîmés mais complets. . 20 . AVERTISSEMENT DE MGR L'Evesque de Soissons à ceux qui se sont déclarez appellans de la Constitution UNIGENITUS. 6 p. de Table des Sommaires nn. 136 pp. suivi de la Table des Sommaires, 4 pp. nn. 1718 . 21 . 6me LETTRE PASTORALE DE MGR LANGUET Evesque de Soissons au Clergé de son diocèse, 8 pp. . 22 . LETTRE de Mgr l'Eveque de Troyes PONCET à Mr le Procureur Général du Parlement de PARIS à propos de l'arrêt du mois d'avril 1756. . 23 . MANDEMENT de M. l'Evesque de Troyes et Courrier du vendredi 13 août 1756 à Avignon chez Giroud. 2 ff. . 24 . LETTRE PASTORALE DE MGR DE BISSY Evêque de Meaux avec une instruction contre l'Appel interjetté de la Bulle Unigenitus, à PARIS, Coignard, 1728, 4 p. . 25 . MANDEMENT De Mgr le Duc de LAON sur la soumission dûe à la Constitution Unigenitus, Laon, Meunier, 1730, 20 p. . 26 . PREMIERE LETTRE PASTORALE de MGR LANGUET EN 1714, à Paris, Veuve Maziere, 1732, 25 p. . 27 . TROISIEME LETTRE PASTORALE DE MGR l'Archevêque de SENS en 1730 à l'Evêque d'Auxerre ou il attaque la doctrine de son métropolitain sur la charité. p. 157 à 210, 1733. A Paris Vve Maziere. . 28. INSTRUCTION PASTORALE de Mgr LANGUET AU SUJET DES PRETENDUS MIRACLES DU DIACRE DE SAINT MEDARD & des CONVULSIONS ARRIVEES A SON TOMBEAU DU SIEUR PÄRIS, PARIS, Vve Maziere, à PARIS 1734. 333 p. 25 février 1735, suivi d'un important POST SCRIPTUM de LXIV p. du 16 mars 1734. . 29 . RELATION extraite de la treizième lettre du R. P..... aux Ecrivains défenseurs des convulsions, 6. p. . 30 . REMONTRANCES RESPECTUEUSES D'UN VICAIRE DU DIOCESE DE SENS au sujet des MIRACLES? 20 p., 1735, Signé LEDOUX VICAIRE DE VILLECHETIF Diocèse de Sens. . 31 . MANDEMENT ET INSTRUCTION PASTORALE de Mgr LANGUE Archevêque de SENS pour publier l'Ordonnance de MGR l'Archevêque de Paris au sujet des prétendus miracle du sieur PÄRIS DIACRE. A Paris, Vve Mazière, 1736, 88 p. . 31 . LETTRE D'UN CURE du Diocese deSENS (Chastelain Curé de VERON) à un de ses confrères Appelant comme d'abus du Mandement de Mgr l'Archevêqueen datte du 6 avril 1739 (à propos du catéchisme), 11 p. . 32 . ARTICLE DE REFLEXION, SUR LA NOTORIETE DE DROIT ET DE FAIT 11 p. . 33 . MANDEMENT de MGR l'Archevêque de SENS Primat des Gaules et de Germanie, avril 1739. . 34 . LETTRE DE M. L'Archevêque de SENS EN L'an 1730 à M. de COMBES, Supérieur du Séminaire des Missions Etrangères à Paris au sujet d'n Mémire et d'une Consultation de douze avocats contre le Catéchise que ce Prélat a donné au Diocèse de Sens, 16 p, 1739. . 35 . SECONDE PARTIE DU SECOND MANDEMENT ET INSTRUCTION PASTORALE de Mgr LANGUET Archevêque de SENS, en 1730, au sujet du NOUVEAU MISSEL DE TROYES, à Paris, chez Vve MAZIERES? 1738 P. 54 à 127. . 36 . MANDEMENT IN-folio (plié en 2 et déchirure sans manque) de l'Archevêque de SENS pour ordonner des prières pour le Repos de l'Ame de MONSEIGNEUR WATERFORD. 1er avril 1730. . 37 . LETTRE PASTORALE à l'occasion du mandement de l'Evêque d'Auxerre portant permission de manger des oeufs pendant le carême. 1750 avec une note théologique en fin. . 38 . ARRET DU CONSEIL D'ESTAT DU ROY qui interdit de ses fonction 3 mois le Sr Boullard et qui casse et annule la sentance par laquelle il avaitenjoiint à un Curé d'Administrer les Sacremens à une personne malade Janséniste. 1739. à SENS chez JANNOT. . 39 . PLACARD IN-FOLIO D'UN ARRËT DU CONSEIL D'ESTAT DU ROY condamnant toutes actions visant à outrepasse les bornes quele Roi se prescrit à lui-même. (Condamnation toujours du refus de donner la communion à un malade). . 40 . 8 p. pour la Table Alphabétique des Matières contenues dans le recueil.

JEAN DU VERGER DE HAURANNE ABBE DE S. CYRAN

LETTRES CHRESTIENNES ET SPIRUTUELLES DE MESSIRE JEAN DU VERGER DE HAURANNE ABBE DE S. CYRAN Dédiées à Messeigneurs les Illustrissimes & Révérendissimes Archevêsques & Evesques de France

1645 et 1647, A PARIS CHEZ La Vve MARTIN DURAND, SEBASTIEN HURE, IEAN LE MIRE, ROLET LE DUC. - SECONDE EDITION - 2 Volumes plein Vélin, dos lisse marqués et tomés à l'encre. - Papier touché par les vers s'atténuant et Sans Atteinte au Texte. - 1er Volume : Atteinte modérée de vers sur les 15 premières pages et dernières. 1645, p. de titre, 6 ff nn., 24 p., 4 p., 794 p. - 2nd Volume : Plus forte atteinte de vers sans atteinte au texte. 1647, à Paris chez Jean le Mire, p. de titre, 5 ff., 728 pages.

- Etat mauvais compte tenu du travail de vers même s'il n'atteint pas le texte sinon des affleurements. Reliure du 2nd volume distendu du texte. cf. photos. Très rare seconde Edition.

JOAN STEPHANI MENOCHII DOCTORIS THEOLOGI - P. TOURNEMINIO

COMMENTARII TOTIUS S. SCRIPTURAE, ex optimis quibusque Auctoribus collecti suivi d'un ONOMASTICON URBIUM ET LOCORUM SACRAE SCRIPTURAE EN GREC ET EN LATIN SELON JEROME ET EUSEBE

- 1768, AVENIONE Venditur Josephium TILAN et Joannem AUBERT. - Complet de ses 4 volumes in-quarto. - Plein veau blond, pièces de titres et tomaisons blonde et rouille, 4 Coiffes avec manque ou frottées, un cuir de mors fendu sur 3 cm bas et haut, épidermures aux plats, cf. photos. Cachets des pères franciscains du Couvent de Pau. Ex-libris manuscrit de l'Archipresbyter et Pastor primarius Libournentis daté 1867. - 1er Vol. 12 ff. n.c., 790 p. - 2nd Vol. p. de titre, 739 p. - 3me Vol. p. de titre, 440 p. - 4me Vol. p. de titre, 334 p. suivi d'1 f. 222 p. pour la Préface du Proemium du Divi Hyeronymi Eusebii et de l'ONOMASTICON URBIUM ET LOCORUM SACRAE SCDRIPTURAE sur 3 Colonnes, l'une pur St Jéràome, la seconde en GREC pour Eusèbe, et la troisième pour Eusebius en latin.

Rarement complet de l'Onomasticon comparé de St Jérôme et d'Eusèbe en grec et en latin.

LARROQUE (Mathieu de)

HISTOIRE DE L'EUCHARISTIE

1669, A Amsterdam, Chez Daniel ELZEVIER, In-quarto plein veau. - Garde, p. de titre avec vignette d'Elzevier, 8 ff., 585 p., 5 ff., garde. Quelques mouillures marginale. - En 3 PARTIES.

LAVY (REVEREND PERE PRECHEUR) (SAINT THOMAS D'AQUIN)

24 CONFERENCES MANUSCRITES DU REVEREND PERE PRECHEUR LAVY SUR LA THEOLOGIE DE SAINT THOMAS D’AQUIN (manuscrit inédit et non publié) données au Couvent des Dominicains du faubourg Saint Honoré en 1875 en 1876.

MANUSCRIT - TRES FORT IN-QUARTO de 1580 pages MANUSCRITES ET LISIBLES avec quelques ratures et corrections. - Garde, Page de Titre de la Première CONFERENCE du Révérend Père, avec 2 Cachets Humides de la BIBLIOTHEQUE ST THOMAS D’AQUIN avec le monogramme des DOMINICAINS. - 24 conférences complètes et intégralement retranscrites avec la signature du Père de Hoz. Données 222 Rue du Faubourgs Saint Honoré Aux Soeurs du Couvent des DOMINICAIN Sur des Notes retranscrites par le Père B. C. de MARTINEZ de HOZ du 23 novembre 1875 au 30 mai 1876 chaque mardi. - Chaque Conférence est précédée d’une Page de Titre Calligraphiée à l’encre. Nombreuse Notes et Ajouts de Relecture d’écriture différente faite par l’Auteur de ces Conférences. Chaque Conférence est aboutie par un Sommaire résumant le Thème de la Conférence et datée. - SUJET DE CHACUNE DES 24 CONFERENCES : - 1re CONFERENCE du mardi 23 novembre 1875 : OBJET ET PLAN DES NOUVELLES CONFERENCES, p. 1 à 42, 1 f. - 2nd CONFERENCE du mardi 30 novembre 1875 : Exposition de la foi catholique touchant le mystère de la Sainte Trinité et réfutation des erreurs qui lui sont opposées. P. 51 à 106 3 ff. vierges. Et p. de Titre. - 3me CONFERENCE du mardi 7 décembre 1875 : De la Personne du Père, p. 121 à 179 1 f. vierge et p. de titre - 4me CONFERENCE du mardi soir 14 décembre 1875 : De l’Infinie et Eternelle Fécondité du Père. P. 185 à 224 4 ff. vierges et p. de titre. - 5me CONFERENCE du mardi 28 décembre 1875 : De la Distinction Personnelle du Père et du Fils et de leur Unité Substantielle p. 231 à 281, 9 ff. vierges et p. de titre ; - 6me CONFERENCE du mardi 11 janvier 1876 : Des noms que portent dans l’Ecriture la Première et la Seconde Personne de la Sainte Trinité suivi de Fragments p. 291 à 351, 1 f. et p. de titre ; - 7me CONFERENCE du mardi 18 janvier 1876 : des Trois Autres Noms que porte dans l’Ecriture la Seconde Personne de la Sainte Trinité, p. 361 à 438, 1 f. p. de titre ; - 8me CONFERENCE du 25 janvier 1976 : De l’Amour du Père pour le Verbe et du Verbe pour le Père ; p. 444 à 496. Manque 11 ff. correspondant à des p. blanches et à un supplément à la 8me conférence. P. de titre. -9me CONFERENCE du mardi 1er février 1876 : Force et Profondeur de l’Amour Divin p. 535 à 591, 6 ff. vierge et p. de titre. - 10me CONFERENCE du mardi soir 8 février 1876 : De la Procession du Saint Esprit, p. 601 à 643, 5 ff. vierges et p. de Titre. - 11me CONFERENCE du mardi 15 février 1876 : Des Noms Appropriés aux Personnes Divines et des Images de la Trinité Répandues dans la Création p. 651 à 709, 7 ff. nn. et p. de titre ; - 12me CONFERENCE du mardi 22 février 1876 : De l’Acte Créateur et de la Création, p. 721 à 775, 3 ff. vierges et p. de titre ; - 13me CONFERENCE du 29 février 1876 : De l’Existence et de la Nature des Anges, p. 785 à 852, 2 ff. vierges, p. de titre ; - 14me CONFERENCE du mardi 7 mars 1876 « Fête de la Saint Thomas d’Aquin » : De la Vie Individuelle des Anges, p. 861 à 907, 7 ff. vierges, p. de titre ; - 15me CONFERENCE du mardi 14 mars 1876 : De la Vie Sociale des Anges : De la Vie Sociale des Anges, p. 915 à 972, 3 ff. vierges, p. de titre ; - 16me CONFERENCE du mardi 21 mars 1876 : Rapports des Anges avec les Hommes, p. 981 à 1053 ; - 17me CONFERENCE du mardi 28 mars 1876 : De la Nature de l’Ame Humaine et de son Union avec le Corps, p. 1061 à 1113 S’ajoute 3 ff. d’une écriture différentes et qui semble être une relecture par l’Auteur le R.P. LAVY ; 5 ff. vierges et p. de titre ; - 18me CONFERENCE du mardi 4 avril 1876 : Des Puissances de l’Ame p.1115 à 1167 et p. de titre. - 19me CONFERENCE du mardi 25 avril 1876 ; Création de nos Premiers Parents dans le Paradis Terrestre p. 1175 à 1231 ; 2 ff. vierges et p. de titre ; - 20me CONFERENCE du mardi 2 mai 1276 : De l’Etat dans lequel nos Premiers Parents furent Créés ; p. 1235 à 1285, 3 ff. vierges, p. de titre ; - 21me CONFERENCE du mardi 09 mai 1876 : Du Paradis Terrestre, p. 1306 à 1349, p. de titre ; - 22me CONFERENCE du mardi 16 mai 1876 : Des Ames des Défunts, p. 1361 à 1426, 4 ff. vierges, p. de titre ; - 23me CONFERENCE du mardi 23 mai 1876 : RESUME DES DEUX ANNEES PRECEDENTS – HARMONIE DU MONDE. P. 1431 à 1481. Suivent 2 pages de l’Ecriture de l’Auteur Ajoutant un « PLAN DE L’UNIVERS ». 2 f.f. vierges. P. de titre ; - 24me CONFERENCE du mardi Sans Date probablement le 30 mai 1876 p. 1491à 1533 L’Harmonie du Monde, avec la Signature de Fin « Copié à Londres par B.C. de Martinez de Hoz » - 25me TEXTE intitulé « DE LA MUSIQUE, Harmonie, Nécessité de la Gamme en Musique p.1545 à 1580 ; suivent 9 ff. vierges.

- Parmi les dominicains de l’Ecole Saint Dominique et Lacordaire, le Père Lavy était chargé du patronage. « Le père Lavy, si avantageusement connu à Paris par ses conférences sur la SOMME DE SAINT THOMAS D’AQUIN, a commencé dès son arrivée une retraite aux élèves des frères des écoles chrétiennes qui se chiffrent à plus de 800 enfant, puis dès que l’Avent commenca il entrepris la suite des Conférences qu’il avait commencées à Paris et qui forment le 3e volume traitant de la Création du Monde. Les conférences du Père Lavy sont régulièrement suivies par un auditoire choisi et composé de tout le public instruit ; on y rencontre des médecins, des avocats, des consuls et l’église des Pères Dominicains est petit pour contenir tout cet auditoire imposant qui va chaque fois en augmentant… »

LOUIS XV

DECLARATION DU ROI DANS du 5 septembre 1754 dans L'AFFAIRE DES BILLETS DE CONFESSIONS INTERDISANT TOUTE INNOVATION DANS L'ADMINISTRATION DES SACREMENTS - JANSENISME - BULLE UNIGENITUS -

- PLANCHE GRAVEE (23.7 par 15 cm) pour DEUX DECLARATIONS DU ROI données à Versailles le 2 Septembre stipulant que rien ne doit être fait contre la paix et la tranquilité publique et à Paris en Parlement le 5 septembre 1754 "n'être fait aucune innovation dans l'adminstration extérieure et publique des Sacremens". - Cartouche en dessus du texte "SENATU REDUCE GENS TRANQUILLATA CONCORDIA RESTAURATA VOX LEGUM ET CAN. VICTRIX PAX DATA DECLARATA LABOR ET OPUS REGIS OPTIMI M.DCC.LIV. ; une LETTRINE Ornée de la Colombe, de la balance et du Mandata Regis" ; un Cul de lampe gravé du Roi distribuant la Paix -Fundator Pacis-. - En dessous Retour du Parlement Tranquilité de létat. Concorde Etablie : Voix des Saint Canons et des loix victorieuses. Paix donnée ; Loi de la Paix Déclarée. Ouvrage et Travaux de Louis Quinze 1754. - Un seul exemplaire recensé à la BNF.

- CONTEXTE HISTORIQUE : Le roi rappelle et amnistie le Parlement, qui rentre à Paris le 4 septembre et enregistre le lendemain 5 septembre une déclaration royale prescrivant le silence sur toutes les affaires relatives à la bulle Unigenitus3. L’archevêque de Paris Beaumont, qui n’entend pas céder sur l’exigence des billets de confession, est exilé hors de Paris par le roi le 3 décembre. En 1746, Christophe de Beaumont, archevêque de Paris, décide que les fidèles doivent pouvoir justifier d'un billet de confession signé d'un prêtre favorable à la bulle Unigenitus pour recevoir la communion ou les derniers sacrements. Cette exigence provoque des désordres. En 1749, une importante manifestation a lieu à l'occasion de l'enterrement d'un principal de collège janséniste qui est mort sans confession. Parmi les quatre mille personnes qui composent le cortège, on trouve de nombreux parlementaires imprégnés des idées du gallicanisme. Le Parlement décide d'interdire aux partisans de la bulle de refuser les sacrements. Le roi Louis XV casse l'arrêt et exile les meneurs. Mais le Parlement refuse d'exercer la justice et les meneurs sont rappelés en septembre 1754. L'affaire devient politique. Louis XV exile Christophe de Beaumont pour lui éviter d'être poursuivi par le Parlement et impose silence sur la question des billets de confession. L'Assemblée générale du clergé réunie par le roi accède aux désirs de ce dernier en concluant que l'usage de ces billets ne relève pas d'un dogme certain. Mais le Parlement souhaite aller plus loin en décrétant que la bulle elle-même ne peut avoir les effets d'une règle de foi et que les ecclésiastiques qui refusent la communion sont coupables d'abus.

MACCHIETTA D. FRANCISCO (AUX ARMES DE CHARLES DE ROHAN Prince de SOUBISE)

DE DIVINO OFFICIO COMMENTARIUS HISTORICO- THEOLOGICUS

1739 - VENETIIS, Apud Franciscum PITTERI, In quarto, plein veau fauve, Dos orné de macles et mouchetures d'hermine le tout couronné, aux ARMES DE CHARLES DE ROHAN PRINCE DE SOUBISE, Pair et Maréchal de France. Garde, 1f. p. de titre avec une jolie vignette aux angelots, 3 ff. nn., 14 pages pour la Préface et la Table des Chapitres, 290 pages dont Index alphabétique, 1 f. d'Imprimature du 3 janvier 1738, 1 f., garde

GUIGNARD dans son NOUVEL ARMORIAL DE FRANCE p. 416 t. 2 nous en dit que "Ses Volumes se reconnaissent en général à leur reliure veau fauve, calme, simple et solidement établie, n'ayant seulement au dos entre les nervures pour toute ornementation que des macles et des moucheture d'hermine"

MEGE (Dom Joseph) Religeux Benedictin de la Congrégation de S. MAUR

COMMENTAIRE SUR LA REGLE DE SAINT BENOIST Où LES SENTIMENS ET LES MAXIMES DE CE SAINT sont expliquées par la doctrine des Conciles des SS. PERES des plus illustres Solitaires & des principaux Auteurs qui ont traité de la Discipline monastique.

EDITION ORIGINALE DE CE COMMENTAIRE. - 1687, A Paris, Chez la Vve MARTIN, JEAN BOUDOT & Estienne MARTIN. - Fort in-quarto plein veau, dos à cinq nerfs, coiffes élimées, cuir fendu mais exemplaire solide sur ses charnières. - 1 f. P. de titre, 4 ff. d'épistre à la princesse Palatine Abbesse de Maubuisson. 811 p. Cf. Achèvement d'impression pour la première fois du 17 septembre 1687.

OUVRAGE DE REFERENCE POUR L'INTERPRETATION DE LA REGLE. Considéré comme le meilleur ouvrage.

MIGNOT Etienne, Docteur de la Faculté de Paris

TRAITE DES PRETS DE COMMERCE OU DE L'INTERET LEGITIME ET ILLEGITIME DE L'ARGENT

1759 à AMSTERDAM, Paris chez Vincent, - Complet en 4 Volumes in-12 plein veau blond, dos lisse orné de fleurons, pîèces de titre et tomaison maroquin rouge. 1er Volume : Garde, 1 f. p. de titre et Ex-libris manuscrit de RIBEROLLES, xxiv p. 440 p. 1 f. Garde. 2nd Volume : Garde, 1 f. p. de titre et Ex-libris manuscrit de RIBEROLLES, iv p. 443 p. 1 f. Garde. 3me Volume : Garde, 1 f. p. de titre, v p. 471 p. 1 f. Garde. 4me Volume : Garde, 1 f. p. de titre, v p. 224 pour la fi de l'ouvrage, et 150 p. n.c. pour diverses Consultations et Mémoires sur le Prêt et l'usure dont le dernier d'avocats Dijonais sur la Bresse, p. 1 f. Garde.

- MIGNOT (Abbé Etienne) Docteur en Sorbonne, Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Quérard dans sa France Littéraire t.6 p. 27 émet des doutes quant à l'attribution de cet ouvrage à MIGNOT. "On l'avait attibué dit-il à l'abbé Boudot , mais nous le croyons d'Aubert Curé du Diocèse de Mâcon. Celui-ci étant mort, Mignot aurait refondu son traité. Il s'y déclarait pour le prêt et maltraitait les Scholastiques qu'il accusait d'embrouiller la matière. Il entre en polémique avec l'Abbé Barthélémy de la Porte. Mignot mourra en 1771 sans pouvoir y répondre".

MONSEIGNEUR CAPRARA CARDINAL LEGAT DU PAPE A PARIS - CHARLES DURET TOURNEUR EN FAÏENCE A NEVERS

L.A.S. EN DEMANDE ET EN REPONSE 8 janvier et 21 janvier 1805 DE DEMANDE D'ANNULATION DE MARIAGE ET D'AUTORISATION PAPALE

- L.A.S petit in-quarto et sa petite enveloppe adressée à son éminence Monseigneur le Cardinal Carara Legat du Pape à Paris, 3 ff. manuscrits, chaque feuillet est orné d'un trou en Etoile (sans explication...). Note manuscrite en début et en fin de courrier par le Légat du Pape pronançant la nullité du mariage. - Très intéressante enveloppe portant nom et adresse avec cachet de poste de Nevers au départ à destination du Cardinal, Rüe plumet à Paris. Au dos on trouve le cachet de l'expéditeur au cygne. Plus intéressante, au dos le port est payé 6 sols avec probablement un cachet de suivi postal privé (vatican ?) pour l'Italie (Rome ?). (Valise diplomatique compte tenu de l'importance majeure du Cardinal auprès de PIE VII ?) Affranchissement très compliqué pour l'Expert philateliste consulté..). Le Courrier est retourné avec la Réponse et avec la même enveloppe sans adresse du destinataire ! TEXTE DE L'EXPOSE DE LA LETTRE : Monseigneur, Vous expose Charles Duret tourneur en fayence, âgé de cinquante ans habitant la Commune de Nevers paroisse Ste : qu'il y a onze ans qu'une femme libertine et sans religion lui fit signifier un divorce duquel il ne vouloit pas malgré les trois sommations différentes si il ne voulut jamais rien signer, que la famille entière et très nombreuse de cette mauvaise femme s'assembla pour s'y opposer, qu'à cette époque malheureuse la loy l'autorisa que cette libertine quitta nevers pour suivre un malheureux qui lui-même avoit divorcé. Ils ont enfin fini par se marier ensemble qu'il est resté depuis ce tems vivant tranquillement avec une fille qu'il a eu de ce mauvais mariage, que cette fille étant mariée, DURET trouve lui même (ce) mariage avantageux qui peut lui faire passer le reste de ses jours heureux, mais le Curé de St .. rencontrant des obstacles, DURET ainsi que celle qu'il prétend épouser ne voulant contracter de mariage qu'en face de l'Eglise, c'est pourquoi il s'adresse à votre éminence pour en obtenir la permission. Croyant qu'il ne peut être victime d'une affaire à laquelle il n'a jamais donné lieu. Je suis en attendant la réponse la plus satisfaisante Monseigneur et votre éminence le plus humble et le plus soumis Serviteur. SIGNE DURET". Daté du 8 Janvier 1805. SUIT L'AUTORISATION PAPALE AVEC LA FORMULE NULLA HUMANÂ POTESTATE.... SIGNE DIE 21 janvier 1805. Quelques mois plus tards il sacrera Napoléon Roi d'Italie à MILAN ; ET l'on sait qu'il négocia le CONCORDAT de 1801.

- CARDINAL CAPRARA, Vice-légat à Ravenne (1758), il est nommé archevêque titulaire d'Iconio et nonce apostolique à Cologne en 1766. Il devient nonce à Cologne (1767), Lucerne (1775) puis Vienne (1785-1792) et est créé cardinal en 1792 par Pie VI. Camerlingue du Sacré Collège en 1794 et 1795, il est transféré au diocèse de Jesi, avec titre personnel d'archevêque en 1800. Ayant remplit avec succès plusieurs missions importantes sous Benoît XIV et Clément XIII, il est nommé en 1801 par Pie VII légat a latere auprès du gouvernement français ; en cette qualité, il CONCLUT AVEC LE PREMIER CONSUL LE CONCORDAT DE 1801 qui rétablit en France le culte catholique. Archevêque de Milan en 1802, il SACRE NAPOLEON ROI D'ITALIE le 26 mai 1805 A MILAN EN 1802 (6 prairial an XIII). Mort à Paris en 1810, il est le premier étranger à être inhumé en l’église Sainte-Geneviève, devenue Panthéon. Son cœur est toutefois déposé dans la cathédrale de Milan.

Mr M. M. ET PROFESSEUR EN THEOLOGIE DANS L'ACADEMIE DE P.

LE CADRAN D'ACHAS. TRAITE DE LA SPHERE - MANUSCRIT ORIGINAL INEDIT de THEOLOGIE ET DE GNOMONIQUE.

A.C.M.DC.LXXXV S.l. - In-12 plein veau, dos orné de fleurons aux caissons, pièce de titre marorquin aux petits fers, coiffe supérieure frottée. Roulettes aux coupes. - 1685, intégralement MANUSCRIT, une page de titre, 136 pages avec quelques repentirs, très lisible, 2 ff. pour la Table des Matières.

- Ouvrage Manuscrit absolument inconnu ne figurant dans aucune bibliothèque publique ou privée, ni dans les bibliothèques universitaires étrangères et du Congrès. - ACHAS : OBJET SUR LEQUEL ISAIE fit voir à Ézéchias UNE RETROGRADATION D'OMBRE COMME SIGNE DONNE PAR DIEUX (2Ro 20:9-11 parallèle Esa 38:7). Ce terme de cadran trad. le pluriel hébreu maaloth qui signifie « degrés », mais on ne sait pas exactement en quoi cet objet consistait. D'après certains auteurs (LXX, Josèphe, etc.), c'était un escalier quelconque du palais, (cf. 2Ro 9:13) où le déplacement de l'ombre sur les marches au cours de la journée permettait une évaluation approximative des heures. D'autres, plus nombreux, y voient une construction expressément destinée à les marquer, comme semblent l'indiquer les traduc. horologium (Vulgate) et lapis horarum =pierre des heures (Targ.). D'après Hérodote (2:109), ce sont les Babyloniens qui ont inventé et fait connaître aux Grecs la division du jour en douze parties et les cadrans solaires : soit le polos, concavité hémisphérique, soit le gnomon, obélisque vertical au centre d'une circonférence graduée. Achaz, père d'Ézéchias, fervent imitateur des Assyriens (2Ro 16:10,18), avait fort bien pu installer au palais un appareil de ce genre, qui sous Ézéchias avait gardé son nom : « les degrés d'Achaz ». L'appellation « degrés » a suggéré, non sans vraisemblance, que l'obélisque central était dressé sur une petite plateforme au sommet de dix ou douze marches ; le roi malade aurait très bien pu distinguer de loin, depuis sa chambre, l'ombre portée par une telle colonne sur gradins. Quant à l'explication du « signe », elle est impossible : le phénomène fut exceptionnel et non pas naturel, puisque inexplicable pour Ézéchias ; le recul de l'ombre (2Ro 20:10), ou, ce qui revient au même, du soleil (comme dit l'hébreu dans Esa 38:8), sur dix degrés, lui garantit, en une image extraordinaire, la prolongation miraculeuse de sa vie par un recul temporaire de la mort qui avait failli l'emporter.

PIRHING R. P. ERNRICUS Soc Iesu, S. Théeoogiae et SS. Canonum Doctor..

FACILIS ET SUCCINCTA S.S. CANONUM DOCTRINA Quam Fusioribus tomis in sua nova Methodo Ius Canonicum Explicandi antehac tradidit,

1693, VENETIIS Apud Nicolaum Peessana, In-Quarto plein vélin, Titre à l'encre au dos, agrémenté d'un joli ornement Ex-libris de l'Avocat Italien Francesco Chelli, Ex libris plus ancien manuscrit au premier feuillet, p. de fx titre, p. de Titre bicolore avec une très jolie vignette, 6 ff. non chiffrés pour la Table en forme de Tableau des Titres et Décrets, Constitutions et Extravagant (Droit Canon comparé), 535 pages dont fort index en fin d'ouvrage des Matières et Sections et paragraphes.

Important ouvrage de Droit Canon comparé.

QUANTIN Georges

LA THEOLOGIE FRANCOISE OU L'ON TRAITE DE DIEU & DE SES ATTRBUTS, de la Trinité, & de la Création de l'Ange, de l'Homme, de l'Incarnation, de la Grace, de la Foy, & des Sacremnes, en général & en particulier.

1669, A PARIS Chez Charles ANGOT, - Fort in-8 plein veau du temps, dos à 4 nerfs, fleurons, coiffe frottée et cuirs fendus. - Complet des 2 Tomes et pages de titre, 12 f., 328 p. ; 4 f. 285 p.

R.P. FRATRIS PHILIPPI DIEZ LUSITANI Ordinis Minorum Regularis Observantiae ex Provincia S. Iacobi

CONCIONES QUADRUPLICES IN EVANGELIA, QUAE PER TOTIUM Annum, tam Dominicis quam Festis Diebus, & per total Quadragesimam & adventum in Ecclesia habentur

1604, COLONIAE AGRIPPINAE, Apud Antonium Hierat, sub Monocerote Fort in-quarto plein vélin à petit rabats avec restes de lacets, accroc au mors gauche. 1 f. p. de titre avec une vignette des Jésuite, 3 ff., 492 p. pour les 2 premières parties, 1 f. nn., 347 p. pour la 3me partie, 163 p. pour la 4me partie. Ex-libris d'Henrici DeLespinasse 1712 au dos du dernier plat.

Avec un Ex-libris manuscrit d'HENRICI DELESPINASSE 1712

RUPERT DE DEUTZ Moine Bénédictin

- RUPERTI ABBATIS MONASTERII TUITIENSIS ORDINIS SANCTI BENEDICTI, THEOLOGI ANTIQUI, OPERA DUO, ut egregia sanè, ita diu desiderata multoque labore perquisita ac sumptu haud ita modico excussa. IN MATTHEUM DE GLORIA ET HONORE FILII HOMINIS LIBRI XIII. DE GLORIFICATIONE TRINITATIS ET PROCESSIONE SPIRITUS SANCTI LIBRI IX. - RUPERTI ABBATIS MONASTERII TUITIENSIS E REGIONE AGRIPPINAE COLONIAE IN RHENI RIPA SITI , ORDINIS SANCTI Benedicti, viri & & sacrarum literarum peritia praeclari, Commentariorum In Euangelium Ioannis, libri XIIII.

- 2 LIVRES RELIES A LA SUITE. - In-quarto demi veau à quatre nerfs, pièce de titre basane peinte à la main, plats recouverts d'un splendide papier dominoté peint à la main. - 1er Volume : 1568, COLONIAE Arnoldi BIRCKMANNI, Ex-libris cachet humide "conventus carm. Disc. Insulensis".....LIBRI XIIII. - 153 p., 7 ff.nn., 95 p. - 2nd Volume : 1564, LOUVANII, Arnoldi BIRCKMANNI...LIBRI XIIII., RUPERTI ABBATIS MONASTERII TUITIENSIS E REGIONE AGRIPPINAE COLONIAE IN RHENI RIPA SITI , ORDINIS SANCTI Benedicti, viri & & sacrarum literarum peritia praeclari, Commentariorum In Euangelium Ioannis, libri XIIII., p. de titre, 3 ff., 311 p.

TRES BEL EXEMPLAIRE EN RELIURE D'EPOQUE DOMINOTEE. OUVRAGE DE GRANDE RARETE. Benoît XVI RAPPELLE SON IMPORTANCE EN 2009 : BENOÎT XVI, AUDIENCE GÉNÉRALE, Rupert de Deutz Chers frères et sœurs, Nous faisons aujourd'hui la connaissance d'un autre moine bénédictin du XIIe siècle. Son nom est Rupert de Deutz, une ville près de Cologne, siège d'un célèbre monastère. Rupert lui-même parle de sa propre vie dans l'une de ses œuvres les plus importantes, intitulée La gloire et l'honneur du Fils de l'homme, qui est un commentaire partiel de l'Evangile de Matthieu. Encore enfant, il fut accueilli comme « oblat » dans le monastère bénédictin de Saint-Laurent à Liège, selon l'usage de l'époque de confier l'un des enfants à l'éducation des moines, entendant en faire don à Dieu. Rupert aima toujours la vie monastique. Il apprit rapidement la langue latine pour étudier la Bible et pour jouir des célébrations liturgiques. Il se distingua par sa droiture morale très intègre et par son profond attachement au Siège de Saint-Pierre. Son époque fut marquée par des oppositions entre la papauté et l'empire, à cause de ce qu'on appelle la « lutte des investitures », avec laquelle — comme je l'ai mentionné dans d'autres catéchèses — la papauté voulait empêcher que la nomination des évêques et l'exercice de leur juridiction ne dépende des autorités civiles, qui étaient guidées la plupart du temps par des motivations politiques et économiques, certainement pas pastorales. L'évêque de Liège, Othbert, résistait aux directives du Pape et envoya en exil Bérenger, abbé du monastère de Saint-Laurent, précisément à cause de sa fidélité au Pape. Dans ce monastère vivait Rupert, qui n'hésita pas à suivre l'abbé en exil; il ne revint à Liège et n'accepta de devenir prêtre que quand l'évêque Othbert rentra en communion avec le Pape. Jusqu'à ce moment, en effet, il avait évité de recevoir l'ordination d'un évêque en désaccord avec le Pape. Rupert nous enseigne que lorsque naissent des controverses dans l'Eglise, la référence au ministère pétrinien garantit la fidélité à la saine doctrine et donne la sérénité et la liberté intérieure. Après la dispute avec Othbert, il dut encore abandonner son monastère à deux reprises. En 1116, ses adversaires voulurent même lui intenter un procès. Bien qu'ayant été lavé de toutes les accusations, Rupert préféra se rendre pendant une certaine période à Siegburg, mais les polémiques n'ayant pas encore cessé lorsqu'il revint au monastère de Liège, il décida de s'établir définitivement en Allemagne. Nommé abbé de Deutz en 1120, il y resta jusqu'en 1129, année de sa mort. Il ne s'en éloigna que pour un pèlerinage à Rome, en 1124. Ecrivain fécond, Rupert a laissé de très nombreuses œuvres, aujourd'hui encore d'un grand intérêt, également parce qu'il fut actif dans plusieurs importantes discussions théologiques de l'époque. Par exemple, il intervint avec détermination dans la controverse eucharistique qui, en 1077, avait conduit à la condamnation de Bérenger de Tours. Celui-ci avait donné une interprétation réductrice de la présence du Christ dans le Sacrement de l'Eucharistie, la définissant seulement symbolique.

RUPERT DE DEUTZ Moine Bénédictin

RUPERTI ABBATIS TUITIENSIS, VIRI UNDE CUNQUE DOCTISSIMI, SUMMIQUE INTER VETERES THEOLOGI, LIBRI XLII ; De operibus sanctae Trinitatis, cum luculentissimis capitulorum argumentis, cunctisq scripturam locis, nunc demum diligenter recogniti, & pristinae intergritati restituti.

- 1545, ANTVERPIAE, Arnoldi BIRCKMANNI, Ex-libris cachet humide "conventus Carm. Disc. Insulensis". - In-quarto demi veau à quatre nerfs reliure d'époque, pièce de titre basane titre peint à la main , plats recouverts d'un splendide papier dominoté peint à la main. - P. de titre, 9 ff.nn., 1 f., 403 ff."806 p."

- TRES BEL EXEMPLAIRE EN RELIURE D'EPOQUE DOMINOTEE. OUVRAGE DE GRANDE RARETE. - Benoît XVI RAPPELLE SON IMPORTANCE EN 2009 : BENOÎT XVI, AUDIENCE GÉNÉRALE, Rupert de Deutz Chers frères et sœurs, Nous faisons aujourd'hui la connaissance d'un autre moine bénédictin du XIIe siècle. Son nom est Rupert de Deutz, une ville près de Cologne, siège d'un célèbre monastère. Rupert lui-même parle de sa propre vie dans l'une de ses œuvres les plus importantes, intitulée La gloire et l'honneur du Fils de l'homme, qui est un commentaire partiel de l'Evangile de Matthieu. Encore enfant, il fut accueilli comme « oblat » dans le monastère bénédictin de Saint-Laurent à Liège, selon l'usage de l'époque de confier l'un des enfants à l'éducation des moines, entendant en faire don à Dieu. Rupert aima toujours la vie monastique. Il apprit rapidement la langue latine pour étudier la Bible et pour jouir des célébrations liturgiques. Il se distingua par sa droiture morale très intègre et par son profond attachement au Siège de Saint-Pierre. Son époque fut marquée par des oppositions entre la papauté et l'empire, à cause de ce qu'on appelle la « lutte des investitures », avec laquelle — comme je l'ai mentionné dans d'autres catéchèses — la papauté voulait empêcher que la nomination des évêques et l'exercice de leur juridiction ne dépende des autorités civiles, qui étaient guidées la plupart du temps par des motivations politiques et économiques, certainement pas pastorales. L'évêque de Liège, Othbert, résistait aux directives du Pape et envoya en exil Bérenger, abbé du monastère de Saint-Laurent, précisément à cause de sa fidélité au Pape. Dans ce monastère vivait Rupert, qui n'hésita pas à suivre l'abbé en exil; il ne revint à Liège et n'accepta de devenir prêtre que quand l'évêque Othbert rentra en communion avec le Pape. Jusqu'à ce moment, en effet, il avait évité de recevoir l'ordination d'un évêque en désaccord avec le Pape. Rupert nous enseigne que lorsque naissent des controverses dans l'Eglise, la référence au ministère pétrinien garantit la fidélité à la saine doctrine et donne la sérénité et la liberté intérieure. Après la dispute avec Othbert, il dut encore abandonner son monastère à deux reprises. En 1116, ses adversaires voulurent même lui intenter un procès. Bien qu'ayant été lavé de toutes les accusations, Rupert préféra se rendre pendant une certaine période à Siegburg, mais les polémiques n'ayant pas encore cessé lorsqu'il revint au monastère de Liège, il décida de s'établir définitivement en Allemagne. Nommé abbé de Deutz en 1120, il y resta jusqu'en 1129, année de sa mort. Il ne s'en éloigna que pour un pèlerinage à Rome, en 1124. Ecrivain fécond, Rupert a laissé de très nombreuses œuvres, aujourd'hui encore d'un grand intérêt, également parce qu'il fut actif dans plusieurs importantes discussions théologiques de l'époque. Par exemple, il intervint avec détermination dans la controverse eucharistique qui, en 1077, avait conduit à la condamnation de Bérenger de Tours. Celui-ci avait donné une interprétation réductrice de la présence du Christ dans le Sacrement de l'Eucharistie, la définissant seulement symbolique.

THOMAS D'AQUIN (Saint)

SUMMA THEOLOGICA S. THOMAE AQUINATIS DIVINAE VOLUNTATIS INTERPRETIS IN TRES PARTES AB AUCTORE SUO DISTIBUTA SOMME THEOLOGIQUE DE SAINT THOMAS D'AQUIN

1677, Lugduni, Sumptibus Fratrum Anissoniorum - In-folio plein veau, fissures du cuir et coiffes frottées. ff. dont p. de fx titre, p. de titre bicolore avec une très belle gravure en vignette, 264 p. ; - P. de titre second tome, 8 ff. 403 p. ; P. de titre troisième tome, 6 ff. 444 p. ; 10 p. ; 47 ff. nn.

BIEN COMPLET AVEC UN EX-LIBRIS MANUSCRIT DE HUGONIS FRANCISCI DUMONT